Guillaume Robin Pdg Thermador Groupe : "Des synergies évidentes pour cette acquisition".
Acquisition de la société Mecafer et autre croissance externe visée

1 juillet 2015 10 h 18 min
+ de videos
700
Views

Thermador Groupe a conclu un accord avec Sigma Gestion et CM CIC Investissement pour l’acquisition de la totalité des actions de la société Mecafer située à Valence.

Mecafer vend des compresseurs d’air, groupes électrogènes, postes de soudage et chargeurs aux grandes surfaces de bricolage françaises.

Retour sur cette actualité et les conséquences pour Thermador Groupe.

Didier Courbon, le Président de Mecafer, est venu détailler le profil du groupe et Guillaume Robin Pdg de Thermador Groupe vient expliquer les raisons de cette diversification

Thermador Groupe est aussi entrée en négociation exclusive avec Sigma Gestion pour l’acquisition de la totalité des actions de la société Nuair France.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Guillaume Robin, bonjour. Vous êtes le Pdg de Thermador. Vous venez d’annoncer le rachat de la société Mecafer dans les compresseurs d’air et les gros outillages. On va en parler avec vous. Je vous propose tout d’abord que l’on écoute ensemble Didier Courbon qui est le dirigeant de Mecafer.

Didier Courbon, dirigeant de Mecafer : Mecafer est une société qui distribue de l’outillage essentiellement dans la grande surface de bricolage. Mecafer est née avec une famille Produits qui s’appelle les compresseurs d’air et les accessoires d’air comprimé qui constitue encore sa colonne vertébrale et son activité majeure, environ 75 % de son activité sur une activité qui a représenté 23 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2014. Nous avons opéré déjà deux diversifications dans l’outillage, les générateurs et les équipements de soudure, nous avons aussi d’autres plans pour développer encore cette famille dite du gros outillage.

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est une activité qui a été rentable au cours des dernières années ?

Didier Courbon, dirigeant de Mecafer : C’est une activité qui a été rentable, structurellement rentable. Je vais juste vous donner un chiffre, Mecafer a un résultat d’exploitation d’environ 2,5 millions, donc des ratios extrêmement satisfaisant à notre sens, et est une société qui sur le plan financier est très saine, pas d’endettement et une trésorerie nette excédentaire.

Web TV www.labourseetlavie.com : Pourquoi intégrer Thermador Groupe aujourd’hui ?

Didier Courbon, dirigeant de Mecafer : La rencontre s’est faite avec le dirigeant, Guillaume Robin. Très rapidement le courant est passé. Je pense que nous avons des idées tout à fait communes, à savoir qu’il est nécessaire de consolider nos positions dans le domaine dit du grand public, avec une offre de produits élargie. Le groupe Thermador pour moi est un groupe un peu modèle dans son organisation et dans lequel Mecafer va parfaitement s’intégrer. Donc j’en suis ravi. En plus, c’est un groupe rhônalpin et nous sommes des rhônalpins, donc tout convergeait pour que l’on se rapproche et cela a pu se réaliser et je m’en félicite.. Je tiens à préciser aussi ici que les deux dirigeants actionnaires restent, moi personnellement dans une formule d’accompagnement, et Philippe Bories en tant que le directeur toujours opérationnel de Mecafer, et aussi nous échangeons… une partie de la transaction se fait avec un échange de titres, ce qui marque la grande confiance que nous avons dans ce projet.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Didier Courbon. On vient de voir le profil de la société Mecafer. Thermador Groupe, traditionnellement ou en tout cas au cours des dernières années, on a vu plutôt de la croissance organique, même en début d’année, il y avait un besoin pour justement d’élargir l’offre de Thermador Groupe ?

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : C’est surtout une opportunité. On a rencontré une société qui nous ressemble dans un domaine d’activité qui est complètement différent du nôtre, quoique assez proche. Donc on ne connaissait pas le monde du compresseur d’air, cela va nous permettre de rentrer sur ce métier aussi bien en B2B qu’en B2C, donc c’est la raison essentielle.

Web TV www.labourseetlavie.com : On rappelle que Thermador Groupe est plutôt spécialiste de de tout ce qui est circulation de fluides, de produits donc à destination du bâtiment ou de l’industrie. Quand on complète une offre, on ajoute aussi un réseau ? Les grossistes peuvent être intéressés ? Quel est le principal argument pour vous ?

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : Il se trouve que les clients de Mecafer sont les mêmes clients que nous avons chez Dipra, une de nos filiales, et donc il y a une synergie évidente et ces clients-là, qui sont des très grands clients, attendent que leurs fournisseurs grandissent avec eux. Donc on est dans cette logique-là.

