Interview Bruno Keller Président du Directoire ANF Immobilier.
Rencontre à l'European Small Cap Event de la société foncière

12 avril 2014 9 h 11 min
+ de videos
178
Views
Loading the player...

Avec des actifs importants à Lyon et Marseille, nous parlons de l’exercice 2013, des projets, et des perspectives avec mon invité  Bruno Keller Président du Directoire ANF Immobiier.

ANF regarde désormais d’autres villes pour son développement.

La Web Tv partenaire de l’European Small Cap Event organisé par CF&B Communicaiton qui s’est tenu à Paris le 7 et le 8 avril.

Web TV www.labourseetlavie.com : Bruno Keller, bonjour. Vous êtes le président du directoire d’ANF, on va parler avec vous donc d’immobilier et de perspectives dans ce secteur. Pour commencer avec vous, nous sommes donc au Midcap Event, vous rencontrez des investisseurs, j’imagine que vous leur parlez de la transformation d’ANF qui est en cours, on avait parlé ensemble de plusieurs actifs à Lyon et Marseille notamment, comment évolue le patrimoine de l’entreprise ?

 

Bruno Keller, Président du Directoire d’ANF Immobilier : Vous savez que le rôle d’une SIC, une société d’investissement immobilière cotée, c’est de gérer des actifs, de les valoriser et puis, un jour ou l’autre, à savoir les vendre et de restituer une partie de l’argent à ses actionnaires et d’en garder une autre partie pour réinvestir, et c’est ce que nous avons fait fin 2012. Nous avons vendu une partie significative du portefeuille, en particulier notre portefeuille d’hôtels et notre portefeuille d’immobiliers à Lyon, et nous avons depuis réinvesti assez significativement, à Lyon dans une nouvelle classe d’actifs, dans un nouveau secteur, et puis aussi dans une troisième ville de France, Bordeaux.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Les surfaces étaient assez importantes, à la fois en transformation, et le changement que vous faites aujourd’hui, c’est aussi pour de grands projets ?

 

Bruno Keller, Président du Directoire d’ANF Immobilier : Oui, tout à fait, vous avez raison de dire que les surfaces étaient importantes. Nous avons vendu pratiquement 100 000 m² à Lyon pour plus de 300 millions d’euros à Lyon, mais je peux d’ores et déjà vous dire que dans notre pipeline de nouveaux projets, nous avons pour plus de 240 millions d’euros de nouveaux projets. Donc vous voyez que d’un seul coup d’un seul, en moins de 13 mois, par rapport à la cession de décembre 2012, nous avons réussi à redéployer les actifs d’ANF et à réinvestir d’une façon très significative tant à Lyon qu’à Bordeaux.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Souvent, vous vous qualifiez de… ou les investisseurs vous qualifient de foncière de centre-ville, les centres-villes finalement sont riches d’opportunités ?

 

Bruno Keller, Président du Directoire d’ANF Immobilier : Je crois que c’est très important ce que vous dites, et j’avais un investisseur, il y a quelques instants, qui me faisait un petit peu cette remarque-là aussi. Nous étions dans deux rues historiques, plein centre-ville, plein centre de Lyon, plein centre de Marseille. Nous investissons aujourd’hui dans ce que l’on pourrait appeler le nouveau centre, par exemple à Lyon le secteur du Carré de soie qui est un nouveau centre, est à moins de 10 minutes en tramway de la gare Part-Dieu. À Bordeaux, lorsque nous sommes dans le secteur des bassins à flot, nous sommes reliés à la gare, à la gare actuelle et à la future gare TGV, également par le tramway. Donc nous avons véritablement choisi de conserver un petit peu cet ADN d’ANF qui est d’être une foncière de centre-ville, mais dans le nouveau centre-ville.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, en même temps, en termes de… Quand on va dans le détail du patrimoine entre ce qui était l’habitation, les bureaux, les commerces, ça aussi ça bouge dans les foncières, chez vous, comment cela évolue ?

