Frédéric Vincent Pdg de Nexans.
Nexans : Résultats annuels 2009

10 février 2010 8 h 56 min
+ de videos
38
Views

Nexans spécialiste des câbles : Résultats annuels 2009 et perspectives. Frédéric Vincent Pdg de Nexans revient sur l’exercice 2009 et sur l’évolution de la stratégie du groupe. Comment se présentent les perspectives dans un marché qui n’a pas encore retrouvé sa dynamique.

Web TV www.labourseetlavie.com : Frédéric Vincent Pdg de Nexans bonjour. On va parler avec vous des résultats 2009 et des perspectives de ce que fait le groupe en 2010. Si on revenait sur 2009, l’exercice a été difficile, certains marchés se sont effondrés, on va en parler, vous êtes dans l’industrie du câble. Qu’est-ce qui a été pour vous le plus important, notamment sur le deuxième semestre ?

Frédéric Vincent Pdg de Nexans : « Déjà, en un mot, vous dire avant de répondre spécifiquement à votre question, que l’année 2009 a été beaucoup plus difficile qu’on ne l’anticipait. Au début de l’année, on pensait qu’on serait entre -5 et moins et -10, on termine à -17, et peut-être avec une deuxième particularité, c’est un deuxième semestre plus difficile que le premier et je crois que nous n’attendions pas à une inflexion au deuxième semestre par rapport au premier. Pour nous l’année 2009 est marquée par la nécessité de tenir nos engagements, en d’autres termes, en dépit d’une contraction de certains de nos marchés importante, -17% au global, qu’est qu’on a fait, on a tenu les choses au plus près, on a restructuré fortement, on a dépensé 120 millions d’euros en restructuration, et on a tenu tous nos indicateurs de gestion en dettes et BFR ce qui fait qu’on termine l’année avec un engagement de résultat net à l’équilibre tenu, un engagement de marge opérationnelle à 6% et une dette qui a été quasiment divisée par 4 ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Le plus important c’est ce maintien de l’objectif de marge opérationnelle, dans ce contexte particulièrement difficile, faire en sorte que cette marge puisse tenir ?

Frédéric Vincent Pdg de Nexans : « Absolument, je crois que notre responsabilité à nous chefs d’entreprises de tenir nos indicateurs absolument et donc de pouvoir compenser, de s’adapter au fur et à mesure que certains marchés se dégradent. Naturellement cette dégradation ne joue pas partout, heureusement, seul certains de nos marchés sont affectés, mais il nous fallait réagir sur ceux des marchés qui étaient affectés. »

Web TV www.labourseetlavie.com : On a souvent attendu un point bas en 2009, est-ce que pour l’activité de Nexans ce point bas est arrivé au dernier trimestre ?

Frédéric Vincent Pdg de Nexans : « C’est une bonne question, c’est un peu le sens de la guidance qu’on a donné ce matin, on a prévenu nos investisseurs que très probablement le T1 2010 serait inférieur en organique au T1 2009. Donc, il y aura encore un effet de décalage. Par contre, on pense qu’on a touché le fond, avec toutes les réserves d’usage, puisque nous anticipons un T1 2010 au niveau du T4 2009. Donc, on peut penser qu’on a touché le fond. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Quels sont les secteurs justement sur lesquels peut-être il y a encore le plus d’incertitude selon vous dans votre métier ?

Frédéric Vincent Pdg de Nexans : « Il y a deux secteurs qui sont sujets à incertitude ou à plus grande difficulté de prévision: 1) c’est le secteur du bâtiment qui représente environ 25 % de notre chiffre d’affaires où là on a connu une décroissance des volumes considérable dans le monde occidental, en Europe et en Amérique du Nord, -25 % dans ces deux Europe et Amérique du Nord à l’échelle du monde. Donc, vous voyez, c’est absolument gigantesque. 2) deuxième segment difficile, ça été le segment des câbles industriels, c’est à dire les câbles qui vont rentrer dans des équipements qui vont eux-mêmes former des investissements. Par exemple, lorsque vous vendez des câbles pour des machines-outils, vous les vendez à des fabricants d’automobiles et ceci sert de plan de Capex pour les fabricants d’automobiles. Voilà, je crois, les deux secteurs sur lesquels les incertitudes du cycle sont les plus difficiles. »

Web TV www.labourseetlavie.com : On a tout le secteur de l’énergie qui est en plein boom, mais on peut se dire aussi que dans le secteur de l’énergie il peut y avoir les reports de commandes malgré la demande qu’on sait importante ?

