Thibaut Munier Directeur Général 1000mercis sur la stratégie et les perspectives 2011 .
Interview stratégie et perspectives 2011

12 janvier 2011 9 h 07 min
+ de videos
81
Views
Loading the player...

1000mercis : stratégie et perspectives 2011.

A l’occasion de l’évènement Oddo Midcap qui s’est tenu à Lyon le 6 et 7 janvier, la Web Tv a interviewé Thibaut Munier Directeur Général 1000mercis.

Facebook, Twitter, publicité en ligne, marketing, retour avec Thibaut Munier sur la stratégie de 1000mercis, l’activité au second semestre 2010 et les perspectives 2011.

Web TV www.labourseetlavie.com : Thibaut Munier , bonjour, vous êtes le Directeur Général de 1000mercis. Alors on s’était vu à cet endroit à Lyon l’année dernière dans un contexte très différent sur le secteur internet qui se remettait plus ou moins de la crise financière, on parlait d’annonceurs qui retardaient leurs investissements, comment s’est passée l’année 2010 ? Est-ce qu’on a eu une vraie reprise sur ce secteur ?

 

 

 

Thibaut Munier : « Oui, on a eu une reprise, une reprise intéressante, une reprise quantitative avec plus d’investissements et puis une reprise qualitative avec des nouveaux secteurs qui sont apparus, des nouvelles applications. Je crois qu’on a la chance d’être sur un secteur qui continue de beaucoup innover, et pour 1000mercis qui est spécialiste du marketing interactif et bien évidemment c’est une grande chance d’être sur un secteur qui bouge autant ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : « Alors, on pourrait dire qu’ils avaient retardé les investissements, donc 2010 c’est l’année où on dépense un petit peu pour voir en quelque sorte tout ce qu’on n’avait pas dépensé les années précédentes. Est-ce qu’il y a vraiment un vrai retour de votre point de vue ?

 

 

 

Thibaut Munier : « Oui, il y a un vrai retour. Je crois que les fondamentaux sont clairs, les marques, quel que soit le secteur finalement, ont besoin de communiquer directement avec leurs consommateurs ou leurs prospects ou leurs internautes, et pour ça évidemment le web et le mobile sont des médias qui sont clairement très bien positionnés. Donc l’avenir – je dirais – est très positif, très encourageant et on a vu en 2010 une vraie reprise dans beaucoup de secteurs et en plus des nouveaux secteurs comme la grande consommation par exemple. On a beaucoup travaillé cette année pour des groupes comme PROCTER ou comme NESTLE qui nous demandent effectivement des dispositifs qui sont innovants et qu’ils ne faisaient pas auparavant ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement, on en parlait au début de cette année sur le fonctionnement peut-être plus ciblé, aller chercher vraiment les consommateurs intéressés par la marque quelque part et les fidéliser plutôt que d’inonder ? on va dire – des consommateurs qui peut-être ne seront pas intéressés, ce qui a été une tendance début du web. Qu’est-ce qui a vraiment changé de votre point de vue ?

 

 

 

Thibaut Munier : « Oui plus que jamais. Je crois que vous avez raison de dire que ce que cherche un annonceur c’est finalement la qualité du contact avec son consommateur ou son prospect. Et plus que le nombre de relations qu’il va pouvoir entretenir à tout prix. En tout cas c’est nous le message qu’on diffuse auprès de nos annonceurs chez 1000mercis, c’est-à-dire de leur dire de privilégier la qualité et l’intelligence de chacune de leurs communication sur les médias interactifs plutôt que de jouer uniquement sur le levier fréquence de contacts, qui est un levier qui peut être efficace, mais dont on voit chacun en tant que consommateur, je pense, les limites au quotidien. On n’a pas envie d’être envahi de messages publicitaires.

