Interview d'Hugues Vaussy Directeur financier Eurofins au Forum Oddo Midcap 2011.
Interview stratégie et perspectives 2011

12 janvier 2011 9 h 03 min
+ de videos
69
Views

Eurofins : stratégie et perspectives 2011.

A l’occasion de l’évènement Oddo Midcap qui s’est tenu à Lyon le 6 et 7 janvier, la Web Tv a interviewé Hugues Vaussy Directeur financier Eurofins.

Retour sur la stratégie du spécialiste de la bioanalyse, l’activité au second semestre, et les perspectives 2011.

Web TV www.labourseetlavie.com : Hugues Vaussy , bonjour, vous êtes le Directeur financier d’Eurofins. On va revenir avec vous sur la stratégie et les perspectives. Un mot peut-être des derniers chiffres concernant notamment l’activité d’Eurofins notamment le troisième trimestre, comment ça s’est passé pour vous ?

 

 

 

Hugues Vaussy : « Alors les performance du groupe Eurofins ont été plutôt bonnes sur la période récente. On a noté une inflexion déjà positive au deuxième trimestre 2010, qui s’est confirmée au troisième trimestre 2010 que nous vous avons publié donc au mois de novembre avec une reprise de la croissance organique et notamment, de l’activité, à des niveaux de l’ordre de 5 %, qu’on ne connaissait plus depuis le début de l’année 2009. Pour mémoire, nous avions des taux de croissance à deux chiffres encore jusqu’à fin 2008 et avec un ralentissement en 2009, et à nouveau, donc, en 2010 une inflexion positive qui se confirme, donc, sur les deux derniers trimestres, et dont nous pensons qu’elle va pouvoir donc se poursuivre à un rythme au moins équivalent autour de 5 % ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Qu’est-ce qui, d’après vous, explique ce regain de volume, sur le trimestre ?

 

 

 

Hugues Vaussy : « Eh bien, par rapport, je dirais, au scénario 2009, on avait connu bien sûr l’effet indirectement de certains ralentissements de l’activité économique notamment industrielle, c’est lié au redémarrage d’un certain nombre de secteurs économiques, et bien sûr aux facteurs intrinsèques de croissance de la demande d’analyse et de contrôle dans nos domaines d’activité avec la réglementation qui est toujours présente, avec de nouveaux développements scientifiques et avec aussi, du côté de l’industrie pharmaceutique, par exemple, la conclusion d’un certain nombre de contrats dont, je dirais, le renouvellement avait pu être décalé en 2009 ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, on en a parlé avec vous au cours des derniers entretiens, sur le portefeuille et le développement d’Eurofins, avec la création de laboratoires, le regroupement, aussi on en est où justement sur le plan des restructurations sur à la fois, les sites qui ferment et sur les regroupements ?

 

 

 

Hugues Vaussy : « Alors, Eurofins a connu, sur les cinq dernières années, une phase de développement sans précédent. Nous avons quasiment triplé la taille du groupe entre 2005 et 2010. Nous avons investi plus de 400 millions d’euros sur cette période pour un groupe qui, en début de période, en 2005, faisait à peine plus de 200 millions d’euros. Donc évidemment un effort d’investissement très important qui se répartit à peu près moitié moitié entre acquisition, croissance externe, et développement organique du réseau de laboratoires.

 

Ceci donc commence à porter ses fruits. Nous avons, bien sûr, aussi, au passage, avec cette très forte croissance, dû mener sur la période la plus récente, en 2009 2010, un certain nombre de mesures de réorganisation pour optimiser notre réseau de laboratoires, et donc, je dirais, que 95 % de cet effort aujourd’hui est derrière nous ».

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc, on peut dire l’essentiel, si on veut résumer, l’essentiel a été fait en tout cas de l’effort qui devait être fait.

 

 

 

Hugues Vaussy : « Voilà notre home work, comme on dit en bon français, eet pour l’essentiel derrière nous sur cette phase de développement que nous, je dirais, que nous venons de connaître sur les cinq dernières années. Donc, les marges également, on l’a vu d’ailleurs sur les résultats du troisième trimestre dont on parlait à l’instant, également connaissent une progression déjà significative sur 2010, bien supérieure à celle du chiffre d’affaires, puisque l’Ebitda a progressé sur les neuf premiers mois de plus de 30 % et le résultat d’exploitation de plus de 60 % en cumul sur les neuf premiers mois, et le résultat net a quintuplé sur, également, sur la période. Et donc, nous sommes, je dirais, aujourd’hui un petit peu à une croisée des chemins entre, par rapport à la période précédente, d’un côté un redressement des marges progressif qui commence à se mettre à réaliser, et de l’autre côté, un effort d’investissement qui va tendre plutôt à diminuer ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, on parlait, effectivement, d’amélioration des volumes, est-ce que ça a été le cas pour toutes les divisions ?

