Smallcap Event 2013 : Interview de Rik de Nolf Administrateur Délégué Groupe Roularta.
Après une année 2012 marquée par une baisse de l'activité, stratégie et perspectives du Groupe Roularta

19 avril 2013 9 h 36 min
+ de videos
164
Views

Au Smallcap Event 2013 organisé par CF&B Communication.

Après une année 2012 marquée notamment par une baisse de l’activité, stratégie et perspectives du Groupe Roularta.

Le groupe de medias, propriétaire en France de l’Express,  a vu les conditions du marché publicitaire se détérorier au second semestre 2012.

Le groupe aprévu un PSE en France, et continue sa mue numérique mais également vers la diversification de ses activités. Ainsi il a acheté en Belgique Euro DB (anciennement Coface Services Belgium), pour fournir des services aux entreprises.

Mutation, transformation, notre invité est Rik de Nolf Administrateur Délégué Groupe Roularta

Web TV www.labourseetlavie.com : Rik de Nolf, bonjour. Vous êtes le PDG du groupe Roularta, groupe  belge et français avec des activités dans le secteur des médias.  On va parler avec vous bien sûr au Smallcap Event de votre  actualité. Un mot peut-être pour rappeler comment s’est passé  pour vous l’année 2012,  on a bien vu que c’était difficile en Europe, cela a été  difficile d’abord sur le marché publicitaire ?

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : Cela a été difficile pour les magazines surtout et pour la première fois aussi on a constaté que même côté télévision, il y a eu quand même une certaine faiblesse à partir du dernier trimestre, donc cela c’était nouveau. Mais c’était lié à l’actualité, donc la situation en Belgique a un peu changé. Notre concurrent a changé d’actionnaires, donc il y avait des attentes, tout le monde pensait qu’il y aurait des grands changements. Aujourd’hui, nous sommes assez heureux de constater qu’il y a des changements mais je dirai au contraire c’est plutôt positif pour nous parce qu’on gagne quelques points, et donc la concurrence, en ce qui concerne l’audience, a perdu quelques points. Évidemment le marché publicitaire a été un peu perturbé, et donc même côté télévision les choses sont retardées un petit peu.

Web TV www.labourseetlavie.com : Ce n’est pas le moindre des paradoxes, on voit des journaux historiques de votre groupe, en Belgique, qui eux se sont bien comportés sur l’année 2012.

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : Oui, en Belgique, je dirais, on a tiré son plan mais quand même on est confronté avec la crise économique, avec le marché publicitaire qui hésite, et il n’y a pas encore vraiment de relance et il y a peu de visibilité.

Web TV www.labourseetlavie.com : Effectivement, on voit les transformations du groupe, que ce soit en Belgique ou en France, quelle est la priorité aujourd’hui ? Quels sont les principaux changements stratégiques ?

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : Il faut se réorganiser, c’est un fait, il faut s’habituer à vivre avec une recette publicitaire qui n’est plus la même, et donc on fait le nécessaire, et donc de ce fait en France il y aura des fusions, il y aura le passage au numérique pour certaines choses et donc il faut quand même réorganiser les équipes. Nous sommes en plein PSE et donc j’espère que cela va bien se passer. On prend le temps, cela prend beaucoup de temps en France, c’est la grande différence entre la France et la Belgique, mais donc le résultat au final sera quand même le même avec, je dirais, un certain retard.

Web TV www.labourseetlavie.com : Ce passage au numérique, forcément cela ne se fait pas, on va dire, en quelques semaines. Il faut y penser, il faut imaginer quels sont peut-être les titres qui seront complètement numériques, d’autres qui pourront être papier et numérique ?

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : Oui, nous avons des équipes assez performantes. Nous avons choisi pour une approche avec une grande marque, c’est L’Express.fr en France, on dépasse les 7 millions de visiteurs uniques par mois, mais il y a des rubriques très importantes comme la rubrique de l’entreprise qui était, qui est toujours un mensuel imprimé, mais qui va vraiment passer au numérique parce que on constate que les lecteurs cherchent des informations du genre banque de données, pratique, et c’est ce qui a été développé sur le site de L’Express. Donc il y a l’apport de Mieux vivre votre argent, l’apport de l’Expansion, l’apport de l’Equipe de l’entreprise, dans tout cela, cela renforce je dirais le contenu de l’offre de L’Express.fr.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc c’est vraiment le cœur, on va dire, du groupe en France, comme on peut le voir sur d’autres médias qui ont un site cœur et sur ce site cœur ils vont agréger des contenus.

