Rachid Kbiri Alaoui Pdg HiTechPros.
Interview sur les résultats annuels 2010

2 mars 2011 9 h 38 min
+ de videos
311
Views

HiTechPros : Vidéo sur les résultats annuels 2010.

Retour sur l’actualité de la société HiTechPros, « bourse » de l’informatique, la stratégie, et les perspectives, avec Rachid Kbiri Alaoui Pdg HiTechPros.

Web TV www.labourseetlavie.com : Rachid Kbiri Alaoui, bonjour, vous êtes le PDG de HiTechPros. On va parler avec vous des résultats et des perspectives. Alors vous êtes, vous le dites, une bourse des services informatiques, votre société donc est une société de services. Comment s’est passé l’exercice ? On avait vu en 2009 que peut-être ça avait pas été à la hauteur de vos espérances ? 2010 c’est plus conforme ?

Rachid Kbiri Alaoui : C’est beaucoup plus conforme effectivement. Nous avons un business model qui s’adresse aux acteurs des métiers de l’informatique. Vous avez d’un côté les fournisseurs, les sociétés de services, les éditeurs de logiciels, les centres de formation, les informaticiens indépendants, et de l’autre côté, les DSI, les directeurs des systèmes d’information, les directeurs informatiques des grosses sociétés. Donc ça s’adresse plus aux grands comptes mais il y a également le Middle Market.

Web TV www.labourseetlavie.com : Qu’est-ce qui a amené la croissance sur cet exercice 2010 ?

Rachid Kbiri Alaoui : Alors, deux raisons : ça fait maintenant 10 ans qu’on existe, il y a un management qui est établi, des équipes motivées, qui se sont fait connaître, il y a une fidélité des clients, mais également une reprise de l’économie qui nous favorise. Vous le savez l’informatique il y en a toujours besoin, il y en aura toujours besoin, mais quand l’activité reprend, et bien tous les projets de confort ou d’investissement qui ressortent, donc forcément plus de demandes.

Web TV www.labourseetlavie.com : On a connu un vrai changement entre ce qu’on avait en 2009 et 2010, il y a eu une vraie reprise qui s’est installée sur l’année ou ça a été sur les trimestres très différents ?

Rachid Kbiri Alaoui : C’est très progressif parce que la crise n’est pas venue du jour au lendemain. C’était une courbe qui descendait, donc là ça remonte. La crise était là en 2008 2009. 2009 on a plus ressenti ces effets de la crise, mais aujourd’hui des projets redémarrent, on a été surpris par toutes les publications des sociétés, notamment aussi des sociétés de services. Donc on peut dire que doucement l’activité reprend de plus belle. D’ailleurs le Syntec qui avait numériquement enregistré une perte des budgets alloués à l’informatique de -1 % l’année dernière, ça représente 40 milliards d’euros, c’est énorme. Sur cette année 2011, il prévoit + 3 %.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc un début de reprise qui se confirme en tout cas.

Rachid Kbiri Alaoui : Exactement.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous parlez de votre côté de ce que vous avez fait au sein de la société, de maîtrise des coûts, à quoi ça correspond chez vous ?

Rachid Kbiri Alaoui : Alors, ça correspond à des recrutements plus qualitatifs, ça correspond aussi à une fidélisation des clients. Vous savez HiTechPros c ‘est deux business model différents : il y a la partie Internet qui marche un peu comme un site de rencontres et la partie Propositions de services aux directions informatiques. Donc là c’est une véritable prestation où nous allons choisir le prestataire qu’il faut par rapport à la demande qui nous est fournie. Et donc là forcément il y a une fidélisation du client. Comme je vous le disais en début d’entretien, ça fait 10 ans qu’on existe, ce service « staffing » existe depuis 7-8 ans. Donc, au début, on avait un client, puis un deuxième, puis un troisième. Aujourd’hui nous avons des clients chez qui il y a en simultané une dizaine, une quinzaine de prestations en même temps. Donc forcément, on arrive à être plus connu et une maîtrise des coûts parce que plus on a de personnes placées chez les clients, plus on a de projets et bien il y a toujours un seul interlocuteur, une seule facture, et donc forcément une réduction de nos coûts.

