Interview Christian Queffelec Président Astellia.
Stratégie et perspectives du spécialiste des services aux opérateurs telecoms

10 octobre 2013 11 h 09 min
+ de videos
244
Views

Interview vidéo donnée à l’occasion du Large et Midcap Event organisé par CF&B Communication.

Stratégie et perspectives du spécialiste des services aux opérateurs telecoms, optimisation du réseau, nouveaux débits, l’actualité et les perspectives de la société avec notre invité : Christian Queffelec Président Astellia.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Christian Queffelec, bonjour. Vous êtes le Pdg d’Astellia, nous sommes avec vous au Micap Event au palais Brongniart, vous rencontrez des investisseurs. Vous êtes spécialiste, vous, des solutions de monitoring, comme on dit, on va en parler ensemble, pour les opérateurs télécoms. Alors c’est vrai que l’on parle beaucoup de 4G en ce moment, on verra ce qu’il en est de votre point de vue à vous, comment se présente l’année 2013 pour vous ?

Christian Queffelec, Président de Astellia : C’est une actualité pour nous d’être présent au Midcap parce que c’est l’occasion de présenter nos résultats du premier semestre. Malheureusement, ils sont particulièrement mauvais cette année, et ce n’est pas exceptionnel en ce sens que nous avons une activité un peu saisonnière qui fait que le premier semestre est généralement beaucoup plus faible que le second. Mais cette année il a été particulièrement difficile dans la mesure où nous avons eu beaucoup de reports de facturation, de reports de livraisons liés à des problématiques de nos clients, et ce sur quatre ou cinq clients qui représentent par rapport à un chiffre d’affaires de 13 millions en fin de premier semestre, autant, la moitié au moins de ce chiffre. Donc on aurait pu finir à 18, 19 et avoir des résultats présentables, on finit bien plus bas, mais rien d’inquiétant de mon point de vue puisque je pense que le second semestre devrait se présenter sous de bien meilleurs auspices. Le pendant de tout cela, c’est qu’à l’inverse notre période de premier semestre sur le plan commercial, c’est-à-dire les prises de commandes, a été excellent et bien meilleur que les autres années à la même période, et donc c’est aussi pour cela que l’on peut se permettre d’être un petit peu optimiste pour la suite de l’histoire.

Web TV www.labourseetlavie.com : Je disais justement cette optimisation des réseaux télécoms, c’est peut-être quelque chose que l’on a du mal à imaginer, mais finalement ces opérateurs télécoms avaient peut-être sous-estimé un petit peu l’importance de ce réseau et de savoir ce qui se passe réellement sur ce réseau, qu’est-ce que vous apportez justement aux opérateurs ?

Christian Queffelec, Président de Astellia : Alors, on est tous aujourd’hui possesseur d’un téléphone mobile, on sait tous que cela ne fonctionne pas toujours très bien. Il y a de multiples causes à cela, notamment des causes techniques, des causes de couverture de réseau, des causes de pannes, etc. Donc l’histoire de notre métier, c’est un peu de dire comment l’opérateur peut détecter, faire de la prévention, dépanner l’ensemble des raisons qui peuvent conduire à ce genre de dysfonctionnements, et comment apporter une excellente qualité de service à ses clients, les abonnés que nous sommes tous. Donc c’est le point de départ de ce métier. Au-delà, on peut aller évidemment bien plus loin en cherchant, et c’est aujourd’hui un petit peu la voie dans laquelle nous-mêmes allons, c’est-à-dire en cherchant à apporter de l’information à valeur ajoutée à l’opérateur, qui va lui permettre de savoir ce que font par exemple à 14 heures au Midcap l’ensemble des possesseurs de tel ou tel type de mobile, sont-ils plutôt sur tel ou tel type de service ? Et de cette manière-là, dimensionner son réseau, dimensionner ses services et avoir, demain sans doute, une politique d’abonnement adapté. Donc, notre thématique, c’est à la base la qualité de service et la performance des réseaux, et aujourd’hui un élargissement potentiel vers des domaines qui sont des mots à la mode comme CEM, Customer experience management, alors c’est très anglo-saxon dans notre métier, ou analytics, donc des informations qui intéresse d’autres équipes que les équipes techniques.

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce qu’il y a des marchés qui sont plus avancés que d’autres sur lesquels vous êtes aujourd’hui où vous constatés que véritablement on est parti sur ces solutions-là ?

Christian Queffelec, Président de Astellia : Aujourd’hui, notre métier est tiré par les croissances du marché qui sont de deux natures. Vous avez les pays émergents, tous ces pays qui n’avaient pas du tout de téléphone et qui passent à un mobile pour tous, avec des taux de croissance extraordinaires, l’Inde, la Chine sont des exemples marquants. Mais nous-mêmes, par exemple, travaillons avec des pays de moins grande taille mais significative comme en Afrique le Nigéria, en Asie le Pakistan ou l’Indonésie, ce sont des pays de 100 à 150 millions d’habitants où vous pouvez avoir un million de nouveaux abonnés mobile chaque mois, chaque mois, c’est colossal, donc ça c’est le premier lecteur de croissance. Dans ces zones-là, on en est encore, je dirais, au démarrage sur bien des services c’est-à-dire que c’est d’abord la voix, le message, on n’en est pas encore à l’Internet mobile. Et le second vecteur de croissance, c’est tous nos pays qui arrivent à maturité, l’Europe, l’Amérique du Nord, une partie de l’Asie, dans lequel c’est le trafic de données, l’Internet mobile, qui tire la croissance, tout ce qui vient de l’avènement des Smartphones, arrivés récemment, et qui engorge les réseaux, qui conduit les équipementiers à devoir en permanence imaginer de nouvelles solutions pour pouvoir écouler le trafic, et donc qui, pour nous, est aussi un point important dans notre croissance puisque, avec cela, on est amené en permanence à faire évoluer nos solutions.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement, là on parle de plus en plus, et c’est le cas de la 4G, qu’est-ce que cela va amener ? Est-ce que c’est véritablement une nouvelle utilisation par les consommateurs, et du coup, pour les opérateurs, une nouvelle phase de croissance ?

