Arnaud Morvillez Gérant Skylar Group : "On pense que la zone Europe devrait dominer à nouveau le marché des IPO".
Introduction en Bourse : Perspectives 2016 d'un marché perturbé depuis le début de l'année

1 mai 2016 12 h 22 min
+ de videos
91
Views

#Bourse : Avec la volatilité en hausse en début d’année, les introductions en Bourse ont été stoppées, aux Etats-Unis comme en Europe.

Les investisseurs commencent néanmoins à nouveau à être sollicitées (GeNeuro, Witbee…) et il semble donc qu’une nouvelle « fenêtre d’opportunités », comme disent les banquiers d’affaires, va se présenter pour plusieurs raisons.

C’est ce que nous explique mon invité Arnaud Morvillez Gérant Skylar Group.

Web TV www.labourseetlavie.com : Arnaud Morvillez, bonjour.

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Bonjour.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous êtes gérant de Skylar France. On va parler avec vous des introductions en bourse, réfléchir un petit peu sur cette tendance. C’est vrai qu’on a un petit moment de break, en tout sur le marché français. Globalement, est-ce que les investisseurs ont eu l’occasion d’investir dans pas mal d’introductions en bourse au niveau mondial ?

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Au niveau mondial, ça a été très calme depuis le début de l’année. Le premier trimestre est à l’image des marchés financiers et du coup, les marchés financiers ont été très volatils au premier trimestre. Du coup, ça a complètement stoppé le flux IPO. Très peu d’introductions en bourse. On note un montant environ de 8 milliards d’euros levés au premier trimestre, ce qui est à peu près à 28 milliards d’euros au premier trimestre 2015, donc un montant en net ralentissement. Et le marché français n’a pas échappé à la règle.

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est vrai qu’on a vu quelques dossiers arriver récemment, mais il ne s’est quasiment rien passé. C’est pareil ? C’est lié au même phénomène sur la volatilité des marchés ?

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Tout à fait. Les investisseurs ont plutôt profité de cette période pour se retirer des marchés financiers et du coup l’appétit action, au premier trimestre, est très très faible. Et là, on voit l’appétit revenir concrètement sur les marchés européens et c’est pour ça que les banques profitent de cette accalmie des marchés financiers pour lancer le flux IPO qui était énorme en Europe selon nous.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement, il y a des entreprises qui n’auraient pas pu venir, qui ont pu choisir d’autres modes de financement ? Ça arrive ça quand il y a des périodes où on ne peut pas aller en bourse, on va faire du private equity par exemple ?

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Oui, on a vu quelques dossiers par exemple se financer avec le private equity. En France, on peut penser à Deezer qui a choisi ce mode de financement par rapport à une introduction en bourse à la fin du quatrième trimestre 2015.

Web TV www.labourseetlavie.com : On parle de cette période de volatilité effectivement. Donc, il y a vraiment des plages qui sont choisies, des moments opportuns pour aller en bourse ?

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Tout à fait, vous avez raison. Nous, on pense que les investisseurs aujourd’hui sont habitués à cette volatilité dans les marchés et sont habitués à ce que cette fenêtre IPO soit ouverte et fermée successivement dans l’année et la fenêtre ouverte qui est actuellement très forte en Europe montre que les investisseurs sont vraiment au courant de cette volatilité des marchés et profitent de l’accalmie des marchés pour investir dans les IPO.

Web TV www.labourseetlavie.com : Il y a des moments plus favorables ? Est-ce que pour les gérants, on se dit en fin d’année, ce n’est pas forcément facile dans la deuxième partie d’année d’investir sur une nouvelle société qui vient en bourse ? En début d’année, on peut encore prendre le pari.

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Tout à fait. Mais après, ce qui s’est passé en fait, c’est qu’au premier trimestre, comme ça a été fermé, beaucoup d’entreprises ont choisi le second trimestre justement pour s’introduire en bourse. Et des dossiers comme Eranove ou même bientôt surement Maisons du Monde qui devait venir se coter surement au premier trimestre, dorénavant elles sont obligées de le faire au second trimestre.

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce qu’il y a des tendances lourdes ? Puisqu’on a vu au cours des dernières années, si on prend la partie française, on verra la partie internationale, une grande présence de sociétés biotech par exemple. C’est vrai que maintenant, on a d’ailleurs sur la cote beaucoup de sociétés biotech. Mais il y a eu une vraie tendance biotech ?

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Alors, la tendance biotech est très forte du fait de l’appétit des investisseurs américains. Beaucoup d’investisseurs américains choisissent les biotechs françaises et européennes du fait de la valorisation moindre par rapport aux biotechs que l’on peut voir se lister aux États-Unis. Le marché du biotech est très important aux États-Unis et a très très bien fonctionné depuis plusieurs années. Et maintenant, du fait des fortes valorisations, les investisseurs américains se reportent sur les pépites européennes.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc ça donne plus d’opportunités pour des entreprises françaises, européennes, qui viendraient se coter dans ce segment-là

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Tout à fait. Et ça donne beaucoup d’opportunités également de venir se coter du coup en Europe et pas forcément de sauter le pas tout de suite aux États-Unis. Ils peuvent entreprendre une première cotation en Europe.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, on parle aussi beaucoup de technologies, de valeur tech à nouveau, notamment aux États-Unis. Est-ce qu’il y a comme ça des secteurs qui se distinguent un petit peu ?