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : C’est cela, donc cela c’est le grand projet, c’est la stratégie pour l’avenir. Donc autour de L’Express, on développe des cellules et des pools, c’est vrai pour la culture. Donc ces spécialistes sont responsables, je dirais, du quotidien sur les sites, de l’actualité sur l’hebdo, et en plus dans certains cas ils disposent d’un mensuel pour développer les grands dossiers, c’est vrai pour le cinéma avec Studio Ciné Live, pour la musique avec Classica, pour les livres avec Lire, pour tout ce qui est business et économie avec l’Expansion, donc autour de la grande marque L’Express on développe toutes les spécialités.

Web TV www.labourseetlavie.com : Bien sûr il y a toute l’évolution numérique vers les tablettes, cela demande des investissements, il va falloir accélérer ces investissements ?

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : Oui, mais ce n’est pas tellement dramatique. Nous avons un savoir-faire et donc systématiquement, aussi bien en Belgique en France, nous sommes présents sur les tablettes, sur tout ce qui est Androïd, on se prépare pour tout ce qui est Microsoft, donc là c’est devenu systématique, je dirais. Ce n’est pas vraiment le grand investissement. Le contenu, ça c’est autre chose, il faut continuer à développer de la qualité dans ce domaine et l’ensemble évidemment représente un effort quand même considérable.

Web TV www.labourseetlavie.com : J’ai vu aussi que récemment vous aviez acheté, justement vous parliez de bases de données, une activité de Coface Belgium, c’est intéressant, cela veut dire que effectivement il y a besoin de développer ce type d’activités ?

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : Je crois qu’en Belgique la marque s’appelle Trends, l’hebdo économique et financier, on avait déjà le Trends Stop avec tous les résultats et toutes les données concernant 300 000 sociétés belges, mais la partie service de Coface Belgique était spécialisée en ce qui concerne un service plus adapté aux besoins de chaque client, et donc cela va plus loin, cette business information, jusque des dossiers détaillés. Et donc c’est assez complémentaire avec ce que l’on faisait déjà, et pour nous c’est une piste de développement.

Web TV www.labourseetlavie.com : On voit aussi également sur des salons, vous en avez certains en France d’ailleurs et bien sûr en Belgique, c’était aussi une activité qui va se développer ?

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : Tout ce qui est « run extension » autour de ces grandes marques se développe. En Belgique, nous avons une centaine d’événements par an. On vient de racheter le salon Entreprendre, c’est l’équivalent du salon de l’Entreprise en France. On vient de racheter la journée Portes Ouvertes pour des sociétés en Belgique, c’est un événement où il y a plus de 100 000 visiteurs un certain dimanche en octobre, donc tout ce qui est vraiment proche de cette marque Trends, cela nous intéresse, et donc la diversification devient très importante.

Web TV www.labourseetlavie.com : On sait que historiquement les groupes de médias ont largement vécu de la publicité, avec ces bouleversements, effectivement, est-ce que l’on peut imaginer un jour qu’il y ait peut-être plus que 50 % des chiffres d’affaires qui soient liés à la publicité et une part de plus en plus importante qui soit liée à d’autres activités ?

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : C’est vrai parce que pour notre groupe la publicité représente encore 56 %, mais si on tient compte du fait qu’il y a plusieurs médias qui dépendent à 100 % de la publicité comme la télé, la radio, les journaux gratuits, tout cela c’est 100 %, malgré ce fait pour le groupe dans sa totalité, la publicité ne représente que 56 %, ce qui veut dire que tout ce qui est diversification, le marché du lecteur évidemment représente 25 % de notre chiffre d’affaires, mais il y a aussi tout ce qui est salon, tout ce qui est événement, tout ce qui est e-commerce, on vend des voyages, des croisières, des vins, des assurances, donc tout cela devient très important.

Web TV www.labourseetlavie.com : Pour l’investisseur, ce n’est pas évident de regarder ces évolutions de groupe. Il peut se demander en termes de rentabilité comment cela va se passer, on voit ce qui se passe en France, on voit que c’est compliqué, qu’il y a des titres qui ferment, il y en a qui cherchent un peu leur modèle encore, est-ce qu’il y a effectivement un avenir boursier en tout cas, quel est l’avenir boursier justement d’un titre média ?

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : Je pense que c’est précisément ce phénomène de diversification qui peut rentabiliser un titre. On a constaté qu’avec Trends, en très peu de temps, on a pu changer vraiment la donnée, tout ce qui était événementiel coûtait de l’argent parce que c’était considéré comme une promotion pour le titre, c’est devenu un centre d’exploitation rentable. Parfois la marge peut être très intéressante, et donc on multiplie les nouvelles initiatives dans ce domaine.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci d’avoir fait le point avec nous,Rik de Nolf, donc à ce Smallcap Event, on rappelle que vous êtes donc le PDG du groupe Roularta.

Rik de Nolf, Pdg du Groupe Roularta : Merci beaucoup.

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés 19 avril 2013.


Print Friendly, PDF & Email