Alain Leclair Président du Fonds Emergence : "Nous sommes une activité exportatrice".
France : Bilan et perspectives de l'incubateur de sociétés de gestion

18 juillet 2014 21 h 39 min
+ de videos
87
Views

Rencontres 2014 de Paris Europlace.

A cette occasion la Web Tv a interviewé des personnalités qui intervenaient lors de tables-rondes.

Levée de fonds, sociétés de gestion, l’incubateur a vu ses premiers résultats positifs sur ses investissements.

Alain Leclair Président du Fonds Emergence estime que les sociétés de gestion ont de plus en plus un profil orienté vers l’international.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Alain Leclair, bonjour. Vous êtes le président d’Emergence. On va parler avec vous de sociétés de gestion puisque le but du fonds que vous aviez créé, c’était justement d’aller chercher de nouvelles sociétés de gestion, d’incuber en quelque sorte ces sociétés pour les aider à grandir. Un premier bilan peut-être des premières incubations, comment cela s’est passé ?

Alain Leclair, Président d’Emergence : Écoutez, cela s’est passé positivement puisque nous avons levé dans ce premier fonds, il y a un deuxième fonds en cours, nous avons levé 150 millions d’euros. Nous avons eu 130 candidats, donc des jeunes sociétés de gestion qui veulent se développer, certaines en accélération, ce qui, première nouvelle, montre le dynamisme de la place de Paris et le fait que, contrairement à ce qui peut se dire par certains, les professionnels français veulent créer, continuent à créer et se développer à Paris. Mais ils ont un objectif aussi, c’est de se développer internationalement, et c’est peut-être un peu l’évolution qu’il y a eu au cours des dernières années, que je connais bien, dans la gestion, c’est que les Français ont pris le tropisme international et prennent les moyens de le faire.

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est-à-dire dès la création de la société, voilà, on est dans une optique d’une société de gestion qui aura vocation internationale ?

Alain Leclair, Président d’Emergence : Oui, exactement. Alors il n’y a pas de fonds de pension en France, on le répète, tout le monde répète, peut-être que l’on finira par être entendu, alors qu’aux Etats-Unis ces emerging managers puisqu’on cherche toujours des nouveautés, on voit bien que dans d’autres domaines, les Facebook, etc., n’existaient pas il y a 10 ans, donc il faut de la novation. N’ayant pas de fonds de pension, nous avons rassemblé une dizaine des plus grands investisseurs institutionnels français qui ont mis des capitaux dans Emergence et maintenant nous en avons le retour c’est-à-dire que les cinq sociétés de gestion, sur les 130 candidats que nous avons eus, donc très sélectifs, ont commencé à recueillir des investissements, notamment nord-américains, canadiens américains, et c’est à peu près les deux tiers des capitaux qui sont recueillis par ces sociétés. Donc nous sommes, ce que l’on ne voit pas souvent, ce que l’on ne dit pas suffisamment, une activité fortement exportatrice parce que la finance française est connue mondialement.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement pour ces sociétés de gestion, est-ce qu’elles ont choisi des gestions particulières ? Est-ce il y a des choses qui se dessinent justement dans leurs choix de caractéristique ?

Alain Leclair, Président d’Emergence : Oui absolument c’est-à-dire que nous avions quand même donné un objectif qui était, dans la première levée de fonds de 150 millions, l’objectif, c’était de la gestion alternative qui n’a pas toujours bonne presse en France mais qui mondialement est l’un des vecteurs qui animent les marchés financiers et qui sont positifs pour l’économie. Le deuxième compartiment que nous sommes en train de mettre sur pied, nous terminons la levée de capitaux, sera lui orienté sur l’investissement dans les actions européennes et donc françaises, avec un accent particulier, et je crois que c’est un thème cher à notre ami Jacques de Larosière, grand penseur français que nous respectons, un accent particulier sur les PME et les ETI européennes puisque c’est le vivier de création de valeurs, bonnes pour l’investisseur, c’est la pépinière aussi d’emplois, c’est la pépinière d’investissements dans les entreprises, ce dont nous avons besoin. Et nous, nous le faisons avec de l’action, de l’equity, il y a déjà des tas de façons de le faire en dette, mais lever de l’action, c’était difficile à cause des contraintes de Solvancy II, horreur que nous connaissons tous.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous dites effectivement que ces sociétés de gestion progressent, on a vu aussi que cela bouge beaucoup dans notre univers de la gestion d’actifs, les boutiques sont toujours là, mais on sent qu’avec l’évolution de la réglementation, finalement les nouvelles boutiques sont peut-être plus difficiles à créer. Est-ce qu’il faut grossir plus vite d’après vous ?

