Arnaque financière : Un document exclusif de Didier Testot pour www.labourseetlavie.com.
Quand l'escroc au téléphone détaille son offre de produits financiers à l'ancien-porte-parole du gendarme de la Bourse !

16 septembre 2019 14 h 41 min
+ de videos
655
Views

Cela commence comme un banal coup de fil, d’une plateforme téléphonique, il y a quelques mois.

Au bout du fil, une personne parle vite pour vendre un produit « débancarisé, à 7,5% de rendement », l’appel provient de France, enfin semble-t-il.

Du bruit autour indique qu’il s’agit d’une plateforme d’appel, quand la personne insiste, je pose une question et elle raccroche trop intrusive demandant de qui il s’agit. La fois suivante, une dame refait la même opération, mais cette fois, j’accepte un autre appel, en allant un peu plus loin, le rendez-vous téléphonique est pris, et cet enregistrement en est la transcription.

Le mail reçu à l’issue de cette conversation est lui aussi instructif pour les épargnants tentés par une si belle escroquerie :  »

« Suite à notre conversation téléphonique de ce jour, nous souhaiterions vous compter parmi nos clients pour l’activation de votre compte avec un bonus de 100% sur votre premier dépôt uniquement, un minimum de 2.8% à 3.5% capital et intérêts garanti sur les 3 premiers mois« .

Non Tout cela est une pure escroquerie, mais comme toujours avec les banques centrales qui depuis plusieurs années ont engagé une politique de taux bas à défaut de trouver d’autres solutions, les escrocs ont l’avenir devant eux, car la quête du rendement va perdurer !

Aucune banque ne pourra vous proposer du 2,8% ou du 3,5% pour 3 mois. Au moment où ces lignes sont écrites, le taux à 3 mois en France (données dont dispose la Banque de France), est négatif et c’est le cas aussi pour douze mois !

Dans sa brochure les placements sont décrits et les rendements sont mensuels, histoire d’appâter le chaland !

Avec cette précision :  « Le compte de trading (risque mesuré) – Le livret d’épargne (placement sécurisé)« 

Du côté des produits figurant dans la brochure de la société : Matières Premières, Plan d’Epargne Viticole, Crowdfunding immobilier, la Biotechnologie, à travers « le Cannabidiol : l’or vert. Cette plante est enfin sortie de la clandestinité pour montrer toutes ses qualités thérapeutiques au grand jour…mais cela vous laisse entrevoir le potentiel de croissance exponentiel de cette plante miracle. » 

« Il faut rassurer avec de beaux graphiques »

Une plante miracle, forcément cela amène des rendements miraculeux ! Quand l’escroc en parle au téléphone à Didier Testot, ce dernier manque de rire, il se souvient du sketch de Coluche quand il expliquait « alors ces graines, faut en planter une douzaine, dans un Riviera là, près de la fenêtre, alors il faut laisser pousser une bonne taille quoi… jusqu’à qu’on voit plus le commissariat admettons… »

Au téléphone, la récolte et du rendement c’est tous les trois mois quand on coupe les plantes ! Coluche revient vite !

Découvrez ce document incroyable, unique et rare où l’arnaqueur détaille avec des arguments comme : « Vous avez été contacté par mon collègue de l’OCDE« 

Une interview exclusive réalisée par Didier TESTOT, le fondateur de la Web TV www.labourseetlavie.com, journaliste financier depuis 1989, et ancien porte-parole de la COB (le gendarme de la bourse comme les journalistes l’appelait à l’époque).

Tous droits réservés 2019 www.labourseetlavie.com, reproduction interdite sans mention (document www.labourseetlavie.com)

Entretien réalisé en Juin 2019

Didier : Oui, allo.

Conseiller : Oui, bonjour. Testot Didier ?

Didier : Oui, c’est moi.

Conseiller : Je me présente. Je suis Monsieur L. du ***. Je vous appelle suite à un appel que vous avez eu hier par mon collègue de l’OCDE.

Didier : Pardon, excusez-moi. Je n’ai pas bien entendu quelle société.

Conseiller : Alors, vous avez été contacté par une de mes collègues de l’OCDE concernant les solutions de placement débancarisée à haut rendement pour l’année 2019. Vous avez pris un rendez-vous téléphonique pour aujourd’hui 15 heures. J’ai essayé de vous contacter, vous n’étiez pas joignable. Vous avez quelques minutes ?

Didier : Rapidement, oui. Je vous écoute parce que là, je suis en train de faire autre chose. Mais dites-moi.