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Alors aux États-Unis, ce qui est très porteur dans la technologie, c’est tout ce qui est émergence du sas. C’est les éditeurs de logiciels qui proposent des solutions dans le cloud et non plus directement imprimées sur l’ordinateur. La cyber sécurité également est un secteur très porteur aux États-Unis et on pense également au big data, toute cette technologie nouvelle de gestion de bases de données énormes et de visualisation de ces bases de données. C’est trois secteurs porteurs pour les IPO aux États-Unis.

Web TV www.labourseetlavie.com : Il y a encore vraiment un décalage entre justement ce volume qu’on pourrait trouver aux États-Unis sur la tech versus ce qu’on pourrait trouver en Europe, qu’on aura beaucoup moins en Europe ?

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Il est clairement établi que l’appétit technologique actions pour les actions et valeurs technologiques se trouvent évidemment aux États-Unis. Beaucoup d’entreprises françaises vont même choisir a priori de se coter aux États-Unis plutôt qu’en Europe. On a vu Criteo le faire il y a quelques années, qui est parti directement se coter sur le Nasdaq. Et les entreprises qui aspirent à s’introduire en bourse, BlaBlaCar par exemple qui est une pépite française, on peut penser qu’ils le fassent aux États-Unis plutôt qu’en Europe.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous, quand vous investissez sur des introductions en bourse, vous allez regarder comme d’autres gérants les valorisations ? Quels sont les critères que vous allez mettre en avant ?

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Alors nous, on aime beaucoup les dossiers avec une forte décote d’IPO. Donc, on regarde évidemment les comparables listés en bourse et on essaye de faire notre propre valorisation sur la nouvelle introduction en bourse. Et quand le risk reward est suffisant en termes de valorisation, mais également de perception de l’histoire, de l’écoute historique, du management, du dossier en fait que propose l’IPO. C’est à ce moment-là que nous faisons notre choix pour investir dans l’introduction en bourse.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement, est-ce qu’on trouve des cotes ? Parce que dans des périodes où il y a beaucoup d’introductions, on sait bien que le banquier a envie de profiter de l’engouement et donc peut-être de valoriser un peu, de mettre un peu trop de valorisation.

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Alors, vous avez raison. Sur les dossiers qui arrivent, une réouverture du dossier de pipeline d’IPO, nous, on pense que les décotes de valorisation sont un peu plus fortes aujourd’hui qu’elles ne le seront peut-être dans quelques semaines ou quelques mois.

Web TV www.labourseetlavie.com : Et donc, ça veut dire qu’il faut être encore plus sélectif justement peut-être ?

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Alors, il faut être très sélectif. C’est un vrai métier de choisir une IPO. Ça nous prend beaucoup de temps. Il faut faire des analyses, rencontrer le management, de se faire sa propre idée sur chaque dossier et pas forcément écouter les bruits ou les rumeurs de marché. C’est un vrai dossier d’investissement à part entière.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement sur les marchés, vous vous attendez plus à une nouvelle vague en Europe, aux État-Unis, ou ça va être à peu près simultané ?

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Nous, on pense que la zone Europe devrait à nouveau dominer le marché IPO, comme elle l’a fait en 2015. En 2015, c’est la première fois dans le monde depuis la crise des subprimes que la partie européenne était supérieure à la partie américaine, en termes de montants levés et de nombre d’introductions en bourse. On pense que ce mécanisme, ce flux, devrait continuer en Europe pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il y a eu une pénurie d’introductions en bourse en Europe. Donc, beaucoup d’entreprises ont alimenté ce pipe IPO et ont besoin dorénavant de venir se coter en bourse. Beaucoup de fonds de private equity ont également acheté des entreprises il y a plusieurs années et donc ont un besoin mécanique de faire tourner leur portefeuille. Et aussi on pense que les États peuvent être également vendeurs d’actifs, comme on l’a vu avec Aena en Espagne, ABN AMRO aux Pays-Bas ou encore La Poste hellène l’année dernière. Et on pense également que beaucoup d’entreprises vont surement céder des actifs non core à l’image de Covestro, le groupe Bayer il y a quelques semaines ou encore Scandinavian Tobacco Group qui est un manufacturier de cigares, qui est un spin-off de Match Group. Donc, ce phénomène de cession d’actifs non stratégiques devrait continuer encore, selon nous.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc, ça va donner de nouvelles opportunités aux investisseurs.

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Exactement.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Arnaud Morvillez d’avoir fait le point avec nous.

Arnaud Morvillez – Gérant – Skylar France : Merci à vous.

Print Friendly