Interview de Dominique Louis Président du Directoire Assystem (Oddo Midcap 2011).
Interview stratégie et perspectives à l'occasion de l'évènement Oddo Midcap 2011

11 janvier 2011 9 h 14 min
+ de videos
59
Views

Assystem : Interview stratégie et perspectives

A l’occasion de l’évènement Oddo Midcap qui s’est tenu à Lyon le 6 et 7 janvier, la Web Tv a interviewé Dominique Louis Président du Directoire Assystem.

La croissance au second semestre 2010, l’évolution des secteurs (aéronautique, automobile, nucléaire), les perspectives pour Assystem.

Web TV www.labourseetlavie.com : Dominique Louis, bonjour, vous êtes Président du Directoire d’Assystem. On va parler avec vous de stratégie et de perspectives. On s’était vu il y a quelques mois ? j’ai tendance à dire – dans un autre contexte, en tout ca pour votre secteur et pour Assystem. Comment s’est passé pour vous la deuxième partie de l’année ? Est-ce que on a eu un peu confirmation de la tendance qui s’était dessinée ?

Dominique Louis : 

« Alors, non seulement on a eu confirmation , mais on a eu de – j’allais dire – de bonnes surprises en particulier dans le secteur qui nous avait fait le plus souffrir, l’automobile. L’automobile est repartie avec une vigueur quasiment supérieure à la – si j’ose dire – à la vigueur avec laquelle ça avait chuté. Donc ça c’est la très bonne surprise et ça concerne – je crois – tous les acteurs du secteur.

 Concernant les autres secteurs, l’aéronautique se porte bien. Pour Assystem qui est une spécificité dans le nucléaire, le marché nucléaire aussi nous offre de très très bonnes perspectives à long terme et continue en forte croissance, donc – j’allais dire – que l’année 2010 se finit plutôt très bien. Et bien évidemment, sur la lancée 2011 commence bien ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous continuez sur le même type de tendance ?

 

 

 

Dominique Louis : Manifestement oui. Si on reprend ces trois secteurs :

 

l’automobile, il faut être prudent, la visibilité probablement à 24 mois, le temps des nouveaux programmes, de sortir des nouveaux véhicules, après on verra, mais c’est déjà bien. L’aéronautique, dans cette logique de programme, la visibilité est probablement à 3 ans tirée encore par l’A400M, l’A350.

 

Concernant le nucléaire, là on est sur des horizons de temps de dis, quinze, vingt ans.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, sur l’automobile, en même temps, on se pose beaucoup de questions justement parce que on a terminé une grande période de primes à la casse, on a vu ce que çà a donné sur le mois de décembre, alors il y a des nouveaux modèles aussi dans le secteur, mais on se dit que en 2011 le secteur automobile n’aura peut-être pas la même vigueur ?

 

 

 

Dominique Louis : « Alors, vous savez c’est très classique, c’est que la phase d’ingénierie et de développement de nouveaux modèles n’est pas directement corrélée au marché à la vente des automobiles sauf vraiment lorsqu’il y a une très grosse crise , comme ça s’était passé en 2009 où les constructeurs avaient décidé de baisser les investissements. Donc aujourd’hui, un certain retard avait été accumulé, les nouvelles technologies, l’hybride, la voiture électrique, fait que de toute façon en termes de R&D et d’ingénierie des nouveaux véhicules , on est dans une phase très active et quel que soit le comportement du marché de ventes de véhicules – à mon avis -, sauf une crise très grave que personne ne prédit, les nouveaux véhicules font forcément se développer ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Sur l’aéronautique, on pourrait dire, dans l’autre sens, que les programmes, alors on parle de grands programmes, du côté de Boeing et autres, mais et d’Airbus, et on voit qu’il y au des retards, que bon, comme tous les grands programmes, l’A380 a eu le même phénomène, donc là on se pose aussi des questions en disant l’aéronautique, ben finalement , il y a là aussi un petit peu des ratées ? je dirais ? sur le cycle

 

 

 

Dominique Louis : « Enfin, ce ne sont pas vraiment des ratées. C’est ce que vous dîtes. Chaque fois, les constructeurs cherchent à sortir le modèle le plus performant, au meilleur prix, le plus vite possible et c’est pas toujours facile de tenir cette équation. On est dans le domaine de l’aéronautique bien évidemment, la qualité du produit, donc la performance, la sécurité restent des critères essentiels, les retards que l’on peut voir aussi bien chez Boeing que chez Airbus sont dans l’ordre naturel des choses sur ce genre d’activités ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Qu’est-ce qui a le plus changé chez vous ? je dirais ? entre la période où il a fallu rééquilibrer par rapport à l’activité qui n’était pas là, on parlait du secteur automobile, et aujourd’hui qu’est-ce qui a le plus changé pour faire face à ? on va dire ? des sursauts sur les marchés ?