Conseiller : D’accord. Est-ce que vous êtes intéressé pour avoir des informations pour les placements financiers tout simplement, Monsieur Testot ? Je ne vais pas vous embêter si ce n’est pas actuel pour vous, en tout cas.

Didier : Oui, c’est ce que j’avais dit. Ça dépend. À étudier.

Conseiller : À étudier, bien sûr. Il faut même très bien l’étudier. En tout cas, je vous appelais pour vous donner des informations. Je pense que, vous l’avez compris, aujourd’hui au niveau des banques classiques, au niveau des épargnants, il n’y a pas excessivement de rendement à donner par les banques classiques tout simplement au jour d’aujourd’hui. C’est pour ça que les épargnants se retournent aujourd’hui vers des maisons de financement privées, comme la nôtre, qui peuvent vous permettre à avoir des rendements. Ça dépend ce que vous recherchez aussi. Si c’est du long terme, du court terme ou un complément de revenus.

Didier : Oui, en général, c’est plutôt du long terme.

Conseiller : C’est du long terme. Pour un héritage.

Didier : Ça peut arriver, oui.

Conseiller : D’accord. Pour du long terme. Ok. Aujourd’hui, vous êtes avec une autre société éventuellement de financement ou c’est la première fois que vous faites cette démarche ?

Didier : Non, les banques classiques.

Conseiller : Vous avez un Livret A, assurance vie sûrement ?

Didier : Des choses comme ça, oui.

Conseiller : Des choses comme ça. Donc, avec des taux de rendement assez bas. Aujourd’hui, vous savez que le Livret A, vous êtes à 1,50. Au niveau de l’assurance vie, vous êtes à 4,5. Ça reste des rendements assez faibles. Il faut comprendre que ce qu’ils font avec votre argent, c’est la même façon de faire de notre société. Quand vous dépensez votre argent au niveau des livrets A et assurances vie à la banque, il est investi dans les mêmes fonds d’investissement que le nôtre. Sauf qu’au niveau des rendements, ils vous versent un petit peu moins que ce que nous, on peut vous reverser. Parce qu’ils ont des services qui permettent d’avoir un petit peu plus de frais par rapport à leur banque et c’est pour ça qu’ils ne vous donnent pas autant de plus-value que nous, on peut le faire avec vous, en tout cas.

Didier : D’accord.

Conseiller : Donc, il y a des contrats sécurisés que j’aurais pu vous proposer. C’est des contrats sécurisés de trois mois quand on fait une ouverture de compte, sur lesquels on peut partir sur des produits. Ça dépend si vous avez une préférence pour un produit.

Didier : Non, pas de préférence.

Conseiller : Pas de préférence ? Je vous pose cette question pour une seule raison. C’est qu’aujourd’hui, il y a tellement de produits qui peuvent en même temps donner satisfaction à d’autres personnes tout en faisant de la finance, comme aujourd’hui pour le biomédical, si vous avez entendu pour le cannabis, qui permet aujourd’hui de faire des médicaments pour des pays où c’est légalisé. Et aujourd’hui, il y a un réel investissement sur la production qui est en demande en hausse complètement, puisqu’il y a des pays aujourd’hui qui adhèrent à ce médicament pharmaceutique. Donc, la demande est en hausse. C’est donc un produit aujourd’hui qui peut être sécurisé aussi, puisque c’est une plante qui donne sa récolte tous les trois mois. Donc, tous les trois mois, on peut récupérer un bénéfice et racheter d’autres plants avec ce bénéfice si on veut du long terme. Après, si on veut du court terme, enfin un complément de revenus, on peut percevoir ces bénéfices tous les trois mois. Il y a d’autres produits qui sont aussi écologiques, le panneau solaire, l’éolienne. Donc, on a réellement de vrais produits écologiques qui peuvent permettre aujourd’hui aussi… si vous avez entendu parler du carburant vert qu’aujourd’hui les plus gros investisseurs se l’arrachent parce que c’est le produit phare de la fin 2019, tout simplement. Donc, c’est réellement un produit écologique qui peut être aussi bénéfique pour les investisseurs, puisqu’il est en pleine hausse. Il y a des sociétés comme Michelin, Total et d’autres investisseurs qui s’arrachent ce produit. Il est donc réellement en hausse. C’est pour ça que je vous ai posé la question. Est-ce que réellement vous avez une préférence pour un produit ou vous cherchez juste la sécurité avec un rendement qui peut être bénéfique sur du long terme ?

Didier : Oui, en général, quand on réfléchit à des produits, c’est un peu des deux. Si on est sur du long terme, c’est forcément parce qu’on cherche du rendement.

