Nicolas Valtille Directeur Général Délégué Akka Technologies : "On va continuer à améliorer la rentabilité de l'Allemagne".
Résultats semestriels 2014 et perspectives du spécialiste du conseil en technologies

19 septembre 2014 22 h 33 min
+ de videos
118
Views

Akka Technologies : Résultats semestriels 2014 et perspectives du spécialiste du conseil en technologies.

L’amélioration de l’activité de la société Mbtech en Allemagne, l’évolution des clients, la stratégie sur les marchés d’Akka Technologies.

Mon invité est Nicolas Valtille Directeur Général Délégué Akka Technologies.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Nicolas Valtille, bonjour. Vous êtes le directeur général délégué d’Akka Technologies. On va parler avec vous bien sûr de votre premier semestre et puis des perspectives. Pour vous, le grand sujet du moment, mais cela fait plusieurs fois que l’on en parle ensemble, c’est bien entendu l’Allemagne avec MBTech, qu’est-ce que vous en dites sur le premier semestre, sur le redressement de MBTech ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : Donc MBTech, pour nous, cela a été une acquisition structurante et majeure. On s’est associé avec Daimler pour pouvoir acquérir cette entreprise. Pendant deux ans, nous l’avons réorganisée, restructurée, je vous rappelle qu’il s’agissait de faire d’un département de Daimler une société autonome, qui ait sa capacité commerciale et qui puisse s’intégrer en synergie avec le reste du groupe, et le premier semestre nous indique des chiffres qui confortent cette transformation majeure. À telle enseigne que, avec Daimler, ce qui est exceptionnel puisque Daimler ne le fait jamais, nous avons publié un communiqué de presse la semaine dernière pour annoncer et renforcer la conviction que nous allions croître fortement dans le monde de l’automobile en Allemagne et dans tous les programmes de Daimler à travers le monde. Donc aujourd’hui on rentre dans la deuxième phase qui est la diversification sectorielle des clients.

Web TV www.labourseetlavie.com : Voilà, donc focalisé au départ sur le secteur automobile, aéronautique, un petit peu moins ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : Sur la diversification, Daimler, c’est notre premier client. En acquérant MBTech, nous avons acquis aussi notre premier client, donc l’enjeu que nous avons, premier temps, diversification chez les acteurs de l’automobile. On a déjà un pied chez BMW où on va faire une dizaine de millions d’euros d’activité, chez Volkswagen où on fait une dizaine de millions d’euros d’activité, et donc on a un potentiel de croissance qui est très forte avec ces acteurs et on va pouvoir s’y consacrer sur les mois à venir.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc là il devrait y avoir… parce que les marges dans ce secteur-là, sur l’automobile, sont plus intéressantes, en tout cas avec les constructeurs allemands ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : De manière générale, les marges que nous générons en dehors de France sont beaucoup plus intéressantes puisque nous sommes sur un objectif de 12 % de rentabilité en Allemagne et de façon structurante le reste du monde, c’est-à-dire hors France, hors Allemagne, dégage des Double Digit margin qui sont compris, selon les années, entre 12 et 14 %.

Web TV www.labourseetlavie.com : Le marché français, lui, il y a plusieurs acteurs qui disent qu’il est toujours un peu perturbé, c’est ce que vous voyez aussi sur le marché français ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : Le marché français, il est complexe. Nous, nous avons un positionnement unique puisque nous disposons de centres de compétences et, avec l’acquisition de MBTech, nous avons une position globale franco-allemande sur des expertises, et donc, comme nous l’avions annoncé les semestres précédents, notre enjeu, c’est de chercher des grands contrats dans les pays émergents pour pouvoir utiliser nos centres de production et d’expertise en France et en Allemagne. On a un gros contrat qui est officiel, qui est signé, qui est de 50 millions d’euros, avec un acteur russe, et qui a été décalé et qui a renforcé la complexité de la situation française sur le début de l’année. Mais le contexte économique français, il n’est pas facile et nos clients français souvent, lorsqu’ils ont des projets de développement, c’est en dehors de France. Donc pour nous l’enjeu, c’est d’accompagner nos clients français en dehors de France.