 

 

 

Dominique Louis : « Ce qui a le plus changé concernant Assystem, c’est le fait que, en particulier dans l’automobile, nous étions fortement impliqué dans l’ingénierie de la mécanique de la carrosserie et qu’aujourd’hui nous sommes au contraire très impliqués dans toutes les nouvelles technologies, dans la voiture électrique, dans l’électronique, dans l’informatique, qui sont, lorsqu’on regarde en pourcentage la part de R et D qui augmente dans tous les produits, que ce soit dans une voiture, dans un train, dans un avion, en pourcentage la part des systèmes embarqués de ce qui gère la sécurité, la performance augmentent de plus en plus.

 

Donc Assystem accompagne cette évolution et là où nous étions peut-être un peu en retrait par rapport à certains de nos concurrents, nous sommes en train de faire ce retard, nous avons des projets même de croissance externe dans ces domaines-là qui fait que nous pourrons profiter de la croissance dans ces technologies-là ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : On parlait tout à l’heure du nucléaire. Vous avez fait récemment une alliance avec une société qui s’appelle Atkins, qu’est-ce que vous en attendez en termes de développement ?

 

 

 

Dominique Louis : « Alors, Atkins c’est une très grande société d’ingénierie britannique spécialisée essentiellement dans les infrastructures. Nous notre histoire dans le nucléaire, elle est liée à l’industrie française et donc je résumerai en disant « on travaillait essentiellement derrière des acteurs comme CEA et EDF Areva ». Aujourd’hui cette alliance avec Atkins nous permet de nous positionner en amont avant les décisions d’investissement sur ce qu’on appelle les road map des nouveaux pays qui veulent aujourd’hui se lancer dans le nucléaire et c’est un marché sur lequel nous n’étions absolument pas présents, qui est trusté aujourd’hui par des grandes compagnies d’ingénierie anglo-saxonnes et Atkins qui nous amène sa surface, sa présence au Moyen-Orient, en Asie, Assystem qui a sa compétence nucléaire fait de nous un compétiteur tout à fait crédible face à ces grandes ingénieries essentiellement américaines d’ailleurs ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot peut-être de l’évolution du taux de facturation. Comment il a évolué ?

 

 

 

Dominique Louis : « Il continue à évoluer de façon très positive. Alors on a dépassé les 90 %. Pour nous arriver à 92 %, on est compte tenu de la manière dont nous le calculons on est quasiment à l’optimum. Donc ça, ça se passe tel qu’on l’avait prévu, même peut-être un peu mieux ».

 

 

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Pour vous en 2011, priorité à la croissance organique ou aussi des opportunités qui peuvent se présenter pour vous renforcer comme vous l’évoquiez ?

 

 

 

Dominique Louis : « Bien sûr, la croissance organique, parce que ? j’allais dire ? c’est le muscle de l’entreprise, mais 2011 devrait pour Assystem une année assez active en termes de croissance externe. Alors le problème, c’est que pour faire une acquisition faut se mettre d’accord, donc pour l’instant ce serait prématuré de vous dire que elles sont, elles sont acquises mais nous sommes dans des phases très avancées sur un certain nombre de dossiers, et je suis assez confiant sur le fait que l’on pourrait faire des annonces au cours du premier trimestre ».

 

 

 

WEB TV WWW.LABOURSEETLAVIE.COM : « Donc, pour vous l’année 2011 se présente bien en tout cas pour l’instant et ce que vous en voyez ? »

 

 

 

Dominique Louis : « Ecoutez, pour l’instant l’année 2011 se présente très bien et la tendance est plutôt encore à l’amélioration. Donc c’était inespéré ? j’allais dire ? au mois de juin 2010 ».

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, un mot peut-être en conclusion. On sent dans le secteur qu’il y a des questions sur le recrutement, que, comme on dit, il peut y avoir de l’inflation salariale ? Comment vous allez faire pour attirer les, effectivement, les gens dont vous avez besoin ?

 

 

 

Dominique Louis : « Ça n’est, c’est un métier où, doit on a trop de contrats, soit on a trop de collaborateurs. Il vaut mieux avoir trop de contrats. Je pense que tous les acteurs du marché se comportent de façon responsable et ne partent pas dans des surenchères salariales parce qu’on est limité par les prix de vente. Donc bien sûr il y aura probablement une certaine tension, d’ailleurs pas sur tous les profils, peut-être que sur les profils en informatique embarquée qui sont plus rares où la demande est très forte, la pressions sera plus forte, mais on n’est pas encore en tout cas dans une vraie surchauffe ».

 

Web TV www.labourseetlavie.com : merci Dominique Louis d’avoir fait le point avec nous, Président du Directoire d’Assystem.

 

Dominique Louis : « Merci à vous ».

© www.labourseetlavie.com 11 janvier 2011

Print Friendly, PDF & Email