Georges Karam Pdg Sequans Communication.
Après la "Bell ceremony" à Paris, stratégie et perspectives de Sequans

20 mai 2011 9 h 29 min
+ de videos
97
Views

Après la « Bell ceremony » à Paris, stratégie et perspectives de Sequans. Regard sur Sequans qui après sa cotation à Wall Street est venue à Paris pour « sonner » la cloche et rencontrer les investisseurs.

Georges Karam Pdg Sequans Communication revient sur la stratégie et perspectives du spécialiste des puces 4G.

Web TV www.labourseetlavie.com : Georges Karam, bonjour, vous êtes le Pdg de Sequans Communication et on est avec vous aujourd’hui chez Nyse Euronext puisque vous avez fait la belle cérémonie à Paris après l’avoir faite, il y a un peu plus d’un mois maintenant, effectivement à Wall Street, peut-être un petit mot pour commencer, depuis un mois est-ce que le temps s’est accéléré pour vous, pour la société ?

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : Je dirais pas que le temps a accéléré, ça a rajouté des contraintes, ça a forcé un peu la communication Investisseurs, qu’elle soit un peu plus sophistiquée par rapport à ce qu’on fait quand on est une société privée, mais je dirais, le temps il va vite, dans le temps même quand ça va normalement parce que c’est courir derrière le business qui ne change pas.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, vous êtes spécialistes des puces 4G, alors pour ceux qui ne connaissent pas, c’est peut-être le téléphone du futur, quel est justement le profil de la société ? C’est une société d’abord technologique, d’ingénieurs…

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : C’est essentiellement d’ingénieurs. Donc on est une société de technologie qui est leader mondial dans la puce 4ème génération, Sequans aujourd’hui elle a plus que 40 % de parts de marché, équipe les téléphones de 4ème génération aux Etats-Unis, au Japon, en Corée et on n’a pas la 4èm génération encore en France et en Europe, mais ça va venir, et évidemment technologie à très forte connotation technologique, donc ce qui fait que les employés de Sequans ou bien les gens qui travaillent chez Sequans, ils sont majoritairement ingénieurs bien entendu.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, 4G en France, on est à la 3G, on découvre presque la 3G , alors 3G+ pour certains, mais déjà la 4G c’est encore un petit marché aujourd’hui à l’échelle de la téléphonie mobile ?

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : Aujourd’hui, c’est à son démarrage, le marché il est énorme. Il faut savoir qu’il y a une grande rupture technologique quand vous passez de la 3G à la 4G avec les Smartphones que tout le monde connaît aujourd’hui, avec l’application, la demande de vidéos, des applications sophistiquées, fait que le 3G n’est pas assez pour passer cette quantité d’informations qui à l’origine elle est dimensionné la 3G pour faire de la voix et beaucoup moins pour faire des données.

Donc le 4G est vraiment, c’est le standard qui est vraiment fait dès le départ pour permettre de l’accès gros débit sans fil, et permettre les nouveaux styles de communication tel qu’on le voit aujourd’hui avec tous les Smartphones tels que Iphone, etc.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, on comprend bien que pour les opérateurs téléphoniques, ils viennent à peine d’investir, si on prend la France par exemple, sur les 3G, ils rentabilisent en ce moment leurs investissements, leur parler de 4G, comment ça va se passer justement ? Quels sont les marchés sur lesquels vous allez vous concentrer puisque la 4G est là et ceux où çà prendra peut-être plus de temps ?

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : En fait, si vous voulez, ça dépend des marchés. Vous avez, quand vous regardez un peu le marché au niveau mondial, vous allez trouver des endroits où ils n’ont pas la 3G, donc ce sont des gens qui ont pas vraiment développé la 3G, par exemple la Chine, et ils ont la 2G et comme ils ont loupé, je dirais, le train de la 3G, ils ont un grand intérêt de sauter directement à la 4G. Donc c’est un marché où, comme la Chine, ils ont à tout prix besoin de faire ça, c’est un grand marché.

Vous prenez aussi le marché américain où c’est un peu d’une autre nature, parce qu’il y a beaucoup de concurrence entre opérateurs et la 4G permet à des opérateurs de mieux se placer par rapport à d’autres. Donc, pareil, c’est un marché qui s’accélère et qui est en démarrage depuis l’année dernière.

