Jean-Maurice Fritsch Président du Directoire Osiatis sur les résultats semestriels 2010.
Osiatis : spécialiste des infrastructures informatiques et les perspectives

2 septembre 2010 10 h 17 min
+ de videos
27
Views

Osiatis : Résultats semestriels 2010. Jean-Maurice Fritsch Président du Directoire Osiatis détaille les résultats semestriels du spécialiste des infrastructures informatiques et les perspectives.

Web TV www.labourseetlavie.com : Jean-Maurice Fritsch, Président du Directoire d’Osiatis bonjour. On va parler avec vous du premier semestre et surtout des perspectives. Sur le début de cet exercice, est-ce que vous êtes satisfait de la croissance du premier semestre?

M. Jean-Maurice Fritsch, Président du Directoire Osiatis: «Oui, très satisfait ! On peut toujours faire mieux et nous espérons continuer à améliorer nos résultats que ce soit en termes de croissance ou de marge ; mais je pense que nous sommes parmi les meilleures performances du secteur et donc nous sommes satisfaits de ces résultats qui montrent à la fois un retour à la croissance plus rapide que prévu et notamment en France puisque nous avions continué à croître sur l’international, mais la France avait décru l’année dernière et puis aussi une amélioration très significative de la marge puisqu’on fait plus 20 % de marge opérationnelle. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, on avait parlé il y a quelques mois de clients un peu attentistes, de clients qui reportaient des projets. Cela veut dire qu’ils ont changé ou qu’ils ont eu des besoins d’investissement, je rappelle que vous êtes un spécialiste des services aux infrastructures, ils ont eu besoin de réinvestir ?

M. Jean-Maurice Fritsch, Président du Directoire Osiatis: « Alors, chose assez étonnante, c’est qu’en fait, il n’y a toujours pas vraiment de redémarrage ou du moins nous ne sentons pas vraiment un redémarrage de l’économie, c’est d’ailleurs pour ça que nous sommes assez prudents dans les perspectives, mais l’activité est assez bonne, elle dynamique, il y des projets, il y a des affaires, il y a beaucoup d’études, mais on sent bien que les clients sont tous dans des situations pas mauvaises mais n’ont pas non plus une vision, une visibilité suffisante pour lancer vraiment des gros projets d’investissement. Donc, on est quand même essentiellement sur des projets à court terme, à retour sur investissement rapide ou à amélioration de fonctionnement, on en a fait un par exemple chez un grand assureur où là clairement il y avait un intérêt sur son corps business, donc, là ça se fait. Mais, sinon, c’est vrai qu’il n’y a pas un démarrage de projet comme on pouvait espérer aussi rapide que nous l’avions estimé à l’époque. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot sur le développement des nouvelles technologies, là on voit une baisse, qu’est-ce qui justifie cette baisse sur la période?

M. Jean-Maurice Fritsch, Président du Directoire Osiatis: « Alors, c’est un peu une conjonction d’éléments mais enfin l’élément principal, c’est que l’année dernière au moment de la baisse de l’activité on a réduit notre effectif assez significativement de plus de 10 %, et aujourd’hui, on le paye indirectement puisque forcément dans ces activités là l’effectif est directement proportionnel au chiffre d’affaires. Donc, ça c’est l’élément principal. Il y a aussi la fin d’un gros contrat d’intégration qui pèse un tout petit peu aussi dans les chiffres. Mais, nous sommes repartis en recrutement, ça c’est la nouveauté puisque on était encore très prudent jusqu’au milieu du deuxième trimestre ; et là nous avons relancé les recrutements que ce soit en infrastructures ou en applicatifs et on a augmenté nos recrutements très significativement. »

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est un impact fin d’année ou plutôt début d’année prochaine?

M. Jean-Maurice Fritsch, Président du Directoire Osiatis: « C’est d’abord un signe avant d’être un impact. C’est le signe qu’on est relativement en confiance sur notre activité et sur sa durée ou sa perspective proche. Parce que ça va aussi s’accompagner d’une réduction probable de la sous-traitance que nous avons, donc, ça n’aura pas un impact direct sur la croissance. Mais, c’est quand même un signe de confiance dans l’avenir. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Sur l’ensemble de l’année 2010, quelle est votre vision, l’analyse que vous faites de la deuxième partie de l’année comment vous la voyez?

