Bruno Benoliel Directeur financier Alten sur les résultats semestriels 2010.
Interview Résultats semestriels 2010 du spécialiste de la R&D externalisée

29 septembre 2010 8 h 52 min
+ de videos
31
Views

Alten : Résultats semestriels 2010

Bruno Benoliel Directeur financier Alten revient sur le premier semestre du spécialiste de la R&D externalisée, la stratégie et les perspectives.

Web TV www.labourseetlavie.com : Bruno Benoliel directeur financier d’Alten, bonjou, vous êtes le directeur financier d’Alten. On va revoir avec vous les résultats semestriels et puis les perspectives. Si on regarde le premier semestre, on a une progression de l’activité et puis des résultats. Qu’est-ce qui a été, je dirais, le moteur de ce retour à la croissance d’Alten, sur le premier semestre ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « Alors, on peut dire que tous les secteurs d’activité ont contribué au retour de la croissance. Comme vous le savez, en 2009 l’activité a chuté de façon assez sensible dans plusieurs secteurs d’activité, notamment l’automobile, donc en 2010 il y a un premier effet de rattrapage, probablement des projets qui ont été différés. Et puis il y a des problèmes de rupture technologique que certains secteurs ont engagé, notamment dans le domaine de l’énergie, de l’automobile ou de l’aéronautique qui amènent des nouveaux projets et donc qui tirent la croissance. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc, finalement, après, je dirais… une année 2009 assez difficile sur le plan des arrêts brutaux d’activité, notamment dans le secteur automobile, le secteur à nouveau réinvesti ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « Oui, alors le secteur automobile réinvestit mais c’est pas le seul. L’aéronautique est un secteur porteur, il y a beaucoup de sujets qui tournent aujourd’hui autour de l’A350. Le secteur de l’énergie est aussi un secteur porteur, aussi bien sur les énergies fossiles que sur les énergies renouvelables, donc on a comme ça un certain nombre de secteurs d’activité qui sont porteurs de projets intéressants pour les années à venir. »

Web TV www.labourseetlavie.com : En meme temps, pendant la période, ça a pas été facile d’ajuster, justement, l’offre à la demande. Qu’est-ce que vous avez fait, je dirais, pendant cette période pour répondre à une demande qui était très faible en fin d’année 2009 et qui… qui est repartie ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « On a du gérer les ressources. Gérer les ressources, ça veut dire geler les recrutements en 2009, pour faire face justement à la baisse du nombre de projets et essayer au maximum de favoriser la mobilité interne entre les secteurs d’activité, puisque nos ingénieurs sont pas nécessairement spécialisés sur un secteur, mais ont des compétences. Compétences qui peuvent être réutilisées dans l’automobile, l’aéronautique, l’énergie par exemple. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté des secteurs, y a un secteur qui semble un petit peu difficile, c’est le secteur des télécoms. Est-ce que là, je dirais, il y a des perspectives meilleures ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « Alors les télécoms, c’est un secteur difficile, aussi bien si l’on considère les opérateurs, chez qui la pression tarifaire que les équipementiers industriels qui eux se font une concurrence très rude. Donc, y a des projets, il y a la 4G qui va arriver, donc il y a des projets pour les années à venir. Néanmoins, pour l’instant, c’est un secteur qui reste très difficile. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté de l’international, on voit que l’Espagne… ça reste un marché très difficile. C’est lié à la conjoncture ? c’est lié à quoi, l’Espagne ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « Alors, en fait, toute l’Europe est repartie en croissance depuis la fin 2009. Avec un rythme différent selon les pays, selon la taille du pays, selon aussi la puissance industrielle du pays concernée. On voit par exemple que l’Allemagne a renoué avec un taux de croissance beaucoup plus fort, ce qui est normal puisque c’est un pays qui est industriellement très dynamique, avec un taux de recherche important. A contrario l’Espagne, qui est un pays qui connaît des difficultés économiques importantes, où les coupes budgétaires ont été extrêmement significatives, on rencontre, en tout cas pour nous, plus de difficultés. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Ca, ça devrait donc perdurer tant que la situation s’améliore pas sur le plan économique ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « Alors, on peut dire que les ajustements ont eu lieu en Espagne, c’est-à-dire que les budgets qui devaient être revus à la baisse l’ont été, en tout cas au cours du premier semestre. Et on assiste depuis le début de l’été, en fait, à une stabilisation de l’activité, voire à un léger redémarrage depuis le début du mois de septembre. »

