Interview Marc Bidou Pdg Maximiles.
Résultats annuels 2013 du groupe de marketing en ligne

3 avril 2014 17 h 53 min
+ de videos
232
Views

Résultats annuels 2013 du groupe de marketing en ligne.

Maximiles est spécialiste de la fidélisation en ligne et des panels, nous revenons avec mon invité Marc Bidou Pdg Maximiles sur la transformation de la société qui se développe de plus en plus sur ces données des panels en ligne ainsi qu’ à l’international.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Marc Bidou, bonjour. Vous êtes Pdg de Maximiles, on va parler avec vous, nous sommes au Midcap Event au palais Brongniart, vous rencontrez des investisseurs, on va parler avec vous de votre stratégie et des perspectives. Un mot pour revenir peut-être sur le début de cette année 2013, il y a encore des pertes, diraient certains investisseurs, est-ce que c’est lié à votre marché qui reste perturbé ?

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : Tout à fait, il y a encore quelques pertes, on avait eu des pertes supérieures l’année dernière qui se sont très fortement réduites, 200 000 € de résultat d’exploitation et un ebitda qui est positif, qui se sont réduits parce que nous avons d’un côté ajusté les frais de structure, et de l’autre côté notre activité de panel en ligne s’est bien développée, donc une croissance de l’activité, et une baisse des coûts a permis de réduire significativement la perte.

Web TV www.labourseetlavie.com : Qu’est-ce qui se passe sur votre secteur de fidélisation, qui est le cœur de métier aujourd’hui de Maximiles, même s’il y a cette activité de panel qui s’est bien développée, c’est un changement fondamental de fonctionnement de ce marché ?

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : Oui, déjà, la première chose, on est maintenant vraiment équilibré entre les deux activités, 50 % de chiffre d’affaires en fidélisation, 50 % en panel en ligne. La fidélisation subit le contexte économique global d’un réel attentisme des grands comptes qui ne prennent pas de décisions de lancement de nouveaux schémas de fidélisation. Ils ne les arrêtent pas vraiment mais ils n’en lancent pas, et donc sur le marché il ne se passe pas grand-chose. Les décisions sont repoussées de trimestre en trimestre, et on espère un retour à des nouveaux projets, mais pour cela on s’est mis plutôt en position d’attente et de baisser les coûts de structures pour pouvoir être très profitable quand les décisions seront prises.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc il y a des clients qui arrêtent et vous arrivez quand même avoir d’autres clients qui… ?

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : Tout à fait, il y a quelques nouveaux clients, quelques contrats. On a annoncé notamment un très bon contrat avec le groupe Total au Maroc, un programme très innovant avec un programme complètement on line pour Easy Voyages, un portail de voyages en France, donc il y a quand même toute une série d’activités qui se développent, mais moins que dans les années passées. En revanche, l’activité de panel en ligne, elle, est beaucoup plus dynamique.

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce que de votre point de vue c’est un changement durable ou est-ce que effectivement cette fidélisation peut retrouver à un moment donné de la croissance ?

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : La fidélisation, on n’en a jamais autant parlé. C’est un peu une tarte à la crème que de dire que garder un client coûte cinq fois moins cher que d’en acquérir, mais c’est de plus en plus vrai, et les gens sont de plus en plus volatiles, un peu zappeurs entre les différents services des entreprises, et donc les coûts d’acquisition des clients sont de plus en plus élevés, ce qui rend de plus en plus intéressant le développement de services de fidélisation.

Web TV www.labourseetlavie.com : Tout ce qui s’est passé sur les réseaux sociaux, le développement de la mobilité et autres, a eu un impact sur peut-être cette perte un petit peu de fidélisation ?

