Christian Viguié Pdg Delta Drone : "La société est aujourd'hui pérenne".
Résultats annuels 2014 du groupe spécialiste des drones et des données embarquées

20 mars 2015 11 h 44 min
+ de videos
639
Views

La société Delta Drone a publié ses résultats annuels 2014 et précisé à cette occasion un certain nombre d’éléments sur ses comptes :

« Dans le prolongement et en cohérence avec le plan de réorganisation mis en oeuvre à mi-année, le Conseil d’administration a décidé sous mon impulsion de traduire précisément dans les comptes l’état réel de la situation de DeltaDrone. Ainsi, au 31 décembre 2014, le total du bilan a fortement diminué et il se présente désormais de manière solide. La trésorerie disponible représente 92% des capitaux propres et assimilés, contre seulement 35% à fin 2013. Parallèlement, chaque poste d’actif au bilan a fait l’objet d’une évaluation rigoureuse, conduisant à des dépréciations lorsqu’elles semblaient nécessaires. Depuis le début de l’année 2015, la situation bilancielle du Groupe s’est encore améliorée : à mi-mars, les capitaux propres et assimilés s’élèvent à 8,3 M€ et la trésorerie disponible s’établit à 6 M€. Conformément à l’objectif du plan de réorganisation, le Groupe démarre l’exercice 2015 avec un rythme de dépenses d’exploitation de 360 K€/mois. La conduite opérationnelle du Groupe s’appuie aujourd’hui sur un Comité de Direction composé de managers d’expérience, rompus à la direction d’entreprise de taille moyenne, préoccupés avant tout par la construction d’un business rentable et une gestion saine de l’entreprise au service des salariés et des actionnaires.Le chiffre d’affaires est encore modeste, mais il correspond exclusivement à des prestations de services, coeur du métier du Groupe. Il devrait désormais progresser de manière significative au fil des mois, de manière à se rapprocher d’une situation profitable. »

Avec mon invité Christian Viguié Pdg de Delta Drone, nous parlons de la stratrégie de l’entreprise qui a été revue complètement, ses marchés potentiels, de sa situation financière et des perspectives d’un secteur dont on parle beaucoup, mais, encore embryonnaire au niveau de ses marchés.

Il précise également que les drones utilisées dans des survols récents sont plus sûrement issues des loisirs.

Le Groupe Delta Drone est un acteur du secteur des drones civils à usage professionnel et qui développe une offre de service global depuis l’acquisition des données jusqu’à leur traitement informatique.

La SFAF (Société Française des Analystes Financiers) et l’OFEM (Observatoire du Financement des Entreprises par le Marché) ont contribué à la mise en avant de cette vidéo dans le cadre du partenariat avec LA BOURSE E TLA VIE TV éditeur de la Web Tv ww.labourseetlavie.com

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Christian Viguié, bonjour. Vous êtes le Pdg de Delta Drone. On va parler avec vous de votre actualité, de cette année 2014 particulière, et puis des perspectives. Si on revient sur l’année 2014, il y a une remise en cause, en quelque sorte, qu’est-ce que l’on dit, une remise au carré de l’entreprise ?

Christian Viguié, Pdg de Delta Drone : Une réorganisation qui est une refondation c’est-à-dire que cette année 2014, sur le plan comptable, cela a été l’occasion de dresser un état des lieux sans concession de ce qu’était la société, et de faire en sorte que les comptes expriment bien la réalité de l’entreprise.

Web TV www.labourseetlavie.com : Justement, on ne s’était pas vu au moment de votre introduction en bourse, mais quand j’ai entendu parler de Delta Drone en bourse, je me suis dit : « Tiens, il y a un spécialiste des drones qui rentre en bourse », le vrai métier aujourd’hui de Delta Drone, c’est quoi ?

Christian Viguié, Pdg de Delta Drone : Nous restons concepteurs de drones, essentiellement d’un drone à voilure fixe qui est un drone qui présente, donc un drone avion, qui présente d’ailleurs une particularité singulière, c’est qu’il atterrit en feuille morte, c’est-à-dire de manière verticale avec une grande précision, tout cela pour s’adapter aux spécificités de nos clients. Mais le drone, c’est une manière d’acquérir des données vues du ciel, c’est un des moyens du reste, il existe aussi le satellite, l’hélicoptère, et fondamentalement le drone fait partie d’une chaîne de valeurs qui correspond à une solution professionnelle qui va permettre à des clients d’obtenir des résultats à partir d’une vue tout à fait innovante qui est une vue du dessus.

Web TV www.labourseetlavie.com : Delta Drone, vendeur de drones quelque part, peut-être est-ce l’idée que l’on avait au départ, cela n’aurait pas été viable sur le long terme ?