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est-à-dire qu’il y a toujours du côté des grossistes un besoin de rationaliser leurs achats et donc de faire appel à quelqu’un qui va avoir cette gamme de produits ?

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : Rationaliser leurs achats ou organiser leurs achats, demander plus de services à leurs fournisseurs, des gammes plus larges, une plus grande présence sur le terrain en France et peut-être demain aussi en Europe, il y a tout cela, assurer une très bonne logistique également.

Web TV www.labourseetlavie.com : On a vu dans l’intervention de Didier Courbon la rentabilité de la société. Comment va se passer pour vous l’opération financière ?

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : C’est une opération financière assez simple puisque la plus grande partie est payée en cash, pratiquement les trois quarts, et puis un quart qui se fait par échange d’actions de manière à ce que les dirigeants qui vendent intègrent le groupe et deviennent également actionnaires du groupe. Didier Courbon aura, à l’issue de l’opération, plus de 50 000 actions, ce qui est important, et Philippe Bories, plus de 30 000.

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce que l’on peut dire que c’est un moyen aussi d’acheter des parts de marché dans un marché global, en tout cas en France, qui reste un peu compliqué ?

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : Je n’aime pas tellement le terme « acheter des parts de marché », c’est surtout rentrer sur un marché où on n’a aujourd’hui aucune connaissance puisque le compresseur d’air est un métier que l’on ne connaît pas, le gros outillage est un métier que l’on ne connaît pas, et donc on va acquérir de l’expérience pour rentrer sur ce marché et surtout se développer.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous avez identifié une croissance sur ce marché, une croissance à venir ?

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : Oui, le marché de la grande surface de bricolage, d’une manière générale, est un marché porteur. On sait que dans les dix ans qui viennent, ce marché va se développer. Et je dirais que, dans le compresseur professionnel, il y a sans doute là aussi des choses à faire.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, avec Mecafer, ce ne sera pas forcément terminé puisque vous avez également dans le périmètre que vous visez une société qui s’appelle Nuair France, c’est en négociation aujourd’hui. Qu’est-ce qu’apporterait cette société ?

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : On s’est rendu compte au fil des discussions avec Didier Courbon que Nuair France avait beaucoup de points communs avec Sectoriel, une autre filiale du groupe Thermador, qui vend à des grossistes plus profilés industrie et air comprimé, Sectoriel vend des accessoires d’air comprimé, Nuair France vend des compresseurs, et là il y a une synergie évidente. Et donc on a eu aussi la volonté d’avancer dans cette réflexion.

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est vrai que quand on parle de diversification, parfois cela peut faire peur à des investisseurs qui aimaient bien peut-être le profil d’avant de la société, qu’est-ce que vous leur dites aujourd’hui si ils ont cette réflexion-là ?

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : Tout d’abord il y a beaucoup d’investisseurs qui nous demandaient ce que l’on allait faire de notre cash. Donc laisser « dormir » 30 millions, c’est une question qui nous revenait souvent. On a toujours répondu que l’on était prudent par rapport à cela et que l’on ne voulait pas faire n’importe quoi en opérations de croissance externe et donc je dirais que la majorité des investisseurs réagissent positivement et nous demandent « C’est bien, vous l’avez fait et qu’est-ce que vous allez faire de cela ? ». C’est plutôt une question positive aujourd’hui, ce n’est pas une question de peur.

Web TV www.labourseetlavie.com : Sur les perspectives de l’année 2015, est-ce qu’elles vont être modifiées par cette opération et l’opération à venir ?

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : Forcément puisque le chiffre va être consolidé à partir du 1er juillet, donc mécaniquement il va y avoir un chiffre qui va s’ajouter. Vous savez que, sur les perspectives, le groupe Thermador est très prudent et que l’on ne donne pas de perspectives chiffrées. On préfère consacrer notre temps et notre énergie à réaliser les chiffres plutôt qu’à les donner.

Web TV www.labourseetlavie.com : En tout cas, le profil ne change pas c’est-à-dire que Thermador Groupe reste une valeur de rendement, restera une valeur de rendement ?

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : Oui, sur ce point-là, on ne va pas bouger. On s’est construit une réputation sur le dividende et je compte bien, dans les années à venir, toujours satisfaire nos actionnaires de ce point de vue-là.

Web TV www.labourseetlavie.com : Guillaume Robin, merci d’avoir fait le point avec nous.

Guillaume Robin, Pdg de Thermador : Je vous remercie.

 

Print Friendly, PDF & Email