Conseiller : Bien sûr. Non, mais au niveau du produit, vous n’avez pas d’intérêt.

Didier : Non.

Conseiller : En question, qu’est ce qui vous sécurise ? Le plus important pour vous ?

Didier : Si on est plutôt sur du long terme, de toute façon, normalement, on prend moins de risques.

Conseiller : Exactement. Non, je vous parlais au niveau de votre préférence du produit. Parce qu’il y a des personnes qui veulent faire de l’investissement et en même temps donner une aide par rapport aux autres. La vache laitière, si vous en avez entendu parler. On a le biomédical, l’écologie. Donc, il y a réellement des produits qui peuvent vous faire gagner de l’argent tout en faisant un petit clin d’œil à notre planète. Donc, ça permet d’avoir une double récompense, tout simplement. Après, si c’est quelque chose, vous me dites « Écoutez, proposez-moi un produit où j’ai de la sécurité et du rendement uniquement », s’il est médical ou autre, ça ne pose pas trop d’intérêt pour vous.

Didier : Oui.

Conseiller : C’est ça réellement, donc ?

Didier : Oui.

Conseiller : D’accord. Très bien. Au jour d’aujourd’hui, si par exemple on était amené, bien sûr après que je vous aurais déjà contacté et envoyer des mails pour que vous puissiez faire une vérification déjà au niveau de la Banque de France et autre que notre société est correcte et qu’on a le droit de faire des opérations sur le territoire français avec la législation et toutes les régularités que vous devez avoir. Donc, si on était amené à faire le premier pas ensemble, vous, aujourd’hui, vous auriez la possibilité de faire un dépôt pour une première fois ? Ce serait quoi le montant pour faire une simulation sur l’ordinateur pour comprendre un petit peu et vous donner un aperçu de ce que vous pourriez percevoir toutes années, tout simplement ?

Didier : Ça va dépendre. C’est, soit effectivement ça peut être une petite somme qui peut être 5 000 €.

Conseiller : Au départ, de toute façon, c’est obligatoire que ce soit une petite somme. Excusez-moi, je vous coupe. Je vous explique, Monsieur Testot. Je n’accepte pas des ouvertures de compte trop conséquentes au niveau du capital. Pourquoi ? Parce que déjà dans un premier temps, je ne compte pas mettre le détenteur du portefeuille dans l’embarras s’il arrive quoi que ce soit avec ce capital. Ce qui n’arrive généralement pas, puisqu’on part sur des contrats sécurisés. Donc, le capital quoi qu’il arrive, il y reste. En tout cas, je ne veux pas faire d’ouverture de compte qui s’élève à plus de 10 000 € pour une seule raison. C’est que je préfère vous faire voir le résultat de mes opérations et on travaille sur des petits montants pour que vous puissiez voir réellement qu’est-ce que ça peut vous apporter ou pas, sans que vous soyez dans le stress en réfléchissant toute la journée au capital que vous avez déposé, si ça va être bon ou pas bon. Donc, c’est pour ça que je préfère partir sur des petits montants pour déjà, premièrement, qu’il y ait un terrain de confiance qui s’installe entre vous et moi et que je puisse vous faire voir le résultat de mon travail sur des petits montants pour commencer, au début. Après, on pourra parler d’autres dépôts dans 12 ou 14 mois, une fois qu’on aura déjà fait une bonne avancée avec ce montant et que je vous aurais prouvé mes capacités.

Didier : D’accord.

Conseiller : Premièrement. Donc moi, je pense que jusqu’à 5 000 €, ça peut être déjà une bonne ouverture de compte. Ne pas dépasser ce plafond-là pour x et une raison et puis en même temps, ça me permet de travailler sur ce portefeuille assez tranquillement sans avoir vraiment la réelle pression de perdre le capital ou quoi que ce soit. Donc, mon but, ce n’est pas celui-ci, puisque quand vous en perdez, je fais du stand-by. Donc, c’est le système Win Win. Je ne vais pas vous l’apprendre, c’est gagnant-gagnant. En tout cas, mon but, c’est de maximiser vos intérêts, essayer de doubler votre capital le plus rapidement possible sans prendre énormément de risques. Je ne vais pas vous cacher que je ne suis pas non plus magicien. Ça ne va pas se faire très rapidement. Et je pense dans une vingtaine ou une trentaine de mois, on peut éventuellement arriver pas loin de doubler le capital et après ressortir vos économies, tout simplement, sortir ce que vous avez investi et travailler uniquement avec les bénéfices. C’est mon but, en tout cas.

