Un record d'Europe pour les Français : les prélèvements obligatoires - Luxe : chez Hermès, Nicolas Puech veut "chambouler sa succession".
L'info éco + avec Didier Testot Fondateur de LA BOURSE ET LA VIE TV sur Sud Radio (8 décembre 2023)

9 décembre 2023 17 h 10 min
+ de videos
227
Views

Didier Testot Fondateur de LA BOURSE ET LA VIE TV revient dans l’Info éco + Sud Radio sur les thèmes suivants :

Didier, un record dont les Français se passeraient bien il concerne les impôts

Les JO c’est en 2024, mais nous avons déjà eu une médaille, celle du record des prélèvements obligatoires par rapport au PIB dans l’Union européenne, le Danemark a été longtemps devant nous mais nous l’avons dépassé. En 2022, ce sont les statistiques d’Eurostat, organisme européen, la France est à 48%, soit 6,3 points de plus que le taux moyen des autres pays européens. Le Canard Enchainé de cette semaine souligne qu’à part le Nouvel Economiste, la presse française a été silencieuse sur le sujet. Le poids des cotisations sociales est supérieur de 2% / moyenne européennes et la part patronale 2,4% de + Quant à la chère TVA +0,3 point, je ne vous parle même pas des taxes sur l’essence ou l’acool…Si quelqu’un vous dit que la France est un pays libéral, rappelez-lui ces chiffres !

Didier, dans le luxe, un actionnaire de la maison Hermes fait parler de lui.

Installé en Suisse depuis plus de 20 ans et descendant du fondateur d’Hermès, le Français Nicolas Puech souhaite qu’une partie de sa fortune soit pour son ancien jardinier. C’est ce qu’a rapporté La Tribune de Genève .Nicolas Puech, sauf à être spécialiste du luxe, n’est pas connu du grand public.  Mais Le milliardaire est l’actionnaire individuel le plus important d’Hermès. Les familles Puech, Dumas et Guerrand réunis au sein de la holding H51 détiennent ensemble plus des deux tiers du capital du groupe de luxe. Nicolas Puech possède près de 6 millions d’actions de l’entreprise soit une valorisation autour de 10 milliards d’euros.

 

Pourquoi cette décision de cet actionnaire familial ?

Si l’on en croit la presse genevoise, célibataire et sans enfant, Nicolas Puech souhaite léguer sa richesse à son ancien jardinier, devenu son homme à tout faire et gestionnaire de résidence.  Le média Genevois pas vraiment porté sur les people écrit qu’au cours de l’épidémie de Covid-19, Nicolas Puech s’isole de son cercle d’amis. Il resserre les liens avec cette famille dont il se sent déjà proche. Âgé de 51 ans et « issu d’une modeste famille marocaine », l’homme en question est marié à une femme de ménage espagnole. Et donc selon le quotidien suisse, le riche expatrié a décidé de je cite « chambouler sa succession » pour transférer une partie de sa fortune à son homme à tout faire et il a décidé de lancer une procédure d’adoption dans la région du Valais. S’il cela aboutit, l’ami du milliardaire pourrait donc devenir son fils et son héritier légitime.

Didier, cette décision pourrait-elle bouleverser la maison Hermès et au-delà, le secteur du luxe ?

Alors c’est encore trop tôt pour le dire, la moitié de l’héritage est en jeu même si l’accord avec les autres actionnaires dans un pacte successoral signé en 2011, avec une fondation, qui on le rappelle avait pour but de consolider les familles historiques chez Hermès, peut le contraindre. L’arrangement entre les familles actionnaires d’Hermès prévoyait de léguer à cette fondation toutes ses actions chez Hermès. Vous en souvenez sans doute, Bernard Arnault le Pdg de LVMH avait essayé en 2010 de s’emparer d’Hermès en vain, mais pas sans une belle plus-value lorsqu’il avait revendu ses titres. Le secteur du luxe reste un secteur porteur et qui reste à consolider, car les marchés sont mondiaux, avec des zones notamment en Asie qui sont en pleine croissance. En France avec LVMH, Hermes, Kering, le luxe est très puissant en Bourse. 

Didier, la discrétion est souvent l’apanage des entreprises familiales, cette fois cela change

A ce stade, rien n’est encore écrit.  Il y a les papiers glacés des magazines avec des milliardaires plus ou moins discrets, ceux qui détiennent Hermès, protestants, le sont, depuis l’origine. Cet épisode montre finalement un côté humain inédit, que certains internautes fielleux ont du mal à comprendre dans leurs commentaires sur les réseaux sociaux, ou voulant prendre la place de l’homme à tout faire ou s’interrogeant sur ses qualités, ils oublient une chose : non l’argent ne fait pas tout.

 Didier quel a été le parcours d’Hermes au cours des dernières années ?

 Dites-vous qu’il y a 30 ans cette célèbre maison de la Rue du Faubourg St Honoré, si l’on traduit en euros sa valeur en Bourse c’était 600 millions d’euros (donc une entreprise de taille intermédiaire en quelque sorte) à comparer à 206 milliards d’euros cette semaine, un très grand groupe international. 7 euros 1993 = 1957 euros 30 ans plus tard, chapeau bas ! C’est donc une des très belles réussites françaises dans le luxe, jusqu’ici plutôt discrète, et qui vient donc à nouveau de faire l’actualité, là où on ne l’attendait pas, à travers la vie privée d’un de ses actionnaires familiaux.  Je termine par une anecdote rapportée par l’un des dirigeants d’Hermes Patrick Thomas.  En 1993, lorsqu’Hermès est entré en Bourse, à l’occasion d’une de ces conférences qu’on appelle « road show » et au cours desquelles on présente sa société, un analyste financier demande à Jean-Louis Dumas : « Monsieur le Président, pouvez-vous nous expliquer votre stratégie financière ? Après 3 secondes de réflexion, Monsieur Dumas a répondu : « oui, je peux ; ma stratégie financière, c’est que mes petits-enfants soient fiers de moi ». Nicolas Puech est célibataire je vous le disais !

 

Seule la vidéo fait foi sur le contenu de l’émission “L’info éco +” diffusée à 8h45 ce samedi 9 décembre sur Sud Radio. 

Toutes les émissions “L’info éco +” déjà diffusées sont disponibles sur ce lien : https://www.labourseetlavie.com/category/economie-et-pedagogie/linfo-eco-presentee-par-didier-testot-sur-sud-radio

Print Friendly, PDF & Email