Un pays, le Costa Rica, sous cyberattaque - Inflation et marchés - La renaissance de Scout par VW dans l'automobile.
L'info éco + avec Didier Testot Fondateur de LA BOURSE ET LA VIE TV sur Sud Radio (15 mai 2022)

15 mai 2022 14 h 22 min
+ de videos
116
Views

L’INFO ECO + avec Didier TESTOT FONDATEUR DE LA BOURSE ET LA VIE TV sur #SudRadio

🔴 Cette semaine, Didier TESTOT revient dans “l’Info éco +” avec Jean-Marie Bordry sur plusieurs thèmes :

Le Costa Rica a décrété l’Etat d’urgence, mais s’il s’agit bien de guerre, elle est inédite.

Oui JM Je ne sais pas où vous aviez prévu quelques jours de vacances mais pour le Costa Rica, ce ne sera pas tout de suite. Si l’on peut avoir des images magnifiques de ce pays pour ses paysages et la préservation de la nature. L’Etat d’urgence a été décrété en raison de cyberattaques sans précédent : « Les hackers de Conti (le groupe de cybercriminels le plus puissant du monde) s’en sont pris au Costa Rica. Plusieurs organismes gouvernementaux ont été touchés. Le pays se trouve actuellement dans une situation chaotique, ce qui a donc conduit le nouveau président juste élu, Rodrigo Chaves, à déclarer l’état d’urgence nationale.
L’un des principaux organismes touchés est le Costa Rican Social Security Fund (CCSS), agence nationale de santé publique. Les cybercriminels de Conti ont déjà publié 97% des 672 Go de données volées aux agences gouvernementales du pays. Selon plusieurs sources et les déclarations du nouveau président, l’organisme public qui souffert est le ministère des Finances. Depuis le 18 avril 2022, les services numériques du Trésor public sont indisponibles, ce qui paralyse l’ensemble de l’économie du pays. 

Pour l’heure, le gouvernement se refuse à toute tractation avec les hackers

Oui même si les Conti menacent d’attaques “encore plus sévères”.  Le gouvernement offre jusqu’à 10 millions de dollars à quiconque aurait des informations permettant d’identifier et localiser les pirates, avec un bonus de 5 millions de dollars si les informations mènent à l’arrestation des hackers.  Les hackers de Conti sont affiliés à des organismes russophones et ont fièrement affiché leur soutien à la Russie dans la guerre en Ukraine.Selon un communiqué de l’Ambassade US, ce groupe a été responsable de centaines d’incidents de ransomware au cours des deux dernières années. Le FBI estime qu’en janvier 2022, plus d’un millier de victimes liées à Conti ont été signalées. Avec des paiments dépassant les 150M de dollars. La cybercriminalité cela rapporte ! Je voulais vous en parler cette semaine car si des hackers sont capables de s’attaquer de cette manière à un Etat, tout chef d’entreprise qui nous écoute doit considérer la menace sérieusement. Cela ne doit plus être un budget optionnel.

 Une Citation Didier  d’un économiste chinois

« Si le monde n’a pas connu d’hyperinflation depuis longtemps c’est parce que nous vivions dans un monde relativement pacifique et sans fléau majeur pour l’économie et parce que la Chine a profité de son énorme dividende démographique et de son avantage manufacturier pour fournir le monde en produits bon marché. Ce modèle est aujourd’hui perturbé. Les chaînes industrielles et les chaînes d’approvisionnement sont en pleine reconfiguration, ce qui entraînera une pénurie de l’offre et accroîtra le risque d’inflation » Li Xunlei, économiste en chef de Zhongtai Securities, vice-président du China Chief Economist Forum.

Et puisqu’on parle d’inflation, Didier les marchés financiers ont largement corrigé que se passe-t-il ?

