Interview de Guy Mamou-Mani Co-Président Groupe Open : stratégie et perspectives.
Oddo Midcap Forum 2013 : Actualités du groupe de services informatiques

16 janvier 2013 10 h 38 min
+ de videos
590
Views

Oddo Midcap Forum 2013 : Actualités du groupe de services informatiques.

L’année 2012 aura été une année dificile pour les services informatiques et pour Groupe Open. Comment évolue la stratégie de la société, quand le groupe va-t-il retrouver de la croissance organique ?  Guy Mamou-Mani Co-Président Groupe Open : stratégie et perspectives fait le point sur l’actualité de la sociétéde services informatiques.

Web TV www.labourseetlavie.com : Guy Mamou-Mani, bonjour. Nous sommes avec vous au Forum Oddo Midcap 2013, vous rencontrez des investisseurs, vous êtes le co-président du groupe Open, on va parler avec vous de votre actualité de vos perspectives. L’année 2012, donc on a les derniers chiffres du troisième trimestre, on reste en décroissance sur 2012, est-ce que c’est lié uniquement au marché ? J’avais l’impression qu’en début d’année 2012, vous aviez plus d’espoir sur cette année ?

Guy Mamou-Mani, Co-président du Groupe Open : Absolument, non ce n’est pas lié au marché puisque globalement le marché des services informatiques va croître de 1 % sur l’année, et par conséquent nous sommes en dessous du marché, non, c’est inhérent évidemment un peu à l’historique de Open, avec premièrement un embarqué négatif que nous avions à la fin de l’année 2011, que nous n’avons pas pu compenser, et puis avec la crise que nous avons eue, on a subi un certain nombre d’impacts de clients très importants sur lesquels on a eu une baisse de nos taux d’occupation, ce qui a donc donné cette décroissance. En revanche, nous avons quand même une augmentation de notre TJM, ce qui est quand même très significatif dans l’environnement actuel, des baisses de coûts de structure significatives aussi qui vont conduire quand même, comme je l’ai annoncé, à un résultat qui ne devrait pas être trop impacté par cette baisse.

Web TV www.labourseetlavie.com : Oui parce que initialement vous aviez en tête que à partir de 2012-2013, on était sur des années de croissance notamment du résultat, vous aviez dit effectivement « privilégions les résultats ».

Guy Mamou-Mani, Co-président du Groupe Open : Tout à fait, alors avec cette baisse de chiffre d’affaires, on va dire que déjà si on obtient une stabilité du résultat, cela sera quand même une bonne performance, et je crois aussi que en termes de génération de cash, nous aurons quelque chose de satisfaisant, bref pour une année de décroissance, groupe Open va montrer sa solidité, sa robustesse, et je crois que de ce point de vue-là, cela va nous permettre de rebondir dès que nous reviendrons à la croissance.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement, du côté des marchés, on sait que vous êtes assez présents sur la partie secteur bancaire notamment, c’est ce secteur-là qui a le plus été affecté ou pas forcément ?

Guy Mamou-Mani, Co-président du Groupe Open : Non, ce secteur a été affecté comme vous le savez évidemment, mais je dirais que le secteur industriel, en particulier la partie automobile du secteur industriel, aura marqué l’année 2012 avec un gros impact négatif sur le marché des services informatiques en général, et plus particulièrement nous puisque nous étions un des grands prestataires sur ce secteur. Sur la banque, il y aura eu un petit creux au premier semestre, mais on voit qu’il y a un certain nombre de banques qui sont quand même obligées de réinvestir dans leur partie informatique parce que c’est quand même une réponse à la crise et je crois que là, c’est quelque chose qui maintenant est entré dans les mœurs même s’il y a un problème de croissance économique générale, le marché de l’informatique reste protégé parce que c’est une réponse à la crise, c’est aussi une façon de construire son entreprise du futur. Vous prenez des banques, elles ont besoin de se positionner par exemple sur la mobilité, sur l’image, et tout cela sans parler de toutes les nouvelles régulations et qui génèrent beaucoup, beaucoup de business informatique.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement, du côté de l’organisation de la société, de ses projets, donc de ses projets industriels, comment le groupe aujourd’hui peut faire face si on reste dans ce climat, on va dire, un peu morose ?

