Judith Greciet Directrice Générale Onxeo : "La fusion nous permet d'avoir élargi notre portefeuille".
Après la fusion BioAlliance Pharma - Topotarget, le profil et les perspectives du nouveau groupe

10 septembre 2014 21 h 02 min
+ de videos
232
Views

Après la fusion BioAlliance Pharma – Topotarget, le profil et les perspectives du nouveau groupe Onxeo.

L’activité du nouveau groupe Onxeo (spécialiste des maladies orphelines) consiste à faire prospérer les recherches sur plusieurs produits Validive, Livatag et celui issu de Topotarget Belodaq.

Quel est le potentiel de création de valeurs du nouvel ensemble ?

Nous en parlons ainsi que des perspectives avec Judith Greciet Directrice Générale Onxeo.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Judith Gréciet, bonjour. Vous êtes directrice générale d’Onxeo, c’est donc le nouveau nom issu de la fusion de BioAlliance Pharma avec topotarget, fusion donc qui a été réalisée. On va parler avec vous de votre actualité, de ce nouveau périmètre. Est-ce que l’on peut dire d’ores et déjà coté fusion que l’essentiel, on va dire, a été fait ?

Judith Gréciet, Directrice générale de Onxeo : Une bonne partie a été faite, notamment la partie légale, la partie capitalistique puisque la fusion a été votée par les actionnaires, les actions ont été… c’était une fusion uniquement en action, donc les actions ont été émises, échangées auprès des actionnaires, ex-actionnaires de Topotarget, et donc Onxeo existe maintenant en termes de place financière sur le Nasdaq OMX, la place danoise, et sur Euronext bien sûr. Donc toute cette partie-là est complètement derrière nous. Aujourd’hui évidemment notre activité, elle est d’intégrer le programme Beleodaq dans sa nouvelle indication et dans ses indications à venir, et l’équipe qui vient avec et qui est basée aujourd’hui à Copenhague.

Web TV www.labourseetlavie.com : Il a pu y avoir des mouvements en bourse, cela a pu être lié à l’opération de fusion elle-même ?

Judith Gréciet, Directrice générale de Onxeo : Effectivement on a eu, après la finalisation et l’échange d’actions, un mouvement, plutôt une baisse relative de l’action qui probablement, comme toujours, c’est multi-paramètres, probablement l’été avec des faibles volumes n’aide pas, on s’y attendait un peu. On a essayé de faire le maximum pour en limiter le risque et l’étendue un petit peu de flow back c’est-à-dire d’actionnaires danois petits porteurs qui ont probablement vendu des actions, voilà. Mais on voit que depuis maintenant fin août, on a une action qui s’est redressée, qui, j’espère, va poursuivre et son augmentation est arrivée sur des taux bien supérieurs, mais voilà, ce mouvement est probablement derrière nous maintenant.

Web TV www.labourseetlavie.com : Quand on parle de fusion, il y a à la fois un peu d’inquiétude et beaucoup d’espoir bien sûr de part et d’autre, quels éléments vous mettez en avant, vous, aujourd’hui, les plus importants justement qui vont être favorables à cette opération ?

Judith Gréciet, Directrice générale de Onxeo : La fusion entre Topotarget et BioAlliance, donc Onxeo, elle est vraiment le reflet et soutenue par une très, très forte logique capitalistique de pipeline et une logique industrielle d’expertise. Donc c’est vraiment une fusion par le haut, c’est vraiment une fusion pour la construction et pour la synergie et la création de valeurs par la synergie. Ce n’est clairement pas une fusion pour créer de la valeur en diminuant les coûts, ce n’est pas sur des sociétés comme les nôtres que l’on va essayer de travailler sur cet aspect-là des choses, mais bien pour créer de la valeur au travers de la synergie de ces deux sociétés, synergie qui a été extrêmement importante. Donc aujourd’hui la fusion nous permet d’avoir élargi notre portefeuille, on a un produit plus, avec des multiples indications potentielles. On a un très fort partenariat aux États-Unis avec un partenaire, Spectrum, qui est un partenaire important aux États-Unis. On a un actionnariat élargi avec des actionnaires nordiques. On a une attractivité et une visibilité financières plus grandes. Donc je crois qu’effectivement tous les tenants et les aboutissants sont remplis pour faire de cette fusion dans l’avenir une transaction et une opération extrêmement favorables.

Web TV www.labourseetlavie.com : Votre recherche concerne les médicaments innovants, dans le domaine des maladies orphelines en oncologie. Alors, il y a un certain nombre de produits bien entendu que vous mettez en avant. Si on revient sur ces produits, on en est où justement par exemple sur le Validive pour commencer par rapport à votre propre calendrier d’expériences ?

