Interview d'Olivier Salaun Pdg de PSB Industries (Stratégie et perspectives 2013).
Oddo Midcap Forum 2013 : Perspectives de PSB Industries, spécialiste de l'emballage et de la chimie de spécialité

14 janvier 2013 10 h 33 min
+ de videos
433
Views
Loading the player...

Oddo Midcap Forum 2013 : Perspectives de PSB Industries, spécialiste de l’emballage et de la chimie de spécialité.

Le groupe PSB Industries, spécialiste de l’emballage cosmétique -parfumerie et sur mesure (agro-alimentaire) et de la chimie de spécialité, vient de publier son activité 2012. Nous revenons avec le nouveau Pdg Olivier Salaun qui a succédé à Jean-Baptiste Bosson (notre interview de janvier 2012), sur l’activité du groupe et la stratégie.

Web TV www.labourseetlavie.com : Olivier Salaun, bonjour. Vous êtes le Pdg de PSB Industries. Nous sommes avec vous au Forum 2013 Oddo Midcap où vous rencontrez les investisseurs. Vous êtes donc le nouveau Pdg de PSB Industries. Dans l’actualité, dans votre actualité, il y a la publication du chiffre d’affaires de l’année, comment s’est passée cette année 2012 pour PSB ?

Olivier Salaun, Président directeur général de PSB Industries : Ecoutez on a terminé l’année comme on l’a annoncé ce matin avec une légère croissance d’1,2 %, donc un chiffre d’affaires total cumulé sur l’exercice 2012 de 248,1 millions d’euros. Le quatrième trimestre a été relativement soutenu avec une croissance de 4 % et qui a été tiré essentiellement par l’activité emballage cosmétique parfumerie qui elle a eu une croissance importante de pratiquement 12 %.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc une activité qui a bénéficié notamment de lancements ou de… ?

Olivier Salaun, Président directeur général de PSB Industries : Absolument, donc déjà on avait anticipé en cours d’année et en début déjà d’année 2012, et je me rappelle avoir regardé d’ailleurs l’entretien que vous aviez eu avec mon prédécesseur Jean-Baptiste Bosson que j’en profite pour saluer, qui annonçait que sur cette activité emballage cosmétique parfumerie on aurait une année en deux temps finalement avec un premier semestre relativement étale et un deuxième semestre fort avec de nombreux lancements, c’est exactement ce qui s’est produit et donc on en tire les bénéfices sur le troisième et encore plus sur le quatrième trimestre. Les deux autres activités, donc dans l’emballage sur-mesure d’une part, et dans la chimie de spécialités d’autre part, ont eu moins de croissance c’est-à-dire que sur l’activité emballage sur-mesure qui sert essentiellement le marché français, pour environ 80 % de son chiffre d’affaires, est resté stable, on a fini avec un petit peu plus de 50 millions d’euros ce qui est tout à fait en ligne avec ce qu’on attendait et c’est, cela malgré une saison estivale plutôt défavorable, et cela a été donc, cet impact défavorable de la saison puisque sur l’emballage et dans l’agroalimentaire en particulier c’est important, cela a été compensé par beaucoup d’innovations, des nouveaux produits, quelques nouveaux marchés tant dans les cœurs de métiers traditionnels que sont l’agroalimentaire, dans une certaine mesure les plateaux thermoformés dans le monde de la santé que sur d’autres applications. Et enfin, dans la chimie de spécialités, là on a été fortement impacté par le non redémarrage et le déstockage fort dans le secteur de l’éclairage ou en tout cas dans la partie du secteur de l’éclairage des LED où là on avait bénéficié d’une croissance très forte en 2011 et un arrêt très brutal en 2012 qui n’avait pas forcément été anticipé…

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est plus lié aux consommateurs ou aux distributeurs ?

Olivier Salaun, Président directeur général de PSB Industries : Non, de fait c’est vraiment un déstockage de la chaine de valeur qui est une chaine de valeur relativement complexe, assez longue, avec beaucoup d’étapes, de la transformation à différents niveaux, donc même si sur certains segments finaux, par exemple les téléviseurs il y a eu une croissance négative, les fondamentaux dans l’éclairage et dans la LED en particulier sont bons, en revanche, les acteurs de la chaine de valeur plus en amont, et nous on est complètement en amont, on a souffert de ce déstockage, on prévoit un redémarrage sur le second semestre de 2013 mais pas avant.

Web TV www.labourseetlavie.com : Oui, parce que vous vous produisez la poudre d’alumine ?

Olivier Salaun, Président directeur général de PSB Industries : Absolument, la poudre d’alumine ultra pure qui est utilisée dans le process de fabrication en fait, les substrats sur lesquels on va aller déposer les composants électroniques pour la lampe LED finale.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc ce n’est pas lié au marché de la LED parce que c’est vrai qu’on en parle de plus en plus, donc c’est un marché qu’on voit, on a l’impression qu’il est en explosion effectivement ce marché-là…

Olivier Salaun, Président directeur général de PSB Industries : Oui, oui, et de fait il l’est quand vous regardez toutes les études, il y a beaucoup d’experts et de grandes études très bien menées qui montrent une croissance soutenue et très optimiste pour les années à venir. En revanche dans cette chaine de valeur, donc il y a des phénomènes de hauts et de bas et de déstockage et là 2012 on l’a vécu de plein fouet. La bonne nouvelle c’est que sur l’activité de chimie de spécialités, hormis ce marché-là, nous avons eu de belles croissances sur d’autres marchés, certains traditionnels dans l’éclairage plus traditionnel ou sur ce que l’on appelle le polissage,  donc ça il y avait des croissances soutenues. On avait également une niche très spécifique dans l’horlogerie où l’on fait les saphirs de montres, donc tout cela était très positif, malheureusement pas suffisamment positif pour compenser la chute du marché des LED.

