Catherine Mallet Directrice Financière ACTIA.
Interview sur la stratégie et les perspectives

6 avril 2011 10 h 56 min
+ de videos
93
Views

ACTIA : Vidéo sur la stratégie et les perspectives 2011.

Retour avec Catherine Mallet Directrice Financière ACTIA sur l’évolution de la stratégie de la société après la grave crise de 2009. Comment le groupe s’est adapté ? Quelles sont ses priorités ?

Web TV www.labourseetlavie.com : Catherine Mallet, bonjour, vous êtes Directrice financière d’Actia est également membre du Directoire On va revenir avec vous sur les résultats, sur la stratégie de l’entreprise. Alors on a vu un redressement des marges sur l’exercice, mais toujours une perte, qu’est-ce qui explique, je dirais, principalement la perte de l’exercice 2010 ?

Catherine Mallet, Directrice financière d’Actia : Cette perte est liée à une de nos branches d’activité qui est le secteur de la télécommunication. Notre travail avait porté surtout ses fruits sur la branche automotive qui représente 86 % de l’activité du groupe et donc la crise avait affecté cette branche, nous avons fait un travail de fond sur la rentabilité ayant laissé un peu la branche télécommunications de côté parce qu’elle était sur des marchés plus stables, comme des marchés d’états, notamment dans le domaine militaire, et malheureusement nous avons été affectés en début d’année par des marchés qui ont été retardés dans le domaine des militaires, qui ont fortement participé à la baisse du chiffre d’affaires et de ce fait à la rentabilité de cette structure. Donc en cours d’exercice, disons que sur les marchés d’État, la visibilité était beaucoup moins bonne que ce qu’on avait pu connaître par le passé, il était temps pour nous de nous attaquer à cette branche et de la restructurer en profondeur pour permettre de ne pas réitérer les pertes que nous avons connues sur deux exercices.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, sur la partie principale de votre activité donc automotive, sur ce secteur-là, sur ces marchés de niche sur lesquels vous êtes, pour vous la crise est terminée ou elle est encore là, il y a encore, je dirais, des stigmates et/ou voire plus ?

Catherine Mallet, Directrice financière d’Actia : Alors, sur nos marchés, nous sommes développés sur de nombreux secteurs liés au transport, que ce soit du bus et car, du ferroviaire, du poids-lourd, voire de l’aéronautique. Ces secteurs ont évolué de manière différente par rapport à la crise, donc pendant la crise et après la crise, et nous estimons aujourd’hui que nos marchés n’ont pas retrouvé 100 % de leur activité avant crise. Toujours est-il que notre croissance se fait à la fois par la reconstruction du chiffre d’affaires chez nos clients mais également par, nous, le développement de nouveaux produits, notamment la branche automotive où nous avions rencontré de nombreux succès au moment de la crise ou même avant la crise puisque nous mettons à peu près deux ans pour développer de nouveaux produits pour nos clients et donc ils sont arrivés en production en 2010 en même temps que nos clients se redressaient un petit peu.

Web TV www.labourseetlavie.com : Quels sont justement les produits novateurs qui ont permis de reconquérir un peu l’équilibre ?

Catherine Mallet, Directrice financière d’Actia : Alors, nous avions engagé avant 2008 un programme de rénovation de notre diagnostic électronique, donc ces marchés-là se sont bien redévelopper, notamment auprès des constructeurs chinois. Nous avons une suite logicielle performante qui permet d’améliorer les outils de diagnostic. Et nous avons aussi de nombreux produits qui sont plus adaptés au sur-mesure des besoins des clients dans le domaine des systèmes embarqués, notamment dans une technologie qui s’appelle le portail télématique, ce qui est un boîtier qui permet de mettre à disposition du gestionnaire de flotte tout un tas d’informations qui soient réglementaires comme pour le chronotachygraphe, enfin c’est le temps de travail du chauffeur, sa vitesse de conduite, etc., mais aussi nous ajoutons d’autres informations qui peuvent être transmises en temps réel auprès du gestionnaire qui de ce fait fera sa fiche de paye en automatique, utilisera tous les outils de gestion qui lui sont nécessaires.

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot du côté des composants puisque vous le signalez qu’il y avait une pénurie mondiale. Alors on se dit qu’avec ce qui s’est passé au Japon, on a élu un certain nombre d’informations partielles, on va dire, est-ce qu’en 2011 il y a des risques de ce côté-là ou est-ce que, comment vous voyez les choses ?

Catherine Mallet, Directrice financière d’Actia : Je pense que le risque existe. Après, savoir le mesurer dans sa profondeur, on n’en a pas les moyens. Toujours est-il que nous avons nous fait un état des lieux auprès de nos fournisseurs japonais précisément, où est-ce qu’ils étaient implantés, si leurs sites avaient été affectés par le tremblement de terre et le tsunami, et donc nous avons référencé à peu près 1 à 2 % de composants qui pouvaient être à risque sauf que nos fournisseurs nous ont assuré que si il y avait des perturbations pendant 15 jours, 3 semaines, cela s’arrêterait rapidement.

