L'impact des chaleurs extrêmes sur l’économie mondiale.
L'info éco + avec Didier Testot Fondateur de LA BOURSE ET LA VIE TV sur Sud Radio (30 juillet 2023)

31 juillet 2023 13 h 27 min
+ de videos
111
Views

 

Didier Testot Fondateur de LA BOURSE ET LA VIE TV revient dans l’Info éco + Sud Radio sur les thèmes suivants :

Un alphabet incomplet avec I comme Immobilier et les SCPI en pleine crise.

Non le CAC40 n’est pas toute la Bourse

E comme chaleur extrême et impacts sur l’économie et les entreprises.

 

Toutes les émissions “L’info éco +” déjà diffusées sont disponibles sur ce lien : https://www.labourseetlavie.com/category/economie-et-pedagogie/linfo-eco-presentee-par-didier-testot-sur-sud-radio

Transcript du texte de la vidéo non garanti.

Didier vous commencez par un I comme immobilier Et immobilier en France  

Ceux qui nous écoutent ont sans doute entendu parler de SCPI, pour Societé Civile de Placement Immobilier, produits financiers dans ce secteur. Avec la baisse de l’immobilier en France, cela a donc commencé à impacter les fonds qui détiennent ce type d’actifs. Et un début de révision à la baisse des valorisations. Amundi, plus grand gestionnaire d’actifs tricolore a indiqué via Amundi Immobilier qu’elle devait revoir les valeurs de plusieurs SCPI : Genepierre, Edissimo, Rivoli Avenir Patrimoine des baisses de 12 à 17%. Avec la hausse des taux d’intérêt qui se poursuit, tout le secteur est peu ou prou concerné selon les actifs qu’il détient (bureaux, logements, commerces, entrepots). Trop d’excès d’investissements quand les taux était bas, marché trop cher, notamment les bureaux en France et en Allemagne dit un professionnel. Un retournement à suivre. D’autant que bcp de contrats d’assurance-vie ont été « boosté » à un moment par des SCPI pour compenser la baisse des rendements. Cela risque donc de tanguer dans un secteur habitué au calme depuis de nombreuses années.  Le slogan des professionnels bien connu « avec l’immobilier on ne perd jamais » Si on peut perdre avec l’immobilier comme pour d’autres actifs ! Pas de martingale !

Et maintenant un C comme CAC40 il n’y a pas que le CAC40 dans la vie

Oui, vous avez par facilité de nombreux JT qui reprennent le CAC40 comme si il était l’indice de la Bourse de Paris on pourrait dire des entreprises de France. Hors le CAC40 au-delà du fait qu’il est très concentré sur quelques valeurs du luxe notamment dont LVMH, ce n’est pas la France ce sont uniquement de grandes entreprise internationales, certaines comme Total d’ailleurs répètent à l’envie qu’ils ne font que 5% de leur chiffre d’affaires en France.

Il serait temps de parler des valeurs qui sont sur tous nos territoires ce que les spécialistes appellent les small et midcaps, les valeurs moyennes PME, ETI, le  tissu économique de notre pays, là où est la croissance est l’emploi. Donc quand vous entendez parler du CAC40 ne croyez pas que ce qui s’y passe est vraiment représentatif de la vie de toutes nos entreprises celles qui font la croissance de notre pays. Et les jeunes qui nous écoutent ces entreprises embauchent, ont besoin de vous pour les aider dans leur croissance. Tous les dirigeants que je rencontre me le disent.

 Didier Un E comme Extrême vous nous parlez des chaleurs extrêmes en Europe

Nous avons tous vu les images impressionnantes de l’évacuation de l’Ile de Rhodes et l’Acropole à Athènes victime de la chaleur, les autorités devant fermer le site pendant plusieurs heures. Ou les flammes autour de Palerme pour ne citer que ces trois lieux. Mais je vais passer un peunde temps sur cette lettre E car elle mérite plus d’explications.