M. Jean-Maurice Fritsch, Président du Directoire Osiatis: « Je pense que globalement les entreprises sont en assez bonne santé. Elles ont reconstitué leur trésorerie, mais elles n’ont pas beaucoup de visibilité. C’est-à-dire qu’on ne sait pas très bien ce qui se passe, il n’y a clairement pas un redémarrage lourd, de fond, de l’activité. Donc, elles sont prudentes et nous à partir de ce moment là nous sommes aussi obligés d’être prudents puisque de toute façon ça suit. J’ai deux exemples en tête : il y a un projet qui avait démarré l’année dernière, qui avait été stoppé et que le client a refait démarrer là au mois de juillet ; donc, ça prouve qu’il y a quand même des choses qui se relancent. Et j’en ai un autre que nous avons gagné récemment et que le client a depuis arrêté et puis va probablement redémarrer mais d’une manière plus modeste parce qu’il estime que la conjoncture n’est pas encore suffisamment bonne. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Du côté des perspectives toujours, vous dites qu’effectivement vous vous placez sur 2012, alors que quand on se projette ne 2012 on a plutôt l’impression que 2011, on va avoir en Europe un certain nombre de plans de rigueur. Pourquoi choisir cet horizon de développement justement?

M. Jean-Maurice Fritsch, Président du Directoire Osiatis: « Pour deux raisons : on pense que l’activité mais on pensait qu’elle repartirait au deuxième semestre 2010 et aujourd’hui on est plutôt en train de dire que ça serait début 2011 ; ça c’est la première chose et c’est vrai que l’investissement privé n’a pas complètement pris le relais du public qui a lui-même ses propres problèmes. Mais la deuxième chose, c’est que quand on a parlé d’ambition 2012, on souhaite faire aussi une certaine transformation, on souhaite profiter de certaines opportunités du marché comme le cloud computing, concept dont on parle beaucoup aujourd’hui et qui nécessite aussi des investissements assez forts en terme de compétence essentiellement et d’évolution de nos offres, ce qui veut dire qu’il nous faudra un peu de temps aussi pour les atteindre. Et on s’est dit que 2012 était un sujet suffisamment court terme pour qu’on montre à la fois la dynamique et la pression que nous allions mettre sur la réussite de cet objectif, mais qu’il fallait aussi se laisser le temps de le faire. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Cela nous amène à la situation d’Osiatis, en terme de moyens financiers. Est-ce vous avez une situation satisfaisante et à la fin de l’année 2010 justement pour envisager cette future croissance ?

M. Jean-Maurice Fritsch, Président du Directoire Osiatis: « On a non seulement une situation satisfaisante mais on a fait une distribution de dividendes à la fin du premier semestre 2010 très significative puisqu’on a distribué 0,3 euros par action qui représente quand même un montant élevé, la valeur de l’action étant aux alentours de 4 euros à cette période, ce qui représente 4,5 millions de débours pour l’entreprise et malgré cela, ou avec cela, nous sommes néanmoins en trésorerie positive, c’est-à-dire que nous avons amélioré notre situation de trésorerie. Donc, nous sommes quasiment avec un endettement nul ou très faible, donc une capacité d’emprunt forte dont nous comptons bien nous servir justement pour réaliser des acquisitions en accompagnement de notre évolution, de nos investissements internes. »

Web TV www.labourseetlavie.com : En conclusion, ça veut dire malgré ce contexte un petit peu délicat, on a compris on voit sur les projets qu’il y a de l’attentisme, il faut quelque part se projeter, vous devez vous projeter un peu plus loin pour accompagner quand même le mouvement de fond, c’est-à-dire sur l’évolution de vos métiers et l’élargissement également des métiers, positionnement du groupe?

M. Jean-Maurice Fritsch, Président du Directoire Osiatis: « Exactement. Mais, encore une fois c’est vrai qu’il y a une certaine situation d’attentisme, mais il n’y a pas non plus de situation catastrophique, c’est-à-dire que l’activité continue, l’activité est bonne, la dynamique du marché est relativement bonne. Ce qu’il n’y a pas forcément, c’est une croissance significative. Mais pour répondre à l’évolution, et l’évolution, il y a quand même des tendances qu’on voit bien, le cloud computing qui est aujourd’hui un concept peut-être un peu marketing, mais néanmoins qui apporte un certain nombre de questionnements ; et ça, ça va être une tendance lourde du marché même si tout le monde ne va pas vers du cloud public, je ne pense pas que ça soit la tendance. Mais il y aura forcément des modifications d’architecture chez les clients, des modifications de fonctionnement. Il faut que nous on soit là pour à la fois les accompagner et aussi les servir derrière. »

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Jean-Maurice Fritsch d’avoir fait le point avec nous, je rappelle que vous êtes le Président du Directoire d’Osiatis.

© www.labourseetlavie.com 2 septembre 2010.

Print Friendly, PDF & Email