Thierry de la Tour d'Artaise Pdg du Groupe SEB.
Interview sur les résultats annuels et les perspectives

4 mars 2011 8 h 22 min
+ de videos
70
Views

Résultats annuels 2010 du Groupe SEB. Le groupe de petit électroménager a annoncé une année record pour son exercice 2010. Comment se sont comportés ses marchés ? Quelle stratégie, l’impact de la hausse des matières premières, les devises, le marché Chinois, les perspectives…

Le point sur ces résultats et les perspectives avec Thierry de la Tour d’Artaise Pdg du Groupe SEB. Pour l’actualité financière du Groupe SEB : SEB

Web TV www.labourseetlavie.com : Thierry de la Tour d’Artaise, bonjour, vous êtes le Pdg du Groupe SEB. On va revenir avec vous sur vos résultats, sur les perspectives. Alors vous dites des performances records sur cet exercice 2010. Qu’est-ce qui a conduit à ces performances en 2010 ?

Thierry de la Tour d’Artaise : Alors c’est un retour de la croissance puisque nous avons eu une croissance forte, 10 % à parité constante et 15 % en euros qui, je crois, vient d’abord beaucoup d’innovations produits, comme d’habitude, c’est la recette de base, et puis ensuite, une très forte croissance à la fois sur des pays matures et aussi beaucoup sur des pays émergents où nous avons une part de plus en plus importante. Donc tout ça a fait que nous avons eu beaucoup de volume, donc une très bonne activité industrielle, et ça fait, en général, des bonnes marges.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors c’est un vrai contraste ça par rapport à ce qu’on avait connu en 2009, en tout cas sur la situation de 2009, c’est un vrai changement en tout cas.

Thierry de la Tour d’Artaise : C’est un vrai changement, c’est un très grand changement. Alors ce qui est vrai, c’est qu’en 2009, si on s’en souvient, nos marchés avaient quand même pas trop mal résisté c’est-à-dire qu’on voit que notre industrie est plutôt, résiste bien aux crises, mais nous avions quand même beaucoup de marchés à la baisse, cette année tous nos marchés ont été en hausse et donc ça nous a permis effectivement de relancer de l’activité de façon très forte

Web TV www.labourseetlavie.com : On entend dire que la consommation, qu’il y a des problèmes sur la consommation. Quand vous entendez ça, vous, industriel, vous les voyez ces problèmes dans votre secteur ?

Thierry de la Tour d’Artaise : Pour le moment non. Je dirais que 2010 a été même assez surprenant parce que dans les pays matures on est sur des marchés de renouvellement, qui ont généralement des taux de croissance assez faibles et nous avons connu beaucoup de marchés, des marchés importants, la France, l’Allemagne, l’Italie, qui sont des gros marchés, qui ont vu une croissance de marché assez forte, et on n’a pas senti beaucoup de changements sur la fin d’année, maintenant on verra 2010, mais 2010 s’est plutôt ouvert dans de bonnes situations, donc nous n’avons pas encore vu de signes avant-coureurs, on attend de voir bien sûr.

Web TV www.labourseetlavie.com : 2010 c’était plutôt une année où vous avez vous avez faits des promotions, où vous avez fait du, donc vous avez fait des dépenses marketing aussi pour les produits.

Thierry de la Tour d’Artaise : Bien si vous voulez, c’est assez simple. A partir du moment où les marchés répondaient bien, c’était en croissance, comme nous avions beaucoup d’innovations, quand on crée beaucoup de produits, on investit beaucoup pour les créer, il faut les vendre, et donc bien sûr, comme l’activité était bonne, nous en avons profité pour renforcer très fortement l’accompagnement des produits à travers, je dirais, tout ce qui est démonstrations, et surtout bien sûr la publicité.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, vous êtes bien sûr présents en Chine. Le marché chinois sur l’année 2010, qu’est-ce qu’il a donné ce marché ?

Thierry de la Tour d’Artaise : Nous avons crû de 31 % sur le marché chinois, un petit peu plus en petit électroménager et un petit peu moins dans les articles culinaires, ce qui est assez logique. Donc ça été un marché très porteur, très dynamique, là aussi avec beaucoup d’innovations de notre filiale support et c’est donc une très très bonne année en Chine, et j’espère que 2011 sera du même acabit.

Web TV www.labourseetlavie.com : Votre regard justement sur cette zone. Du côté des économistes on s’inquiète de l’inflation chinoise, alors on a du mal à y voir clair d’ici. Sur place, comment vous faites parce qu’effectivement on voit qu’il y a de l’inflation, qu’il y a une hausse des salaires, alors on partait de très bas bien entendu, mais est-ce que ça change la donne sur ce marché chinois ?

Thierry de la Tour d’Artaise : Ce qui est clair, c’est qu’il y a une inflation salariale qui est évidente. Il y a aussi au passage un accroissement des matières premières, donc ça fait un renchérissement des prix. Bon cela étant, donc ça peut avoir peut-être un impact sur le marché lui-même, mais, je crois que si on raisonne un petit peu sur le plus long terme, la progression des salaires va faire que beaucoup plus de gens rentrent dans les classes moyennes et aujourd’hui nous sommes sur un marché aujourd’hui de, potentiel pour nous aujourd’hui le marché est de 400 millions de personnes. Si il y a une inflation des salaires, notre marché s’agrandira fortement et donc il y a aussi le bon côté du mauvais côté de l’augmentation des salaires.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors vous vous êtes renforcés dans le support, quel était l’objectif justement de ce renforcement ?

