Steria "Pas d'augmentation de capital en 2013" déclare François Enaud Pdg de Steria.
Interview à l'occasion des résultats annuels 2012 du groupe Steria

28 février 2013 17 h 00 min
+ de videos
210
Views

Le titre Steria a été attaqué en Bourse le jour de la publication de ses résultats annuels. Des rumeurs d’augmentation de capital et des questions sur la situation financière de la société ont pesé. François Enaud le Pdg de Steria était notre invité aujourd’hui, il dément ces rumeurs : Pour lui, « il n’y aura pas d’augmentation de capital de Steria en 2013, pas besoin »

Web TV www.labourseetlavie.com : François Enaud, bonjour. Vous êtes le Pdg de Steria. On va revenir avec vous sur vos résultats 2012 et sur les perspectives. Commençons peut-être par ce qui a fait l’actualité puisqu’il y a eu beaucoup de questions sur le titre Steria aujourd’hui, au moment où on parle ensemble, des rumeurs même j’ai pu lire d’augmentation de capital, qu’est-ce que vous dites aux investisseurs qui visiblement ont pris peur après la publication des résultats ?

François Enaud, Président Directeur Général de Steria : Il y a deux choses. D’abord il y a dans ces résultats, commençons par les regarder par le haut du compte d’exploitation, on terminera avec le bilan bien sûr mais je crois que la première chose, que l’on a bien compris aussi ce matin, c’est que la croissance est là. Donc Steria affiche une des meilleures croissances du secteur avec 2,4 % de croissance organique lorsque le secteur a décru de 1 % en 2012. La deuxième chose c’est qu’effectivement on n’a pas transformé complètement cette croissance en amélioration de marge puisque on a une marge qui s’est tassée d’environ 100 points de base, donc 1 %, passant de 7,4 à 6,4. C’est vrai que là on ne peut pas être non plus satisfait de ce résultat. On avait déjà prévenu le marché, donc on est en ligne avec ce que l’on avait indiqué, ce n’était pas une mauvaise surprise ce matin mais cela confirme le fait que on a été impacté par des baisses de prix, par effectivement un peu de volatilité dans la demande de nos clients qui génèrent de l’inter-contrat. Donc ça effectivement c’est une chose sur laquelle nous avons d’ailleurs, nous travaillons, nous réagissons, d’où l’annonce et la confirmation de notre plan en 3 P qui a été annoncé juste après l’été 2012 pour revenir à un niveau de marge autour de 7 %, donc effacer ce point négatif de 2012 rapidement. Donc nous avons confirmé ce matin aussi l’exécution de ce plan. Maintenant effectivement, ce que le marché n’avait peut-être pas très bien intégré jusque-là, c’est une chose qui concerne notre bilan. En fait, il y a un changement de normes comptables qui fait que maintenant nous devons comptabiliser au bilan le déficit de fonds de pension. Alors c’est purement financier, le déficit, c’est une notion un peu virtuelle parce que cela dépend d’indicateurs, de paramètres de taux, qui vous permettent à un instant T, d’ailleurs cela change tous les jours, d’évaluer votre passif, vos engagements au regard de vos actifs, alors que nos fonds sont fermés. D’un point de vue business, nos fonds n’augmentent pas en valeur, on n’a pas plus de retraités ou de bénéficiaires de ces fonds qu’avant, on les a… , ils sont tous maintenant en contribution définie et plus en bénéfice des garanties, mais néanmoins, effectivement, le stock que nous avons d’engagements fluctue en valeur selon les paramètres très économiques et financiers qui dépendent beaucoup de la politique monétaire de l’Angleterre notamment.

Web TV www.labourseetlavie.com : Cela a fait dire à des analystes qu’il vous fallait, compte tenu de cette augmentation de l’endettement, réaliser une augmentation de capital et c’est visiblement ce qui a marqué, en tout cas,…

François Enaud, Président Directeur Général de Steria : Et pourtant c’est ce que l’on a cherché à démentir. On n’a aucune contrainte à se recapitaliser. On a des fonds propres qui restent suffisants, et, encore une fois, il n’y a pas de cash-out, il n’y a pas de sortie de cash associée à ces fonds de pension. Donc on a pas…, c’est juste une écriture de bilan…

Web TV www.labourseetlavie.com : Pour vous il y a une erreur d’interprétation des analystes ?

François Enaud, Président Directeur Général de Steria : Oui, complètement, on l’a dit d’ailleurs. On n’a pas besoin d’ailleurs de se recapitaliser, c’est vrai que, voilà, c’est…, ni des banquiers, ni des clients, nous le demandent. On a des fonds propres qui restent à un niveau tout à fait correct pour la vie courante des affaires. Voilà, donc c’est effectivement, je pense, une mauvaise lecture de la situation même si effectivement c’est important…, l’impact de ces fonds de pension dans nos bilans, cela on ne peut pas effacer évidemment.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc cela veut dire pour vous, en tout cas pour l’année 2013, il n’y a pas d’augmentation de capital à venir, il n’y aura pas de besoins d’augmentation de capital pour faire face à cette situation, pas du tout ?

François Enaud, Président Directeur Général de Steria : Non, pas pour faire face à cette situation, non, donc on n’a pas prévu de faire d’augmentation de capital, on n’a pas prévu une recapitalisation en 2013.

Web TV www.labourseetlavie.com : Si on revient à votre activité, donc au-delà de cette réaction du marché aujourd’hui, 2013 on n’a pas l’impression, d’ailleurs les prévisions du Syntec ne sont pas forcément terribles pour 2013, on n’a pas l’impression que l’environnement, votre environnement va s’améliorer, qu’est-ce que vous comptez faire, vous, sur cette année ?

