Marc Wallendorf CEO Anlarop : "Nous nous concentrons sur les activités opérationnelles".
La société vient sur le marché libre à Paris, avec deux actifs dans la santé et l'environnement

28 juillet 2015 15 h 31 min
+ de videos
149
Views

Web TV : Mark Wallendorf vous êtes le PDG d’Anlarop, société qui sera cotée au Marché Libre, en France. Pourquoi avez-vous choisi d’entrer en bourse de cette manière, sur le Marché Libre ?

Mark Wallendorf CEO Anlarop : « En tant que société suisse, notre première intention a été bien entendu d’opter pour une cotation en Suisse, mais notre Listing Sponsor, avec qui nous avons eu plusieurs discussions, nous a dit : « Écoutez, c’est aussi une bonne idée de s’ouvrir au marché français. Qui dit France dit également Portugal, Belgique, Pays-Bas. »

Nous voulions aussi nous ouvrir au marché européen et Euronext a été notre premier choix. Nous sommes une petite société, nous commençons donc avec les petits marchés et je pense que le Marché Libre était la bonne décision. »

Web TV   : Nous pouvons donc considérer Anlarop comme une holding suisse. De quelle expérience dispose la direction ?

Mark Wallendorf CEO Anlarop : « À l’heure actuelle, la direction de l’entreprise se résume à ma personne, mais la plupart des décisions importantes de gestion sont prises au sein des filiales, par Kieron Gavaghan par exemple, qui est responsable de Babys Life.

D’autre part, un de nos scientifiques s’occupe actuellement d’ISS Global auprès de l’European Clean Air Research Centre de l’Université de Duisbourg. »

Web TV   : Anlarop a donc investi dans deux sociétés. Pouvez-vous nous donner plus d’informations concernant ces deux sociétés et les choix que vous avez faits ?

Mark Wallendorf CEO Anlarop : « Comme vous l’avez dit, nous avons deux filiales. L’une d’elles est Babys Life, la première boisson « prête à boire » pour les femmes enceintes dans le monde.

Notre autre filiale est ISS Global, qui se concentre sur les revêtements intelligents, pour purifier l’air de ses particules ultra-fines.

Certains nous demandent parfois si ces deux entreprises vont bien ensemble. En fait, elles sont bien assorties, parce qu’elles se consacrent à la santé des personnes.

Et c’est une question de plus en plus importante. Le consommateur va accorder davantage d’importance à sa santé, à son corps, ce qui est exactement la spécialité de ces deux sociétés.

C’est pourquoi je n’ai aucun doute sur le potentiel de croissance de nos sociétés. »

Web TV   : En regardant ces sociétés, on s’aperçoit qu’elles appartiennent à des secteurs qui comptent des acteurs de poids. Comment pouvez-vous développer ces sociétés malgré certaines réglementations et certains marchés ?

Mark Wallendorf CEO Anlarop : « Il y a plusieurs aspects. Sur le marché des compléments alimentaires, la réglementation va prochainement changer.

J’en suis très satisfait. Cela fera bientôt six ans que nous travaillons sur ces produits, la recherche et développement est un long processus. Nous avons donc toujours dû faire attention aux nouvelles réglementations.

Je suis très heureux de voir ces nouvelles réglementations arriver, car les consommateurs tiennent à se protéger de tous ces colorants, de toutes ces saveurs artificielles. Ils veulent savoir ce qu’ils mangent. Je suis donc très favorable aux nouvelles réglementations dans ce type d’activité.

Le secteur du revêtement intelligent représente également un énorme potentiel de croissance, car si vous regardez la Chine ou la région Asie Pacifique, vous constatez qu’elle a de gros problèmes de particules fines. Et actuellement, ces problèmes n’ont pas de solution.

On peut utiliser les filtres à air normaux que vous connaissez, mais que faire pour les bâtiments existants ? Il faut quelque chose qui aide réellement à purifier l’air et une technologie qui fonctionne également dans les bâtiments existants. Donc à mon avis, on ne peut pas passer à côté des revêtements intelligents.

Si l’on veut dépolluer des villes ou des pays comme Abu Dhabi, les Émirats ou Pékin, il faut recourir à ces technologies de revêtement intelligent. Prenons la Chine, par exemple : elle dépensera dans les trois prochaines années près de 100 millions de yuans – soit environ 16 milliards de dollars – uniquement pour dépolluer Pékin en achetant des solutions et en aidant les habitants parce qu’ils meurent à cause de la pollution.

Cette solution, le revêtement intelligent, constitue donc l’une des plus grandes opportunités dans ce domaine. »

Web TV   : Comment allez-vous utiliser les marchés financiers ? Est-ce que ces sociétés auront besoin de davantage de fonds ultérieurement ?

Mark Wallendorf CEO Anlarop : « Absolument, nous aurons besoin de plus de financement dans un futur proche parce que nous n’avons pas de société de capital-risque pour nous soutenir. Nous ne sommes donc pas en mesure de réaliser des campagnes de plusieurs millions de dollars dans l’immédiat.

Mais je suis tout à fait certain que nous trouverons des investisseurs privés grâce à la visibilité que va nous apporter l’introduction en bourse. Je suis sûr qu’ils comprendront notre philosophie d’entreprise.

La pérennité est un point très important pour nous. Nous cherchons des investisseurs qui ne s’engagent pas seulement pour réaliser des bénéfices et dont les motivations ne sont pas uniquement axées sur les coûts. J’ai la certitude que nous trouverons les bons investisseurs dans un futur proche et que nous donnerons aux investisseurs privés l’opportunité de bénéficier d’un potentiel réellement intéressant avec nos actions et notre société.

Mais avant tout, nous nous concentrons sur les activités opérationnelles. »

Web Tv  : Quelle est la prochaine étape pour votre société ?

Mark Wallendorf CEO Anlarop : « La prochaine étape est réellement importante pour nous : nous allons lancer notre boisson pour les femmes enceintes, Babys Life, lors du plus grand salon pharmaceutique d’Allemagne qui se tiendra à Düsseldorf.

C’est une première mondiale et donc une échéance très motivante.

Avec ISS Global, nous traversons une phase de changement, puisque nous transformons le produit de laboratoire en application industrielle, pour couvrir les secteurs automobiles et de l’électronique grand public, avec lesquels nous sommes en discussion.

Et nous souhaitons également développer la communication à destination des parties prenantes et des actionnaires en travaillant à l’heure actuelle sur le prospectus d’émission. C’est la toute prochaine étape. »

Web TV  Mark Wallendorf, merci beaucoup d’avoir été avec nous aujourd’hui.

Mark Wallendorf CEO Anlarop : Merci beaucoup de m’avoir invité.




AVERTISSEMENT  : Le Marché Libre n’est pas un marché réglementé. En tant que tel, l’émetteur de titres négociables sur le Marché Libre n’est pas lié par les mêmes contraintes que l’émetteur de valeurs mobilières sur un marché  réglementé.

Par rapport à une admission à la cote sur les marchés réglementés européens d’ Euronext, une admission à la cote ou à la négociation sur les Marchés Libres présente les différences suivantes :

  • Pas d’obligation de proposer un pourcentage minimal d’actions au public (« flottant »).
  • Pas de capitalisation boursière minimale.
  • Pas d’obligation de publier des comptes selon les normes IFRS.
  • Pas d’obligation de fournir un bilan des états financiers certifiés.
  • Pas d’obligation de déclarer les franchissements de seuils des actionnaires.

Print Friendly, PDF & Email