Guy Mamou-Mani, Co-président du Groupe Open : C’est justement tous les investissements que nous avons faits depuis plusieurs années, et tout le travail, les chantiers que nous avons accomplis qui ont impacté nos chiffres, qui sont en train de porter leurs fruits. Un exemple, c’est que nous avons monté une équipe de CAM, c’est-à-dire d’ingénieurs d’affaires de très haut niveau qui travaillent sur le moyen et le long terme et qui aujourd’hui obtiennent des résultats et que l’on va avoir sur 2013. Par ailleurs, tout ce qui a été construit en termes d’offres, de testing, de tierce maintenance applicative, de mobilité, tout cela est en train de commencer à porter ses fruits. On a gagné de très beaux contrats, en particulier dans le monde financier en fin d’année dernière qui vont porter leurs fruits en 2013. Et pour finir, deux informations que je peux vous donner, la première c’est que nous sommes devenus intégrateurs des solutions Google Apps, donc là on est vraiment dans le monde du cloud et un monde à très, très forte croissance, et nous allons jouer un rôle majeur sur ce sujet-là qui va nous permettre vraiment de trouver aussi de la croissance, et pour finir, le développement de nos activités conseil que nous continuons à développer où maintenant nous avons une équipe d’une centaine de personnes qui peut jouer un vrai rôle dans le marché.

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce qu’il y aura plus d’effectifs pour le coup en 2013 chez groupe Open ?

Guy Mamou-Mani, Co-président du Groupe Open : Alors, absolument, alors ça c’est un point qu’il faut souligner, je vous avais dit qu’une déclinaison de la décroissance de 2012, c’était l’effet embarqué négatif sur la fin 2011, là, pour la première fois depuis trois ans, à la fin 2012, nous avons 75 personnes de plus qu’au début de l’année. Ce qui fait que là, nous avons un effet embarqué positif, que nous allons trouver sur de la croissance en 2013, tout cela, avec tout ce panorama que je vous donne de l’offensive, du retour à l’offensive du groupe Open, je vous confirme donc, ça c’est l’engagement que nous avons pris lors de notre publication, et que nous vous confirmons aujourd’hui, c’est le retour à la croissance dès 2013.

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot de l’international puisque là, vous vous concentrez sur la France, clairement, ce ce que vous aviez dit il y a maintenant plusieurs mois, l’international se redresse ou est encore en difficulté ?

Guy Mamou-Mani, Co-président du Groupe Open : Tout à fait, le Benelux nous a causé pas mal de soucis puisque c’était des pays sur lesquels nous étions en très, très forte décroissance et en perte, l’année 2012 a vu un rééquilibrage en termes de résultats, déjà cela ne nous impactait plus en termes de résultats, et l’année 2013 devrait voir aussi maintenant, allez, si ce n’est pas un retour à la croissance, au moins qu’il n’y ait plus de décroissance sur ces pays, ce qui nous impactera positivement pour l’ensemble du groupe.

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté justement de l’évolution de la stratégie, quand on est dans un marché qui finalement a du mal, marché des services informatiques qui est vraiment très faible, est-ce qu’il n’y a pas la tentation à nouveau de refaire des acquisitions pour tenir vos objectifs, d’être dans les principales SSII françaises ?

Guy Mamou-Mani, Co-président du Groupe Open : C’est une question qui m’a été très souvent posée au cours de nos entretiens chez Oddo, j’ai deux réponses là-dessus. La première, Open a atteint la taille critique par les nombreuses acquisitions que nous avons réalisées, plutôt importantes, et aujourd’hui doit juste revenir à de la croissance pour être valorisée comme elle devrait l’être. Et je rajouterai, en parallèle de cela, on s’est aperçu que finalement les croissances externes un peu structurantes n’étaient pas très bien valorisées par le marché. Donc, le focus que nous avons aujourd’hui, il faut quand même le rappeler, c’est que Open est parmi… , le monde des SSII est très mal valorisé par la bourse et financièrement, et parmi le monde des SSII, Open doit être le pire. On est valorisé à peu près à 15 % du chiffre d’affaires. Je crois que là déjà il y a un potentiel tellement énorme qui devrait se valoriser dès que l’on va revenir à la croissance, que l’on n’a pas besoin de se déstabiliser par rapport à une nouvelle croissance externe structurante. En revanche, faire de petites croissances qui nous renforceraient, qui nous ouvriraient des marchés et qui créeraient des opportunités, pourquoi pas.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc, plutôt des efforts commerciaux donc pour de la croissance organique.

Guy Mamou-Mani, Co-président du Groupe Open : Absolument, et je vous le confirme à nouveau, nous reviendrons à la croissance organique sur 2013, et je crois que cela servira vraiment de déclencheur pour notre valorisation boursière.

Web TV www.labourseetlavie.com : On suivra cela. Merci d’avoir fait le point avec nous, Guy Mamou-Mani, co-président du groupe Open.

Guy Mamou-Mani, Co-président du Groupe Open : Merci

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 16 janvier 2013.


Print Friendly