Julien-Pierre Nouen Economiste - Stratégiste Lazard Frères Gestion : "Plus favorable à la zone euro avec la parité euro-dollar".
Actualités économie et financière et implications pour la stratégie d'investissement

21 septembre 2014 13 h 45 min
+ de videos
120
Views

Actualités économie et financière et implications pour la stratégie d’investissement.

Evolution de la stratégie d’investissement et perspectives avec mon invité est Julien-Pierre Nouen Economiste – Stratégiste Lazard Frères Gestion.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Julien-Pierre Nouen, bonjour. Vous êtes économiste et stratégiste chez Lazard Frères Gestion. On va revenir avec vous sur la stratégie d’investissement et puis les perspectives économiques. Peut-être commençons par le canevas économique si vous voulez bien ? On en est où sur les principales économies ? Est-ce que les États-Unis ont plutôt, de votre point de vue, confirmé la reprise économique ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Nous le pensons. En fait, lorsque l’on regarde les statistiques économiques américaines, on avait eu ce premier trimestre qui a été caractérisé par une contraction de l’activité qui est très surprenante lorsque l’on regarde tous les autres indicateurs économiques, et cette surprise finalement, on a vu que cela n’était qu’un accident puisque dès le deuxième trimestre l’économie américaine a réaccéléré assez nettement et les indicateurs restent au vert.

Web TV www.labourseetlavie.com : L’économie américaine, on attend peut-être encore plus de création d’emplois. Il y a néanmoins un débat au sein de la Réserve fédérale américaine sur la politique monétaire ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Oui, vous avez le camp des colombes qui pense que la politique monétaire américaine va encore supporter l’activité et les faucons qui pensent que il faut commencer à songer à remonter les taux. Lorsque nous nous regardons l’État du marché du travail américain, on voit effectivement, comme la Fed, certains indicateurs qui ne sont pas encore revenus à un niveau cohérent avec une très bonne santé du marché de l’emploi, mais pour nous la tendance reste quand même à l’amélioration. Les créations d’emplois sont fortes, permettent une baisse rapide du taux de chômage. On pense donc que la Réserve fédérale devrait être amenée à remonter ses taux sans doute dès le deuxième trimestre 2015.

Web TV www.labourseetlavie.com : Quand on entend ou que certains disent que les banquiers centraux ne veulent pas surprendre, quelque part, les investisseurs, est-ce que c’est aussi votre point de vue c’est-à-dire que… cette espèce de pilotage des marchés ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Oui, oui, c’est le cas. Lorsque vous regardez les discours de Janet Yellen, on voit un glissement progressif avec jusqu’à la fin du printemps des discours qui étaient assez colombe justement et depuis son discours de Jackson Hole la prise en compte de l’amélioration rapide du marché du travail, plus rapide que ce que la Réserve fédérale anticipait et qui donc pourrait amener la Réserve fédérale à remonter ses taux plus rapidement que ce qui est actuellement anticipé par les marchés.

Web TV www.labourseetlavie.com : On sait que la Réserve fédérale va retirer ses liquidités au mois d’octobre, effectivement ce montant de liquidités, est-ce que cela ne peut pas avoir un impact même si le marché le sait ? Ce qui va se passer en octobre, le marché le sait.

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Alors, l’impact de la fin des achats de titres pour nous devrait être négligeable parce que c’est totalement intégré dans les marchés. Ce qui jouera davantage, ce seront justement les remontées des taux et donc leur impact sur le niveau des taux d’intérêt qui donc aux États-Unis devrait remonter dans les prochains mois.

Web TV www.labourseetlavie.com : En Europe, on n’est pas dans cette situation-là pour l’instant, loin de là, on a vu la Banque centrale européenne peut-être surprendre avec cette baisse de taux, quelle analyse vous faites de la situation en zone euro ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Pour nous, la zone euro rentre dans une phase qui devrait être plus favorable, notamment par ce qui a été fait par la BCE qui se surajoute à un changement de politique de la Réserve fédérale aux États-Unis, on lui disait souvent, la clé de ce qui se passe en Europe est peut-être côté américain avec notamment l’impact sur la parité eurodollar. On avait vu un eurodollar qui avait tutoyé les 1,40 au début de l’année et qui maintenant est passé sous les 1,30. Pour nous, c’est quelque chose de très positif pour l’économie européenne. C’est un mouvement qui va se poursuivre et qui donc va permettre de redonner du dynamisme au niveau de la zone euro. Les actions de la BCE également devraient permettre de soutenir la création de crédit à un moment où les banques (…) sont plus prêtes à prêter lorsque l’on regarde les enquêtes sur les conditions d’octroi des crédits. Et sur le plan budgétaire, on sent que l’on voudrait trouver un mix plus favorable à la croissance tout en respectant les limites des traités.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors cela pourrait éviter les sujets de déflation ou en tout cas que la déflation devienne un vrai sujet de crainte, cette parité, cette évolution de la parité si elle se confirmait ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Oui, la baisse de la devise a toujours des effets qui vont pousser l’inflation à la hausse, et lorsque nous, nous regardons l’inflation, hors alimentation et énergie, ce que nous constatons, c’est qu’elle s’est en fait stabilisée sur un rythme de progression légèrement inférieure à 1 %, ce qui était notre scénario de début d’année, et on pense qu’elle va continuer à le faire, mais que l’on aura toujours au sein de la zone euro cette très grande divergence entre le cœur de la zone euro où l’inflation s’est stabilisée et devrait progresser notamment en Allemagne du fait de la progression des salaires et les pays périphériques qui ont fait de très importants ajustements et où les prix relatifs baissent.