François Enaud, Président Directeur Général de Steria : Effectivement l’environnement, il ne faut pas non plus parier sur des retournements qui a priori ont peu de chances de se produire en 2013, en tout cas en ce qui concerne la géographie européenne sur laquelle nous sommes essentiellement, non, ce que nous continuons de faire, c’est notre stratégie, et qui a déjà fait ses preuves en 2012 très nettement puisque la croissance le démontre, c’est d’avoir une stratégie très claire en se positionnant comme l’acteur majeur de la transformation. En fait, ce qui se passe aujourd’hui, c’est que nos clients sont eux-mêmes, j’allais dire, « condamnés », je vais dire, mais sont dans la contrainte et sont obligés si ils veulent effectivement trouver des marges de manœuvre et des marges de manœuvre  pour rester compétitif, pour rester à l’offensive sur leur propre marché, de trouver des leviers qui soient des vraies ruptures et qui créent de nouveau de la valeur et qui ne soient pas uniquement de l’optimisation un petit peu au millimètre de leurs coûts parce que leurs coûts, cela fait un moment, la crise elle dure pour tout le monde depuis quelques années, donc les optimisations des coûts elles ont été faites. Aujourd’hui, la seule rupture possible des créations de marge, il faut en trouver d’autres, la seule rupture vraiment réelle et efficace, c’est de la transformation c’est-à-dire que l’on attaque en profondeur. On essaie de penser des nouveaux modèles et on essaie de sortir d’une logique telle qu’elle était ou des anciens modèles pour aller vers un nouveau modèle. Donc cela touche aussi les infrastructures informatiques, l’environnement informatique. On a, à tous les niveaux, aussi bien les infrastructures, les applications, les processus…

Web TV www.labourseetlavie.com : Et tout ce dont on entend parler aujourd’hui avec le « Cloud »ce fameux nuage, la mobilité, toutes ces notions…

François Enaud, Président Directeur Général de Steria : Absolument, vous avez toujours pour porter une vague comme cela, comme de la transformation, si vous n’avez pas des éléments pour la matérialiser, soit des ruptures technologiques ou des choses, évidemment ce n’est pas parce que vous en parlez que tout d’un coup cela va se faire. Donc il faut, bien sûr, c’est vrai, vous avez raison, le cloud computing est un inducteur de transformation, c’est sûr, et bien sûr que l’on est à l’œuvre et que nous sommes quelque part un cloud enabler, si je peux me permettre cette expression, c’est-à-dire que l’on rend possible le cloud, nous on fait, on est à l’œuvre  chez les clients pour qu’effectivement ils bénéficient de ces ruptures technologiques. Donc on parlait de cloud, mais la mobilité en est vraiment…, effectivement plus on veut rendre mobile non seulement les clients de nos clients qui sont tous mobiles, mais bien sûr aussi finalement les employés de nos clients, les utilisateurs de nos outils. Nos implications sont de plus en plus mobile, donc il faut bien rendre possible cela et intégrer cette dimension dans la transformation. Donc c’est ce que nous…, c’est pour cela que définitivement Steria s’est montré déjà comme un acteur majeur de cette transformation, avec de magnifiques références, notamment dans le secteur public, quand je dis…, dans tous les pays européens où Steria s’est vraiment… dans sa capacité à maîtriser cette complexité technologique, sa capacité à piloter des grands projets, c’est bien cela. C’est ce qui est mis en avant dans ce savoir-faire de transformation, et cette capacité à faire du bout en bout, c’est-à-dire que la transformation, ce n’est pas juste « je vais voir un client, je lui explique comment il faut faire », c’est « je lui explique, je lui montre, on partage une vision ensemble, je conçois et je fais la conception de cette transformation, je la mets en œuvre et je la matérialise dans l’exploitation qui en découle. » Et là, quand j’ai fait cela de bout en bout, et que j’ai accompagné le client et j’ai œuvré sur toute la chaîne, je réalise réellement des ruptures en matière de coûts, en matière de compétitivité et c’est vraiment ce que nos clients recherchent.

Web TV www.labourseetlavie.com : De votre point de vue cela permettra d’améliorer les marges parce que là on voit, on a vu la pression sur les prix qui est là, mais pour tout le monde, pas que pour Steria, mais pression vis-à-vis des clients sur…

François Enaud, Président Directeur Général de Steria : Oui, absolument, si on sort de cette logique purement de coût, que l’on remonte petit à petit dans une logique de transformation réelle, et si on y ajoute tous les ingrédients que j’ai évoqués, oui absolument j’en suis convaincu, on a là aussi un élément non seulement pour créer de la valeur pour le client, mais pour en capter beaucoup, en garder pour nous, et notamment en le valorisant avec des prix correspondants.

Web TV www.labourseetlavie.com : En conclusion, 2013 c’est une année de transition du coup ou quand même de croissance ?

François Enaud, Président Directeur Général de Steria : Non, je pense que c’est une année de croissance. On va maintenir cette croissance que nous avons. C’est sûr que le marché encore une fois restera sans doute assez atone, mais en croissance supérieure au marché. Il faut continuer à gagner des parts de marché comme nous le faisons nonobstant toute opération d’acquisition, mais en organique, et bien sûr de monter en puissance des marges, on monte en valeur, Steria le démontre à chaque fois par la qualité des projets que nous gagnons. Donc effectivement, c’est ce qui contribue à la montée des marges par cette stratégie de transformation et d’innovation associée.

Web TV www.labourseetlavie.com : On aura l’occasion d’en reparler bien sûr. Merci François Enaud d’avoir était avec nous, Pdg de Steria.

François Enaud, Président Directeur Général de Steria : Merci.

©www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés. 28 février 2013

Print Friendly, PDF & Email