Sylvain Bellaïche Pdg Holosfind : "Il y a un marché qui est là, il faut savoir le prendre".
Importante Assemblée Générale Extraordinaire le 16 juin pour le renforcement des fonds propres de l'entreprise

1 juin 2014 19 h 25 min
+ de videos
726
Views

Holosfind société cotée sur Alternext tiendra le 16 juin une Assemblée Générale Extraordinaire importante pour son avenir, avec des résolutions pour l’émission de plusieurs emprunts obligataires afin de renforcer la situation financière de l’entreprise. Sylvain Bellaïche le Pdg d’Holosfind est venu s’expliquer sur l’enjeu de cette réunion des actionnaires de la société et la stratégie de l’entreprise.


Sylvain Bellaïche, Pdg de Holosfind : Alors déjà merci de m’inviter. Au niveau de la stratégie de l’entreprise, le groupe Holosfind, je l’ai créé il y a maintenant 18 ans, le 13 juin 96. Notre métier, la marque qui est un peu plus connue, c’est Referencement.com, c’est toujours d’actualité aujourd’hui puisque on a vu que le changement de Google d’algorithme a permis… enfin a fait en sorte que E-bay soit déréférencé des bases de Google, c’est sorti hier. Et notre métier, il est très simple, il crée de la visibilité ROiste, d’améliorer le tunnel de conversion et en même temps de faire en sorte que les clients qui ont commandé une seule fois sur un site e-commerce puissent recommander une deuxième fois. Donc ça c’est tout le tunnel devant de l’acquisition jusqu’au check-out c’est-à-dire le mouvement de paiement. Et la stratégie est très simple : on a eu connu deux années très difficiles avec la crise et en même temps les changements des annonceurs. On s’est concentré sur des gros annonceurs aujourd’hui et la stratégie elle est très simple, c’était premièrement de rentabiliser le groupe et de faire des coupes dans les structures et en même temps des coupes de branches au niveau de nos activités PME-PMI qui ont énormément souffert à cause de la crise, et se reconcentrer sur notre métier d’origine, donc le référencement, acquisition de trafic et optimisation du tunnel de vente.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Qu’est-ce qui a changé le plus justement par rapport à… on s’est vu il y a quelques années maintenant, entre cette période de référencement peut-être « facile », non il y avait un vrai besoin, et vous dites « les annonceurs finalement ils ont évolué. » Qu’est-ce qui a le plus changé sur le business ?

 

Sylvain Bellaïche, Pdg de Holosfind : Je pense que déjà le marché est complètement mature. Parler du référencement, c’est quelque chose de tout à fait normal dans n’importe quel site Internet, parler de référencement ROI c’est-à-dire avec derrière un acte d’achat, c’est plus difficile. Ce qui a changé, c’est simplement le ROI c’est-à-dire qu’il faut être absolument confiant qu’une action d’acquisition de trafic, aussi bien sur une page de réponse de Google en naturel ou en référencement payant, liens sponsorisés, fait en sorte que cela fait une vente. Google gagne 1,4 milliards de dollars par mois de bénéfices, ce sont les chiffres de 2013, donc ce qui a évolué, c’est simplement le comportement des acheteurs et en même temps que les annonceurs demandent une expertise beaucoup plus forte. Alors c’est un métier toujours récurrent, c’est pour cela que l’on existe depuis 18 ans, que l’on est la plus vieille agence de référencement en France et certainement en Europe, et en même temps, il faut avoir un socle technologique important. On a eu une rupture technologique il y a quelques années, ce qui nous a permis à nous de nous reconcentrer sur cette technologie, de l’associer, et aujourd’hui de repartir à la conquête au niveau des nouveaux annonceurs en se focalisant sur les gros annonceurs.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Aujourd’hui il vous faut donc de nouveaux fonds, c’est l’objet notamment d’un certain nombre de résolutions de l’assemblée générale, il y a des fonds américains, en tout cas il y en a un là qui est effectivement la société MG Partners qui est sollicitée pour cela, aujourd’hui c’est incontournable pour vous c’est-à-dire que là, compte tenu de la situation financière, il faut absolument que cela fonctionne ?

 

Sylvain Bellaïche, Pdg de Holosfind : Il faut absolument que cela fonctionne. D’abord un c’est un contrat que l’on a négocié depuis cinq mois exactement sur lequel on ne peut pas penser aller de l’avant pour le groupe que je dirige sans avoir de nouveaux fonds qui nous permettent de mettre en place la stratégie innovante, mais en même temps de conquête. Il y a un marché qui est là, il faut savoir le prendre, on a une expertise, un savoir-faire, une technologie. Il y a des opportunités de croissance externe à prendre et à conquérir, et il faut avoir de la disponibilité en termes de cash pour pouvoir le faire. Donc aujourd’hui, avoir des fonds américains et en même temps une compétence sur le marché français et européen va nous permettre, avec l’accord de nos actionnaires puisque c’est important que tous nos actionnaires votent oui pour ces résolutions le 16 juin, cela va nous permettre de donner une nouvelle dynamique et d’être, ce que j’appelle-moi, plus à l’attaque aujourd’hui puisque l’on a fait un gros nettoyage sur les comptes 2013 avec la séparation de branches non rentables, et aujourd’hui on veut repartir dans une croissance à deux chiffres et avec une rentabilité aussi forte, et cela va nous permettre vraiment de repartir sur cette dynamique.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Qu’est-ce que vous dites aux actionnaires ? Il y en a forcément qui peuvent être déçus en  voyant par exemple, ceux qui croient au projet, en disant « suppression  du droit préférentiel de  souscription  pour  faire rentrer ces  actionnaires », est-ce que vous leur dites justement qu’il y a un potentiel malgré ce « couac » ?

