Résultats annuels 2012 : Interview de Christian Desmoulins Président du Directoire Actia.
Actia est spécialiste des systèmes électroniques embarquées notamment dans les transports

29 mars 2013 8 h 36 min
+ de videos
240
Views

Actia est spécialiste des systèmes électroniques embarquées notamment dans les transports.

Retour sur l’exercice 2012, la stratégie en France et à l’international, la situation financière et les perspectives avec notre invité : Christian Desmoulins Président du Directoire Actia.

Web TV www.labourseetlavie.com : Christian Desmoulins, bonjour. Vous êtes le président du directoire de Actia. On va parler avec vous de votre année 2012 et puis des perspectives, on rappelle que vous êtes spécialiste notamment de tout ce qui concerne les équipements électroniques avec l’électronique embarquée, comment s’est passée cette année ? On voit que cela a été difficile en termes d’activité mais le fait que cela soit difficile en termes d’activité a eu un impact assez rapide sur les marges.

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Voilà, cela a été une année de stabilité et de consolidation. Stabilité parce que globalement sur un plan structurel, si on enlève les fournitures exceptionnelles, notre chiffre d’affaires est stable, voire en très légère croissance, mais disons qu’il est stable, et de consolidation cela veut dire que face à la pression des prix exercée par nos clients, notamment dans le domaine de l’automobile, nous avons commencé évidemment à réduire nos coûts et nous allons le poursuivre évidemment en 2013.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, on sait que vous innovez, c’est le cœur  quelque part de la société depuis longtemps, vous innovez beaucoup, cela veut dire que dans ces périodes-là, l’innovation ne suffit pas, le fait d’avoir de nouveaux produits ne suffit pas ?

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Si, c’est très important puisque en 2012 nous avons réussi à décrocher des contrats très importants dans le domaine de la télématique pour les véhicules de luxe, Jaguar, Land-Rover, Volvo Car, de façon à pouvoir faire des cartes télématiques qui permettent, avec un simple téléphone portable, de faire ce que nous voulons au sein d’une voiture.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement, dans cette période-là, est-ce que de votre point de vue le problème comme on a pu le voir avec certains constructeurs automobiles, il est européen c’est-à-dire qu’il y a certains constructeurs en Europe qui vont mal et c’est cela qui vous impacte d’abord ?

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Alors, il est vrai que dans le domaine de l’automotive plus largement c’est-à-dire le véhicule léger, le poids-lourd, le bus, etc., la situation française ou plus généralement de l’Europe du Sud est plus difficile que la situation que l’on trouve aujourd’hui en Allemagne. L’Allemagne a réalisé en termes de qualité, d’innovations technologiques, des progrès continus en ayant soin aussi de faire en sorte que la masse salariale n’évolue pas trop rapidement et que ces économies permettent effectivement d’organiser des investissements de qualité et d’innovation. Je pense que aujourd’hui les constructeurs automobiles français sont bien partis pour le faire aussi et nous-mêmes nous considérons aujourd’hui que notre clientèle est évidemment mondiale et que face aux innovations que nous faisons dans le domaine du diagnostic, de la télématique, et plus généralement dans l’ensemble des systèmes embarqués, nous devons aller sur l’ensemble de l’Europe, aux États-Unis, en Chine, c’est-à-dire sur des marchés qui sont à forte dynamique.

Web TV www.labourseetlavie.com : Aujourd’hui cela veut dire, peut-être cela voudra dire d’être plus près des donneurs d’ordre aux États-Unis, en Chine ?

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Plus près, on y est c’est-à-dire que l’on a effectivement créé des filiales, on est présent aux États-Unis par nos filiales, en Chine, en Allemagne, en Suède, enfin dans tous les grands pays qui ont des constructeurs automobiles aujourd’hui, et nous suivons au plus près effectivement les besoins de nos clients de façon à pouvoir adapter nos innovations technologiques aux besoins du marché national.

Web TV www.labourseetlavie.com : Il y a vraiment un marché américain avec une évolution, un marché chinois qui en est un certain stade, on sait que les chinois sont friands, en tout cas les clients sur l’automobile par exemple, des dernières technologies, ce qui n’était pas forcément l’idée des constructeurs français au départ, vous êtes obligés de vous adapter sur le plan technologique ou cela va être sur certains aspects des produits ?