Oui notamment les valeurs techs, les poids lourds de la Bourse comme Apple -17% depuis le début de l’année, -22% pour Google idem pour Microsoft et -31% pour Tesla. Apple n’est plus la plus grande société cotée en Bourse, c’est le pétrolier Saoudien Aramco qui est passé devant. La Transition écologique c’est pas pour tout de suite. Et pour ceux des investisseurs qui sont allés vers des actifs + risqués comme le Bitcoin on est à -60% comme pour Ethereum. Je ne vous parle pas d’autres qui sont à -80%. Par rapport à leurs plus haut historiques. Parfois vendu comme une protection contre l’inflation, ces actifs ne l’ont pas été. Alors ce qui a conduit les investisseurs à revoir leurs investissements concerne l’inflation en mars on est aux USA à 8,5% et encore 8,3% en avril. Et la grande question le pic d’inflation est-il déjà là aux USA ? Le marché s’attend toujours à des hausses de taux de 50 points de base en juin et juillet. Cela fait très longtemps que nous n’avons pas vu la Réserve Fédérale intervenir dans des marchés baissiers avec de l’argent facile, et là on se dirige vers une hausse de taux dans un marché baissier. L’ancien président de la Fed de New York, Bill Dudley, s’exprimant sur BBG TV : «J’étais entre 3% à 4% il y a peut-être six mois. Maintenant, je suis entre 4% à 5%. Cela ne me choquerait pas si je suis 5% à 6% dans quelques mois.

Didier cela veut-il dire qu’il y a des interrogations sur les prochains mois

Oui un brouillard, des spéculations, même si toutes les hypothèses peuvent être faites, il n’est pas facile de dire : cela va se passer comme çà. Je le disais la Fed va monter ses taux et retirer aussi ses achats d’actifs. La BCE en Europe a elle indiqué un calendrier à la fin de l’année. C’est dont la suite des QE « Quantitative Easing » qui ont permis de maintenir un peu de croissance durant les dernières années avec + de dettes. La Fed  a acheté une quantité considérable d’obligations pour maintenir le système financier à flots. Mais l’inflation qui était en cours + la guerre en Ukraine et les perturbations continues de la chaine d’approvisionnement, font douter les investisseurs sur la possibilité que cette remontée se passe bien. Rien ne dit que la hausse des prix rendus obligatoires par la hausse des coûts (matières premières, énergie, logistique, transport)…que les entreprises doivent répercuter, ne fasse finalement chuter l’économie. D’où la peur actuelle sur les marchés financiers.

Et donc pour un fois le Sell in May and Go Away semble se verifier

Oui “Sell in May and go away” l’adage boursier qui fait référence à la performance historiquement plus faible des actions de mai à octobre par rapport à l’autre moitié de l’année. Depuis 1990, le S&P 500 a enregistré un rendement annuel moyen d’environ 2 % de mai à octobre, contre environ 7 % de novembre à avril. Cette théorie fonctionne à peu près si on a fait ça depuis plus de 100 ans et qu’il y a de longues périodes où ça n’a pas fonctionné – comme par exemple, les 20 dernières années ! Les investisseurs ont oublié leurs lunettes roses, ils broient du noir en ce moment. Y a de l’inflation, les Russes en ont ajouté une couche, les Banques Centrales sont sous pression, les taux vont monter et ça sera moins facile d’avoir de l’argent gratuit. Mais toutes les crises sont des opportunités. Pas facile à voir, certains investisseurs, je vous le promets, le font très bien.

Didier une renaissance dans le secteur automobile

Oui dans l’automobile, vous savez l’habitude est de parler du Phénix qui renait de ses cendres pour les marques, plusieurs sont mortes plusieurs fois. Mais sont toujours vivantes. L’automobile est toujours affecté par les pénuries de semi-conducteurs, et c’est l’annonce de Volkswagen qui prévoit de réintroduire la marque tout-terrain « Scout » aux États-Unis en proposant de nouveaux pick-up et véhicules utilitaires sport (SUV) électriques, qui est intéressante. Volkswagen avait racheté la marque l’an dernier. VW a déclaré qu’il allait créer une société distincte et indépendante pour construire le Scout à partir de 2026. Ce véhicule sera conçu, fabriqué et mis au point aux États-Unis pour les clients américains.  Le directeur général du groupe VW, Herbert Diess, a déclaré que “l’électrification offre une occasion historique d’entrer” sur le marché américain des pick-up et souligne “l’ambition de VW de devenir un acteur important sur le marché américain”. Et pour rappel, la dernière fois que VW a vendu un pick-up aux États-Unis, c’était au début des années 1980. Cela fait partie des éléments de la stratégie du groupe allemand pour d’atteindre 10 % de part de marché aux États-Unis. Pour la petite histoire Harvester a cessé de fabriquer le Scout et le Travelall en 1980, après les chocs pétroliers du milieu des années 1970, alors qu’elle était en pleine restructuration.

 

Toutes les émissions “L’info éco +” déjà diffusées sont disponibles sur ce lien : https://www.labourseetlavie.com/category/economie-et-pedagogie/linfo-eco-presentee-par-didier-testot-sur-sud-radio

Print Friendly, PDF & Email