Interview Frédéric Pâtureau Responsable contrôle de Gestion NRJ Group.
Stratégie et perspectives du groupe de Radio et de Télévision

7 octobre 2013 9 h 53 min
+ de videos
530
Views

Frédéric Patureau Responsable contrôle de Gestion NRJ Group et de la communication financière est revenu sur la stratégie du groupe de radio et de Télévision et a également répondu également au passage éventuel de LCI en gratuit après le vote d’un projet de loi au Sénat. Selon lui si l’on prend une image simple : « vous faites la queue et deux chaines rentrent par la porte des artistes, c’est un scandale ».

Interview vidéo donnée à l’occasion du Large et Midcap Event organisé par CF&B Communication

Web TV www.labourseetlavie.com : Frédéric Patureau, bonjour. Vous êtes responsable du contrôle de gestion et responsable de la communication financière chez NRJ Group. Nous sommes avec vous palais Brongniart au Midcap Event où vous rencontrez des investisseurs, j’imagine que les investisseurs vous parlent des derniers chiffres de NRJ Group, première radio devant RTL sur une cible bien précise que l’on va évoquer ensemble, comment se présente pour vous cette année 2013 ?

Frédéric Patureau, directeur du contrôle de gestion de NRJ Group : L’année 2013, c’est une année en radio qui se passe très bien puisque notre première station NRJ est repassée devant RTL sur la dernière vague mesurée par Médiamétrie de avril-juin 2013, et l’ensemble de nos radios d’ailleurs, pas seulement NRJ, sont en phase de croissance d’audience, cela a été confirmé sur l’été, donc sur la radio c’est une phase de croissance de l’audience, de croissance du chiffre d’affaires, à données comparables, qui suit cette croissance de l’audience assez logique, et donc de croissance des résultats, c’est ce que l’on a vu aux derniers résultats semestriels que nous avions publiés fin août dernier.

Web TV www.labourseetlavie.com : Il y a aujourd’hui peut-être de « meilleurs » positionnements des différentes radios puisque il y a le groupe NRJ et puis il y a NRJ la radio et d’autres, comme Chérie FM ou d’autres par exemple, il y a un meilleur positionnement de chaque radio ?

Frédéric Patureau, directeur du contrôle de gestion de NRJ Group : Il y a un travail de fond qui a été fait depuis plusieurs années, notamment sur NRJ, et qui donne une croissance de l’audience depuis trois ans, ce qui, d’ailleurs, nous permet de penser que c’est un résultat vraiment solide et que cela va probablement continuer dans le temps, en tout cas on l’espère, et on a des objectifs tout à fait ambitieux pour l’audience de NRJ, et on a des retournements et à nouveau de la croissance audience sur les autres stations, dont le travail a commencé plus récemment, avec une équipe renouvelée à la direction, et on espère que cela suivra le même chemin que NRJ, ce serait l’idéal.

Web TV www.labourseetlavie.com : Pour les radios, la clé c’est d’abord les matinales, c’est d’abord ce moment-là ?

Frédéric Patureau, directeur du contrôle de gestion de NRJ Group : Les matinales, c’est le prime time de la radio, c’est un élément-clé, mais pas seulement, et sur NRJ, c’est comme cela que l’on a travaillé, on a travaillé sur la matinale mais aussi sur la partie musicale toute la journée, et enfin sur l’émission du soir. Et l’ensemble de la grille a progressé depuis trois ans sur NRJ, et c’est ce qui a fait son succès et la force justement de son redressement, nous pensons que c’est cet élément-là aussi qui a beaucoup compté.

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot de la télévision où vous êtes aussi présents, alors là vous êtes plutôt en phase d’investissement, mais on pourrait… certains analystes, certains investisseurs peuvent se dire « cela dure depuis un moment maintenant, et il y a encore beaucoup de… on voit des investissements assez lourds et donc pas de rentabilité encore », c’est plus dur en télé ?

