Virginie Robert Présidente Constance Associés : "Les chiffres sont plutôt bons sur les résultats des entreprises".
Wall Street : Stratégie et perspectives d'investissement sur le marché US

14 février 2015 18 h 05 min
+ de videos
121
Views
Loading the player...

Wall Street : Regard sur l’actualité du marché américain.

Avec la hausse du dollar, la politique monétaire de la FED, mais ausi la chute des cours du pétrole,

quel regard porter sur le marché US ?

Mon invité pour un tour d’horizon des sujets d’actualité pour Wall Street est Virginie Robert Présidente Constance Associés.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Virginie Robert, bonjour. Vous êtes présidente de Constance associés. On va parler avec vous des marchés américains et des perspectives sur ces marchés. On parle beaucoup de l’Europe en ce moment parce que l’on parle de la Grèce, on parle de la Banque centrale européenne, mais le regard que vous portez-vous sur les États-Unis aujourd’hui, notamment sur l’état de l’économie américaine, comment vous le sentez ?

Virginie Robert, Présidente de Constance Associés : Justement ce regard où l’économie américaine qui est impactée également par ces sujets européens, les sujets mondiaux puisque on l’a vu avec la publication du dernier chiffre du PIB qui était un petit peu moins bon qu’attendu, et surtout une communication de la part de la Fed qui s’est infléchie c’est-à-dire qu’en fait l’économie domestique va bien, toujours portée par la consommation et les importations, donc l’Américain, le ménage américain va bien. En revanche évidemment, dans les composantes du PIB, on voit bien que là il y a le poids Exportation est encore le poids aussi des investissements qui n’est pas florissant. Qui plus est, puisque nous sommes en pleine période de publication des résultats sur le dernier trimestre de 2014, on a un peu plus de 60 % sur le S&P500 qui a publié, les chiffres sont plutôt bon. On a des résultats par action qui sont supérieures aux attentes pour 76 %, donc c’est plutôt un bon « cru ». Du côté du chiffre d’affaires, on est à 56 % de surprises positives et on voit bien que là il y a un impact de l’économie globale mondiale en général qui tourne au ralenti d’une part, et puis bien évidemment l’impact de la hausse du dollar.

Web TV www.labourseetlavie.com : On l’a vu pour certaines entreprises, Caterpillar, pour citer…

Virginie Robert, Présidente de Constance Associés : Caterpillar, Procter & Gamble… Alors, il faut différencier, et c’est peut-être là dans notre modèle d’ailleurs ce que nous faisons, c’est que, pour revenir sur votre première question, nous sommes toujours favorables à ce marché américain, d’abord pour des raisons structurelles, et d’un point de vue conjoncturel, cela nous a amené à refaire un screening et certains arbitrages au sein de nos sélections de titres de sociétés en portefeuille puisque nous cherchons à être davantage, soit sur des sociétés qui sont domestiques et qui bénéficient de cette bonne santé économique, et pour certaines de la consommation, qui plus est, qui devrait s’améliorer avec la baisse du prix du baril, peut-être que l’on pourra en parler, soit sur des sociétés qui sont effectivement à caractère international, mais qui ont un très bon business model et qui se permettent encore d’avoir un bon pricing power. Le meilleur exemple, c’est Apple évidemment qui, malgré ce côté international, a publié des chiffres tout à fait sympathiques.

Web TV www.labourseetlavie.com : Le contre-exemple serait McDonald’s où on voit que changement à la direction, questions sur le modèle finalement…

Virginie Robert, Présidente de Constance Associés : McDonald’s, c’est plus compliqué puisque c’est une société qui est arrivée à maturité, qui a eu besoin, qui a besoin évidemment de retrouver des relais de croissance, d’accompagner aussi des nouvelles tendances de consommation. On le sait, on a envie de consommer autre chose, des produits plus Santé, donc ils y travaillent. Et, entre-temps, les compétiteurs sont arrivés, donc… nous on aime bien travailler sur ce segment de la restauration, justement plutôt sur le plan domestique, donc pas forcément des noms qui sont à l’international, mais plutôt des restaurants, on va dire, qui sont un petit peu plus premium que McDonald’s mais qui bénéficient effectivement de la bonne santé du consommateur américain.

Web TV www.labourseetlavie.com : On parlait de ces deux effets effectivement, dollar et pétrole, c’est clair que ce sont les deux effets au niveau du monde, et pour les États-Unis, on se dit qu’effectivement les consommateurs américains vont aussi bénéficier de cela, de cette baisse des cours du pétrole, là qui est massive ?