Judith Gréciet, Directrice générale de Onxeo : On a trois médicaments aujourd’hui qui forment le pipeline, corps d’Onxeo. Donc si on démarre par Validive, pour reprendre celui que vous citiez, qui est développé dans la mucite orale sévère chez des patients qui sont traités pour un cancer O.R.L., qui sont traités par radiothérapie comme c’est la très, très grande majorité des cas, et la radiothérapie va générer cette inflammation qui est une condition extrêmement sévère pour les patients. Nous avons réalisé une étude de phase 2 dont nous avons terminé le recrutement. Donc aujourd’hui nous sommes en train de préparer toutes les données et on prévoit de manière sûre maintenant d’annoncer les résultats au quatrième trimestre, c’est-à-dire dans les prochaines semaines. Donc ça, cela va être un des événements majeurs, marquants pour la fin de l’année d’Onxeo et c’était bien le calendrier que l’on avait prévu. Le deuxième médicament, on va dire issu de la recherche française, si on peut le dire ainsi, Livatag, lui est en phase 3 dans le traitement des cancers primitifs du foie, ce que l’on appelle l’hépatocarcinome, la phase 3 est en cours, le recrutement se passe comme prévu. On attend les résultats pour 2016, fin 2016 ou début 2017, et là aussi on est en ligne avec notre calendrier. Et puis, le troisième médicament, donc qui est lui issu de la recherche danoise, et que nous avons acquis au travers de l’absorption de Topotarget, il s’appelle Beleodaq. Il a été enregistré aux États-Unis en juillet, ce qui était prévu pour août, on a été en avance sur le calendrier, ce qui est une excellente nouvelle. Donc aujourd’hui il a la validation des autorités américaines dans une indication très orphan, donc avec un nombre de patients très limité, qui est un sous-type de lymphomes hodgkiniens, et il y a d’autres indications à venir que nous avons l’intention évidemment de développer dans le temps futur. Donc ce portefeuille avance comme prévu. Pour l’instant on est bien en ligne avec le calendrier, et comme je vous le disais, Validive va être pour nous une actualité très importante en fin d’année.

Web TV www.labourseetlavie.com : Qu’est-ce que l’on peut dire de la situation financière de la société ? Donc en termes de cash, où vous en êtes ? Et puis les revenus que vous allez pouvoir obtenir justement d’un certain nombre de partenariats ?

Judith Gréciet, Directrice générale de Onxeo : Fin juin, avec l’annonce des résultats semestriels, nous avions une situation de cash de 19,2 millions d’euros. À cela va venir s’ajouter en termes de revenus un milestone, donc un paiement qui est prévu dans le cadre de l’accord de partenariat avec Sepctrum aux États-Unis sur Beleodaq, sur le médicament que nous avons acquis. Avec l’enregistrement par la FDA, il était prévu le versement par Spectrum à Onxeo maintenant d’un montant de 25 millions de dollars, donc à peu près 18 millions d’euros, ce qui est extrêmement significatif, dans les prochaines semaines, avec un délai contractuel. Donc ça, ça va être une source de revenus très importante. Par ailleurs nous avons des médicaments commercialisés, dont Beleodaq, dont nous attendons un certain nombre de revenus au travers de royalties de ventes qui, là aussi, va venir compléter les sources de revenus de la société, et ce qui nous amène aujourd’hui à une visibilité d’à peu près 18 mois en termes de cash pour la société avec les 19 millions en caisse et les montants attendus dans les prochaines semaines.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc de votre point de vue vous êtes assez confiante sur les prochains mois, on a parlé de cette étape de fin d’année 2014, mais sur les mois suivants ?

Judith Gréciet, Directrice générale de Onxeo : Écoutez, ces 18 mois sont pour nous, je dirais, une durée « normale » dans les standards de la biotech, ce n’est jamais complètement confortable. Cela reste toujours une question de fonds pour des responsables de sociétés comme les nôtres, comment financer l’entreprise et notamment accélérer nos développements et élargir nos développements, pour cela il nous faut des montants de trésorerie qui le permettent. Donc cela fait partie des sujets qui sont à l’ordre du jour en permanence. La grande force d’Onxeo, c’est d’avoir un certain nombre de sources de revenus possibles que l’on va pouvoir finalement orchestrer et, en fonction des résultats de ces sources de revenus, on verra comment est-ce que les prochains mois se dessinent, mais je dois dire que on a significativement renforcé aussi notre niveau de trésorerie avec cette fusion.

 

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 10 septembre 2014.

 

 

Print Friendly, PDF & Email