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : Oui parce que l’on a vu que le mobile devient absolument clé maintenant. Il n’y a plus un projet de fidélisation qui n’ait pas une dimension mobile ou dans notre activité de panel en ligne également, donc c’est extrêmement important que le groupe passe le virage du mobile. Plus de 30 % du temps passé sur Internet est sur mobile, et cela ne cesse d’augmenter, ce sera bientôt 50 %. Donc c’était indispensable, nous avons donc racheté une société qui s’appelle Dis moi où ou Tell me where, il y a deux ans, ce qui a pesé un petit peu sur la rentabilité, mais qui nous a permis de développer depuis quelques mois des évolutions très innovantes en fidélisation et en panel sur les plates-formes mobiles.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement du côté des perspectives, on peut rappeler que votre situation financière n’est pas pour autant dramatique, au contraire, je veux dire que vous avez des moyens financiers pour vous développer, est-ce que cela veut dire qu’il va falloir, dans les prochains mois, essayer de trouver d’autres acquisitions pour compléter l’offre que vous avez aujourd’hui ?

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : Nous avons à peu près 9 millions d’euros de trésorerie, donc la situation est extrêmement saine, et nous avons même eu sur le premier semestre une situation équilibrée en termes de trésorerie, donc on ne consomme pas de trésorerie par l’activité. Ce sont les moyens financiers qui seront utilisés à développer l’activité panel qui, je le rappelle, s’est développée de 5 % et qui continue à se développer. La stratégie est claire, on a multiplié par trois le chiffre d’affaires de cette business unit dans les trois dernières années, c’est de continuer une croissance très, très forte en continuant à couvrir le marché européen. Nous ne sommes pas dans les pays nordiques, nous ne sommes pas au Benelux, nous ne sommes pas dans les pays de l’Est, cela fait partie des cibles d’acquisition dans l’activité panel.

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce qu’il y a des pays qui vous semblent plus porteurs que d’autres ou peut-être plus accessibles que d’autres ?

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : Ce sont les pays ou les cluster de pays que je viens de citer, plutôt le nord de l’Europe puisque nous n’y sommes pas, nous sommes un peu en Espagne et en Italie, et ce sont des marchés assez dynamiques et avec des tailles de business significatives.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous dites qu’il va y avoir un certain nombre d’investissements pour préparer le futur, comment vous l’envisagez, comment vous envisagez ces prochaines années avec cette activité panel qui va encore croître ?

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : Tout à fait, elle croît, malgré le contexte difficile du marché, on n’a cessé de croître et je pense que l’on superforme le marché. On a devant nous les fruits de notre stratégie des trois dernières années qui vont vraiment se développer puisque en développant un réseau international de bureaux dans l’activité panel, cela nous permet d’adresser un marché de projets multi-pays que nous ne faisions pas jusqu’à aujourd’hui, et qui représente la moitié du marché européen. Donc on a la croissance naturelle du marché, mais cette couverture géographique qui va nous permettre de croître plus vite que le marché.

Web TV www.labourseetlavie.com : Comment aujourd’hui vous évoquez ces sujets avec les investisseurs qui regardent qu’effectivement depuis deux ans cela paraît difficile, ils attendent quelque part transformation de Maximiles, comment vous évoquez cela avec eux ?

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : Déjà, ce qu’ils voient, c’est tout le travail qui a été fait avec une position très forte dans cette activité de panel en ligne, un ajustement des coûts dans l’activité fidélisation, donc à peu près toutes les bonnes bases pour repartir en croissance dans les deux activités, un semestre qui a été quand même très bon à l’égard de croissance dans l’activité panel et d’assainissement de la structure, quand on compare à la capitalisation de la société net de cash, un certain nombre d’investisseurs se posent des questions en se disant « Est-ce que ce n’est pas le moment éventuellement ? »

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous avez donné des objectifs ou des perspectives de rentabilité, le retour à la rentabilité ?

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : On reste prudent dans un contexte où la visibilité est réduite pour toute l’industrie, pas que pour nous, maintenant on est très confiant de dire que la rentabilité continuera à s’améliorer, et que l’entreprise, en termes d’activité, va croître. Le S2 sera supérieur au premier semestre, voilà, tout en étant prudent tant au niveau rentabilité que développement de l’activité, on est dans le vert.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Marc Bidou d’avoir fait le point avec nous, donc ici au Palais Brongniart, donc vous êtes le Pdg de Maximiles.

Marc Bidou, Pdg de Maximiles : Merci.

 

Print Friendly, PDF & Email