Frédéric Vincent Pdg de Nexans : « Si vous êtes sur le secteur de l’énergie, je crois qu’il faut distinguer deux choses ou trois choses: le secteur de l’énergie, tous les grands projets de haute tension, interconnexion européenne, ligne aérienne haute tension, fermes éoliennes (très important) et là, incontestablement, la crise n’a pas affecté la volonté des grands opérateurs d’électricité d’investir sur ces liaisons critiques. Tout ce secteur a été remarquablement bien protégé. De même les pays émergents ont continué dans les secteurs énergie/infrastructures à développer leurs réseaux. Par contre, là où on a connu une faiblesse, là-bas c’est la moyenne tension, en Europe et en Amérique du Nord, pour deux raisons, la première c’est que moindre économie, moins de niveau économique, moins de consommation d’énergie et donc, moins d’investissement par les power utilities; et deuxième élément, baisse du résidentiel, qui veut dire, moindre besoin de reconnecter le résidentiel au réseau. Si vous voulez, le paysage est contrasté, je dirai que globalement dans les infrastructures de l’énergie, il reste très positif. »

Web TV www.labourseetlavie.com :Vous parliez de restructuration de ce qui a été fait par Nexans, est-ce que du côté des stocks aussi le groupe a réduit ses stocks, a fait en sorte d’être en meilleur position en début d’année?

Frédéric Vincent Pdg de Nexans : « Ah oui, on a fait un effort considérable. On se devait de faire cet effort au moment où l’activité était en contraction. On a réduit notre besoin aux fonds de roulement dont le stock est la composante essentielle, on l’a fait passer d’un petit peu plus de 22 % à un petit peu moins de 20 %. Donc, on a gagné 200 points de base, c’est très important. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous parliez à l’instant de marchés émergents, on espère beaucoup de ces marchés émergents compte-tenu de ce qui se passe sur le plan de la crise économique aux Etats-Unis et en Europe. Est-ce que Nexans compte beaucoup sur ces marchés-là pour remporter des contrats?

Frédéric Vincent Pdg de Nexans : « Bien sûr. Aujourd’hui, les pays émergents représentent 37% de notre chiffre d’affaires, donc, c’est très important. Heureusement que les pays émergents sont là aujourd’hui puisqu’ils soutiennent un niveau européen qui est plus faible. Lorsque vous prenez des zones comme le Moyen-Orient, des zones comme le Pacifique, des zones comme l’Amérique du Sud, vous voyez des taux de croissance, sur le secteur des énergies de l’infrastructure, nous enregistrons une croissance qui va entre 6 et 9% suivant les pays émergents. Donc, oui, la croissance des pays émergents est au rendez-vous. »

Web TV www.labourseetlavie.com :Un mot de la situation financière après cet exercice 2009, vous parliez d’amélioration. Est-ce que le groupe justement dispose d’une bonne flexibilité ?

Frédéric Vincent Pdg de Nexans : « La structure financière du groupe est particulièrement saine: on a 1,9 milliard de fonds propres, on a une dette à la fin de l’année 2009 qui fait environ 140 millions d’euros, c’est à dire qu’on est à 02, 03 fois l’EBITDA. Donc, on a une situation financière très solide. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté des perspectives, vous avez mentionné le premier trimestre, qu’est-ce que vous dites aujourd’hui aux investisseurs qui regardent, qui espèrent que la reprise va venir en 2010 pour Nexans ?

Frédéric Vincent Pdg de Nexans : « On dit qu’on a un message qui a deux volets: on dit à nos investisseurs qu’il y des métiers longs, infrastructures d’énergie, métiers du pétrole, métiers du transport qui sont des métiers qui représentent 60% de notre chiffre d’affaires, qui sont remarquablement très orientés. Donc, pas d’inquiétude, ni court terme ni moyen terme. Puis, il y a le reste de l’activité qui présente un caractère cyclique et là pour l’instant, ça fait 30, 35% de chiffre d’affaires, pour l’instant on se contente de dire à nos investisseurs, écoutez, on voit un premier semestre incertain et, pour sûr, à ce niveau là, un premier trimestre 2010 qui sera pas mieux que le 4ème trimestre 2009. Donc, un message de prudence sur les métiers de fond et positif sur les métiers de fond et de prudence sur les métiers court terme. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot de conclusion. Vous pourriez éventuellement saisir des opportunités puisqu’on parlait du gearing qui est faible. Donc, l’endettement qui est faible, c’est dans ce contexte là ou compte-tenu d’un marché pas évident ?

Frédéric Vincent Pdg de Nexans : « Non, avec toutes les réserves d’usage, je crois qu’il faut saisir des opportunités et il y en a. On est à l’affût, on regarde. Si une occasion se présentait à des niveaux de prix raisonnables correspondant à nos critères stratégiques, c’est à dire, renforcement des énergies d’infrastructure ou et pays émergents, je crois que nous serions prêts à bouger. »

© www.labourseetlavie.com 10 février 2010

Print Friendly, PDF & Email