Le marché européen, il est un peu plus stable parce que évidemment les opérateurs sont à peu près avec la 3G, 3G+, tous équipés et, comme vous dites, ils n’ont pas vraiment une volonté d’investir tout de suite mais ils auraient pas le choix parce que leurs utilisateurs leur demanderont une technologie meilleure que ce qu’ils ont aujourd’hui et bientôt, je prends le pari, qu’un Smartphone sera un Smartphone 4G, quand on dit un Smartphone automatiquement c’est 4G parce que sinon ils vont marcher très mal et l’expérience utilisateur sera très mauvaise.

Web TV www.labourseetlavie.com : Ca veut dire peut-être au niveau mondial des marchés dits émergents, qu’on appelle émergents souvent à tort, seront peut-être équipés de 4G avant même les pays européens ?

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : Absolument parce qu’aujourd’hui c’est la Chine, l’Inde, nous on consomme beaucoup sur la Chine, l’Inde et les Etats-Unis, évidemment avec d’autres pays asiatiques, notamment le Japon où on est bien placé, la Corée, etc.

Web TV www.labourseetlavie.com : Le challenge pour vous aujourd’hui c’est d’accompagner ce mouvement, en même temps on parle de rupture technologique, donc il faut être à la pointe aussi de ces évolutions, c’est quoi votre principal challenge ?

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : Celui quand vous êtes une petite structure telle que Sequans, on est une petite société malgré le grand succès qu’on a aujourd’hui, la seule différenciation que les sociétés peuvent faire à côté des géants, des grands de l’industrie et du semi-conducteur, c’est de différencier votre produit, donc c’est la différenciation de produits.

Il faut savoir qu’il y a une rupture technologique en 4G, mais c’est pas nécessairement, la problématique n’est pas seulement de faire de la 4G, c’est de la faire bien. Et la faire bien ça veut dire quoi ? Aujourd’hui quand vous regardez un Smartphone, un téléphone portable, vous avez beaucoup de technologie radio là-dedans, qui fait que la consommation de la batterie, c’est un gros challenge, la place que ça prend cette technologie pour que le téléphone soit petit, pas très lourd, etc., c’est un grand challenge et évidemment le coût.

Donc ce qui a fait le succès de Sequans, c’est de différencier la technologie parce qu’on a des architectures, nos ingénieurs étaient capables avec sept ans d’investissement dans la 4ème génération, puisque nous on ne fait que de la 4ème génération depuis notre existence, depuis 2004, et qui nous a permis d’optimiser notre technologie et de pouvoir se différencier en intégration, en consommation de batterie, ce qui fait qu’un de nos grands clients par exemple HTC qui a des très beaux Smartphones vendus aujourd’hui aux Etats-Unis a choisi la puce Sequans par rapport à d’autres concurrents parce que c’est une puce qui lui permet d’avoir un téléphone plus sympathique, qui consomme pas trop la batterie et qui peut vous, que vous pouvez utiliser toute la journée sans le charger, etc.

Donc c’est ça un peu notre créneau et évidemment l’autre chose, parce qu’il faut savoir que la 4G c’est en cours de développement, c’est-à-dire aujourd’hui on est dans la première phase de la 4G, il faut savoir qu’on parle de ce qu’on appelle Advanced LT, c’est-à-dire une autre 4G+ qui est en préparation et le challenge pour Sequans de continuer la course c’est-à-dire aujourd’hui on est en très bonne position, il s’agit de ne pas dormir et de dire « OK c’est bon on a raté la suivante »

Web TV www.labourseetlavie.com : de ne pas rater la suivante

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : Donc c’est une course continue, en investissement R&D, en recherche-développement qui nous permet d’avoir des puces très performantes et de maintenir notre part de marché.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, l’introduction à Wall Street, vous avez levé bien entendu des fonds, est-ce qu’il y a encore justement une période d’investissement sur les prochaines années ? Comment ça va se passer ?