Web TV www.labourseetlavie.com : Dans cette période-là, on regarde la situation financière, comment vous allez faire ? Est-ce qu’il y a des objectifs justement pour réduire un peu l’endettement ? il y a eu des périodes d’investissements, le groupe en avait parlé ici même, comment vous allez gérer cette partie-là ?

Olivier Salaun, Président directeur général de PSB Industries : Alors il y a plusieurs points dans votre remarque ou dans votre question. La première partie, en investissements oui, 2012 a encore été une année très forte en investissements, cela a avait d’ailleurs été annoncé, on a finalement investi 26 millions d’euros, ce qui est important, ce qui représente un peu plus de 10 % du chiffre d’affaires total du groupe, et forcément cela a un impact sur notre free cash flow et sur l’endettement. On avait annoncé, en fin d’année dernière, un plan fort et une volonté affichée de réduction du besoin en fond de roulement puisque pour moi l’endettement, bien évidemment  c’est une mesure importante, mais ce n’est finalement qu’une conséquence du bon management de son cash et donc on a lancé un programme de réduction du BFR qui a, pour moi, deux avantages bien évidemment l’impact financier mais également et surtout en terme de management du changement en interne puisque je suis nouveau à la tête de la société d’avoir cette composante de projets transverses qui touchent toutes les fonctions de l’entreprise avec les postes clients, fournisseurs et stocks bien évidemment, donc une volonté affichée de le réduire et de mieux contrôler cela. Dans un même temps, et même si c’est moins industriel et moins opérationnel, cela a été confirmé et c’est une volonté vraiment à tous les niveaux, le conseil d’administration a validé donc récemment le réajustement de l’acompte sur dividendes pour prendre en compte justement la volonté commune, à tous les niveaux de l’entreprise, d’optimiser finalement le cash et d’avoir une bonne gouvernance et une saine gestion.

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté des perspectives, comment vous voyez, vous, l’année 2013 ? Est-ce qu’il y a quand même de la visibilité, on a parlé de ce T4 2012, comment vous voyez les choses ?

Olivier Salaun, Président directeur général de PSB Industries : Pour l’ensemble de l’année 2013, c’est assez variable en fonction des secteurs d’activité. Si on commence par l’activité emballage cosmétique, on est assez confiant, une nouvelle fois on est dans la bonne lancée des lancements du troisième et du quatrième trimestres 2012. On a une relativement bonne visibilité,ce qui est assez rare et assez compliqué dans ces marchés là parce qu’on a beaucoup d’indicateurs, donc il y a bien évidemment les nouveaux marchés, les nouveaux lancements, les nouveaux produits mais également le niveau de carnet de commandes, le niveau d’activité et de demandes de cotations puisqu’on répond à plusieurs milliers de demandes par an, ça c’est très soutenu, donc ce sont des indicateurs positifs, donc on est assez confiant et serein sur nos marchés traditionnels cœur de métier dans la cosmétique et la parfumerie, autant sur le haut de gamme que sur la partie masse market sachant qu’on segmente de plus en plus et qu’on a une approche différente suivant les marchés finaux, et en plus de ça les équipes, et c’est un travail de longue haleine, non seulement ont trouvé de nouveaux clients, le meilleur exemple étant Coty, en plus des traditionnels Chanel, LVMH et L’Oréal avec qui on continue de renforcer les partenariats mais on a trouvé également des nouveaux marchés tels que les vins et spiritueux, marchés sur lesquels on démarre et encore d’autres activités et d’autres marchés adjacents. Sur les autres secteurs, que ce soit l’emballage sur-mesure, on attend une croissance mais plus modérée, là les différentes perspectives vont beaucoup dépendre de nous c’est-à-dire notre capacité à nous renouveler continuellement, vous avez compris que la partie innovation était cruciale dans cet environnement, donc il va falloir continuer de se remettre en question, de venir avec de nouvelles idées, de nouveaux produits mais également potentiellement de nouvelles technologies et d’envisager également d’assurer des positions, de développer des positions supplémentaires hors de France et enfin dans l’environnement de la chimie de spécialités, on attend donc pour le second semestre le redémarrage du marché de l’éclairage et des LED en particulier et on espère pouvoir avoir une croissance relativement forte sur nos marchés traditionnels.

Web TV www.labourseetlavie.com : Et bien on suivra cela. Merci d’avoir fait le point avec nous, Olivier Salaun. On rappelle que vous êtes donc le nouveau Pdg de PSB Industries.

 Olivier Salaun, Président directeur général de PSB Industries : C’était un plaisir, merci beaucoup.

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés le 14 janvier 2013.


Print Friendly, PDF & Email