Anne-Sophie d'Andlau Co-fondatrice CIAM : "Un nouveau souffle est nécessaire pour redresser Scor".
Des actionnaires contestent la Gouvernance chez Scor : Rdv à l'Assemblée Générale le 30 juin 2021

12 juin 2021 17 h 56 min
+ de videos
366
Views

Obligation de non-dénigrement, engagement de non-agression… La bataille qui a opposé depuis près de trois ans le réassureur SCOR, présidé par Denis Kessler, à son premier actionnaire, le groupe Covéa (GMF, MAAF et MMA), qui est dirigé par Thierry Derez, vient de connaître un dénouement cette semaine. L’assureur mutualiste a désormais cinq ans pour se retirer du capital de SCOR avec une option pour lui céder ses titres au prix de 28 euros. Il lui est aussi interdit toute tentative de prise de contrôle pendant sept ans. A cela s’ajoute le versement de 20 millions d’euros en contrepartie de l’abandon de toutes les procédures judiciaires.

Cet accord ne rassure pas pour autant tous les investisseurs et dans l’agenda, il survient à quelques jours de l’Assemblée Générale de Scor où plusieurs actionnaires institutionnels voulaient mettre fin à la Gouvernance actuelle du groupe.

CIAM en fait partie et espère fédérer contre les résolutions proposées par la Direction actuelle de Scor. Dans un communiqué CIAM a indiqué : “Nous prenons acte du projet d’accord transactionnel conclu entre Scor et Covéa et nous nous félicitons de son impact positif pour la Place de Paris. Nous observons néanmoins que l’actionnaire majoritaire de Scor est désormais contraint de voter en faveur des projets de résolution du Conseil d’Administration, y compris la nomination d’Administrateurs, et de s’opposer à tout autre projet de résolution non approuvé par le Conseil. Nous constatons que Denis Kessler renforce ainsi son assise en neutralisant son actionnaire principal. Nous resterons donc très vigilants sur la gouvernance de Scor. Nous notons que cet accord survient fort opportunément quelques jours à peine avant l’Assemblée Générale. En tant qu’actionnaire pour lequel la gouvernance est un élément clé de l’entreprise et de sa valorisation, nous continuons à appeler les actionnaires à voter contre les résolutions concernant le renouvellement des administrateurs, ainsi que contre la rémunération de Denis Kessler (succession chaotique et rémunération déconnectée de la performance de l’entreprise)” .

Anne-Sophie d’Andlau Co-fondatrice de CIAM est l’invitée de la Web Tv pour expliquer sur sa démarche.

Elle considère que Denis Kessler ne peut pas rester et qu’il y a des sujets de Gouvernance chez Scor qui “sont clé pour la place de Paris”.

 

Plus d’information sur la demande de CIAM : https://www.ci-am.com/news/2021/6/3/2021-scor-agm-vote-no-white-paper

 

 

Non-denigration obligation, non-aggression commitment… The battle that has opposed the reinsurer SCOR, chaired by Denis Kessler, to its first shareholder, the Covéa group (GMF, MAAF and MMA), which is headed by Thierry Derez, has just reached a conclusion this week. The mutual insurer now has five years to withdraw from the capital of SCOR with an option to sell its shares at a price of 28 euros. It is also forbidden to make any attempt to take control for seven years. In addition to this, SCOR will receive a payment of 20 million euros in exchange for the abandonment of all legal proceedings.

This agreement does not reassure all investors and in the agenda, it comes a few days before the General Meeting of Scor where several institutional shareholders wanted to put an end to the current governance of the group.

CIAM is one of them and hopes to federate against the resolutions proposed by the current management of Scor. In a press release, CIAM stated: “We take note of the draft settlement agreement between Scor and Covéa and we welcome its positive impact on the Paris market. However, we note that Scor’s majority shareholder is now obliged to vote in favour of the Board’s draft resolutions, including the appointment of Directors, and to oppose any other draft resolution not approved by the Board. We note that Denis Kessler is thus strengthening his position by neutralizing his main shareholder. We will therefore remain very vigilant about the governance of Scor. We note that this agreement comes at a very opportune moment just a few days before the General Meeting. As a shareholder for whom governance is a key element of the company and its valuation, we continue to call on shareholders to vote against the resolutions concerning the renewal of the directors, as well as against Denis Kessler’s remuneration (chaotic succession and remuneration disconnected from the company’s performance)”.

Anne-Sophie d’Andlau, co-founder of CIAM, is the guest of the Web Tv to explain her approach.

She considers that Denis Kessler cannot stay and that there are governance issues at Scor that “are key for the Paris market”.

Link for White Paper : CIAM

 

 

Print Friendly, PDF & Email