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : Vous savez, une société comme vous le savez dès que elle s’arrête, elle meurt, même si elle s’arrête sur un grand succès. Donc une société elle est amenée à croître et c’est une condition nécessaire pour son développement puisque même si une dynamique dans laquelle vous devrez s’insérer, croître la société. Croître la société, ça veut dire investir dans de nouvelles technologies, dans des nouveaux marchés. Au départ vous êtes concentrés sur ce que vous savez faire le mieux, peut-être l’élargir, peut-être acquérir d’autres technologies pour élargir votre marché, diversifier votre offre. Donc évidemment ce sont les problématiques de n’importe quelle société que Sequans aujourd’hui après notre cotation, on rentre dans cette phase-là, c’est-à-dire une phase de développement pour ramener une société de 250 personnes à une société de 1000-2000 personnes, qui peut avoir une assise plus solide et qui la rend encore beaucoup plus pérenne.

Web TV www.labourseetlavie.com : Si vous faisiez des acquisitions, ce serait dans quel type justement de …

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : Ça sera des technologies complémentaires, c’est-à-dire aujourd’hui nous on a la 4èmegénération, on se différencie avec la 4ème génération, rien n’empêche qu’avec le temps, vous pouvez intégrer la 2ème génération, la 3ème génération parce que les téléphones sont des multi-modes, on va avoir plusieurs, les 2G, 3G, 4G là-dedans, donc intégrer ça sur une même puce, c’est un bond pareil, donc on peut faire appel à des équipes, pour récupérer de la 2G, 3G facilement pour l’intégrer à côté de notre 4G, grâce à nos moyens financiers qu’on a à l’excès aujourd’hui, nos moyens financiers, grâce à la bourse.

Web TV www.labourseetlavie.com : On avait craint, avec ce qui s’était passé au Japon, des pénuries de composants, est-ce que c’est un risque dans cette année 2011 ou pas ?

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : Si vous voulez, nous on n’a pas de, quand on a regardé la problématique c’est-à-dire aujourd’hui TSMC, qui était la grande fonderie, par plusieurs reprises, ont dit au marché que ils n’ont pas de problème, ils peuvent livrer, donc ce qui est quand même une bonne nouvelle. Il y a eu quelques parties des composants, qu’on appelle les substrats, qui rentrent dans la fabrication des composants et malheureusement pour 60-70 % de cette technologie, de la matière première de cette technologie vient du Japon, d’une usine qui a été impactée par la crise, donc ça a fait une grande peur sur le marché, mais il y a un autre qui est en Corée qui a augmenté ses capacités et les Japonais c’est quand même un peuple très très merveilleux parce que finalement cette société a repris la capacité et aujourd’hui elle est capable de fournir le marché avec le complément coréen et Sequans, on n’est pas impacté, c’est-à-dire notre analyse aussi bien le deuxième que le troisième trimestre, on voit notre production n’est pas impactée du tout avec cette crise.

Web TV www.labourseetlavie.com : En conclusion, sur les perspectives de Sequans en termes d’activité, en termes de croissance d’activité, quel type de croissance vous visez ? Est-ce que vous parlez de rentabilité également ?

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : Si vous voulez, on n’a pas donné comme on était dans la période calme après la bourse, donc on n’a pas donné de guidance, d’indications sur le 2ème trimestre, donc j’essaierai être un peu prudent à cette question. Mais on a un modèle qu’on a annoncé à tout le monde alors évidemment c’est une société de croissance, donc notre premier objectif c’est vraiment de croître et de croître très vite. Alors je pense que une fois arrivé à une stabilité, on a donné un modèle à trois ans d’ici c’est une société qui aura une rentabilité à hauteur de 20 % et une société qui continuera à croître, année sur année, de l’ordre de 20-25 %, donc c’est ça notre, je dirais, critère d’objectifs, de target, et avec une grosse marge, une marge brute de l’ordre de 50 %. Voilà un peu ce qu’on vise à terme. Évidemment à plus court terme, on aura une croissance plus forte parce que c’est le démarrage du marché qui nous permet d’accéder à cette croissance rapide.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Georges Karam d’avoir fait le point avec nous. On rappelle que vous êtes le président de Sequans Communication et puis on vous souhaite donc un bon vent, cela fait maintenant un mois que vous êtes en bourse donc on aura l’occasion de se revoir. Merci.

Georges Karam, Pdg de Sequans Communication : Merci beaucoup, très sympathique de m’inviter à cet entretien.

© 20 mai 2011 www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés.

Print Friendly, PDF & Email