Thierry de la Tour d’Artaise : Nous souhaitons, c’est un projet, puisqu’il n’est pas encore mené à bien, il faut que nous ayons l’approbation des autorités chinoises. Très clairement d’abord il s’agissait d’une volonté de notre partenaire qu’il nous avait affichée depuis le début de réduire sa participation et comme c’est un vendeur naturel, nous sommes un acheteur naturel, parce que nous sommes en Chine pour le très long terme. Donc si nous pouvons nous renforcer d’abord on pourra consolider plus de résultats, on aura plus de marge de manœuvre en termes de gestion, donc nous souhaitons effectivement, c’est plus agréable d’être à 71 % que 51 %, bon maintenant si ça ne se faisait pas, nous continuerons, ça ne changera rien dans notre vision de la Chine. Nous avons le bon partenaire, qui est leader dans les articles culinaires, une bonne position dans les autres métiers, donc nous, nous misons beaucoup sur la Chine.

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté des matières premières, c’est le vrai sujet du moment. Pour vous comment vous faites justement pour faire face, puisque on parle de choc aujourd’hui dans vos différentes zones ?

Thierry de la Tour d’Artaise : Alors, rappelons d’abord que nous ne sommes pas le gros blanc, le gros électroménager pour être plus clair, et que donc la part des matières premières dans notre prix de revient est beaucoup moins importante que ça peut l’être dans d’autres industries. Néanmoins il y a effectivement une hausse des matières premières. Alors comment on fait. En dehors de Chine, nous prenons des couvertures de façon à pouvoir atténuer l’impact, en tout cas le lisser dans le temps, c’est ce que nous avons fait l’année dernière, ce qui nous a permis d’avoir un faible impact des matières premières, ça jouera aussi un petit peu sur 2011 et puis, si il reste quand même des augmentations, ce qui ne manquera pas d’arriver, et bien il faudra que, d’une part, nous augmentions les prix dans certains pays, et voire que nous fassions aussi quelques économies par ailleurs.

Web TV www.labourseetlavie.com : On pourrait dire qu’à côté des matières premières, les devises aussi jouent, sont très volatiles, on pourrait dire que on a du côté des pays émergents, une progression mais avec beaucoup de flux dont on parle sur les marchés, et puis, on pourrait dire que du côté du dollar, on a peut-être à nouveau des risques de baisse, ça se gère ça année après année ?

Thierry de la Tour d’Artaise : Oui. Je crois qu’il faut être très souple parce que c’est totalement imprévisible. Alors, à très court terme, un dollar faible nous avantage puisque nous achetons plus en dollars que nous ne vendons. Maintenant sur le long terme, bien sûr, c’est plus difficile pour nos usines françaises. Vous savez je crois que là on ne peut rien prévoir. Nous, ce que nous avons l’habitude de faire, c’est qu’on a eu pendant des années et des années des impacts négatifs sur notre chiffre d’affaires, l’année dernière c’était très positif, on a eu pendant des années des impacts négatifs sur notre marge opérationnelle, l’année dernière ça été positif, on s’adapte et on prend les mesures pour compenser ces hausses ou ces baisses de devises, malheureusement on est totalement incapable de prévoir. Si vous avez une idée pour le dollar en 2011 je suis preneur.

Web TV www.labourseetlavie.com : Pas encore. Alors sur les perspectives, la marque Moulinex qui avait été en quelque sorte bloquée pour vous sur certains pays d’Europe vous allez pouvoir à nouveau donc la développer. J’imagine que vous vous êtes préparés.

Thierry de la Tour d’Artaise : Bien sûr.

Web TV www.labourseetlavie.com : Qu’est-ce que vous en attendez justement ?

Thierry de la Tour d’Artaise : Si vous voulez, ce qui est important, c’est que cette marque on n’a pas pu utiliser pendant huit ans, et pendant trois ans, elle n’a plus existé, même d’ailleurs pendant plusieurs années. Donc depuis le 1er janvier, nous pouvons l’utiliser dans ces neuf pays de l’Union Européenne, nous avons depuis deux ans travailler sur une refonte complète de l’offre de produits pour Moulinex, donc c’est un relancement dans ces pays-là, qui nous permettra d’étoffer notre offre produit pour ces pays mais aussi pour le reste du monde, la marque Moulinex est très connue au Mexique, en Argentine, au Moyen-Orient, donc c’est une relance de Moulinex au niveau mondial. On n’attend pas d’un chiffre d’affaires considérables en 2011, peut-être 25 millions d’euros, mais je crois que c’est beaucoup plus structurel que ça, c’est la relance d’une marque qui a été un petit peu mise entre parenthèses et que nous voulons, à qui nous voulons donner tout son lustre, parce qu’elle était une très belle marque.

Web TV www.labourseetlavie.com : En conclusion, sur les priorités pour 2011, quelles sont-elles dans un environnement un petit peu plus mouvant, ou en tout cas peut-être plus délicat, que celui qu’on avait anticipé ?

Thierry de la Tour d’Artaise : Bien sûr poursuivre la croissance dans les pays émergents parce que là il peut toujours y avoir des à-coups mais nous y avons un certain nombre de positions qu’il faut encore renforcer, et puis sur les pays matures continuer par l’innovation à gagner des parts de marché, à développer le marché, le consommateur dans les pays matures a tout, mais on sait très bien que il réagit et que même, on l’a vu dans des périodes un peu difficiles, notre métier tient bien, donc il faut continuer et chaque jour innover encore toujours.

Web TV www.labourseetlavie.com : Bien sûr on suivra ça. Merci d’avoir fait le point avec nous Thierry de la Tour d’Artaise, Pdg du Groupe SEB.

Thierry de la Tour d’Artaise : Merci beaucoup.

© www.labourseetlavie.com 4 mars 2011

Print Friendly, PDF & Email
Category: L'INTERVIEW