Gonzague Issenmann Directeur Général Stentys : "Nous avons toute la robustesse financière pour poursuivre nos développements".
Publication des résultats semestriels 2014 du spécialiste des stents

22 septembre 2014 11 h 17 min
+ de videos
549
Views

La société Stentys spécialiste des stents pour réparer les infarctus du myocarde vient de publier une perte importante liée à l’abandon d’essais cliniques sur le marché des stents simple aux Etats-Unis pour privilégier les stents « actifs ».

Cette décision stratégique a conduit le groupe à provisionner dans ses comptes semestriels.

Retour sur la stratégie de l’entreprises, les conséquences de cette décision et les perspectives sur le marché américain. Le groupe développe son nouveau produit de stent « actif » au Sirolimus.

Mon invité est Gonzague Issenmann Directeur Général Stentys.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Gonzague Issenmann, bonjour. Vous êtes le directeur général de Stentys. On va revenir avec vous sur vos résultats semestriels et puis sur les perspectives. Il y a eu, il y avait eu un report, vous aviez annoncé au marché un report sur la publication des comptes et pour donc une provision qui est aujourd’hui affichée pour l’une de vos études. Le montant paraît assez important, comment le justifiez-vous ?

Gonzague Issenmann, directeur général de Stentys : J’aimerais, si vous permettez, revenir un petit peu justement sur cette décision importante, durant l’été, d’arrêter les inclusions de notre étude à position 5. Plusieurs facteurs à cela, notamment une évolution rapide du marché des stents notamment aux États-Unis vers l’utilisation de ce que l’on appelle les stents actifs c’est-à-dire les stents qui sont enrobés d’un médicament par rapport aux stents métalliques simples d’entraînement de la crise cardiaque, qui ont amené à constater deux choses, un que les inclusions de notre étude étaient de plus en plus difficiles, allaient être de plus en plus difficiles, risquaient de faire durer l’étude bien au-delà que prévu, et in fine et, peut-être pour un marché aux États-Unis, américain, qui serait en berne par rapport à ce qui avait été estimé il y a deux, trois ans. Donc, décision stratégique, assez difficile, mais qui a été motivée également par le pipeline en tout cas de nos produits, notamment notre prochain stent actif dont les résultats ont été excellents et sur lequel on souhaite miser toutes nos ressources financières. Donc cette décision a été prise, elle a été prise durant l’été, par conséquent effectivement il a été conseillé de reporter la publication des comptes. Aujourd’hui, ces comptes affichent quoi ? Une bonne croissance, 18 % de croissance du chiffre d’affaires, une trésorerie très solide de 23 millions d’euros, et une provision qui a été estimée comme étant un montant maximum potentiel sur les trois années qui viennent pour poursuivre, malgré tout, le suivi des patients qui ont été inclus, il y a un peu plus de 300 patients inclus, et ce dans un but très simple, c’est de respecter nos engagements vis-à-vis de la FDA puisque, même si cette étude a pris fin, nos discussions et en tout cas les interactions avec la FDA, bien sûr, n’ont pas pris fin puisque le nouveau produit un jour aura aussi sa place aux États-Unis.

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce que cela ne va justement pas reporter peut-être à… d’ici trois ans ? Finalement cette activité américaine, est-ce qu’elle ne va pas être décalée ?

Gonzague Issenmann, directeur général de Stentys : Bien entendu, l’arrêt de l’étude décale d’au moins quatre, voire cinq ans, en tout cas, l’accès au marché américain, mais encore une fois, on ira avec le produit qui est le produit, qui sera notre produit-phare, le produit du stent actif, et on pense que, effectivement, c’est la meilleure stratégie à suivre.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc quelque part, de votre point de vue, il y avait cette décision stratégique à prendre mais le fait que vous soyez, que vous puissiez répondre tout de même au marché américain était aussi important ?

Gonzague Issenmann, directeur général de Stentys : Oui, oui, le marché américain, c’est quand même le premier marché mondial. En tant que société à ambition, j’allais dire globale, on se doit d’avoir effectivement une stratégie pour l’accès au marché américain. Il faut le faire de façon la plus, je dirais la plus rentable pour les actionnaires. Ce sont des investissements importants et par conséquent il faut que ce soit sur le produit qui sera notre produit-phare.

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce que la société ne risque pas de consommer trop de cash, on va dire, sur les prochains mois du coup ?

