François Feuillet Pdg Trigano.
Interview stratégie et perspectives 2011

11 janvier 2011 9 h 38 min
+ de videos
85
Views

Trigano : stratégie et perspectives 2011.

A l’occasion de l’évènement Oddo Midcap qui s’est tenu à Lyon le 6 et 7 janvier, la Web Tv a interviewé François Feuillet Pdg de Trigano.

Retour avec le pdg du spécialiste des véhicules de loisirs sur les dernières actualités financières, la stratégie, et les perspectives 2011.

Web TV www.labourseetlavie.com : François Feuillet, bonjour, vous êtes le PDG de Trigano. On va parler avec vous de stratégie et de perspectives. Nous sommes à Lyon ensemble chez Oddo Midcap. Comment s’est passé justement pour vous alors le dernier trimestre puisque le premier trimestre pour vous, que vous avez publié là récemment, est-ce que la tendance à la croissance est toujours là dans votre secteur ?

François Feuillet : « Oui tout à fait. Nous avons annoncé une croissance de notre chiffre d’affaires légèrement inférieur à 10 %, chiffre qui aurait pu être meilleur si nous avions pu produire correctement mais durant cette période, comme vous le savez, il y a eu pas mal de mouvements sociaux liés aux retraites, et donc nous n’avons pas pu avoir un niveau de production de camping-cars qui correspondait à notre carnet de commandes ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors c’est peut-être ça qui était, que les analystes n’avaient pas anticipé, que finalement il s’était passé quelque chose en France

François Feuillet : « Je pense que pas grand monde avait anticipé ça, c’est-à-dire que finalement il est difficile de comprendre qu’avec un absentéisme de 20 à 25 %, on ne peut pas faire fonctionner une chaine de production automobile ou une chaine de production de camping-cars car cette chaine peut fonctionner que si tous les postes sont occupés.

Bon, ceci étant dit, notre portefeuille de commandes est pratiquement en hausse de 25 % par rapport à l’année dernière à fin novembre pour les camping-cars, donc nous sommes surs que ce sera un simple report du T1 sur le T2. Néanmoins, en camping-cars, on a quand même une hausse de 12,5 % de notre chiffre d’affaires, ce qui est tout à fait dans nos prévisions qui sont sur une année d’augmenter notre chiffre d’affaires de 10 % ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Ça veut dire que du côté des acheteurs, et bien, ils sont revenus aussi, c’est-à-dire que c’est un budget un camping-car quand on achète un camping-car. Il y a – je dirais – de la demande à nouveau ?

François Feuillet : « Oui, même pendant la crise, on n’a jamais vendu autant de camping-cars aux clients particuliers, malheureusement, ils se sont tournés vers des produits d’occasion puisque le camping-car n’a pas bénéficié, contrairement à l’automobile de la prime à la casse et donc les clients se sont orientés vers les fins de série de certains constructeurs et des occasions maintenant, il n’y a plus d’occasions, de marché de l’occasion important, il n’y a plus de produits en lots, donc ils achètent des produits normaux et je pense qu’on a retrouvé une situation saine.

Le marché n’a pas retrouvé le niveau qu’il avait avant mais son dynamisme il ne l’a pas perdu, les fondamentaux sont toujours là, voire même avec la crise économique, le fait que le camping-car soit le seul endroit où on dépense pas plus qu’à la maison, contrairement à l’hôtel, à la location, etc, donc c’est un aspect positif ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté justement de l’évolution, vous dîtes, vous avez déposé un certain nombres de brevets, il y a des agencements, on peut évoluer aussi, c’est un secteur qu’on connaît pas forcément très bien, on voit des camping-car passer, mais l’aménagement à l’intérieur, tout ce qu’on peut y faire, ça évolue, les camping-cars évoluent ?

François Feuillet : « Alors tout à fait. On n’évoluait pas assez durant la période où tout allait bien, finalement on se reposait sur nos lauriers et là il a fallu qu’on se différencie de l’occasion puisqu’on était attaqué par l’occasion et donc on a relancé la créativité. Alors aux yeux des néophytes, ça ne paraît pas, mais finalement l’aménagement de l’infiniment petit, puisque le camping-car c’est 12 M2, donne lieu à des tas de solutions intelligentes qui sont peu visibles à l’œil nu, mais que l’utilisateur qui va y passer 76 nuits et 76 jours par an comprendra facilement. Donc on a aujourd’hui un budget de recherche et développement qui est supérieur à 2 % de notre chiffre d’affaires et on a des nouveaux modèles déposés appuyés avec des brevets qui – j’espère, espérons-le – ne seront pas copiés par la concurrence, qui nous donne un avantage concurrentiel évident par rapport à cette concurrence ».