Web TV www.labourseetlavie.com : De l’autre côté, en termes d’investissement, qu’est-ce que vous avez, justement quelles sont les priorités aujourd’hui en termes d’investissement sur votre plate-forme, sur ce que vous faites ?

Rachid Kbiri Alaoui : Alors, quelques leviers de croissance. Vous savez, on est une société qui se développe énormément de manière organique, et que organique d’ailleurs, parce que on ne peut pas aujourd’hui faire des acquisitions. On ne peut pas acheter des sociétés de services, il y aurait conflit d’intérêts. On a un business model unique qui rend un service unique. Donc, si vous voulez, les leviers de croissance vont plus être sur de nouveaux services qu’on va développer – par exemple, en ce moment, on a développé depuis trois ans un service de conseil en accompagnement en fusion acquisition parce que dans ces métiers-là, que ça soit les sociétés des services, les SSII ou les centres de formation ou les éditeurs, il y a énormément de rapprochements, les croissances se font par rapprochement. Nous visons, alors c’est en projet, nous visons l’international, donc on est en train de faire des études de marché pour plus particulièrement un pays proche, puis d’autres par la suite. Donc ce serait le levier de croissance premièrement par rapport à la croissance organique et, deuxièmement à l’international

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté justement de la croissance, une croissance organique, c’est peut-être pas assez rapide en tout cas, peut-être, pour les investisseurs ? Alors, vous distribuez 70 % de vos résultats. En général, les sociétés distribuent un tiers. Pourquoi distribuer ce montant ?

Rachid Kbiri Alaoui : On se veut une valeur de rendement. Les placements ne sont pas extraordinaires. D’ailleurs, si on compare cette année par rapport aux années d’avant, nous avons des pertes financières de presque 0,1 million d’euros (100.000 euros) parce que autrefois c’était placé plutôt à 5 %, aujourd’hui quand on arrive à 1 % c’est déjà un record. Donc, si vous voulez, la trésorerie, placer notre trésorerie, c’est pas forcément un bon investissement. Par contre, on se veut, c’est une politique interne, une valeur de rendement pour attirer les actionnaires, les fidéliser, les remercier, et on continuerait sur cette lancée de distribution généreuse des dividendes.

Web TV www.labourseetlavie.com : En conclusion, quel type de croissance vous envisagez justement pour l’exercice 2011 ?

Rachid Kbiri Alaoui : Alors on est de plus en plus connu des clients. Nous avons notre carnet de commandes. Quand un client fait appel à nous, c’est une prestation qui va durer trois mois, six mois, un an, voire plus. Donc, dès maintenant, nous savons à peu près sur les six mois prochains quel serait notre chiffre d’affaires. Vous avez vu les chiffres qu’on a publiés pour l’année 2010. L’année 2011 continue sur cette même lancée. Donc, si vous voulez, là notre seul objectif c’est trouver les bons commerciaux, les recruter, les former et qu’ils fassent davantage connaître HiTechPros auprès des distributeurs français. Je rappelle, encore une fois, que nous avons aujourd’hui en termes de client final, pas en termes de SSII et centres de formation parce que celles-là, on les a toutes ou presque, mais en termes de client final, nous sommes à 6 % de parts de marché

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc il y a encore de la croissance bien sûr.

Rachid Kbiri Alaoui : Exactement

Web TV www.labourseetlavie.com : On suivra ça. Merci d’avoir fait le point avec nous.

Rachid Kbiri Alaoui : Merci beaucoup

© www.labourseetlavie.com 1er mars 2011. Tous droits réservés.

Print Friendly, PDF & Email