Judith Greciet Directrice Générale Onxeo : "On a besoin de pouvoir investir".
Augmentation de capital d'Onxeo et perspectives de la société spécialisée dans les biotechnologies

18 novembre 2014 14 h 42 min
+ de videos
998
Views

Onxeo, société spécialisée dans le développement de médicaments orphelins en oncologie vient d’annoncer le lancement en France et au Danemark d’une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (« DPS ») pour un montant brut de 35,4 millions d’euros. Ce montant est susceptible d’être porté à un maximum de 41,6 millions d’euros en cas d’exercice de la totalité des instruments financiers donnant accès au capital de la Société avant le 26 novembre 2014 et de la clause d’extension.

Nous parlons des objectifs de l’opération d’augmentation de capital avec Judith Greciet, Directrice Générale d’Onxeo.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Judith Greciet, bonjour. Vous êtes directrice générale d’Onxeo. On va parler de votre actualité puisque vous venez de lancer une augmentation de capital avec maintien du DPS. Quand on avait parlé de ce sujet-là il y a quelques mois, vous aviez dit que c’était éventuellement possible, qu’il y avait tout de même de la trésorerie au sein du groupe Onxeo et puis un certain nombre de revenus qui allaient arriver, on l’a vu récemment, qu’est-ce qui a le plus, je dirais, impacté l’idée de dire « On va faire, on a besoin de cette opération » pour vous ?

Judith Greciet, Directrice générale de Onxeo : Alors, je pense que c’est notre actualité et les projets que l’on doit développer et sur lesquels on cherche à capitaliser pour l’avenir et pour créer de la croissance. 2014 a été une année incroyable, je crois, franchement pour Onxeo, BioAlliance, puis Onxeo. On a réalisé énormément de choses, on a fusionné, on a fait l’acquisition d’un laboratoire danois, d’un produit qui a eu une AMM entre-temps, notre phase II de Validive a été publiée tout fin octobre avec des résultats positifs. Donc on a énormément avancé. On a maintenant devant nous des phases III, des développements en cours, et pour quelque part finir, pour poursuivre, pour continuer d’accélérer, on a besoin de pouvoir investir, on a besoin d’avoir un peu de flexibilité financière parce que élargir le développement et les centres qui vont recruter des patients sous Livatag pour optimiser le taux de recrutement, démarrer cette phase III de Validive, se donner les moyens de la préparer déjà, puis la démarrer, poursuivre le développement de Beleodaq. On a préparé énormément de choses en 2014. On s’est donné énormément d’actifs et de moyens. Pour continuer à accélérer, on a besoin de flexibilité financière et quelque part, maintenant que ces nouvelles et ces acquis sont derrière nous, maintenant que l’on sait que l’on voit pouvoir accélérer sur ces médicaments-là, il était nécessaire pour nous et c’était le bon moment de se mettre en ordre de marche aussi d’un point de vue trésorerie pour pouvoir le faire dans les meilleures conditions.

Web TV www.labourseetlavie.com : Quelques mots de l’opération avec donc des actionnaires qui étaient déjà là et qui donc garantissent, pour leur part en tout cas, donc ces actionnaires, il y en a par exemple Financière de la Montagne qui est là depuis 2008…

Judith Greciet, Directrice générale de Onxeo : Financière de la Montagne est le plus gros actionnaire, le premier actionnaire d’Onxeo. Effectivement, il est là depuis maintenant six ans. C’est quelqu’un qui soutient énormément… c’est un actionnaire qui soutient énormément l’entreprise et sa participation s’inscrit dans le cadre de la capitalisation du prêt qu’il a fait pour Onxeo au mois de juillet dernier et donc il va souscrire à hauteur du remboursement capitalisé de son prêt, ce qui correspond à peu près à 13,5 millions. Il y a deux autres actionnaires qui ont donc souscrit et qui se sont engagés à souscrire pour des montants extrêmement significatifs, un actionnaire américain qui s’appelle Capital Ventures qui s’est engagé à souscrire pour un montant de 20 millions à titre irréductible et réductible évidemment en grande partie puisque ce n’est pas un actionnaire majeur aujourd’hui, et Nyenburgh qui, lui, est un investisseur spécialisé, basé aux Pays-Bas, qui, lui, s’est aussi engagé à souscrire à hauteur de 5 millions à la fois à titre irréductible et réductible.

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté des actionnaires, quand il y a ce type d’opérations, c’est toujours parfois… la première réaction, il y a une réaction d’inquiétude en se disant « avec ce DPS, qu’est-ce qui va se passer par la suite ? » et puis ils regardent le cours du titre qui les inquiète un petit peu en se disant que finalement cela arrive peut-être à un mauvais moment, qu’est-ce que vous leur dites aujourd’hui ?

