Michel Favre Directeur Financier Faurecia : "Nous sommes très optimiste pour l'année 2015".
Oddo Forum 2015 : Exercice et perspectives de l'équipementier automobile

20 janvier 2015 17 h 58 min
+ de videos
579
Views

La Web TV www.labourseetlavie.com présente au Oddo Forum 2015 organisé à Lyon le 8 et le 9 janvier a rencontré de nombreux dirigeants pour parler de l’année 2014 et des perspectives.

Actualités et perspectives de l’équipementier automobile qui prévoient des innovations notamment sur l’intérieur des automobiles.
Le groupe va accélérer ses investissements et table sur 100 millions d’euros d’investissement par an.
Mon invité est Michel Favre Directeur Faurecia. 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Michel Favre, bonjour. Vous êtes le directeur financier de Faurecia. Nous sommes avec vous au Oddo Forum 2015 où vous voyez des investisseurs. Vous leur parlez bien sûr de cette année 2014, vous êtes un équipementier automobile. Globalement pour vous, comment s’est passée cette année 2014 ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : On a eu beaucoup de chance, on va dire, en 2014 puisque nos grands marchés sont en croissance et nous avons d’ailleurs, sur deux des trois marchés, surperformé la croissance en volume, prenez des chiffres, d’une manière très simple, +5 % en volume tant en Europe qu’en Amérique du Nord, +9 % en Chine, donc une année très favorable. Deuxième sujet, petite détente sur les matières qui se confirme, renversement sur les devises, ce qui fait que nos activités en Amérique et surtout en Chine sont réévaluées. Donc j’ai envie de dire un peu les astres sont favorables aujourd’hui à Faurecia. En ce qui concerne le déploiement de la stratégie, nous avions un grand sujet d’exécution de démontrer notre capacité de remonter nos chiffres, le premier semestre l’a démontré, sans parler du deuxième semestre, vous voyez que nous sommes sereins sur le fait que nous exécutons tout ce que nous avons promis.

Web TV www.labourseetlavie.com : Les marchés sont très différents souvent, nous on le voit ici, d’Europe, de France, on avait vu des marchés automobiles qui étaient particulièrement affectés, ce n’est pas le cas dans d’autres zones, aujourd’hui, là où vous vous estimez avoir le plus de croissance justement, sur quel type de marché ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : Nous avons la croissance la plus forte en Asie, surtout en Chine, puisque nous sommes avec les gagnants du marché c’est-à-dire les grands constructeurs américains et européens, Ford, Peugeot, Volkswagen, General Motors principalement, donc nous surperformons de près de 10 points le marché en Chine, je crois que c’est là la principale zone de croissance. Nous allons reprendre une croissance forte en Amérique du Nord, mais là ce sera plus par des gains de parts de marché, et le fait que notre principal client Ford a été affecté par ses nombreux lancements et que, faisant partenariat avec Ford, nous bénéficierons du fait que Ford, en année pleine, va regagner des parts de marché.

Web TV www.labourseetlavie.com : Il y a peut-être une zone aujourd’hui qui inquiète certains investisseurs, c’est la zone Amérique latine, pour vous cela peut être un foyer de pertes ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : L’Amérique latine, c’est 4 % de notre activité. Nous sommes en perte, je pense que vous le savez, nous l’avons dit, sur 2013, nous avons à peu près 25 millions d’euros de pertes. Ce sera un peu plus malheureusement en 2014 puisque les volumes ont baissé de 15 %, même si nous surperformons là aussi un peu le marché. Nous n’attendons pas encore une reprise au Brésil mais je pense que, là aussi, on peut envisager qu’en tout cas le deuxième semestre sera plus favorable.

Web TV www.labourseetlavie.com : Aujourd’hui les équipementiers automobiles sont, vous l’avez rappelé, mondiaux et vous êtes un groupe mondial, en même temps il faut s’adapter à chaque marché, quelle est la tendance de fond ? On le voit sur des questions de consommation, sur des questions de poids, sur votre marché, vous équipementiers, là où vous ressentez finalement il y a le plus de demandes ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : Sur notre partie d’équipement puisque nous sommes particuliers, nous sommes dans les grosses pièces, il est clair qu’avec la régulation sur la consommation et le poids, nous sommes un grand joueur pour les constructeurs. Nos fournitures peuvent représenter jusqu’à 200 kg par véhicule. Donc apporter 50 kg d’économie pour les constructeurs, c’est stratégique. Donc là nous avons des vrais travaux de partenariat avec les constructeurs et nous avons des vraies solutions. Le deuxième enjeu technologique, ce sera l’intérieur sur lequel nous sommes convaincus que des choses vont être modifiées, que les planches de bois par exemple d’aujourd’hui ne seront pas du tout l’équipement de demain, et là nous avons fait une joint venture pour réfléchir sur la façon de travailler, ce que nous pouvons proposer aux constructeurs. Donc on anticipe probablement des choses de 2020 mais il faut absolument le faire parce que l’automobile 2020 ne sera pas celle de 2015.