Frédéric Patureau, directeur du contrôle de gestion de NRJ Group : Pas encore de la rentabilité, nous nous efforçons d’y arriver. Alors, en télévision effectivement le groupe se développe très fortement, c’est vraiment un développement très, très important pour le groupe NRJ qui demain, idéalement, aura deux piliers dans son groupe, un pilier radio et idéalement un pilier télé qui pourrait être pratiquement aussi gros. Donc c’est d’ailleurs une transformation, un développement assez rare à l’échelle d’un groupe comme celui-là, c’est vraiment fondamental. Donc, ce développement télé nous l’avons commencé lorsque les chaînes TNT sont arrivées en France avec NRJ 12 qui, ça y est, a atteint quasiment l’équilibre en 2012. Au premier semestre, NRJ 12 a eu une situation que nous pensons être temporaire, qui, à la fois, a subi un renforcement des coûts de grille, et notamment avec une marge négative sur le programme Star Academy, qui avait bien fonctionné en prime, moins en access, mais surtout un marché publicitaire difficile au premier semestre et une politique commerciale particulièrement agressive de nos concurrents historiques, et cela a eu comme impact en fait une baisse du chiffre d’affaires au même moment où les charges progressaient. C’est une situation que nous pensons être temporaire, et nous espérons maintenant, c’est notre souhait, être rentable avec NRJ 12 sur le second semestre.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc avec un marché publicitaire un peu meilleur, il reste encore tendu ?

Frédéric Patureau, directeur du contrôle de gestion de NRJ Group : Tout le monde l’espoir que le marché va se détendre. Il faut y aller patiemment, vérifier cela dans les chiffres. Les derniers commentaires que nous avons faits lors de notre dernière publication concernaient l’été, je rappelle que l’été ne pèse que la moitié du troisième trimestre, donc il faut y aller patiemment je pense. Et puis en tout cas les annonceurs semblent vouloir croire à une amélioration de la tendance, c’est probablement ce qui explique d’ailleurs le regain d’intérêt des investisseurs sur l’été sur les valeurs médias, l’ensemble des valeurs médias qui sont des valeurs cycliques.

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot de l’international également, là aussi on attend depuis des années pas mal… du côté de NRJ avec des questions de rentabilité aussi, vous en êtes où justement sur ce développement international ?

Frédéric Patureau, directeur du contrôle de gestion de NRJ Group : Si vous me permettez, je termine juste sur la télévision parce que on n’a pas parlé de Chérie 25, qui est notre deuxième chaîne nationale, qui montre l’importance du développement du pôle. Donc autant NRJ 12 a fait de très belles audiences parce qu’elle est en développement depuis sept ans, autant Chérie 25 démarre tout juste, et donc a fait des pertes tout à fait logiques de développement, elle fera encore quelques pertes jusqu’à ce que sa diffusion touche 100 % de la population française, c’est ce qui explique les investissements du premier semestre, il y a les deux éléments. Concernant l’international, le groupe est maintenant en très bonne position. C’est vrai qu’historiquement l’international n’apportait pas de bénéfice pour le groupe, maintenant c’est l’histoire du passé, disons que maintenant nous sommes rentables, significativement rentables grâce à différentes évolutions, notamment sur certaines zones où nous avons des stations déficitaires que nous avons fermées, et puis sur d’autres zones où finalement le marché média s’est fortement développé, et nous avons amélioré nos partenariats. Au total le résultat est maintenant significativement positif à l’international.

Web TV www.labourseetlavie.com : Si on revient sur la télévision, la TNT gratuite, TNT payante, cela fait beaucoup de débats, on a vu le projet de loi au Sénat, est-ce que cela veut dire que NRJ va combattre… effectivement va suivre ce dossier de près et éventuellement contester si effectivement… en l’occurrence, il s’agit de LCI qui pourrait devenir, aller sur la TNT gratuite ?

