Jacques Bailet Pdg Medica.
Medica : Introduction en Bourse

10 février 2010 10 h 33 min
+ de videos
98
Views

Medica : Introduction en Bourse. C’est la deuxième fois que la société Medica tente de s’introduire en Bourse. Cette fois-ci le spécialiste de la prise en charge de la dépendance pérenne et temporaire en France a réussi son introduction en baissant le prix proposé pour son action.Retour sur la stratégie et les perspectives du groupe avec Jacques Bailet le Pdg de Medica.

Web TV www.labourseetlavie.com : Jacques Bailet Pdg de Medica bonjour. On va parler de vous et de votre arrivée en bouse ces jours-ci. On va également parler des perspectives et de votre stratégie. Si on revient sur votre introduction en bourse, ça a été une partie difficile alors qu’on pouvait penser que dans votre secteur, la santé, c’est à priori un secteur facile, recherché par les investisseurs, ça a été quand même un moment difficile. Expliquez-nous comment ça s’est passé vous?

Jacques Bailet, Pdg de Medica : « Je vous confirme les deux éléments que vous mentionnez. D’abord, c’est un secteur qui présente pour les investisseurs un intérêt réel et profond. C’est un secteur visible, prévisible, avec des barrières à l’entrée. Enfin, tout ce que les investisseurs aiment. Par contre, les marchés ont été difficiles, voire même très difficiles, ce qui fait qu’aujourd’hui, je suis heureux, on a réussi notre introduction, on a c’est vrai révisé le prix par rapport à ce qui a été initialement prévu. Mais l’entreprise a levé les capitaux qu’elle a souhaité lever et donc, nous avons les moyens de notre développement, ce qui est tout de même l’essentiel ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous êtes courageux ou masochiste, selon les uns ou les autres puisque ce n’est pas la première fois que vous avez tenté de venir en bourse. La première fois ça n’a pas pu être possible, là c’est difficile, la bourse et Medica, comment ça va se passer ?

Jacques Bailet, Pdg de Medica : « Je ne suis pas masochiste. Courageux, je n’en sais rien. Par contre, j’aime gagner et j’ai de l’ambition pour Medica. Donc, je pense que la tentative que nous avions faîtes en 2006 était très différente, le fond d’investissement voulait céder la totalité de ses parts, et en plus nous avions eu des marchés difficiles. Là, le seul point commun c’est une difficulté au niveau des marchés mais par contre, il s’agissait et il s’est agi et nous avons réussi de lever à travers deux augmentations de capital 275 millions d’euros pour la société et pour son développement. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Quel est justement ce profil de Medica aujourd’hui, quel est pour vous ce que vous mettez en avant justement sur les atouts de Medica ?

Jacques Bailet, Pdg de Medica : « Les atouts de Medica c’est à la fois une valeur de croissance puisque nous avons un beau plan de croissance. C’est également une société qui en matière de marge opérationnelle a un niveau de marge satisfaisant, voire très satisfaisant, et nous sommes un acteur avec une très bonne lisibilité, et je vais prendre un terme un peu galvaudé, mais on est vraiment en « récession proof », et on l’a prouvé puisque notre niveau de marge 2008, 2009 par rapport aux années précédentes est resté tout à fait conforme. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Qu’est-ce qu’on trouve chez Medica comme type d’établissement? Un établissement classique chez Medica, c’est quoi ?

Jacques Bailet, Pdg de Medica : « On est sur deux métiers: ce que l’on appelle la dépendance pérenne, les maisons de retraite médicalisées, des gens dépendants, voire très dépendants, cela représente à peu près, 9000 lits, 7500 en France et 1500 dans le nord de l’Italie; et puis nous sommes également dans le sanitaire, centre de soins de suite, de rééducation et de psychiatrie et là il s’agit de 2300 lits. Au total, cela fait près de 150 établissements, 37 dans le sanitaire et le seull dans les maisons

de retraite médicalisées. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Après cette introduction en bourse, quelle est la situation financière du groupe aujourd’hui, comment on peut la qualifier ?

Jacques Bailet, Pdg de Medica : « Elle est excellente. Elle est excellente puisqu’on est dans un monde qui aime bien les ratios, donc, on a un gearing qui était inférieur à 06, on a un ratio dette nette sur EBITDA y compris l’immobilier que nous portons qui est de 4 et si on retraite cet EBITDA de l’immobilier, la dette aussi, on a ratio retraité de 2. On a un plan d’investissement important et on désendettera la compagnie fin 2012. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement sur les investissements, vous n’êtes pas seuls sur le marché, alors maintenant que vous êtes en bourse, on va vous comparer avec d’autres, c’est le jeu. Sur le plan de développement, quels sont les secteurs privilégiés, comment vous allez vous renforcer ?

