L'huile de palme va rester en Indonésie, inflation +++ - Derrière la plage, les Bahamas, se rêve en plaque tournante pour les cryptos.
L'info éco + avec Didier Testot Fondateur de LA BOURSE ET LA VIE TV sur Sud Radio (1er mai 2022)

1 mai 2022 10 h 09 min
+ de videos
96
Views

L’INFO ECO + avec Didier TESTOT FONDATEUR DE LA BOURSE ET LA VIE TV sur #SudRadio

🔴 Cette semaine, Didier TESTOT revient dans “l’Info éco +” avec Jean-Marie Bordry sur plusieurs thèmes :

L’huile de palme va rester en Indonésie, inflation +++ 

Les Bahamas royaume de la crypto, derrière la plage la blockchain.

Didier cette semaine une annonce qui ne va pas aider les industriels qui ont besoin d’huile pour leurs fabrications ni les consommateurs

Oui j’ai parlé avec vous ici du sujet majeur de l’huile de tournesol. Nos compatriotes ont pu le constater dans les rayons de certains supermarchés. Des restaurateurs envisagent désormais de changer leurs cartes ne pouvant + disposer d’huile pour leurs fritures. Alors il y aussi des agriculteurs qui vont faire + de tournesol en 2022 pour combler le manque. Mais ce marché de l’huile de tournesol dépendant de l’Ukraine restera perturbé pour un moment

Et dans ce contexte perturbé qui impacte de nombreuses entreprises, voilà que l’Indonésie célèbre pour son huile de palme, vient elle aussi d’en ajouter une couche. 

Qu’ont dit les autorités indonésiennes à propos de l’interdiction ?

Le Président indonésien Joko Widodo a indiqué “Je continuerai à suivre et à évaluer la mise en œuvre de cette politique afin que la disponibilité de l’huile de cuisine dans le pays soit abondante et à un prix abordable. Une annonce qui a suivi un rassemblement à Jakarta, où des centaines de personnes ont protesté contre la flambée des prix du pétrole et des denrées alimentaires. Le ministre indonésien des Finances, Sri Mulyani Indrawati, a déclaré à Reuters que Jakarta comprenait que l’interdiction nuirait à d’autres pays, mais a souligné qu’il était nécessaire de faire baisser le prix en Indonésie de l’huile de cuisson car la demande dépasse l’offre.

Les mesures précédentes n’avaient pas réussi à stabiliser les prix ! Et bien entendu le fait que l’Indonésie n’exporte plus cette huile cela va avoir un impact sur de nombreux pays et aliments. La Chine et l’Inde par exemple sont de gros importateurs d’huile de palme.  L’huile de palme est utilisée dans les huiles de cuisson, les aliments transformés, les produits de nettoyage, les cosmétiques, les biocarburants et d’autres produits.

Mais c’est ce qui est en train de se passer qui a de quoi inquiéter !

Oui Environ 77 millions de tonnes métriques d’huile de palme devraient être produites cette année, selon le département américain de l’Agriculture. La production mondiale d’huile de palme a déjà chuté au cours des deux premières années de la pandémie de COVID-19 en raison d’une baisse de la main-d’œuvre migrante dans les plantations d’Asie du Sud-Est. Donc le pire est à venir.Et pour être complet sur les huilet, sachez que le principal producteur d’huile de soja, l’Argentine, devrait expédier moins d’huile cette année après une mauvaise fin de sa saison de croissance du soja, et en 2021, et une sécheresse a aussi dévasté la récolte de canola du Canada.

Cela va être compliqué clairement il va falloir trouver des solutions

Didier peut-être que certains réfléchissent en ce moment à leurs vacances, la carte postale des Bahamas les plages et la mer bleue est en train d’évoluer ?

Oui coquillages et crustacés sur une plage abandonnée, Brigitte si tu nous entends, mais le nouveau rêve des Bahamas c’est de venir un paradis des cryptomonnaies.Le Premier Ministre des Bahamas l’a dit ainsi “Nous avons la vision de transformer les Bahamas en la principale plaque tournante des actifs numériques dans les Caraïbes“, Philip Davis, qui ouvrait une conférence Crypto Bahamas dans la capitale nationale, Nassau. Bien connue à ce jour des propriétaires de Super Yachts. Le forum recevait des conférenciers comme Bill Clinton ou Tony blair notamment, la fondatrice d’Ark Invest, Cathie Wood pour ne citer qu’eux. Le gouvernement des Bahamas a d’ailleurs publié un livre blanc sur la politique , décrivant la stratégie d’actifs numériques du pays pour les quatre prochaines années. Une partie du plan prévoit notamment d’autoriser les résidents à payer des impôts sur les actifs numériques.

Il faut dire Didier que les l’utilisation des actifs numériques a connu une croissance exponentielle depuis la première crypto-monnaie,Bitcoin, qui a été lancée en 2009,

Oui et encore plus fortement depuis 2017. On peut dire que les actifs numériques se sont généralisés à l’échelle mondiale en 2021, les grandes banques, les sociétés d’investissement et les autres institutions financières ayant commencé à investir et même à négocier dans ces actifs. Pas un jour ne se passe sans que tel ou tel acteur dise j’accepte telle crypto-actif comme moyen de paiement.

Et pour rappel en novembre 2021, la valeur marchande totale de tous les actifs cryptographiques dépassait 3 000 milliards USD.

À ce jour, plus de 12 000 crypto-actifs sont échangés sur les bourses et ce nombre continue de croître quotidiennement à mesure que de nouveaux cas d’utilisation sont découverts. Toutes les banques centrales en sont à différents stades d’exploration, de développement, de lancement, ou de tester les monnaies numériques des banques centrales Bien sûr la volatilité de ces crypto-actifs reste élevée, ils ne conviennent donc pas à tous les investisseurs.  

Didier un nouveau dollar des Bahamas pourrait naître de cette réflexion ?

Oui c’est même déjà le cas, alors les autorités de l’Ile se sont engagées à travailler en étroite collaboration avec les régulateurs financiers, la Banque centrale des Bahamas et le secteur privé pour permettre justement aux Bahamiens d’accéder aux actifs numériques et de promouvoir une utilisation plus large de la monnaie numérique du dollar des Bahamas, le dollar de sable. Ou le « sand dollar ». Lancé en octobre 2020, il s’agit de l’une des premières monnaies numériques de banque centrale (CBDC) au monde. Un rapport de Price WaterCooper de 2021 a classé le Sand Dollar comme le premier projet de ce type en termes de maturité, devant même le yuan numérique chinois et celui du Cambodge. Si les Bahamas peuvent le faire, en France nous n’avons pas la volonté, pourquoi, je n’ai pas la réponse à ce jour.

Se référer uniquement à la vidéo

Print Friendly, PDF & Email