Virginie Robert, Présidente de Constance Associés : Absolument. Alors cela va prendre un petit peu de temps, il ne faut pas croire que le consommateur américain, il le voit effectivement, donc immédiatement à la pompe. Mais après, s’il voit que cette baisse finalement perdure, il va, et on l’a vu dans les chiffres, il a tendance à épargner un petit peu et se dire « C’est bien, ce sera pour demain », aussi c’est ce qu’il fait. Donc je pense que les vrais chiffres, si vous voulez, de cette baisse vont se concrétiser dans la bonne santé de la consommation dans les mois à venir, plutôt on les verra favorablement dans les publications. À l’opposé, le côté négatif dans la balance, c’est que bien évidemment, avec cette baisse du prix du baril, le secteur énergétique souffre et le secteur périphérique… et là, par contre, on a un effet immédiat puisque l’on voit bien que des programmes de forage se ferment, seront retardés, certaines sociétés arrêtent tout investissement, et donc là, cela pèse sur ce moteur de l’investissement qui est un moteur que nous attendions, nous déjà, que nous attendons en reprise depuis quelques mois, qui tarde à venir.

Web TV www.labourseetlavie.com : On voit que du coup ce panorama qui a évolué a changé le regard de la Réserve fédérale américaine, et d’ailleurs le consensus des investisseurs qui étaient de dire : « Hausse de taux au mois de juin », tout le monde était d’accord là-dessus, comme tous les consensus, on s’en méfie…

Virginie Robert, Présidente de Constance Associés : Les consensus qui sont faits pour être révisés.

Web TV www.labourseetlavie.com : Voilà, là il y en a qui commencent à dire : « Finalement, avec ce qui se passe, la Fed va devoir attendre un peu » ?

Virginie Robert, Présidente de Constance Associés : Oui. C’est vrai que dans son discours elle n’a pas dit qu’elle allait forcément retarder, en revanche elle l’a bien dit que du côté américain tout se passait bien mais que elle était de plus en plus préoccupée par l’économie internationale, et évidemment de la situation aussi en Europe, et par cette fermeté du dollar. Donc elle a ouvert la porte, là je dirais effectivement, à une communication dans le futur qui nous amènera peut-être à un report de cette hausse des taux.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous parliez de ces entreprises, de la manière dont vous alliez regarder les entreprises américaines, entre celles qui étaient… les grandes que l’on connaît peut-être qui ont cette envergure internationale mais qui vont peut-être souffrir davantage encore dans les prochains mois de cette appréciation du dollar, qu’est-ce qui change le plus justement du côté des valeurs ?

Virginie Robert, Présidente de Constance Associés : Du côté des valeurs, alors, c’est assez… puisque là on a déjà une bonne image, on le voit bien, c’est vraiment la qualité du business model, de positionnement produit et la place de la société dans son univers compétitif qui font la différence. Une société comme Limited Brands, Victoria’s Secret qui a donné des chiffres tout à fait sympathiques en forte croissance, donc là on voit bien que même si ils sont à l’international, ne sont pas impactés parce qu’ils travaillent sur leurs mix produit/prix et ils ont lancé des nouvelles gammes. A l’inverse, je dirais des produits plus, ce que l’on appelle, de consommation basique, là il y a un impact qui émerge davantage, qui est palpable dès maintenant. Donc il faut vraiment s’attacher à ce positionnement de la société.

Web TV www.labourseetlavie.com : Sur les valeurs, on a aussi beaucoup parlé de valeurs technologiques ou de valeurs… Apple a encore fait des siennes effectivement avec ses ventes extraordinaires du dernier trimestre, comment vous les abordez ces valeurs-là parce que c’est vrai que c’est impressionnant quand on voit certaines courbes… ?

Virginie Robert, Présidente de Constance Associés : Ce n’est pas le cas pour tout le monde puisque vous avez vu Microsoft a plutôt effectivement déçu le marché. Donc c’est assez disparate et on voit bien que là ce sont vraiment certaines thématiques et là aussi la qualité du produit, du business model, l’écosystème qui fait que le consommateur reste tout à fait présent, donc… Alors il y a un sujet qui est venu mais qui n’a pas trop déranger le marché pour le moment, c’est la possibilité puisque nous sommes en plein débat budgétaire aux États-Unis, et que le président Obama a annoncé sa volonté de renforcer les dépenses, mais en contrepartie de quoi évidemment il faut faire rentrer de l’argent et donc propose de taxer notamment les profits stockés de ces multinationales américaines à hauteur de 14 % pour les profits stockés et pour l’avenir de les taxer de 19 %, ce qui serait une véritable révolution et ce qui impacterait en premier lieu… évidemment on pense au secteur de l’info technologique, également de la pharmacie. Voilà, alors c’est un débat qui va faire rage, on imagine bien, les deux chambres étant à majorité républicaine, que les républicains ne vont pas se laisser faire, voilà, mais c’est du sujet quand même pour demain, donc à surveiller.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Virginie Robert d’avoir été avec nous.

Virginie Robert, Présidente de Constance Associés : Merci Didier.

 

Print Friendly, PDF & Email