Web TV www.labourseetlavie.com : En Allemagne il y avait des chiffres exceptionnels sur le deuxième trimestre, et puis quand on en parlait avec les économistes, ils disaient… oui, mais ça va pas continuer, c’était en quelque sorte un peu exceptionnel. Donc ils s’attendent plutôt à ce que ça se calme sur la deuxième partie de l’année. Comment vous envisagez, vous, justement, ce… je dirais… ce deuxième semestre en Europe ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « De ce qu’on voit, de la remontée de la part des clients, de ce que notre force de vente nous transmet comme informations, les projets sont toujours là. On anticipe pas de ralentissement sur le second semestre et notamment dans le domaine de l’industrie. Don, par exemple, prenons l’Allemagne, l’aéronautique, l’électronique et l’automobile surtout, on voit que nos clients ont des projets importants et de moyen terme. Donc notre problématique aujourd’hui, en Allemagne, c’est plus de retrouver les compétences et de recruter les ingénieurs, ceux qui ont quitté, par exemple, notre société l’an dernier, et que nous devons retrouver ceux-là ou d’autres pour faire face à la demande des constructeurs, par exemple, dans le court terme à venir. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors du côté du taux d’activité, il avait remonté donc effectivement sur le premier semestre, taux de 92,5%. De votre point de vue il peut se maintenir à ce niveau-là sur l’ensemble de l’année ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « Non seulement il peut s’y maintenir mais je pense qu’il va s’améliorer, et notre perspective pour le second semestre, c’est un taux d’activité qui devrait être plutôt autour de 93%. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté de la croissance, la croissance organique… Vous dites… Vous aviez revu à la hausse d’ailleurs, le mois de juillet à peu près, cette croissance organique… autour de 5%. Qu’est-ce qui, justement… C’est les projets à venir, c’est la concrétisation de projets qui étaient peut-être un peu en attente qui vont… arriver ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « Alors, on a constaté au premier semestre une accélération assez forte de la croissance au deuxième trimestre. A la fin du premier semestre, on essayait de savoir si la visibilité était suffisante pour confirmer cette tendance à l’orée du mois de septembre-octobre, et e fait puisque nous y sommes, nous pouvoir dire que oui, les projets sont là et cette tendance se poursuivra sur l’ensemble de l’année. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Je citais tout à l’heure un économiste… C’est vrai que du côté des sociétés de services informatique, on sait que la… je dirais, l’état de l’économie, bien sûr, est un point important. On voit beaucoup de plans de rigueur budgétaire un peu partout en Europe pour le coup, tous les états sont en train de réduire. Certains y voient un frein au développement de vos activités. Qu’est-ce que vous répondez à ça ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « Alors, enfin… Sur les marchés publics, peut-être que des sociétés qui sont très exposées verront leurs budgets rognées ou réduits. Nous travaillons quasi-exclusivement avec le secteur privé, c’est-à-dire plus de 95% de l’activité du groupe Alten, 97 même… Nous sommes donc vraiment au cœur de l’innovation et au cœur des projets de développement de demain. Donc, on se fait pas de soucis sur la nécessité d’investir de nos clients puisque de toute façon, le salut en termes de marchés pour eux est de vendre et viendra nécessairement du renouvellement des produits. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Le groupe a donné des perspectives un petit peu sur l’international, avec des idées de renforcement… Vous dites souvent qu’il faut une taille critique… ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « C’est vrai. »

Web TV www.labourseetlavie.com : … à l’international. Qu’est-ce que vous allez justement faire pour vous développer à l’international ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « Alors on a des projets à la fois de développement par croissance organique, pour autant qu’on y arrive, et puis également par croissance externe. Donc l’idée étant d’avoir une taille critique de l’ordre de 1500 personnes par pays, sur les grandes zones géographiques européennes que sont le Benelux et l’Allemagne, notamment, puisque l’Espagne nous l’avons déjà. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc ça c’est le minimum, je dirais, pour avoir cette base et répondre aux appels d’offre… effectivement, dans les différents pays, ou en tout cas avoir la taille suffisante dans chaque pays.

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « En fait, on est capables de répondre à n’importe quel type d’appel d’offre compte-tenu de la taille que nous avons déjà et de la reconnaissance de notre travail par les clients. La taille critique répond en fait à une stratégie de développement qui permet de mettre en place les structures de formation, d’encadrement, de training… qui répondent en fait aux objectifs de développement du groupe. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors en France, il y a déjà une taille importante… Néanmoins, on parlait du secteur de l’énergie… c’est vrai que c’est un secteur dont on parle beaucoup, puisqu’il y a beaucoup de projets… Ca, c’est un secteur sur lequel vous pourriez vous renforcer aussi ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : «Tout à fait. Alors, on pourrait s’y renforcé en France, en faisant, pourquoi pas, des acquisitions, même si la France n’est pas notre terrain de prédilection pour la croissance externe. Mais clairement sur l’energie, comme il y a un vecteur de croissance important et des sujets vraiment très, très différents si on… oui… et à l’étranger aussi. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot de conclusion… Est-ce que… par ce que les investisseurs cherchent de la visibilité sur 2011… Est-ce que vous leur donnez des indications sur ce que pourrait être le début d’année 2011 pour Alten ?

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : « Non, pour l’instant c’est trop tôt. Ce qu’on voit , c’est que les tendances d’accélération de la croissance se confirment, en tout cas se confirmeront sur la fin de l’année. Donc, il y a pas de raisons que l’année 2011 soit en rupture par rapport à l’année 2010, donc on devrait connaître en 2011 des taux de croissance au moins équivalents à ceux de 2010. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci, Bruno Benoliel, d’avoir fait le point avec nous, directeur financier d’Alten.

Bruno Benoliel directeur financier d’Alten : «Merci. »

Print Friendly, PDF & Email