Christian Queffelec, Président de Astellia : Indéniablement oui en termes d’utilisation puisque la théorie veut que l’on soit, dans l’Internet mobile, au même niveau que ce que l’on peut faire chez soi à partir d’un réseau fixe et de l’ADSL, etc. Dans la pratique, les télécoms cela reste toujours de la plomberie. J’aime bien dire cela parce que ce sont des tuyaux et des robinets, et à un moment donné, quand les tuyaux sont pleins, on aura beau forcer, on n’arrivera pas à écouler davantage d’images ou de vidéos, etc. Oui, cela changera la nature. Les opérateurs auront de grosses difficultés dans certaines zones géographiques probablement à écouler le trafic, malgré ces nouvelles technologies, mais la 4G apporte un grand bol d’oxygène pour ce trafic Internet mobile.

Web TV www.labourseetlavie.com : Aujourd’hui on est encore, quand on voyage, on se rend compte notamment quand on prend le TGV, on est parfois avant la 3G, on se désole un petit peu, ça c’est quelque chose, quelque part, que vous pouvez mesurer pour les opérateurs, leur dire cette expérience d’utilisateur qui ferait un Paris Lyon aller-retour et qui se rendrait compte qu’il a peu de chances d’avoir la 3G tout le temps ?

Christian Queffelec, Président de Astellia : En l’occurrence on l’a fait, on a fait un certain nombre de travaux dans les TGV, oui, cela fait partie des choses que l’on est capable de dire. Aujourd’hui, notre offre, ce sont des équipements, des logiciels, mais aussi des services associés, et c’est quelque chose que l’on développe assez fortement puisque… donc c’est une solution globale, en quelque sorte, c’est notre différenciateur par rapport à quelques-uns de nos très grands concurrents qui sont 100 % produits. Donc cet apport d’expertise aux opérateurs doit leur permettre aussi d’optimiser leurs réseaux parce que derrière il y a une notion d’optimisation. Comment vais-je mieux écouler ce trafic que j’ai du mal à faire passer ? Dans le mobile il y a deux problèmes, dans le mobile d’aujourd’hui et de demain, il y a deux problèmes. La mobilité, c’est quand même techniquement très compliqué de faire en sorte que l’on puisse continuer à téléphoner sans coupure dans un TGV qui roule à 300 km/h. On peut admettre que les ingénieurs n’aient pas trouvé toutes les bonnes solutions encore pour cela. Et puis il y a la volumétrie de données qui, avec l’arrivée de la vidéo, est de plus en plus folle, donc ce sont les usages là. Quels seront les usages de demain ? Qui seront les drivers du marché du mobile demain ? Aujourd’hui ce sont les fabricants de Smartphones comme Apple ou bien Google avec son Androïd, demain ce sera peut-être un YouTube ou quelqu’un qui est encore tout petit dans la Silicon Valley qui tirera le marché, difficile de le dire.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement du côté des perspectives, est-ce que pour vous la croissance aujourd’hui elle est d’abord organique avec ce que vous avez rappelé, les carnets de commandes, les développements à l’international, ou est-ce que vous aurez besoin aussi de peut-être réaliser un certain nombre d’acquisitions dans votre croissance ?

Christian Queffelec, Président de Astellia : La croissance organique, c’est évident. On a beaucoup de marchés à conquérir. On a la chance je pense aujourd’hui, notamment en 4G, d’avoir sans doute une technologie qui est la meilleure du marché à l’instant donné, les benchmark que l’on fait sur nos clients nous le démontrent. Ensuite, la croissance externe, oui ce serait quelque chose que l’on voudrait faire, ne serait-ce que pour élargir notre niche, nous sommes sur un marché de niche, donc il va falloir l’élargir, et aujourd’hui il y a pas mal de potentiel là. Là on revient un peu sur la thématique de ce jour, c’est que pour faire de la croissance externe, il faut soit lever des fonds, soit faire des échanges de titres, qui est quand même une bonne solution pour notamment faire certaines acquisitions, la difficulté que je rencontre c’est un peu la valorisation de l’entreprise au travers d’un titre sur Alternext qui est, à mon sens, largement sous valorisé par rapport au référentiel métier dans lequel on se trouve, pour faute de liquidités.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc quelque part il faudra trouver d’autres solutions en attendant que le marché peut-être retrouve de l’intérêt pour le titre ?

Christian Queffelec, Président de Astellia : L’avenir le dira. En fait c’est une réflexion qu’il faut avoir. Après, c’est vrai que l’on est aussi dans une période de crise où, dans ces cas-là, vous le savez mieux que moi, je ne maîtrise pas tout, mais les investisseurs font des choix qui sont sans doute des choix différents que ceux qui peuvent paraître risqués parce que l’on est dans des domaines technologiques où cela secoue beaucoup.

Web TV www.labourseetlavie.com : On suivra cela. Merci d’avoir fait le point avec nous, Christian Queffelec, donc Pdg d’Astellia.

Christian Queffelec, Président de Astellia : Avec plaisir, merci, au revoir.

 

Print Friendly, PDF & Email