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est en constante évolution, ce secteur-là est en constante évolution ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : Oui, avec quelques révolutions puisque aujourd’hui… J’ai l’impression quand même que l’automobile 2014 n’est pas si éloignée de l’automobile de 2000. En revanche, avec des conduites automatiques, avec probablement tout le développement aujourd’hui de ces outils informatiques comme l’iPad, l’iPad est une révolution, on peut penser que l’interface utilisateur véhicule va être différente et que la façon dont on va vouloir se comporter dans le véhicule c’est-à-dire probablement plus de volonté de travailler, volonté de détente, moins évidemment de s’occuper de la route, va complètement changer l’intérieur de ces véhicules.

Web TV www.labourseetlavie.com : On a vu au Mondial de l’automobile cette année qui s’est déroulé à Paris, dans une Tesla par exemple un écran incroyable effectivement pour le conducteur ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : Je crois que c’est la grande tendance que l’on peut anticiper, alors probablement… on voit les choses avec un iPad aujourd’hui, comme cela va tellement vite, cela ne sera plus un iPad demain, mais ce sont des choses qui sont clairement instruites pour les automobilistes des années 2020.

Web TV www.labourseetlavie.com : Le marché européen, le marché français, on en parlait, qui reste difficile, cela pour vous, c’est une tendance qui aujourd’hui est inscrite dans le long terme et les vrais marchés aujourd’hui, en tout cas les marchés où il y a de la , sont en Asie ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : Nous restons français quand même. Nous sommes fiers d’être un groupe français mais global puisque la France ne représente que 8 % de nos ventes, presque, un tout petit peu plus, moins de 10 %, donc nous restons fiers de notre nationalité. Maintenant, excusez-moi, la France n’est, je pense, que le quatrième pays en termes de vente et donc on est là pour nous focaliser sur les grands marchés et apporter un service mondial à nos grands clients.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous parlez d’innovation, cela nécessite toujours des investissements importants ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : Nous avons… Aujourd’hui on estime parce qu’il y a toujours qu’est-ce qui est innovation et qu’est-ce qui est développement, on considère qu’en innovation nous sommes proches d’un investissement de 50 millions par an. Nous avons indiqué lors de la Journée des Investisseurs que notre volonté, c’était d’aller sur 100 millions, donc d’accélérer nos projets Innovation, d’accélérer des partenariats, prendre plus de positions technologiques là aussi pour les années 2020. Comme vous le savez, l’innovation, ce n’est jamais pour les deux prochaines années, c’est pour vraiment du long terme.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous avez aussi envisagé le moyen terme, 2018, quand on voit doubler de chiffre d’affaires, ce n’est pas rien, en même temps, c’est que le marché est là… dans la manière dont vous allez construire cette croissance-là , comment cela va se passer ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : Doubler le chiffre d’affaires, j’aimerais, mais je n’ai aucune guidance. Non, on a donné comme guidance 2016 à 21 milliards par rapport aux 18 milliards plus plus d’aujourd’hui. 2018, je n’ai pas de guidance à donner, ce sera une transformation complète du groupe. Il est clair qu’avec ce que nous avons pris comme parts de marché, etc., le groupe doit s’inscrire dans une croissance de 5 %, plus pour les prochaines années. Après, la transformation du groupe, c’est un autre sujet.

Web TV www.labourseetlavie.com : Les équipementiers automobiles sont, et vous en particulier Faurecia, vous êtes mieux positionnés, vos activités sont plus diversifiées pour résister à ce que l’on a sur les marchés c’est-à-dire que l’on a des cycles, on le voit bien sur l’automobile, il y a des marchés où cela va bien, des marchés où cela s’arrête brutalement, on a vu les États-Unis où cela va mieux pour General Motors, cela a pris un certain temps, vous êtes mieux organisés, mieux positionnés aujourd’hui ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : On essaie, maintenant on a beaucoup d’usines dédiées aux constructeurs, donc on est très dépendant quand même des volumes. Donc des baisses de volume locales régionales malheureusement continueront de nous impacter. Cela fait partie de la cyclicité du secteur. On essaie d’être plus performant mais cela reste quand même une des grandes contraintes du secteur.

Web TV www.labourseetlavie.com : Il y a toujours des arbitrages en cours sur vos activités aussi ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : Nous avons dit que nous avions deux activités stratégiques, deux activités sur lesquelles, l’intérieur et l’extérieur, nous pouvions être ouverts beaucoup de choses, des alternatives, cela reste évidemment tout à fait valable.

Web TV www.labourseetlavie.com : L’année 2015 pour vous, vous êtes confiants ?

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : Comme je vous l’ai dit, les astres sont alignés. Alors les astres sont alignés en termes de production de nos clients, donc opportunité pour nous, de, je dirais, inflation des coûts, de pas d’inflation des coûts, de baisse matière, donc effectivement nous sommes très optimistes.

Web TV www.labourseetlavie.com : On suivra cela. Merci Michel Favre d’avoir été avec nous.

Michel Favre, directeur financier chez Faurecia : Merci beaucoup.

 

Print Friendly