Interview Frédéric Boulier Responsable conformité NICE Actimize.
Blanchiment, fraudes, les Traders sont de plus en plus surveillés, cela suffit-il ?

14 avril 2014 12 h 48 min
+ de videos
323
Views

Les scandales bancaires ou financiers ont connu au cours des dernières années des formes différentes (Traders, Libor, Forex,blanchiment …), mais ils auraient pu peut-être au delà des nouvelles régulations mises en place, trouver de nouvelles parades afin d’être décelés beaucoup plus tôt.

Frédéric Boulier est un expert européen en conformité chez Nice Actimize, un fournisseur de solutions de sécurité financière, de gestion du risque et de la conformité dans le domaine des services financiers.

Je parle de ces sujets avec lui.

Quelles sont les tendances de la régulation de ces acteurs, et quels sont les nouveaux moyens mis en oeuvre ?


 

Web TV www.labourseetlavie.com : Frédéric Boulier, bonjour. Vous êtes responsable de la conformité chez Nice Actimize en Europe, alors on va parler avec vous de ce sujet, de régulation de marché, de fraude sur ces marchés, c’est vrai qu’après le Libor, on a entendu parler de fraude sur le Forex, on a l’impression que, malgré les réglementations, malgré les régulations, peut-être même les contrôles, rien ne change. Quel est votre regard sur ces événements ?

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : Mon regard sur ces événements, c’est qu’en fait, quand on y réfléchit bien et quand on essaie de voir un petit peu les informations qui sont distillées par les différents organes de presse sur le sujet du Forex, on a l’impression que c’est un petit peu dans la continuité du Libor c’est-à-dire que ce sont des enquêtes qui ne sont pas nécessairement des enquêtes thématiques sur le Forex, mais que ce que l’on a pu trouver sur le Libor, d’une certaine manière, a amené certains régulateurs à se poser la question des pratiques que l’on voyait sur le marché des changes, le Forex. Donc c’est à mon sens quelque chose d’un petit peu incident est pas nécessairement voulu par les régulateurs. Quand on réfléchit un petit peu à ce que l’on voit sur le Forex, on sait que c’est un marché qui est quand même assez peu régulé, c’est un marché de grands garçons, on va dire, il n’y a que les grandes institutions financières qui interviennent massivement sur ce marché, et du coup, je crois que les régulateurs sont aussi pris de court aujourd’hui quant à la régulation, à la re-régulation de ce marché, et d’un point de vue politique, ils peuvent difficilement ne pas, on va dire, enquêter et proposer une réglementation véritablement sur ces marchés au point où nous en sommes aujourd’hui.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Oui, parce que ce sont des volumes très importants quotidiennement sur ce marché du Forex, donc on ne peut pas rester à l’écart, on n’imagine pas un régulateur rester à l’écart de cela ?

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : C’est le plus grand marché du monde, c’est le marché le plus grand du monde quand on regarde les montants notionnels qui sont échangés chaque jour, c’est en milliers de milliards de dollars que cela se compte.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : On pourrait dire effectivement… faire des liens entre… ou en tout cas trouver une espèce de calendrier qui se suit entre le Libor et le Forex, et puis on se dit le prochain, on ne l’a pas encore en tête, mais il arrivera sans doute. On voit souvent à la clé quand même des comportements de traders qui ne sont peut-être pas suffisamment encadrés, là aussi, on pourrait dire du côté des salles de marché, il n’y a pas eu d’évolution ?

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : Vous savez, il y aura toujours des fraudes, il y aura toujours des comportements abusifs, quelle que soit la réglementation. Ce n’est pas parce qu’il y a de la réglementation sur la route qu’il n’y a plus d’excès de vitesse. Cela marche exactement de la même manière sur le marché. Plus de réglementation permet d’assainir petit à petit les marchés, mais vous trouverez toujours des comportements abusifs, quelle que soit la réglementation de toute façon.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Si on met de côté peut-être l’abus, quelque chose qui peut être vraiment caché au sein d’une banque, il peut y avoir quand même d’autres comportements que l’on peut justement observer et avoir des doutes sur le comportement de tel ou tel trader par exemple ?

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : Disons que toutes les banques maintenant, en tout cas les principales, ont des guidelines internes ou des règles internes qui, d’une manière générale, vont plus loin que la réglementation en tant que telle, donc de toute façon on peut tout à fait trouver des situations où vous aurez des traders ou des vendeurs qui seront sanctionnés pour avoir contrevenu aux règles internes de l’institution financière pour laquelle ils travaillent, même si éventuellement ces comportements ne sont pas nécessairement sanctionnés par la réglementation, par le droit positif en tant que tel.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : L’enjeu aujourd’hui, c’est d’essayer de détecter au plus près les comportements « suspects » que les compliance officers, ceux qui sont en charge de cette surveillance au sein des entreprises, aient assez tôt finalement des questions ?

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : Oui, l’enjeu, c’est toujours de détecter les choses bizarres ou nauséabondes ou problématiques d’un point de vue comportemental le plus tôt possible pour éviter que les choses prennent des proportions incontrôlables. La plupart du temps, c’est vrai que l’on est dans des situations où les choses peuvent devenir assez incontrôlables rapidement, surtout quand on voit les montants en jeu et les montants échangés d’une institution financière à une autre.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : On voit le côté se refaire, c’est connu sur les marchés financiers, c’est qu’une fois que la perte est là, il y a ce besoin de se refaire, cette nécessité de se refaire, et c’est là peut-être où des risques supplémentaires vont être pris, donc l’idée c’est « d’attraper », de trouver ce comportement avec des outils avant qu’il y ait cette culbute ?