 

Bruno Keller, Président du Directoire d’ANF Immobilier : Oui, bien sûr, tout cela bouge d’une façon importante, et c’est vrai que les nouveaux projets, quand vous les regardez, n’ont plus grand-chose à voir avec les immeubles haussmanniens. Ce sont majoritairement également des projets de bureaux alors qu’avant, dans nos immeubles haussmanniens, nous avions la trilogie, des appartements, des bureaux et des commerces. Aujourd’hui nous redéployons nos actifs plus vers du tertiaire pour améliorer le rendement de la foncière, et puis, en contrepartie de cela, effectivement nous poursuivons les cessions d’immobiliers à Marseille, en particulier dans le logement.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : La partie Bureaux, on se pose toujours la question, mais on pourrait le dire depuis maintenant quelques années, à savoir s’il y a effectivement un potentiel important, s’il y a des besoins importants, compte tenu de notre environnement économique qui n’est pas forcément favorable ?

 

Bruno Keller, Président du Directoire d’ANF Immobilier : Bien sûr que c’est une question qu’il faut se poser. Il faut faire tout de même très attention à cela, ceci étant, comme nous le disions, nous sommes nous essentiellement en province, les différences de loyers sont très fortes encore aujourd’hui entre la province et Paris, et donc il y a aujourd’hui pratiquement… il y a un chiffre très intéressant, je crois que tant à Lyon qu’à Marseille, 60 % des immeubles de bureaux actuels sont obsolètes en termes d’énergie, en termes de nouvel environnement de travail. Les gens aujourd’hui veulent travailler, sont de plus en plus nomades pour certains, n’ont pas forcément tout besoin d’un poste fixe, il faut créer de nouveaux espaces de travail, il faut créer des lieux de convivialité, c’est cela aujourd’hui le bureau de demain et il y a un besoin énorme dans les années à venir de renouvellement du parc actuel.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc il y a eu à la fois les nouvelles normes et puis… enfin environnementales et autres pour le BTP, mais…

 

Bruno Keller, Président du Directoire d’ANF Immobilier : Exactement, ce n’est pas qu’un problème d’économie d’énergie, même si aujourd’hui bien évidemment la problématique des charges locatives qui viennent d’augmenter le loyer est quelque chose d’important, et certains immeubles, certaines tours des années un petit peu anciennes deviennent beaucoup trop chères en la matière, et donc cela nous offre, à nous, investisseurs également des nouvelles possibilités.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : On a parlé de ces trois villes historiques pour vous, en tout cas Lyon et Marseille, et puis maintenant Bordeaux, et vous dites d’ailleurs que vous pourriez regarder au-delà de ces trois villes de province, cela fait partie des perspectives de l’entreprise ?

 

Bruno Keller, Président du Directoire d’ANF Immobilier : Oui, on a regardé, on regarde aujourd’hui les grandes métropoles, et donc c’est vrai qu’à côté des trois villes que vous venez de citer, on pourrait imaginer regarder Lille, on pourrait imaginer regarder Toulouse, on pourrait imaginer regarder Strasbourg. L’important pour nous, si vous voulez, c’est d’être un acteur qui compte dans ces villes-là, même si au départ nous y allons d’une façon prudente en investissant une première fois et puis on essaie de créer un véritable réseau à l’intérieur de ces villes de façon à être le plus en amont possible des nouveaux projets parce que c’est comme cela que l’on crée de la valeur, c’est en essayant d’anticiper où va être l’avenir de l’immobilier dans la ville en question, l’avenir de demain. C’est par exemple, je pense à la zone Nord-Atlantique de Bordeaux qui va voir le jour. Bordeaux sera bientôt à deux heures de TGV de Paris, c’est ce qui s’est passé avec Lille par exemple aussi, et donc c’est avec cette démarche-là que l’on souhaite regarder des nouvelles villes.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : La visibilité sur une foncière, en principe il y en a. Sur l’exercice 2014, comment vous envisagez cette année en cours ?

 

Bruno Keller, Président du Directoire d’ANF Immobilier : Écoutez, nous avons un programme assez ambitieux puisque nous avons dit qu’entre la fin 2013 et 2017, nous voulions faire passer les loyers de 35 millions d’euros à 67 millions d’euros. L’année 2014 en sera une étape dans ce chemin, et donc la question par derrière, c’est est-ce que l’on a aujourd’hui le potentiel de croissance pour alimenter ce chiffre ? Je crois que je vous ai dit tout à l’heure que nous avions engrangé pour 240 millions d’euros de projets d’investissements, c’est cela qui va nous permettre de soutenir la croissance, année après année, pour atteindre ces 67 millions d’euros en 2017.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci d’avoir fait le point avec nous, Bruno Keller.

 

Bruno Keller, Président du Directoire d’ANF Immobilier : Merci.


© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 12 avril 2014.


Print Friendly, PDF & Email