 

Sylvain Bellaïche, Pdg de Holosfind : Exact. Alors, d’abord moi je suis aussi actionnaire, je suis peut-être une des plus vieilles… enfin c’est la plus ancienne société sur ce métier en France, une des plus anciennes sociétés en France, je suis toujours fondateur, donc je suis toujours à la présidence, je suis aussi actionnaire, donc je peux aussi me mettre à la place, en tant qu’actionnaire, des autres actionnaires. Mais je pense qu’à un moment donné il faut passer un cap et que le nettoyage a été fait, le passé c’est le passé, on peut retirer des choses excellentes du passé, en tout cas en retirer les leçons, pour pouvoir aller à l’avenir. Et l’avenir, il est très simple, c’est consolider notre place et aller sur des acteurs importants. On a gagné des contrats extrêmement importants dans le domaine de l’aviation, on a deux compagnies aériennes qui nous font confiance, Air Caraïbes et Royal Air Maroc Worldwide qui ont fait cette acquisition de trafic sur les moteurs de recherche et ont fait cette optimisation de tunnel de vente, et deuxièmement, on est en train de négocier avec d’autres compagnies aériennes, et notre technologie, notre savoir-faire là-dessus, sur ce segment de marché, va nous permettre d’aller dans la croissance. Alors aujourd’hui la concurrence est rude, on a un concurrent qui s’appelle Google puisque Google vend du lien sponsorisé, mais il faut avoir des outils pour permettre d’analyser ce trafic et pouvoir savoir si ce mot-clé acheté au bon endroit, c’est comme les actions, il faut acheter au bon moment le cours, je dirais le cours du mot-clé, pour que cela donne un meilleur ROI. Et notre savoir-faire dans ce métier-là est indiscutable. Maintenant, la problématique que l’on peut avoir en disant « Il y a de nouveaux actionnaires, on va être dilué ou autre chose », elle n’est pas réelle puisque dans les contrats que l’on a mis en place, on a des clauses qui nous permettent vraiment de maîtriser cela. Si on a besoin, on fera appel à ces fonds, et deux, avec ces fonds, cela va nous permettre de faire de la croissance. Et aujourd’hui le groupe a besoin de croissance, aussi bien de croissance interne, organique, et aussi bien de croissance externe pour consolider le marché. On a une expertise, on a des équipes, on a réduit les effectifs de manière drastique pour se focaliser uniquement sur les comptes, et on a en même temps développé de nouvelles technologies et surtout un nouveau savoir-faire sur une segmentation de marché. Il faut être très vertical aujourd’hui pour aller dans cette expertise.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Le mot de la fin, là je voyais dans un certain nombre de vos communications, vous disiez « Finalement, on pourrait dans deux ans multiplier le chiffre d’affaires par 20 », donc, si on comparait au chiffre d’affaires 2013, cela voudrait dire à peu près un peu plus de 30 millions d’euros ?

 

Sylvain Bellaïche, Pdg de Holosfind : Exactement. Alors cela va se faire par une croissance bien entendu rentable, ça c’est la priorité, c’est la rentabilité, on doit avoir… on a eu l’année dernière un ebitda qui a été multiplié par 1000. Maintenant il faut faire de la croissance en termes de chiffre d’affaires, mais pas simplement en chiffre d’affaires, mais de la rentabilité. Donc nous on a une ambition, et moi en tant que président et en même temps actionnaire, j’ai une ambition, c’est de faire valoriser beaucoup plus fortement notre groupe. On a eu une période très, très basse, maintenant aux actionnaires de répondre oui pour nous permettre d’avoir ces moyens qui nous permettent en tout cas d’aller dans un futur un peu plus radieux et plus serein, en prenant des parts de marché par des acquisitions et de la croissance externe, voilà, aussi bien sur la partie Web, mais extrêmement aussi sur la partie mobile puisque le marché du référencement sur le mobile est un marché extrêmement vaste, et sur lequel nous, on veut être encore, encore plus fort, et je pense qu’il y a des opportunités aujourd’hui et on voit beaucoup de dossiers de cette sorte-là, en tout cas pour des croissances externes.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : On suivra cela. Merci d’avoir fait le point avec nous Sylvain Bellaich.

 

Sylvain Bellaïche, Pdg de Holosfind : Merci.

Print Friendly