Sylvain Gauthier Pdg Staff & Line.

31 mars 2010 10 h 47 min
+ de videos
23
Views

Staff & Line : résultats annuels 2009 et perspectives. Sylvain Gauthier Pdg Staff & Line détaille la stratégie et les perspectives du spécialiste du marché de l’IT Management (gestion des infrastructures informatiques).

Pour l’actualité financière de la société : Staff & Line

Web TV www.labourseetlavie.com : Sylvain Gauthier, bonjour. Vous êtes le Pdg de Staff & Line. On va parler avec vous des résultats et des perspectives de l’année 2009. On a pu voir que votre dernier trimestre semblait meilleur. Qu’est ce qui a été le plus important cette année sur votre secteur ?

Sylvain Gauthier, Pdg de Staff & Line : « Oui il n’a échappé à personne que la crise était à son plus fort à la fin de l’année 2008 et début 2009. Le premier semestre 2009 a été très difficile et puis vers le second semestre nos clients ont commencé à manifester quelques signes d’ouverture. Un certain nombre de commande était bloquée pour des raisons stratégiques. Elles ont pu se débloquer au second semestre. Il fallait arriver à passer le message comme quoi nos solutions permettent aussi d’économiser de l’argent et donc la dépense apparente d’acheter un logiciel comme EasyVista permet aussi de faire des économies à moyen termes. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Votre activité est la gestion des infrastructures informatiques. On pourrait dire que dans ces périodes là on peut en avoir plus besoin. Il faut plus optimiser. Comment arrivez-vous de nouveau à convaincre les clients de recourir à vos solutions ?

Sylvain Gauthier, Pdg de Staff & Line : « Oui effectivement ce marché est aujourd’hui à maturité. On n’imagine pas avoir une structure informatique d’une taille significative sans outil de gestion. Simplement les outils de gestion actuels, qui sont souvent essentiellement américains, sont assez lourds, complexes à maintenir et difficiles à faire migrer ou à faire évoluer. Comme les entreprises aujourd’hui bougent énormément avec des fusions, des acquisitions, des regroupements et des vrais réorganisations, et bien il est extrêmement important pour les services informatiques d’avoir un outil qui leur permettent d’avoir la flexibilité nécessaire et accessoirement un prix de revient ou un TCO « Total cost of ownership » qui leur permettent d’avoir une solution moins coûteuse que la solution qu’ils ont aujourd’hui. Donc en fait l’essentiel du marché aujourd’hui est un marché de renouvellement et de modernisation avec des solutions de gestion d’infrastructures. »

Web TV www.labourseetlavie.com : ce qu’on a connu, je dirai, comme type de crise sur vos marchés que se soit dans les différents pays tels le Royaume-Uni et d’autres pays ; Avez-vous connu la même réaction de la part de vos clients ? Ou il y a eu des marchés qui ont plus tenu ?

Sylvain Gauthier, Pdg de Staff & Line : « Effectivement le plus dur a été au Royaume-uni. C’est peut-être dû à l’activité bancaire qui est plus présente au Royaume-Uni. Dans des pays comme l’Espagne, qui parait être vraiment touchée de plein fouet par la crise, finalement on s’est aperçu que l’activité était soutenue pour deux raisons : la modernisation de l’administration est d’actualité puisqu’on tente de réduire le déficit public donc quelque part il faut trouver des moyens de faire des économies. Le moyen de faire des économies est d’avoir des logiciels qui permettent d’être plus efficace. Et puis parce qu’il y a tout un maillage national. L’Espagne est un pays organisé en provinces. Chaque province, au niveau de sa région, essaie encore une fois de s’équiper de façon à moderniser son infrastructure et donc d’investir dans des logiciels qui lui permettent de réaliser des économies. »

Web TV www.labourseetlavie.com : vous parliez du secteur de la banque qui a été touché par ce ralentissement. La banque a été touchée plus spécialement ou tous les secteurs ont-ils subis ce ralentissement ?

Sylvain Gauthier, Pdg de Staff & Line : « Ecoutez, je crois que c’est général dans tous les secteurs de l’économie. La seule exception, peut-être, serait les organisations gouvernementales où chaque année on a de toute façon des budgets, certes faibles, mais qui sont renouvelés chaque année. On a peut-être une réaction contra-cyclique au niveau de l’administration mais tout le secteur privé a été touché de la même manière. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Comment évoluent vos investissements dans ce contexte ? On imagine qu’il faut ajuster et penser aux innovations donc quelles sont les priorités ?

Sylvain Gauthier, Pdg de Staff & Line : « Alors je vais dire que nous avons vécu la crise de façon la plus offensive possible. Nous avons fait de grosses économies qui sont de l’ordre de 1,6 millions d’Euros entre l’exercice 2008 et l’exercice 2009. Mais sur des dépenses non stratégiques : sous-traitance, frais généraux, etc ; en laissant une part importante dans la R&D. C’est-à-dire que nous avons un ratio de plus de 10 % dans la R&D et ça on y tient. L’innovation est un des gros différenciateurs pour nous car nous sommes une petite société. Notre force est de monter notre capacité d’innovation. L’autre axe principal était de repositionner la société en montrant comment son savoir-faire allait permettre de rendre cette gestion de l’infrastructure ou de l’informatique plus simple et donc moins coûteuse pour nos clients. »

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est à dire par le biais du marketing ?

Sylvain Gauthier, Pdg de Staff & Line : « Tout à fait et paradoxalement comme la plupart des acteurs n’investit plus dans les périodes de crise même sans faire des investissements colossaux, le fait simplement de renouveler l’image, de simplifier le message et de le faire savoir, nous a donné une visibilité bien meilleure pendant cette période de crise. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Pensez-vous renouer avec la croissance sur l’exercice 2010 et en termes de rentabilité, que pensez-vous faire ?

Sylvain Gauthier, Pdg de Staff & Line : « C’est toujours très difficile de faire des prévisions. En 2009 nous sommes très proche de l’équilibre d’exploitation à 200 K€ près. On peut considérer que l’on n’est pas loin d’y être. Si les choses continuent de la même manière et bien on devrait faire la même chose en 2010. Et puis les efforts que nous avons fournis en 2009 à la fois en marketing, en innovation sur les nouveaux produits et dans la construction de tout un réseau de distributeur qui a été mis en place en 2009 devrait porter ses fruits et donc nous permettre de combler ce retard en termes de rentabilité et donc d’atteindre un objectif de rentabilité pour 2010. »

©www.labourseetlavie.com 31 mars 2010

Print Friendly, PDF & Email