Ce que nous ne savons pas maîtriser, c’est l’incidence chez nos propres fournisseurs des risques de pénurie ou de tension sur le marché des circuits (…), c’est-à-dire la base de fabrication des composants, et ça c’est beaucoup plus difficile à quantifier. Toujours est-il qu’aujourd’hui, en l’état des stocks mondiaux, il semblerait qu’il n’y ait pas de risque majeur, tout le monde nous assure que ça peut se passer correctement.

Dans notre cas particulier, nous avions une situation de stocks importants avant les événements dramatiques du Japon qui fait que nous avons quand même une production qui est largement assurée pour les semaines à venir parce que nous étions peut-être mauvais élèves et avec des stocks importants mais qui étaient liés par ailleurs à la crise en Tunisie, nous avions eu des usines qui avaient été momentanément bloquées et qui ont repris leur rythme de travail aujourd’hui.

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté du début de l’année 2011, quelle est la tendance justement pour vous en termes d’activité ?

Catherine Mallet, Directrice financière d’Actia : Écoutez, elle est en progression par rapport à l’exercice 2010. On publiera notre chiffre d’affaires à la mi-mai. Toujours est-il qu’on est bien dans nos tendances dans des perspectives de croissance sur tous les secteurs d’activité.

Web TV www.labourseetlavie.com : Quelles sont alors aujourd’hui les priorités ? On a parlé de l’activité télécoms en réorganisation, mais quelles sont les principales priorités justement dans ces marchés ?

Catherine Mallet, Directrice financière d’Actia : Aujourd’hui, produire. Ça c’est le grand mot au sein du groupe. Nous avons conquis beaucoup de nouveaux marchés, de nouveaux produits. Donc nous sommes en phase active de développement pour nos clients. Tout doit se mettre en route normalement dans l’exercice, il y a eu effectivement au premier semestre, au premier trimestre, quelques perturbations internationales, mais nous avons tous les outils de production, tous les hommes pour pouvoir produire ces marchés sachant que le fait d’avoir renouvelé notre carnet de commandes, renouvelé nos clients, renouvelé nos marchés, sachant que nos marchés ont une pérennité de trois à cinq ans, selon les produits, fait que nous pouvons aujourd’hui être un peu moins affamés sur les appels d’offres, c’est-à-dire que pendant la crise nous avons vraiment répondu à tous les appels d’offres, aujourd’hui nous pouvons améliorer notre réponse et surtout la structure des coûts et la rentabilité de l’entreprise en sélectionnant un peu mieux ce que nous avons à remporter.

Web TV www.labourseetlavie.com : A la fin de l’exercice 2010 comment se présente la situation financière de la société ?

Catherine Mallet, Directrice financière d’Actia : Elle est un peu lourde puisque nous avons un gearing qui est de plus de 120 %, gearing que nous avions connu par le passé parce que nous avons vécu une période de très forte croissance externe qui avait été financée par la dette, nous avions fait tous nos efforts pour le ramener à un niveau plus près de 100 %, la crise est arrivée, donc elle nous a sollicité sur le plan financier et nous allons tout mettre en œuvre pour retrouver les niveaux d’avant crise sur ce plan-là. Le financement pour nous en moyen terme est important parce que nous développons beaucoup de R & D en dehors de tout financement par les clients ou le crédit d’impôt recherche, nous dépensons 17 % , 15 à 17 % de notre chiffre d’affaires en R & D, ce qui représente 38 millions d’euros en 2010, et donc il nous faut des moyens financiers et nous le finançons par le moyen terme. Donc c’est là, on est moins bon qu’avant crise mais il y a une crise, elle est réelle, notre ambition est de retrouver des niveaux un peu plus raisonnables très rapidement maintenant.

Web TV www.labourseetlavie.com : En conclusion, quand on regarde la valorisation boursière et celle par le passé, on voit qu’aujourd’hui les investisseurs délaissent la valeur, c’est le moins qu’on puisse dire, est-ce que Actia a vocation à rester en bourse comme ça ?

Catherine Mallet, Directrice financière d’Actia : C’est une question qu’on se pose ou qu’on s’est posée par le passé. Nous sommes arrivés en bourse un peu par un chemin détourné puisque nous avons racheté une structure qui était cotée, la bourse a joué son rôle pour nous et nous a aidé à développer le groupe puisque nous avions fait des augmentations de capital en ce sens. Aujourd’hui, on est peut-être pas bien valorisé, l’occasion se représentera certainement pour refaire appel au marché lorsque peut-être des perspectives de croissance externe se présenteront. Aujourd’hui il n’y en a pas forcément, nous avons fait toute cette partie du chemin qui était de nous implanter à l’échelon mondial, avec des structures pérennes dans tous les pays, maintenant il faut profiter de cette croissance, mais après l’avenir est toujours une interrogation et quand une opportunité se présente, on est attentif.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Catherine Mallet d’avoir fait le point avec nous, directrice financière d’Actia.

Catherine Mallet, Directrice financière d’Actia : Je vous en prie. Merci à vous.

© 6 avril 2011 www.labourseetlavie.com Tous droits réservés.

Print Friendly, PDF & Email