Car au-delà des images, personne n’a encore parlé du fait que l’énorme industrie touristique méditerranéenne est vulnérable aux vagues de chaleur qui deviennent de plus en plus courantes en Europe. Et l’impact économique va bien au-delà du tourisme. C’est le Financial Times qui en a parlé récemment. Des industries allant de la construction à la fabrication, en passant par l’agriculture, les transports et les assurances se préparent toutes à des changements dans leur façon de faire des affaires, car les journées à haute température deviennent plus banales en raison du changement climatique.

Didier, l’Europe n’est bien entendu pas la seule concernée

Des pans entiers des États-Unis, de l’Europe et de l’Asie ont étouffé sous des « dômes de chaleur ». On a en tête les gigantesques incendies au Canada. Des records ont été atteints de la Chine à l’Italie. Les chefs d’entreprise et les décideurs comptent désormais le coût des entreprises fermées et de la baisse de productivité. Une étude publiée par des universitaires de Dartmouth l’année dernière a révélé que les vagues de chaleur, provoquées par le changement climatique d’origine humaine, ont coûté à l’économie mondiale environ 16 milliards de dollars sur une période de 21 ans à partir des années 1990. La chaleur extrême « freine notre croissance », déclare Kathy Baughman McLeod, directrice du Centre de résilience de la Fondation Adrienne Arsht-Rockefeller au Conseil de l’Atlantique, et « freine nos économies, citée par le FT.

Oui quand il fait trop chaud, à un moment il n’est plus possible de travailler Une étude de l’OIT (organisation internationale du travail) qui dépend de l’ONU indiquait que pour les travailleurs, d’ici 2030, ce serait l’équivalent de plus de 2 % du nombre total d’heures de travail dans le monde qui serait perdu chaque année, soit parce qu’il fait trop chaud pour travailler, soit parce que les travailleurs doivent travailler à un rythme plus lent.

Et Didier des secteurs économiques vont être touchés

Il y a ce que l’on voit des touristes déboussolés à Rhodes, des locaux qui perdent leurs habitations, mais les industries elles vont devoir repenser jusqu’à l’emplacement de leurs entreprises. Et leur fonctionnement. Prenons l’exemple du secteur de la construction.  Exemple donné par le FT L’industrie de la construction est un domaine qui pourrait nécessiter une réinvention radicale, dit Daisie Rees-Evans, qui travaille sur les politiques au Chartered Institute of Building, un organisme professionnel. “Non seulement les conditions météorologiques extrêmes ont un impact sur les travaux de construction sur les sites, mais elles ont également un impact sur les matériaux”, dit-elle.  L’acier peut se déformer dans des conditions chaudes, tandis que le béton devient difficile à travailler et durcit beaucoup plus rapidement, ce qui le rend plus susceptible de se fissurer et affecte sa résistance et sa durabilité. Cela se traduira par des coûts supplémentaires = inflation. Autre exemple au bord du Rhin, avec l’une des voies navigables la plus importante d’Europe, pas assez d’eau, des sujets pour refroidir des industries. Et pour les barges qui circulent,  des perturbations de circulation. Pour l’agriculture, la chaleur extrême peut entraîner une baisse des rendements, et donc conduire à une hausse des prix.

Conséquences de ces perturbations majeures, Didier, le sujet assurance revient en force

J’avais eu l’occasion ici de rappeler qu’aux Etats-Unis, un grand assureur Allstate refusait d’assurer les habitations en Californie. Le changement climatique “façonnera de manière significative la manière dont le secteur choisira de gérer et d’absorber les risques”, nous dit Mohammad Khan, responsable de l’assurance générale pour la branche britannique du cabinet de conseil PwC. Des chiffres selon les données du réassureur Swiss Re, les pertes liées aux catastrophes liées à la chaleur pour les assureurs, telles que les mauvaises récoltes dues à la sécheresse ou aux dommages causés par les incendies de forêt, se sont élevées à 46,4 milliards de dollars au cours des cinq années jusqu’en 2022, contre 29,4 milliards de dollars au cours des cinq années précédentes. Des solutions innovantes doivent être trouvées, sans doute plus vite que prévu, car les économies qui subissent ces vagues, vont aussi voir le nombre de toursites chuter et les entreprises locales souffrir

Print Friendly, PDF & Email