Mathilde Guillemot-Costes Analyste-Gérante Dorval Finance : "La hausse du dollar est un bon soutien pour les valeurs européennes".
Bourse : perspectives sur les marchés européens

22 novembre 2014 21 h 46 min
+ de videos
76
Views
Loading the player...

Revue de détail sur l’actualité économique et financière sur les marchés européens.

La croissance mondiale est positive, même si l’Europe pose question.

Comment évolue la stratégie d’investissement en Europe dans ce contexte de faible croissance.

Quels ont été les résultats et BNPA des entreprises ?

Nous en parlons avec mon invitée Mathilde Guillemot-Costes Analyste-Gérante Dorval Finance.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Mathilde Guillemot, bonjour. Vous êtes analyste gérant chez Dorval Finance. On va parler avec vous des marchés et notamment des marchés européens. Comment vous abordez, vous, ces valeurs européennes dans un contexte où effectivement on n’a pas de croissance ou de très faibles croissances en Europe, du côté des entreprises, comment vous voyez, je dirais, les marchés ?

Mathilde Guillemot, analyste gérant Dorval Finance : Je dirais dans un premier temps que, pour se concentrer sur le marché européen, donc la croissance européenne, c’est vrai, est faible, revue en baisse encore ces derniers jours. Pour autant, investir sur les marchés Actions européens, ce n’est pas investir uniquement sur l’Europe, mais aussi sur le monde c’est-à-dire que les sociétés sont européennes mais tournées vers l’international, et ça ce n’est pas à oublier parce qu’aujourd’hui la croissance mondiale est positive, de l’ordre de 3 %, avec des zones qui restent dynamiques, à savoir par exemple les États-Unis, des pays émergents aussi bien qu’avec une décélération de la croissance et une croissance qui reste toutefois dynamique, donc voilà. Donc on reste positif sur les marchés européens avec des segments ou des sociétés qui peuvent nous intéresser particulièrement.

Web TV www.labourseetlavie.com : Et là justement il y a eu un certain nombre de publications, on voit les investisseurs réagir quand cela ne va pas, je pense à Areva par exemple avec les questions de report au plan stratégique, c’est une sanction immédiate, globalement sur le troisième trimestre, cela a été assez conforme aux attentes ?

Mathilde Guillemot, analyste gérant Dorval Finance : Cela a été un peu mieux que les attentes c’est-à-dire que les publications des chiffres d’affaires ont été globalement positifs, on n’a pas eu de catastrophe majeure ni de révision en baisse des anticipations de bénéfices des résultats des sociétés. Donc après, il faut voir secteur par secteur les dynamiques sous-jacentes et on peut trouver encore des bonnes surprises sur certains actifs.

Web TV www.labourseetlavie.com : Il y a quand même, quand on parle de valeurs internationales, on pense aux marchés émergents, on a vu quand même que la croissance dans certains pays émergents a même ralenti, si on pense au Brésil, c’est même carrément une récession, cela a eu de l’impact ? Il y a eu sur des trimestres… on a vu ce signe de ralentissement émergent ?

Mathilde Guillemot, analyste gérant Dorval Finance : Je pense que oui on l’a vu sur certaines valeurs. On pense par exemple aux valeurs du luxe évidemment, type LVMH ou Kering qui, déjà, au deuxième trimestre, avaient souffert et au troisième trimestre ont encore continué de souffrir. On ne voit pas de reprise du marché du luxe, du hard luxury, comme on l’appelle. En revanche, on voit d’autres sociétés, toujours sur le segment Luxe, mais que nous on qualifie de luxe abordable, qui, elles, ont une très belle croissance, notamment en Chine. On pense là à Folli Follie qui réalise 60 % de ses ventes en Chine, et là où LVMH a été pénalisé par les mesures Anticorruption du gouvernement chinois, Folli Follie en bénéficie par exemple. Donc on trouve des alternatives et des gagnants et certains perdants.

Web TV www.labourseetlavie.com : Il y a eu aussi, on l’a vu bien sûr, là globalement sur les marchés, l’évolution des devises avec le dollar qui s’est apprécié, on peut se dire que c’est plutôt favorable aux valeurs européennes, il y en a qui peuvent être dépendantes du dollar, mais globalement, cela a aussi joué sur les marchés ?

Mathilde Guillemot, analyste gérant Dorval Finance : Cela a… On l’anticipe en fait plus, encore une fois, pas tout à fait dans les résultats, cela s’amorce, mais c’est plutôt le marché ou les analystes l’anticipent effectivement comme un retournement c’est-à-dire que l’on calculait qu’il y a environ 10 % du renforcement du dollar avait un impact positif sur les bénéfices de l’ordre de 5 % sur les valeurs européennes. Donc c’est un soutien à la croissance des bénéfices des sociétés européennes et on voit par exemple des sociétés comme Télé Performance qui ont une très belle croissance en Amérique du Nord, en bénéficie de par le dynamisme dans le pays, et en plus en effet change, donc on va le voir dans les prochains trimestres. Donc ça, c’est vrai que cela soutient certaines valeurs et qui sont recherchées aujourd’hui.