Gonzague Issenmann, directeur général de Stentys : Du coup, on a au contraire réorienté l’ensemble de notre activité, déjà pour minimiser les coûts qui n’ont plus de raison d’être et également pour s’assurer que les investissements, aussi bien en recherche et développement qu’en étude clinique et que sur les activités commerciales et marketing, se refocalisent sur les produits, notamment le Sirolimus, et puis le prochain produit que l’on va lancer l’an prochain un avec un nouveau cathéter de pose. Si vous le souhaitez, je peux peut-être en parler, voilà, c’est important, puisque, le Sirolimus, je pense que les personnes qui ont suivi la société le savent bien puisque on a eu notamment, dès mai de cette année, au congrès PCR, les résultats définitifs de l’étude que l’on avait faite sur ce produit, excellents résultats d’efficacité à neuf mois, une démonstration en fait d’une meilleure cicatrisation plus rapide qu’un stent conventionnel, donc on est convaincu que ce produit va répondre à un besoin précis pour les cardiologues. Et puis, par ailleurs, fin juin, nous avions également annoncé l’acquisition d’une société américaine, la société Capella Peel Away, qui a développé une technologie tout à fait intéressante pour la pose, l’implantation, la technique d’implantation, j’allais dire, d’un stent tel que le nôtre, le principe de base étant de répliquer au plus proche le geste qu’effectue aujourd’hui un cardiologue quand il implante un stent conventionnel. Les stents conventionnels, ils ont bien entendu leurs limites, on le sait bien, mais c’est ce que pratique en général un cardiologue toute la journée, et donc de pouvoir avoir une technique de pose au plus proche, sans avoir besoin de réapprendre une technique, même si, de l’avis de tous, notre cathéter actuel n’est pas compliqué, cela dit il est un petit peu différent et parfois cette petite différence nous permettra en tout cas, si on l’a amoindri ou atténué, ou en tout cas fait disparaître, on l’espère, nous permettra de travailler avec l’ensemble des cardiologues, quel qu’il soit dans le monde.

Web TV www.labourseetlavie.com : Ce sera un atout supplémentaire pour vous. Du côté des distributeurs, vous élargissez aussi votre réseau de distribution, ce sera important aussi sur les prochains mois ?

Gonzague Issenmann, directeur général de Stentys : Ça, ça a été un des points importants des 18 derniers mois. En 2013, on a commencé, au-delà de notre pré carré, j’allais dire, européen, à travailler au Moyen-Orient. Et puis en début d’année, on a annoncé les premiers partenariats en Asie, en Asie du Sud-Est notamment, et puis, récemment, plus récemment en Amérique latine. Donc cette stratégie, on la poursuit, on l’étend, elle fonctionne et on souhaite poursuivre justement cette création d’un réseau de partenaires à travers le monde et avec en ligne de mire aussi les grands marchés puisque, aujourd’hui, ce qui va être clé pour nous, c’est d’obtenir les agréments, on a parlé bien entendu des États-Unis, mais pas seulement, les grands marchés que seront l’Inde, le Brésil, le Canada, et puis in fine et aussi la Chine, le Japon. Et donc ces développements-là vont être vraiment, encore une fois, avec notre produit-phare, au cœur de notre stratégie dans les 18 prochains mois.

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce qu’aujourd’hui vous pouvez rassurer les actionnaires qui se disent que finalement le groupe il a, voilà, cette trésorerie certes là, mais il y a cette perte importante, sur les prochains mois justement, qu’il n’y aura pas de problème particulier sur la partie financière pour Stentys ?

Gonzague Issenmann, directeur général de Stentys : Merci de me poser la question. Effectivement, cette perte comptable, ce n’est pas un décaissement de trésorerie, c’est un potentiel de décaissement maximum sur une période de trois ans, avec 23 millions à fin juin, nous avons au contraire toute la robustesse financière, en termes de trésorerie, pour poursuivre ce développement sans avoir à revenir sur les marchés à court et moyen terme.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Gonzague Issenmann d’avoir été avec nous.

Gonzague Issenmann, directeur général de Stentys : Merci beaucoup.

 

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 22 septembre 2014.

 

Cet interview a été tournée au Club Confair, 54 rue Laffite, 75009 Paris :

Site : http://club-confair.com/

Facebook : https://www.facebook.com/pages/54Laffitte-Club-Confair/1430912950489383?fref=ts

Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=-DOSfn2Wehw

 

Print Friendly, PDF & Email