Didier : D’accord.

Conseiller : Donc ça, c’est les informations que je peux vous transmettre. Ensuite, bien sûr, il faut que je fasse des vérifications au niveau de la Banque de France par rapport à vous, Monsieur Testot, si vous n’êtes pas interdit bancaire ou fiché au grand banditisme pour blanchiment d’argent ou autre, ce que je ne pense pas en tout cas.

 Didier : Non.

Conseiller : D’accord. Au moins, c’est vite fait. Il faut que je fasse la vérification au niveau de la Banque de France puisque c’est une obligation, donc je ne peux pas passer outre que de faire cette vérification. Et puis si on est amené à faire ensemble et que j’ai les informations nécessaires qui me donnent la possibilité de faire une ouverture de compte avec vous, en tout cas, ça sera avec plaisir. Ce qu’il est important de savoir, c’est qu’auprès de notre société quand vous faites le premier dépôt, vous avez un bonus de 50 %, ce qui vous permet de pouvoir traiter directement avec un montant qui est beaucoup plus bénéfique puisque vous avez déjà déposé. Donc, si vous partez sur une ouverture de compte à 5 000 €, réellement, vous faites une ouverture de compte de 7500 €. Donc, ça vous permet déjà de faire un bénéfice d’entrée de jeu de 2 500 € que vous pouvez retirer après 30 jours en argent réel. Je pense que votre but, ce n’est pas de retirer votre argent. C’est d’essayer de maximiser vos intérêts et poser le plus pour avoir un rendement un peu plus intéressant. Donc ça, c’est l’option qu’on donne juste avant l’été parce qu’on sait que les personnes qui ouvrent des comptes juste avant l’été sont toujours un petit peu embêtées par rapport aux dépenses des grandes vacances et autres. Donc, c’est un bonus qui est là juste pour les deux premiers mois, juste avant juillet et août. Donc là, il va bientôt prendre fin. Donc ça, c’est quelque chose à prendre quand même en rigueur, parce que c’est quand même intéressant. C’est une bonne chose. En tout cas, c’est un compte qui sera en autogestion pour les trois premiers mois, ce qui veut dire que vous ne pourrez pas perdre votre argent et que vous serez sécurisé à 100 %. Parce que généralement, il y a des personnes qui ont des notions, mais je pense qu’un boucher est un boucher, un trader est un trader et un électricien, un électricien. Je ne pense pas que je puisse aller désosser une vache et puis faire ça. C’est pour ça que je ne donne pas les comptes, enfin je donne les accès, je donne l’opportunité au client de pouvoir rentrer sur la plateforme et de visionner bien sûr ce qu’il se passe et ce qu’il ne se passe pas. C’est normal, puisque c’est son compte. Mais en tout cas, je ne lui permets pas de passer des actions de lui-même, tout seul, pour les trois premiers mois. Justement, pour ne pas arriver à ce point où on se dit « Écoutez, vous m’avez donné trop tôt mes identifiants et je n’avais aucune notion, j’ai perdu mon argent au lieu que vous m’épauliez, que vous m’appreniez un petit peu le monde de la bourse ». Donc, c’est un compte en autogestion pour les trois premiers mois. C’est à prendre en rigueur aussi. C’est ce qui vous permet d’être sécurisé à 100 %. C’est-à-dire que vous partirez sur un contrat sécurisé ACPR Banque de France. L’ACPR Banque de France sécurise les garanties de montant jusqu’à hauteur de 100 000 €. Ensuite, si vous posez plus de 5 000 €, après il y a une procédure. Si on en arrive là, je vous expliquerai quelle est la procédure pour pouvoir être garanti sur des montants qui sont beaucoup plus que 100 000 €. En tout cas, je ne pense pas qu’on en est encore là, mais je vous explique un petit peu comment ça se passe.

Didier : D’accord.

Conseiller : Donc, vous m’avez dit que si on partait sur une ouverture de compte, ça serait une tranche de 5 000 €.

Didier : Oui.

Conseiller : C’est ça ?

Didier : Oui, c’est ça.

Conseiller : D’accord. Et vous voudriez partir sur du long terme, un contrat sécurisé. Aujourd’hui, je pense que votre Livret A vous rapporte 1,5 par an, c’est ça ?

Didier : Même pas.

Conseiller : Même pas. Aujourd’hui, il a encore baissé. Même l’assurance vie, si vous avez vu cette année, vous avez perdu de l’argent.

Didier : Oui, puis ça va continuer.