Web TV www.labourseetlavie.com : On ne sait pas effectivement jusqu’où cela ira pour le dollar, mais est-ce que cela veut dire que justement cela peut toujours être un angle d’investissement, ce scénario dollar haussier ?

Mathilde Guillemot, analyste gérant Dorval Finance : Oui, tout à fait. Chez Dorval Finance, c’est un axe effectivement, une thématique que l’on apprécie, que l’on joue, donc sur des valeurs, que ce soit Comme Télé Performance par exemple, mais aussi sur des valeurs, donc là, allemandes qui ont une exposition forte aux États-Unis. Je pense par exemple à une société comme Saf-Holland qui est à la fois sur une industrie en retournement sur le secteur de la construction, pardon sur les axes et sur les suspensions des camions, et qui en fait bénéficie de cette exposition de 40 % aux États-Unis, donc il y a les doubles leviers en fait que l’on joue sur cette valeur par exemple.

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté effectivement des valeurs européennes, on le voit bien, il y a finalement plus que des valeurs domestiques, il y a des valeurs internationales, est-ce que vous regardez aussi les segments plus petits, ce que l’on appelle les mid cap, notamment en France, c’est vrai qu’il y a un gros segment ? Est-ce qu’il y a un attrait de ce côté-là ?

Mathilde Guillemot, analyste gérant Dorval Finance : Il y a un attrait, d’autant plus que chez Dorval Finance on est toute capitalisation, on peut investir dans les larges capitalisations, moyennes et petites. Donc forcément il y a un attrait. En plus, on a eu le PEA PME en France qui a été lancé, donc on a été recherché en plus cette catégorie effectivement de sociétés. Donc on a lancé un fonds dédié à cette petite et moyenne capitalisation, donc tout à fait, on ne se limite pas et on attache toujours… en fait l’importance pour nous, c’est la qualité du management. On a des fonds Dorval Manager que l’on… vraiment la qualité de gestionnaire, la qualité de vision stratégique sur le métier, sur l’industrie, sur le cycle, est très importante pour nous, et ça on la recherche quelle que soit la capitalisation et quels que soient aussi les thématiques ou les secteurs.

Web TV www.labourseetlavie.com : Quand on regarde globalement en termes de valorisation justement de ces marchés, de votre point de vue, ce n’est pas excessif les valorisations que l’on a atteint globalement sur les marchés européens ?

Mathilde Guillemot, analyste gérant Dorval Finance : Non, je pense qu’aujourd’hui on est… donc là on a eu un petit retour, on a eu à corriger un petit peu dans les… donc l’excès dans les valorisations mais, comme je le disais, on n’a pas encore vraiment… enfin depuis le début de l’année-là, on a corrigé les anticipations des résultats pour 2014, mais pour 2015 on attend encore des croissances de l’ordre de plus de 10 % sur les valeurs européennes, avec des valorisations en ligne avec l’historique. Et il y a, comme on le disait, le dollar est un… l’appréciation du dollar est un bon soutien pour les valeurs européennes aussi, en termes de compétitivité. La baisse du pétrole aussi est un bon facteur pour abaisser les coûts de l’énergie, enfin la facture énergétique pour les sociétés industrielles, donc on pense que l’on a encore des éléments de soutien pour l’appréciation des résultats.

Web TV www.labourseetlavie.com : En conclusion, si on parle de l’allocation d’actifs, on sent bien beaucoup de gestion en faveur des actions, en même temps, on peut se dire en 2014, les marchés obligataires ont aussi bien performé, cela fait partie des surprises de ce type d’années, comment évolue l’allocation d’actifs chez vous ?

Mathilde Guillemot, analyste gérant Dorval Finance : Nous, on reste toujours positif sur les actions, prudent mais positif, c’est-à-dire que l’on est… on a un ADN flexible chez Dorval Finance c’est-à-dire que l’on utilise pleinement cette ressource. On est à la fois positif mais on est prudent et, comme on utilise aussi à la fois notre qualité de… enfin notre flexibilité et à la fois notre choix des valeurs qui est très important. Et ensuite, on connaît quand même un positif sur les marchés européens. On pense que les marchés américains ont connu une très belle performance cette année, qu’aujourd’hui on arrive un peu au bout en tout cas, à court terme sur le marché américain. Les marchés européens en revanche ont été un peu chahuté, néanmoins on pense que le soutien de la Banque centrale européenne reste un élément important à avoir en tête lorsque des mauvaises nouvelles peuvent apparaître.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Mathilde Guillemot d’avoir été avec nous.

Mathilde Guillemot, analyste gérant Dorval Finance : Merci à vous.

 

Print Friendly, PDF & Email