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté des secteurs, effectivement il y a ce secteur automobile, le secteur aéronautique, on a vu en Allemagne notamment, un freinage, effectivement, c’est vrai que le secteur aéronautique est tellement sur du long terme que l’on n’a pas forcément en tête qu’il peut aussi ralentir, comment cela se passe pour vos différents secteurs au sein d’Akka Technologies ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : Il y a deux sujets. Nous, on n’a pas rencontré de ralentissement dans l’aéronautique en Allemagne, mais fondamentalement les grands programmes de conception dans l’aéronautique sont venus à échéance. Et les programmes ou le lancement de nouveaux grands programmes, pour l’instant, sont différés chez Airbus puisque on parle d’Airbus, donc c’est un premier point, donc c’est vrai pour les acteurs qui sont focus sur ce segment, c’est un petit peu plus compliqué. Après, il y a toute une série de sujets qui nous permettent de développer, de se développer dans l’aéronautique, que ce soit autour du « revamping » d’avion, la certification de l’avion, et aussi l’accompagnement d’acteurs globaux en dehors de France, pour développer l’activité de l’aéronautique. Tout à l’heure, je parlais du contrat russe, c’est un contrat dans l’aéronautique. Nous avons été sélectionnés par Embraer. Donc l’aéronautique, ce n’est pas qu’Airbus et la France.

Web TV www.labourseetlavie.com : Oui, donc il y a des opportunités malgré tout, on peut dire, malgré ces moments, ce renouvellement avant de nouveaux programmes ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : C’est certain, pour cela il faut disposer de centres de compétences.

Web TV www.labourseetlavie.com : Sur le marché lui-même, donc effectivement il y a un petit peu cet attentisme, est-ce que le, je dirais, puisqu’on est quasiment à la fin de l’année, est-ce que… ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : Le marché lui-même vous voulez dire le marché français ?

Web TV www.labourseetlavie.com : Français voilà. Est-ce que, de votre point de vue, cela va continuer sur le marché français ? Il n’y a pas d’amélioration forcément attendue ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : Nous, on ne voit pas d’évolution majeure sur le marché français d’ici la fin de l’année. Pour ce qui concerne plus particulièrement Akka, donc le premier semestre a été compliqué en France pour le groupe Akka, des actions ont été entreprises afin d’être plus « lean » et de n’être plus, du coup, en cohérence avec ce que souhaitaient les clients français sur le marché français, mais clairement nos enjeux sont dans le reste du monde et en Allemagne où il y a d’excellentes perspectives. On a d’ailleurs franchi la barre des 2000 collaborateurs en dehors de France et d’Allemagne.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc là, c’est significatif.

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : 2100 collaborateurs, oui, et avec un taux de croissance, un double Digit de croissance qui va continuer comme cela.

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce qu’aujourd’hui… donc on peut dire que cette acquisition, comme vous l’avez dit, était structurante, vraiment concentré là-dessus, ou est-ce que, malgré tout puisque cela bouge quand même dans votre secteur, sur le conseil, sur l’innovation, effectivement on voit comment cela bouge, est-ce que vous êtes toujours attentif à ce qui se passe, malgré tout, malgré cette concentration que l’on comprend ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : On n’a jamais cessé, donc on a toujours été en veille, en discussion, en rencontres, et bien sûr, très aussi impliqué sur la réussite de l’intégration de MBTech, on n’avait pas fait que MBTech puisque l’on avait deux acquisitions pratiquement simultanées qui étaient Aéroconseil, à peu près 20 % du chiffre d’affaires français, et MBTech au même moment. Donc l’intégration d’Aéroconseil s’est faite de façon assez aisée, c’est une société française, MBTech c’était en Allemagne, c’était plus gros, c’était un département. Donc on a toujours travaillé en parallèle.

Web TV www.labourseetlavie.com : Le mot de la fin, donc on a potentiellement 2015 en tête que on trouvera la croissance chez MBTech d’activité, mais aussi rentabilité ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : Clairement, on va continuer sur le trend de croissance que nous avons connue sur le Q2, sur le deuxième trimestre, pardon, de l’Allemagne, des activités allemandes, pas de MBTech, des activités allemandes, on va continuer sur cette très bonne dynamique, et on va continuer aussi d’améliorer très fortement la rentabilité de l’Allemagne.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc effectivement cela devrait vous permettre de, on va dire en 2015, d’être, non pas sorti d’affaire, mais que MBTech vraiment contribue au groupe ?

Nicolas Valtille, Directeur général délégué d’Akka Technologies : Elle contribue déjà, pas à un niveau satisfaisant, mais elle contribue.

Web TV www.labourseetlavie.com : On suivra cela. Merci d’avoir fait le point avec nous Nicolas Valtille.

 

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 19 septembre 2014.

 

Print Friendly, PDF & Email