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté des pays émergents, là il y a eu peut-être des inquiétudes quand on regarde ce qui s’est passé au Brésil tombé en récession, on parlait il y a encore quelques mois de cette croissance des pays émergents, on voit qu’il peut y avoir aussi ce type d’accident. Comment vous abordez ces pays-là ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Avec beaucoup de sélectivité. On voit effectivement des pays qui étaient en situation très favorable se retrouver confrontés à des situations économiques délicates parce que l’on a, pour le cas du Brésil, des réformes qui n’ont pas forcément été faites et un investissement qui n’était pas au rendez-vous pour résoudre le problème des infrastructures, et d’un autre côté, vous avez la sphère asiatique qui elle se porte mieux, et c’est pour cela que l’on regarde cet ensemble de pays avec beaucoup de sélectivité.

Web TV www.labourseetlavie.com : On pourrait dire aussi qu’il y a eu là, si on prend le cas du Japon par exemple, on a vu l’impact de la hausse de TVA, c’est vrai qu’il y avait certaines économistes, certains même stratèges qui regardaient cela avec prudence, on voit l’impact que cela peut avoir, est-ce que ce n’est pas un nouveau risque sur le Japon ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Nous pensons que la hausse de la TVA effectivement a eu un impact, on le voit dans les chiffres des derniers mois. Ce qu’il est important d’avoir à l’esprit, c’est que les dernières statistiques sur les salaires montrent une accélération des salaires, donc on est sans doute encore dans la phase d’absorption de la hausse de TVA, mais si cette accélération des salaires se poursuit, cela validera le pari de l’abenomics et donc cela devrait amener la croissance au Japon à réaccélérer.

Web TV www.labourseetlavie.com : Quand on regarde donc ces différents marchés, on sait que les actions américaines notamment avaient largement surperformé, sur la partie actions, quelles sont un peu les grandes lignes des investissements ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Pour nous, on a encore une croissance mondiale qui devrait rester tout à fait correcte entre 3 et 3,5 % en tendance, qui supporte les profits des actions, donc on reste très positif sur toute la classe des actives actions. On pense qu’en revanche les effets Devises vont être importants et ce que l’on a pu constater par le passé, c’est que les phases de forte dépréciation de l’euro et surtout de l’appréciation du dollar sont plutôt positives aux actions européenne. Et cela arrive à un moment où en plus les entreprises européennes ont encore beaucoup de leviers opérationnels car elles sont en retard au niveau de la restauration de leur marge et donc cela devrait soutenir très nettement les profits des entreprises européennes.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc on aura quelque part cette croissance des profits qui justifiera les valorisations ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Voilà, c’est vrai que jusqu’à présent on a eu une normalisation des valorisations, il n’y avait plus grand-chose à attendre à ce niveau-là. Maintenant la croissance des indices Actions doit revenir de la croissance des résultats et on pense que la conjoncture se met en place pour observer cette croissance des résultats.

Web TV www.labourseetlavie.com : Le mot de la fin sur la partie obligataire, on ne peut pas ne pas être surpris par ce qui s’est passé à la fois en début d’année puis même cet été sur les marchés obligataires, cela a surpris beaucoup d’investisseurs, quelle est aujourd’hui… quelle est la tactique finalement sur ces marchés ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Pour nous, ce qui sera déterminant, ce sera le fait que la banque centrale américaine va remonter ses taux, cela devrait amener donc une remontée des taux, des taux longs américains également, et par effet de contagion, une remontée des taux longs un peu partout, d’autant que l’on pense que les inquiétudes de déflations dans la zone euro sont sans doute excessives et devraient se résorber l’année prochaine.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc avec peut-être des arbitrages sur les différentes classes d’actifs, notamment le high yield, on a vu des soucis cet été ?

Julien-Pierre Nouen, économiste chez Lazard Frères Gestion : Nous pensons en fait effectivement que le haut rendement a toujours un intérêt en termes de partage de spread, mais par contre dans nos allocations, nous privilégions maintenant le crédit subordonné financier qui bénéficie en fait d’un contexte de deleveraging des banques, donc de réduction du risque bancaire, qui se poursuit et notamment avec l’AQR dont on aura bientôt les résultats.

 

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 21 septembre 2014.

 

Cet interview a été tournée au Club Confair, 54 rue Laffite, 75009 Paris :

Site : http://club-confair.com/

Facebook : https://www.facebook.com/pages/54Laffitte-Club-Confair/1430912950489383?fref=ts

Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=-DOSfn2Wehw

 

Print Friendly, PDF & Email