Alain Leclair, Président d’Emergence : Il y a maintenant des seuils qu’il faut passer. Maintenant, le seuil de 100 millions est passé à 500 millions, notre objectif c’est le milliard pour les sociétés de gestion. Donc il faut un accélérateur et Emergence quelque part est un accélérateur parce que Emergence donne des capitaux que l’on donne après, 40 millions par société de gestion, et nous donnons un label et un label qui est donné après sélection d’un comité d’investissement où il y a dix des plus grands investisseurs institutionnels de la place, donc c’est extrêmement professionnel. Oui, il faut absolument accélérer. Mais ce monde est très vivant. Il y a un facteur générationnel. On voit des regroupements de sociétés pour croître en taille et en voie de nouveaux arriver, dont certains viennent d’ailleurs de salles de marché parce que Bâle III, là aussi, fait des catastrophes. Bâle III, avec l’obligation de capital donnée aux banques quand elles travaillent sur les marchés, fait que des anciens de salles de marché très expérimentés viennent dans le domaine de la gestion, et souvent sont plus internationaux dans leur façon de se conduire et de se développer que peut-être des acteurs un peu plus traditionnels et anciens.

Web TV www.labourseetlavie.com : Ceux que vous ne sélectionnez pas là sur le nombre que vous avez vus, ce que vous les voyez tout de même prospérer ou en tout cas avancer dans leur projet puisque vous parliez finalement de ce vivier ?

Alain Leclair, Président d’Emergence : Vous savez, avoir un label, cela a un prix. Beaucoup n’ont pas été sélectionnés parce que, on ne peut pas sélectionner tout le monde, parce que dans ce domaine il faut être de bons gérants, mais ça y en a beaucoup en France, il faut être de bons chefs d’entreprise, être très entrepreneur, il faut être de bons développeurs commerciaux. Or, les développeurs commerciaux dans ce domaine de la gestion n’étaient pas, je dirais, la plus grande qualité. Les grandes banques avaient développé ces spécialités, mais maintenant qu’il y a une recherche pour la spécificité des niches, comme on dit en anglais, ou des boutiques, et maintenant qu’avec Internet vous pouvez sélectionner partout dans le monde dans le cadre d’une architecture ouverte, à ce moment-là, il est bon d’avoir des équipes très professionnelles, très concentrées. Ceux qui n’ont pas été sélectionnés ne sont pas morts pour cela, ils n’ont pas le label, mais tous les producteurs de films n’ont pas leurs films sélectionnés pour Cannes et certains survivent quand même.

Web TV www.labourseetlavie.com : Le mot de la fin, un entrepreneur dans la gestion d’actifs, il doit penser maintenant global et se dire dès le départ « qu’est-ce que je vais pouvoir faire ? Ce que pourra faire mon entreprise au niveau international ? »

Alain Leclair, Président d’Emergence : Disons que la communication est devenue globale, l’information est devenue globale, les investisseurs sont devenus, et c’est heureux, j’ai toujours plaidé pour cela, veulent de la transparence, que ce soit institutionnel à travers Solvancy, la transparency des portefeuilles, et cela depuis longtemps, les individus ne demandent pas à savoir ce qu’il y a dans le médicament mais ils veulent savoir si les principes qui font faire les médicaments sont sains. Donc plus on leur dit l’objectif de la gestion, dans quoi ils investissent, plus ils comprennent que c’est important pour créer de l’emploi et développer l’économie.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Alain Leclair d’avoir été avec nous.

Alain Leclair, Président d’Emergence : Merci.

 

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 18 juillet 2014.

 

Print Friendly, PDF & Email