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est la meilleure gestion de l’espace parfois ça peut être un handicap pour les grandes personnes qui disent toujours dans un camping-car comment je vais bouger dans mon camping-car, c’est une meilleure gestion de l’espace, c’est quoi, c’est de nouveaux outils à l’intérieur … ?

François Feuillet : « C’est un peu la quadrature du cercle, c’est-à-dire que le camping-car, c’est à la fois un véhicule mais aussi une maison et il n’y a jamais deux maisons qui se ressemblent. Aucun pays n’a réussi à standardiser la maison, la Chine et l’Allemagne de l’Est l’ont essayé sans grand succès. Donc nos objectifs c’est quand même d’industrialiser et donc de faire des produits un petit peu standard, mais finalement en faisant des produits standard, on ne satisfait pas totalement le client. Donc finalement avec une innovation relativement en permanence on arrive à présenter de nouvelles solutions qui plaisent à une strate de 100, 200, 300, 400, 500 clients en Europe, donc on arrive à déclencher des actes d’achat de personnes qui disent « Ah, c’est la maison, c’est la maison sur roues que j’attendais depuis longtemps ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot de l’activité Remorque qui, elle, était en baisse sur, est-ce qui, moins 13 %, un peu plus de moins 13 %, qu’est ce qui s’est passé ?

François Feuillet : « Nous sommes les victimes de cette mauvaise loi LME qui limite les conditions de règlement, donc pour toute activité saisonnière comme la remorque où il y a une période – comment dirais-je – un peu molle, un peu faible en hiver et une période relativement forte au printemps, finalement tous les distributeurs traditionnels qui étaient, qui avaient l’habitude autrefois d’avoir des conditions de règlement importantes n’ont pas eu de conditions de règlement.

Donc nous, nous avons dû nous adapter et nous avons dû pratiquer donc le dépôt-vente en mettant des véhicules en dépôt pour qu’ils soient exposés chez nos clients, ce qui fait qu’on a mis, on a mis sur le terrain environ 1,2 millions de véhicules en dépôt-vente qui correspond à un marché flat. Parallèlement, les grandes, la grande distribution qui a peur qui a maintenant des gros problèmes avec son stock, qui doit gérer son stock très bas, a supprimé toutes les opérations liées à la remorque en basse saison en réservant les budgets publicitaires pour la haute saison. Donc ce qui explique un peu cette mauvaise loi qui, qui – je pense – embarrasse tout le monde y compris le gouvernement, cette mauvaise loi a provoqué un petit peu une récession de ce marché ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté de votre carnet de commandes, et donc du coup des perspectives 2011, quelle est la tendance justement ? Est-ce que la tendance reste bonne ? Vous, vous, 2011 pour vous c’est on continue sur la croissance ?

François Feuillet : « La tendance elle reste bonne à trois niveaux. Le chiffre d’affaires, comme je l’ai dit va progresser de 10 %, ce qui est assez intéressant. Deuxièmement, tout ce chiffre d’affaires va être fabriqué, donc ça veut dire ça va être des produits relativement bien margés et non pas des produits qui vont être déstockés comme c’était encore le cas l’année dernière et comme c’était le cas il y a deux ans. Et troisième niveau la taille des lots et la réduction des coûts qu’on a mis en place font que notre résultat d’exploitation va progresser beaucoup plus fortement que le chiffre d’affaires. Donc je suis très optimiste et je pense que des opportunités se présenteront à Trigano qui est parfaitement armé pour en bénéficier ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce que là, effectivement, du côté de, ce sera peut-être le mot de conclusion, de la situation financière, l’endettement a été nettement diminué ?

François Feuillet : « L’endettement est nul, nos concurrents ne sont pas dans cette situation. Il va y avoir donc des opportunités d’acquisition, le private equity échaudé et n’ayant pas les capacités d’endettement qu’ils ont autrefois font que, fait que il y aura des prix qui seront beaucoup plus abordables. Donc je pense que Trigano en tant qu’investisseur stratégique a de beaux jours devant lui ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Et bien on suivra ça bien entendu. Merci François Feuillet d’avoir été avec nous, Pdg de Trigano.

© www.labourseetlavie.com 11 janvier 2011

Print Friendly, PDF & Email