Judith Greciet, Directrice générale de Onxeo : Je leur dis que cette opération elle a été pensée pour eux, dans sa structure, puisque ce que l’on a cherché à faire et ce que l’on cherche à faire là, c’est tout d’abord leur permettre de venir, on fait une augmentation de capital, une offre publique avec maintien du droit préférentiel de souscription, du DPS, ce qui permet finalement à tout un chacun, à tout actionnaire de pouvoir souscrire. Et donc finalement, pour lui, c’est relativement « indolore » puisque il a la possibilité avec des conditions attractives de souscrire à cette augmentation de capital. Et ça c’était important là encore parce que on a des gens qui nous suivent depuis longtemps, qui sont des actionnaires fidèles, et on voulait ne pas leur donner la possibilité d’être avec nous sur cette opération. Je pense que c’est aussi, je crois, une grande marque de confiance et de crédibilité pour la société que d’avoir une opération qui est finalement garantie ou sécurisée de manière extrêmement importante avec des gens qui sont prêts à venir, à hauteur de 5 ou de 20 millions, et qui finalement garantissent le bon déroulé, la bonne fin de l’opération. Mais je pense que c’était le bon moment pour nous, on a quelque part, encore une fois, réaliser tous nos challenges cette année. On sait que l’on a des produits, que ce soit Beleodaq qui a eu son enregistrement, que ce soit Validive qui a eu sa phase II, on a des produits qui sont maintenant pertinents à poursuivre en termes de développement pour aller plus loin, et cette augmentation de capital va nous le permettre et j’espère que les actionnaires vont le comprendre, que c’était pour nous le moyen, finalement, de construire la croissance de demain.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous mettriez plus en avant finalement aujourd’hui la diversité avec ces différents produits que vous allez pouvoir faire évoluer plutôt que d’avoir un blockbuster comme des fois on attend cela quand on parle avec les Biotech, on attend le blockbuster qui va… ?

Judith Greciet, Directrice générale de Onxeo : Je pense que l’une des grandes, grande force d’Onxeo, c’est que je peux répondre « un peu les deux » c’est-à-dire que l’on a un médicament qui est potentiellement un blockbuster, qui est Livatag dans une indication sur lequel il y a un besoin très important et un potentiel de chiffre d’affaires très important, le cancer primitif du foie. Mais on n’a pas que celui-là et c’est encore une fois un profil unique dans une Biotech aujourd’hui. On a aussi deux autres produits qui sont déjà très avancés dans leur développement, Validive qui a été tamponné, estampillé par les experts, bon pour la phase III très récemment, et puis Beleodaq qui a déjà obtenu une AMM aux Etats-Unis, sur lequel on réfléchit, pour lequel on réfléchit à d’autres indications. Donc une des grandes forces de la société, c’est que l’on a en même temps des produits avec des potentiels très forts et en même temps construit un portefeuille équilibré, qui va dans le même sens des médicaments orphelins en cancérologie, mais indépendant et qui nous permet finalement d’avoir plusieurs pieds sur lesquels on repose, et ce qui permet de minimiser considérablement le risque que l’on a d’habitude dans les Biotech.

Web TV www.labourseetlavie.com : En conclusion peut-être, qu’est-ce qui pourrait, selon vous, améliorer cette valorisation de l’entreprise dans les prochains mois, ce qui ravirait bien entendu les actionnaires minoritaires notamment ?

Judith Greciet, Directrice générale de Onxeo : Tous d’ailleurs, je ne prends pas que les minoritaires, tous, et moi aussi d’ailleurs. Écoutez, je pense que on a probablement… On a eu un stock rallye, un cours de bourse plutôt favorable cette année, la fin d’année un peu moins que le début, mais néanmoins il faut être aussi, je crois, honnête, on a par rapport à l’année dernière et par rapport aux années précédentes plus que doublé la capitalisation de la société. Donc, on peut regarder le verre à moitié vide ou à moitié plein, je pense que si on le regarde de manière honnête, on peut aller plus loin mais on a déjà parcouru pas mal de chemin en termes de valorisation. Donc, qu’est-ce qui peut poursuivre cela ? Je pense une communication très claire, au fur et à mesure de nos milestones et une explication probablement, peut-être encore plus claire et percutante, sur les actifs clés et la valorisation que l’on construit de la société finalement au quotidien, l’avancée de nos programmes, le démarrage de nouvelles études cliniques, voilà… Je pense que ce qui peut poursuivre la création de valeurs et ce qui doit poursuivre la création de valeurs, c’est de poursuivre nos développements, de créer au fur et à mesure, de passer au fur et à mesure les étapes, ce qui doit amener une poursuite de la croissance de l’action finalement constante et de plus en plus importante.

Web TV www.labourseetlavie.com : On suivra cela. Merci Judith Greciet d’avoir été avec nous.

 

 © Tous droits réservés www.labourseetlavie.com 18/11/2014

 

Print Friendly