Conseiller : Ça ne va faire que continuer, de toute façon. C’est l’effet boule de neige. Il faut comprendre qu’on est dans une phase au niveau économique français, c’est une catastrophe. C’est pour ça que nous, on est complètement défiscalisé puisqu’on traite en France, nos bureaux sont à Paris, mais le siège social se trouve en Hollande. Ce qui permet de défiscaliser vos clients et bien sûr d’opérer sur beaucoup plus de territoires que celui de France, tout simplement. C’est ce qui nous permet d’avoir des rendements beaucoup plus intéressants et payer moins de taxes et vous reversez plus de bénéfice. C’est pour ça que vous percevez plus de rendement. On n’est pas plus intelligent que les autres. On est défiscalisé par rapport à notre siège social et on a une ouverture, un palier d’investissement beaucoup plus fleuri que celui qui est en France. Tout simplement.

Didier : D’accord.

Conseiller : Voilà ! Donc, si vous avez des questions ou quoi que ce soit, je suis là pour ça.

Didier : Non, mais après quand vous dites Hollande, c’est le siège de l’entreprise qui est en Hollande ?

Conseiller : Le siège de l’entreprise. Les bureaux sont à Paris. Le siège social est en Hollande justement pour éviter que l’investisseur français soit taxé comme si que vous investissiez sur le territoire français puisque dans ce cas-là, il ne vous resterait que 35 % de bénéfice. Donc, c’est un peu malheureux de trader et de prendre des risques avec son capital pour enrichir les caisses françaises. Ce n’est pas que je n’aime pas mon pays, mais je pense qu’il y a des limites. Après, chacun voit les choses dans son sens. Donc, il y a un flat tax qui est une fois par an. C’est la Commission européenne. Vous payez un impôt sur le bénéfice uniquement qui est de 30 % et qui est pris en charge à 15 % par la société. Ça veut dire que vous réellement, vous avez 15 % de flat tax pour être en règle avec les impôts français et européens et nous, on prend en charge 15 % aussi. Donc, c’est quelque chose d’assez sympa aussi. Au niveau des retraits que vous avez à faire auprès de notre société, vous n’avez aucun frais. Donc, c’est 0 €. Au niveau des transferts bancaires ou des dépôts, c’est pareil aussi, vous n’avez aucun frais. Pourquoi ? C’est ce qui nous différencie tout simplement de votre établissement classique et qui vous donne des facilités de retrait exactement pareilles que votre banque.

Didier : D’accord.

Conseiller : Aujourd’hui, vous êtes retraité ?

Didier : Non.

Conseiller : Non. D’accord. Vous êtes encore salarié ?

Didier : Oui.

Conseiller : D’accord. Parce que j’ai une petite fiche d’informations pour essayer de faire une simulation. C’est pour ça. J’aurais quelques questions, si ça ne vous dérange pas bien sûr.

Didier : Après, je ne vais pas avoir forcément le temps, mais immédiatement, parce que je travaille.

Conseiller : Bien sûr. Alors, je vous dérange dans votre travail. Il fallait me le dire, Monsieur Testot. Je ne vous aurais pas dérangé.

Didier : Non, mais pour comprendre déjà ce que vous offrez. Voilà !

Conseiller : D’accord. Très bien. J’ai tellement de choses à vous expliquer, mais vous n’avez pas trop le temps, donc je ne vais pas vous embêter plus. Je vais vous laisser déjà cuver un petit peu tout ce qu’on s’est dit durant cette communication. Je pense qu’il y a des choses qui sont pas mal intéressantes dans ce que je vous ai dit. Après, tout dépend de vous, dans quel optique vous êtes.

Didier : Oui, c’est en réflexion.

Conseiller : D’accord. Très bien. Il n’y a pas de problème. Vous voulez qu’éventuellement, on se recontacte ou je vous envoie un mail un petit peu récapitulatif de tout ça sur votre boîte mail ?

Didier : Oui, déjà un petit mail.

Conseiller : Un petit mail et puis je vous rappelle fin de semaine et puis on essaye de voir si vous êtes intéressé ou pas.

Didier : D’accord. Ok.

Conseiller : Ça vous va ?

Didier : Oui, ça va. Merci.

Conseiller : Très bien. Je vous remercie, Monsieur Testot. Je vous souhaite une bonne continuation et puis au plaisir.

Didier : Également. Au revoir.

Conseiller : Au revoir, Monsieur.

TOUS DROITS RÉSERVÉS WWW.LABOURSEETLAVIE.COM 2019

Print Friendly, PDF & Email