 

En revanche, on a chacun, à certains points dans l’année, à certains moments, et en fonction de nos situations personnelles, une démarche d’achat d’automobile par exemple ou de recherche d’un bien immobilier, on a dans ces moments-là, une surconsommation ? j’ai envie de dire ? et une demande active même de messages et d’offres publicitaires de la part des marques. Et c’est ces déclencheurs qu’on va essayer de détecter afin de travailler de manière plus intelligente avec les marques pour les aider à être plus présentes auprès de ceux qui demandent, à un certain moment, d’avoir de l’information des marques et, à l’inverse le reste de l’année, moins envahissant dans les boites ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : «On voit de plus en plus d’outils ? on va dire ? technologiques, que ça soit les smartphones, les tablettes qui sont apparues également. Alors les entreprises peuvent se poser la question : Est-ce qu’il faut que je sois présent partout ? Est-ce qu’il faut que j’occupe le terrain partout ? C’est peut-être le premier réflexe qu’elles vont avoir ?

 

 

 

Thibaut Munier : « Oui. Alors, beaucoup d’innovations, du coup beaucoup de questions, et je crois, du coup effectivement un grand devoir de responsabilité pour 1000mercis dans le conseil vis-à-vis de nos clients pour leur dire effectivement de ne pas se précipiter dès qu’il y a une innovation. On a vu, par le passé, des innovations technologiques qui n’étaient pas suivi finalement d’innovations dans les usages chez les consommateurs, et même parfois d’innovations d’usage qui, finalement, débouchaient sur pas grand chose dans l’utilisation que pouvaient en faire les marques.

 

Donc beaucoup de prudence. On y va pas à pas. On teste mais effectivement des choses qui sont assez porteuses d’espoir, je pense aux tablettes et à l’Ipad. On a développé cette année par exemple pour la MAIF des magnifiques applications Iphone et Ipad et je crois qu’on est en face d’un nouveau device qui peut apporter quelque chose dans la relation des consommateurs aux marques. Et puis les smart phones, c’est déjà avec l’ensemble du marketing mobile presque 30 % du chiffre d’affaires de 1000mercis. Donc c’est naturellement un levier très très important pour nous et surtout pour nos clients ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors ça veut dire effectivement établir une stratégie vis-à-vis de ces nouveaux supports.

 

On parle, on a parlé aussi beaucoup en 2010 des réseaux sociaux pour des raisons diverses, des questions de vie privée, des questions vis-à-vis de son entreprise même, les réseaux sociaux, il y a aussi là des entreprises qui se disent pour l’instant, des marques qui se disent « Oh làlà je sais pas trop, est-ce que ? Comment ça marche ? Est-ce qu’il faut que je m’y installe ? Est-ce qu’il faut que j’aille chercher des futurs clients aussi sur les réseaux sociaux ? Est-ce que c’est pour vous d’ores et déjà c’est incontournable ?

 

 

 

Thibaut Munier : « Alors, je crois qu’en 2010, vous avez raison de dire que les réseaux sociaux sont devenus un élément, si ce n’est incontournable, du moins important à expérimenter pour les marques non pas, encore une fois, pour faire de la communication et non pas par mode, mais parce que, dans les stratégies CRM, c’est-à-dire de recrutement haute fidélisation des marques et ce dans beaucoup de secteurs, on s’aperçoit que les réseaux sociaux ont du potentiel.

 

Je pense à ce qu’on a pu faire cette année, que vous aviez peut-être vu, qui était une très belle opération pour Last Minute par exemple qui s’appelait « Last Minute recrute » qui a permis à Last Minute de recruter beaucoup de prospects et qui était une opération qui utilisait énormément les réseaux sociaux. Ou bien tout ce qu’on peut faire pour le Groupe BNP PARIBAS, par exemple, dans le domaine de la qualification de leur base de données clients en CRM où je crois qu’il y a des choses assez novatrices et qui nous permettent de commencer à écrire avec les marques l’équation du ROI de leur présence sur les réseaux sociaux, ce qui est notre job, et ce qui est évidemment ce qui les intéresse au premier plan parce que les réseaux sociaux on peut tester un peu et puis on s’aperçoit que être présent sur Facebook de manière durable évidemment ça coûte cher parce que ça entraîne des changements structurels dans son organisation. Donc tout ça n’a de sens que si on sait à un moment rattacher à ces coûts-là un certain nombre de revenus et d’effets positifs. C’est ce qu’on essaye de mesurer ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors on pourrait dire, on a parlé de Facebook, on a aussi parlé pas mal de Twitter cette année.