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : Oui, tout à fait, vraiment il faut prendre la problématique vraiment le plus en amont possible, quelle qu’elle soit, que ce soit de la fraude aux activités de marché ou des comportements plus litigieux. Ce qui est important aussi, c’est qu’il faut les bons outils, et aujourd’hui notre vision chez Nice Actimize, elle est assez claire. On est passé d’un système où on était très, très orienté transactionnel c’est-à-dire que l’on regardait des choses vraiment observables, facilement observables, avec un modèle de données extrêmement clair et extrêmement précis, à un modèle on va regarder à la fois cela, mais on va essayer de combiner cela aussi avec des données beaucoup moins structurées, comme par exemple les communications, la voix, les e-mails, les chat-rooms, et combiner tout cela en fait dans des alertes 360°, pas seulement l’aspect transactionnel, mais l’aspect aussi communication. Et ça c’est vraiment quelque chose sur lequel nous investissons beaucoup aujourd’hui et nous pensons que d’ici trois à cinq ans maximum, tout le monde sera équipé en la matière, et les régulateurs demanderont, exigeront cette vision complète, périphérique, panoramique, de l’activité de leurs salles de marché.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté de votre activité principale, on parlait de lutte contre le blanchiment, de systèmes de… on a vu là aussi à nouveau des sujets de blanchiment, alors on pourrait dire en tant que particulier, si on va à une banque avec 10 000 € en liquide, on aura, non pas des problèmes, mais on va nous poser des questions, et on a vu que dans certains dossiers finalement il n’y avait pas forcément de contrôle sur des grandes banques internationales ?

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : Oui, je crois que toutes les banques aujourd’hui, enfin vraiment de premier plan, ont depuis quinze, vingt ans, énormément structuré la manière dont elles approchent la lutte anti blanchiment, les activités de marché, la conformité au sens large, et même, je dirais, les risques au sens large parce qu’il n’y a pas que ces risques-là, il y a aussi risque comptable, juridique, etc. Je crois que les régulateurs ont beaucoup aidé là-dessus, mais les banques aujourd’hui ont pris conscience, et cela fait déjà pas mal de temps que ce sont des sujets absolument incontournables et sur lesquels elles doivent absolument investir.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Est-ce qu’il y a vraiment un effet sur leur réputation parce que l’on pourrait dire qu’elles peuvent jouer le pire, la politique du « pire » en disant « ce n’est pas grave, on paiera une amende et puis en termes d’image on passera à autre chose dans quelques mois » ?

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : Je crois que le terme, le risque réputationnel ou le risque d’image, est important. Je crois, de ce que l’on a pu voir ces dix, quinze dernières années avec les différents scandales qui ont touché pratiquement 70, 80 % des plus grands établissements, et divers d’ailleurs, pas seulement de fraude aux activités de trading, mais aussi de comportement vis-à-vis de leurs clients, on s’est rendu compte d’une chose, c’est qu’il y avait probablement un impact à court terme ou à court terme, moyen terme, mais que ces choses arrivaient finalement à être lissées dans le temps. L’impact réputationnel est là et je pense qu’à partir d’un certain moment, l’activité reprend ses droits et la force commerciale des établissements reprend ses droits également.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, il y a eu un sujet important de lutte contre l’évasion fiscale, notamment aux États-Unis avec la fameuse réglementation Fatca, ça on peut dire que cela a été un effet déclencheur parce qu’on l’a vu par rapport à des banques suisses, mais on l’a vu aussi vis-à-vis de la France, cela a eu un impact important, ce type de réglementation ?

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : Cela a absolument fait bouger les lignes, oui, oui. Alors, au niveau des institutions financières, mais je dirais plus même niveau des États soumis à cette réglementation, enfin pas soumis en direct, mais en tout cas ayant des entreprises sur leur sol soumis à cette réglementation parce qu’on s’est rendu compte que finalement, les États-Unis étaient un pays absolument incontournable, on le savait mais on s’en est rendu compte avec Fatca, et qu’aujourd’hui un établissement financier ne peut pas ne pas se mettre en conformité avec Fatca puisque, de toute façon, s’il ne le fait pas, il risque des sanctions financières absolument faramineuses et hors de proportion, d’une certaine manière, par le fisc américain.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc, peut-être le mot de la fin, on pourrait dire qu’il n’y a pas de garantie contre le trader ou tel ou tel comportement isolé, cela pourrait arriver, on aura peut-être de nouveaux traders qui feront là une des journaux, mais globalement, votre sentiment, c’est qu’il y a quand même une amélioration des nouveaux systèmes qui peuvent peut-être limiter en tout cas ce type de comportement ?

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : Il y a une amélioration déjà des comportements parce que, quand vous regardez les comportements qu’il y avait dans les années 80 ou les années 90, et les comportements qu’il y a aujourd’hui, aujourd’hui vous ne pouvez pas trouver un trader dans une salle de marché qui vous dira « je ne sais pas qui est mon compliance officer », vous ne pouvez pas trouver cela, en tout cas si vous le trouvez, il faut agir très, très rapidement. Ça, ce n’était pas nécessairement le cas il y a une vingtaine d’années. Et les banques aussi, les établissements financiers se sont vraiment professionnalisés, ont investi massivement dans de la technologie, dans des hommes, dans des procédures, dans de la formation, et ont vraiment pris le sujet de la conformité à bras-le-corps. Il y a d’autres vagues qui vont arriver et l’investissement n’est pas terminé.

 

 

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Frédéric Boulier d’avoir été avec nous.

 

 

 

Frédéric Boulier, Responsable de la Conformité chez Nice Actimize : Merci à vous.


© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 14 avril 2014.



Print Friendly, PDF & Email