Jacques Bailet, Pdg de Medica : « D’abord, nous nous sommes toujours comparés aux autres, on aime bien la compétition et on a une croissance à la fois organique et une croissance externe dans notre plan de développement, sachant qu’on débute ces trois années 2010, 2012 avec déjà un beau portefeuille de croissance sécurisée aussi bien en croissance externe avec 800 lits avec protocole qu’en croissance organique avec des « lits-restructuration » 850, et des lits en cours de création, 2000. Donc, si on additionne ces 850 et ces 2000, on est à plus de 30 % du portefeuille actuel. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Cela veut dire qu’il reste beaucoup de choses à faire bien entendu. Est-ce que déjà sur l’exercice 2010 vous avez dit aux investisseurs, voilà nous en 2010 on a de la visibilité contrairement à d’autres et voilà ce qu’on va faire en 2010. Est-ce que c’est aussi simple que ça ?

Jacques Bailet, Pdg de Medica : « C’est certainement pas aussi simple, on par ailleurs être assez conservateurs dans nos prévisions. Donc, on a considéré sur les trois ans qui viennent on allait avoir un taux de croissance moyenne de 13 à 15% dont au minimum 10% pour la première année pour 2010; et en matière de marge opérationnelle, on s’est engagé sur un maintien de marge opérationnelle à hauteur de 26, 5% de chiffre d’affaires, c’est le ratio EBITDAR sur ce chiffre d’affaires. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Dans ce secteur là, il y a pas mal de consolidation en cours, et souvent on nous présente les années qui viennent comme des années de croissance puisqu’il y des besoins. En même temps, il y a aussi des inquiétudes sur peut-être le prix des prestations proposées. Comment voyez-vous les choses évoluer, justement en tant qu’opérateur privé ?

Jacques Bailet, Pdg de Medica : « Je pense que vous avez raison et c’est tout à fait normal, il y a une sensibilité au prix. Medica n’est pas positionnée sur le très haut de gamme ou le marché de niche. Juste vous donner un chiffre, notre prix moyen: hébergement par jour taxe comprise pour l’ensemble de nos maisons y compris les maisons en région parisienne, en région Rhône-Alpes sur le sud de la France, nous avons un prix moyen de 73 euros par jour, ce qui est assez raisonnable; et nous estimons effectivement que le marché soit en matière de croissance, soit en matière de consolidation comme vous l’avez mentionné, ce sont vraiment des perspectives tout à fait crédibles et fortes. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Par rapport à votre patrimoine immobilier, quelle sera la stratégie de Medica? On a vu effectivement certains acteurs s’occuper de la fiscalité. Comment ça va se passer pour vous ?

Jacques Bailet, Pdg de Medica : « A hauteur de un tiers nous sommes propriétaires de notre patrimoine et deux tiers locataires avec des bailleurs qui sont soit des sociétés cotées, soit des caisses de dépôt, soit des family-offices soit des sociétés d’économie régionales, des bailleurs sociaux, etc. On souhaite garder ce un tiers, deux tiers. Nous sommes assez peu, voire très peu sur des montages de type LMP, Bouvard – Selliers. On n’a pas eu besoin de recourir à ce type de montage. L’important je pense c’est de maintenir le un tiers propriété et le deux tiers location. »

Web TV www.labourseetlavie.com :En conclusion, maintenant que vous êtes en bourse, pour vous la Bourse va vous servir à quoi dans les prochaines années. ?

Jacques Bailet, Pdg de Medica : « D’abord, elle va me servir à financer d’autres développements, c’était l’objet de l’introduction. C’est aussi un élément très important en termes de visibilité. Je pense que vis-à-vis aussi bien de nos clients, des tutelles, des autorités, être une société coté à juste titre, cela correspond à une image de transparence, de visibilité et pour Medica, qui est à la fois tournée vers le grand public et vers les tutelles, vers les conseils généraux, vers les Dass, etc, c’est un élément très fort. Enfin, cela nous a permis d’associer plus de 3.000 salariés à l’aventure et à l’évolution économique de notre entreprise. »

© www.labourseetlavie.com 10 février 2010

Print Friendly, PDF & Email