 

 

 

Thibaut Munier : « Oui ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Il y a peut-être des personnes en France dans certaines entreprises, Twitter ils ne savent même pas ce que c’est. Est-ce que, là aussi, il faut étudier, il faut voir une stratégie d’information, de communauté pour attirer effectivement aussi sur ce ? C’est des messages courts pour simplifier qu’on peut envoyer avec les liens ?

 

 

 

Thibaut Munier : « Je crois que c’est pas grave si on sait pas ce que c’est Twitter. On peut tout à fait survivre sans savoir ce que c’est Twitter. Mais c’est important en tout cas dans le domaine du marketing de s’y intéresser, de regarder, d’essayer de comprendre et je crois qu’effectivement, ça fait partie des réseaux sociaux comme Facebook, comme Linkedin sur un plan professionnel ou Zing ou Viadeo ou comme Foursquare qu’on vient d’expérimenter avec Easyjet avec une très belle opération qui permet de sortir de la relation derrière un ordinateur pour passer à une opération de fidélisation utilisant de la géolocalisation.

 

Je crois que ça fait partie effectivement des réseaux sociaux qu’il va falloir regarder de très près. Chacun, chaque marque, chaque entreprise devant se poser la question de l’opportunité d’y être présente et comment. Alors, on voit des cas très variés avec des gens qui arrivent à faire de Twitter un outil carrément de vente avec le cas célèbre de DELL par exemple aux Etats-Unis et d’autres qui s’en servent comme d’un outil vraiment relationnel. Mais dans tous les cas, c’est un phénomène intéressant au point de vue des utilisateurs.

 

2009 a été l’explosion de l’utilisation des réseaux sociaux au sens large par les internautes dans le monde. On parle de plus d’un milliard de terriens qui seraient aujourd’hui présents sur au moins un réseau social et 2010 c’est le début de l’interrogation et l’expérimentation par les marques de ces réseaux sociaux pour savoir si elles ont quelque chose à y faire ou pas ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot de conclusion sur les perspectives de 1000mercis dans ce contexte qu’on a, qu’on sent effectivement animé et intéressant, qu’est-ce vous espérez, vous, sur cette année 2011 ?

 

 

 

Thibaut Munier : « Ecoutez. On a envie de poursuivre sur la lancée de 2010, c’est-à-dire développer le spectre de ce qu’on peut faire pour les annonceurs dans le domaine de la fidélisation ? c’est 45 % de notre chiffre d’affaires -, avec de plus en plus de passages entre ces trois grands thèmes que sont d’un côté la politique relationnelle et de fidélisation par e-mail, d’autre part le mobile et tout ce qu’on peut en faire, les SMS qu’il ne faut pas oublier qui ont encore battu un record à Noël, comme vous savez, et puis bien sûr les applications mobiles Iphone Ipad, Androïd, et puis ce troisième sujet qui est les réseaux sociaux.

 

Au centre de tout ça, on a le site, on a les points de vente physiques, et puis on a notre internaute et notre consommateur, notre prospect, une personne avant tout, avec laquelle on essaye pas à pas et en mesurant l’efficacité de chaque acte commercial ou de fidélisation, finalement de développer les relations.

 

Donc c’est certainement une très belle année qui s’annonce avec pour 1000mercis beaucoup d’international puisque je crois que c‘est l’un des très jolis challenges qui nous attend dans les années qui viennent ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Bien, on suivra ensemble. Merci Thibaut Munier d’avoir fait le point avec nous. On rappelle que vous êtes donc le Directeur Général de 1000mercis.

 

Thibaut Munier : « Merci infiniment Didier ».

© www.labourseetlavie.com 12 janvier 2011.

Print Friendly, PDF & Email