Frédéric Patureau, directeur du contrôle de gestion de NRJ Group : C’est effectivement un petit scandale cette histoire parce que c’est comme si vous permettiez finalement, si on prend une image simple, vous avez des gens qui font la queue, et là vous allez permettre à deux chaînes de rentrer par la porte des artistes. Ce n’est pas très juste, c’est d’ailleurs tellement pas juste que c’est anticoncurrentiel, donc nous pensons que c’est tellement juridiquement pas tenable que cela ne devrait pas passer. Ces chaînes ne peuvent pas accéder à une population qui recevrait, 100 % de la population qui recevrait ces chaînes aujourd’hui, alors que nous, nous devons patienter et investir, comme nous l’avons fait jusqu’à aujourd’hui, avec NRJ 12 et comme nous recommençons de le faire avec Chérie 25, ce n’est pas un jeu égal.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc on suivra ce dossier bien entendu. Du côté effectivement… on voit aussi la partie spectacle qui se développe, qui a bien fonctionné, ça c’est aussi important pour vous d’être de plus en plus présents sur des événements, en espérant bien sûr qu’ils fonctionnent bien, mais cela a été le cas pour un spectacle en particulier, d’être présents sur des événements ?

Frédéric Patureau, directeur du contrôle de gestion de NRJ Group : La partie spectacle, nous y allons de manière opportuniste c’est-à-dire que quand on nous présente un spectacle, et que nous considérons qu’il a des chances de réussir, on a noté que l’association du spectacle et du média radio fonctionnait très bien parce que d’abord c’est un spectacle musical et que c’est notre savoir-faire de reconnaître la musique qui peut fonctionner, et que, dans ces cas-là, l’antenne radio va aider le spectacle musical à être connu, et puis aussi parce que nos antennes radio, c’est plus de 12 millions d’auditeurs tous les jours et que nous faisons de la publicité tout simplement, c’est extrêmement puissant. Maintenant, s’il n’y a pas de spectacles pendant des années, il n’y en aura pas. Nous y allons prudemment, nous avons eu trois succès, à la fois des succès commerciaux et économiques, et nous en sommes ravis, et 1789 revient en novembre ici à Paris.

Web TV www.labourseetlavie.com : Le mot de la fin sur la bourse, quand je regardais le cours de la bourse de NRJ sur les dernières années, ce n’est pas évident pour les investisseurs. Il y a eu des pics et puis là, comme disent les boursiers cela se traîne en bourse NRJ, qu’est-ce qui pourrait redonner de l’intérêt à la valeur NRJ pour les investisseurs  selon vous ?

Frédéric Patureau, directeur du contrôle de gestion de NRJ Group : Le premier élément, c’est quand même le marché puisque nous sommes une valeur cyclique, comme l’ensemble des médias, et le regain que l’on voit sur l’ensemble des valeurs médias depuis l’été est lié très certainement à cela, et pour une part, alors peut-être pas pour la valeur NRJ, mais pour des capitalisations boursières plus importantes dans les médias, pour une part, des investisseurs américains qui reviennent sur la vieille Europe parce qu’ils sentent que la vieille Europe va se retourner ou en tout cas que le cycle descendant est terminé. On va peut-être avoir maintenant une reprise. Pour NRJ, ce que l’on voudrait, c’est que le marché comprenne la valeur qu’a déjà notre pôle télévision. C’est vrai que le marché a l’habitude de valoriser les actifs par les « discounted cash flow » or ce sont des investissements importants au début, on ne fabrique pas de chaînes sans mettre un peu d’argent d’avance. Mais ces chaînes, c’est un actif rare, on ne peut pas faire de télévision gratuite en France sans l’autorisation du CSA. Nous avons ces deux autorisations. Nous avons construit un outil industriel extrêmement performant, qui est situé dans nos immeubles de l’avenue Théophile Gautier à Paris, où nous avons deux plateaux de télévision, où nous avons des moyens de production qui nous permettent d’être très indépendants. On est à 70 % sur des productions identitaires propres, une partie produite même en interne, et tout cela, cet actif existe déjà. Il a une valeur, on l’a vu sur le marché, il y a eu des transactions avec des prix considérables, et je pense que c’est un peu cela aujourd’hui, peut-être la sous valorisation du cours, et on espère que le marché va comprendre cette valeur d’actif au-delà de la valeur de DCF ».

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci d’avoir fait le point avec nous, Frédéric Patureau, on rappelle que vous êtes donc le directeur du contrôle de gestion et de la communication financière de NRJ Group.

Frédéric Patureau, directeur du contrôle de gestion de NRJ Group : Merci beaucoup.

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 7 octobre 2013.


Print Friendly, PDF & Email