 

 

 

Hugues Vaussy : « Alors, dans les différents marchés auxquels Eurofins s’adresse, je dirais que même en période de crise on a pu constater que les analyses dans le domaine alimentaire, c’est ce qu’il y a de plus résistant et de plus récurrent, parce que crise ou pas crise évidemment, on continue de s’alimenter, on continue d’avoir besoin de contrôler la qualité de ce qu’on consomme, de ce que les industriels achètent ou commercialisent, mais il y a aussi donc, clairement, une reprise aujourd’hui qui se manifeste dans le secteur des analyses environnementales, d’une manière générale, et également donc dans le domaine de l’industrie pharmaceutique avec des contrats qui sont aujourd’hui, qui repartent de manière significative, avec des gros contrats qui ont pu être conclus par Eurofins en 2010 ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement, est-ce que en termes de prix, vous avez pu passer des hausses de prix, comment est-ce que cela a été possible ?

 

 

 

Hugues Vaussy : « Alors, le facteur prix est, je dirais, plus neutre que le facteur volume dans notre croissance. Ceci étant, nos prix progressent à peu près de l’ordre de l’inflation. Nous avons notamment dans certains marchés, je dirais, acquis des positions dominantes notamment en Europe du Nord, par exemple dans le secteur de l’environnement ou de l’alimentaire qui font que nous sommes, je dirais, un acteur de référence, et où la dimension prix n’est pas la plus significative sur le plan compétitif. Les avantages compétitifs sont plus sur, je dirais, la fiabilité, la rapidité des résultats d’analyse et la capacité de répondre à une demande globale de la part des industriels ».

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce que vous diriez aujourd’hui que la reprise, en tout cas telle que constatée, est peut-être pérenne justement, est-ce que c’est votre principal scénario ?

 

 

 

Hugues Vaussy : « Alors, nous restons, je dirais, raisonnablement optimistes sur les trimestres à venir. C’est vrai que donc on a connu récemment une inflexion plutôt positive autour de 4-5 % de croissance organique. Nous ne sommes peut-être pas encore dans une configuration d’un retour à une croissance organique à 10 % comme par le passé, la taille du groupe aussi est beaucoup plus importante aujourd’hui mais, je dirais, qu’un retour récurrent, à une croissance organique récurrente qui pourrait donc se répéter sur les prochaines années entre 5 et 10 % nous paraît, nous paraît possible ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot de la structure financière. C’est votre spécialité. Comment a-t-elle évolué ? Et est-ce que le groupe aura besoin, dans les prochaines années, peut-être de faire appel au marché pour compléter ses développements ? Comment vous voyez les choses ?

 

 

 

Hugues Vaussy : « Alors, en 2010, nous avons aussi bien sûr, je dirais, consolider notre structure financière par l’émission d’une nouvelle Obsar, nous avons par là refinancé nos lignes précédentes, nous avons prolongé la maturité de notre endettement et donc nous avons une situation de trésorerie assez confortable qui nous permet de poursuivre donc notre plan d’investissement, et de se trouver début 2011 clairement dans une configuration qui, je dirais, ce travail qu’on a évoqué pour l’essentiel est derrière nous sur le périmètre existant, nous permet d’envisager une nouvelle phase de développement et de viser, je dirais, le prochain seuil de 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires qui est, je dirais, notre prochaine étape de développement.

 

Pour ce, pour y arriver, Eurofins n’a pas nécessairement aujourd’hui encore toutes les ressources à sa disposition et pourra le moment venu effectivement renforcer encore davantage son bilan en fonction des opportunités et aussi de l’environnement de marché bien sûr le moment venu ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Le mot de conclusion, donc, 2011 pour vous confiance sur pour 2011 compte tenu de cet horizon aussi que vous avez donné à un peu plus long terme ?

 

 

 

Hugues Vaussy : « Oui. Confiance raisonnable sur 2011. Un redressement progressif des marges combiné à plutôt un effort d’investissement à la baisse, donc un effet ciseaux favorable sur la génération de cash-flow, et une capacité d’investissement rétablie, qui nous permet donc d’envisager une nouvelle phase de croissance et de développement ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Eh bien on suivra ça, on aura l’occasion d’en reparler ensemble. Merci Hugues Vaussy

 

 

 

Hugues Vaussy : « Merci ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : d’avoir fait le point avec nous, Directeur Financiers d’Eurofins.

© www.labourseetlavie.com 12 janvier 2011

Print Friendly, PDF & Email