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Il faut s’adapter évidemment mais nous avons aujourd’hui dans nos systèmes embarqués une construction modulaire à la fois de l’électronique et des logiciels embarqués, et donc il est assez simple aujourd’hui, à partir d’un cahier des charges génériques, de faire des applications qui sont destinées au marché automobile américain, au marché automobile européen ou au marché chinois, qui sont des marchés assez différents, il faudra rentrer dans le détail si vous le souhaitez, mais on est obligé de s’adapter et nos filiales locales, avec leur bureau d’études et leurs services commerciaux, sont là effectivement pour faire ces adaptations.

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot de la partie télécom où là cela ne s’est pas très bien passé effectivement en 2012, – 17,4 %, quand on regarde l’historique d’Actia, on s’aperçoit que à intervalles réguliers, on en a parlé ici même ensemble, sur cette partie-là cela se passe mal, c’est lié toujours à la partie militaire essentiellement ?

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Pour partie, si vous voulez, nous avons d’abord une branche télécoms qui ne représente plus que 10 % de ce que représente la branche automotive, donc c’est important mais pas plus que cela. Alors cette partie télécom, elle est très dépendante d’une part des budgets publics, et les budgets publics tant au niveau de l’OTAN qu’au niveau national ne sont pas en augmentation, et cela ne nous paraît pas anormal, et d’autre part aussi des réseaux télécoms, donc des grands opérateurs de téléphone, Orange, SFR, Bouygues télécom, etc., qui en 2012 ont eu une capacité d’investissement un peu amoindrie par rapport aux années précédentes, mais c’est en train de repartir.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc il y a eu un carnet de commandes tout de même fin d’année 2012 qui vous semblait montrer, disons, qu’une meilleure tendance peut-être… ?

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Voilà, en association avec Astrium, fin 2012 effectivement nous avons remporté un grand appel d’offres auprès de la délégation générale Armement qui s’appelle Concept et qui effectivement nous garantit un carnet de commandes maintenant assez important en matière de satellites de communication.

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté des perspectives, vous dites en 2013 effectivement plutôt stabilité de chiffre d’affaires, donc il n’y a pas de changement de tendance fondamentale en 2012-2013 ?

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Alors la conjoncture reste morose, notamment dans l’Hexagone, donc effectivement nous prévoyons une légère croissance, on devrait repasser la barre des 300 millions d’euros en 2013. En revanche nous prévoyons effectivement une croissance assez forte grâce aux plates-formes télématiques et aux contrats que nous avons signés et qui devraient nous amener un chiffre d’affaires en croissance à l’horizon 2016 de l’ordre de 80 millions d’euros de plus que ce que nous avons aujourd’hui en chiffre d’affaires.

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot de la partie financière notamment sur la dette qui avait progressé, est-ce que c’est un sujet pour vous ? Comment vous allez le traiter ?

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Alors, nous devons normalement terminer nos grands investissements télématiques et en diagnostics embarqués en 2013, mais dès 2013 nous avons un programme d’économies approfondi qui devrait nous permettre effectivement de remonter nos résultats et de commencer, de recommencer effectivement après la crise Lehman Brothers d’assainir la dette d’Actia. C’est aujourd’hui notre priorité.

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot, vous dites peut-être dans les dispositifs médicaux, une nouvelle niche que vous pourriez étudier ou ce sont des choses qui sont déjà…, qui vont se mettre en place ?

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Alors, on est des spécialistes des systèmes embarqués c’est-à-dire électronique pure informatique sur une carte en quelque sorte, on l’applique à l’automotive, aux télécoms, à l’aéronautique pour une plus faible part, au ferroviaire, donc ce sont toujours des systèmes embarqués et nous faisons aujourd’hui 5 millions d’euros de chiffre d’affaires dans le domaine de la santé pour des dispositifs médicaux, c’est un créneau qui nous intéresse, et donc on a décidé de créer une division particulière dans ce domaine-là et d’investir dans ce domaine-là.

Web TV www.labourseetlavie.com : Afin de diversifier, on va dire, sur ce côté-là, de faire grossir cette partie santé.

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : Voilà en restant dans notre spécialité technologique que sont l’électronique embarquée, effectivement de se diversifier et d’avoir plusieurs fers au feu.

Web TV www.labourseetlavie.com : On suivra cela, on en reparlera. Merci d’avoir fait le point avec nous, Christian Desmoulins, donc président du directoire de Actia.

Christian Desmoulins, Président du Directoire de Actia : C’est moi qui vous remercie.

 

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 29 mars 2013.



Print Friendly, PDF & Email