Christian Viguié, Pdg de Delta Drone : D’abord, jamais le modèle n’a été de vendre des drones. Le modèle préliminaire, il a toujours été de concevoir et de fabriquer des drones pour mettre à disposition ces drones d’opérateurs ou de clients pour opérer des missions. Donc, de ce point de vue-là, le modèle n’a pas changé. L’évolution importante, c’est de considérer que, au fil du temps on s’est aperçu que l’essentiel de la chaîne de valeurs était plutôt vers la partie aval, c’est-à-dire le traitement des données, plus que dans le domaine de l’acquisition. En outre, un drone, c’est un engin qui comporte un certain nombre de mécaniques et, comme tout engin, comme l’ordinateur personnel, c’est un engin qui a immanquablement un jour sera fabriqué dans des pays à faible coût de production, et singulièrement en Chine.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc quelque part ce n’était pas là que l’on pouvait… Vous ne pouviez pas vous battre sur ce plan-là ?

Christian Viguié, Pdg de Delta Drone : Cela n’avait pas d’intérêt. Cela n’avait pas d’intérêt et il faut aller chercher les points de création de richesse là où on pense disposer de force plutôt que d’essayer de compenser des faiblesses.

Web TV www.labourseetlavie.com : Quand on voit ce traitement de données, la chaîne de valeurs que vous évoquez, aujourd’hui quels sont les investissements justement que vous faites ?

Christian Viguié, Pdg de Delta Drone : Les investissements que nous faisons, c’est un investissement à la fois d’identification d’experts Métier, ces experts Métier, on va les attirer à nous, soit par voie d’acquisition, c’est le sens de l’acquisition de la société MTSI Hydrogéosphère, en début d’année 2014, ou alors cela passe par voie de partenariats, tel le partenariat d’expérimentation que nous avons noué avec Farmstar, avec Airbus et Arvalis. Et puis, c’est également l’exploration de solutions qui vont s’intégrer dans la chaîne de valeurs, solution au niveau de capteurs ou au niveau de nouvelles solutions. Et du reste, c’est la raison pour laquelle nous avons créé très récemment une société aux États-Unis, au cœur de la Silicon Valley, dont justement la mission va être, en partie, d’identifier ces success stories de demain.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous diriez aujourd’hui que finalement, peut-être les médias en général parlent plus de drones, finalement on en parle beaucoup plus que ce que le marché est en réalité ? C’est-à-dire que finalement à chaque fois on en parle pour de mauvaises raisons parfois, pour de bonnes raisons, mais on a l’impression qu’aujourd’hui on est envahi par les drones, que c’est un marché qui a explosé. Est-ce que c’est le cas ?

Christian Viguié, Pdg de Delta Drone : Finalement, de tout temps, le paraître précède l’être, donc, de ce point de vue-là, c’est un petit peu normal que l’on parle de façon importante d’une technologie aussi innovante et, quelque part, le fait de se voir vu du ciel, c’est une réponse quasi philosophique que l’on recherche depuis longtemps, ça c’est un premier point. Je pense que, plus sérieusement, on parle aussi beaucoup des drones parce que on est aujourd’hui dans un stade où l’on fait beaucoup la confusion entre ce qui est drone jouet ou drone de loisir et drone civil. On fait même parfois la confusion avec ce que sont des drones militaires. Bien sûr cette confusion, elle est propice à toutes les rumeurs, à des effets médiatiques importants. J’ose dire qu’à l’évidence tout indique que les survols de drones un petit peu sauvages qui ont eu lieu ces derniers temps sont le fait de drones issus du monde des loisirs ou du monde du jouet, jouet sophistiqué certes, plus que de drones à usage professionnel. Excusez-moi, je préciserai également une chose, c’est que, pour renforcer mon propos, les drones opérés par Delta Drone le sont tous en mode automatique, donc il n’y a pas de pilotage. Les missions sont préprogrammées suivant des vols qui sont planifiés, sécurisés sur ordinateur, et les vols sont ensuite insérés dans la machine.

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est-à-dire que vous aujourd’hui vous répondez à la réglementation que l’on dit balbutiante puisque finalement on a l’impression qu’aujourd’hui tout un chacun pourrait survoler, peut-être parfois sans se faire prendre, en tout cas pour l’instant ils ne se sont pas faits prendre, ceux qui se sont amusés à faire cela, la réglementation, elle est balbutiante ? Elle est comment sur votre univers finalement ?

Christian Viguié, Pdg de Delta Drone : La réglementation, elle est bien faite au niveau de la France, on parle de la France. La réglementation, elle est bien faite en France et elle est embryonnaire à l’étranger. Je parle de l’étranger parce que on commence à travailler également à l’étranger et effectivement on a ces problématiques. Pour ce qui concerne la France, disons que l’on a eu une démarche assez radicale qui a été de créer une filiale dédiée à la gestion des autorisations et au respect de la sécurité publique. Et, pour aller jusqu’au bout de notre logique, cette société ainsi constituée est exclusivement constituée de personnels qui sont d’anciens fonctionnaires de police ou d’anciens gendarmes, donc avec une proximité très forte avec les autorités avec lesquelles ils échangent du reste, et on s’attache à faire en sorte que le maître mot, dans tout ce que l’on opère, c’est la sécurité, la sécurité et le respect de la loi. Et, dès lors que l’on s’adresse à des grands comptes, évidemment leur première question, avant toute question sur la technologie, c’est la question de la sécurité.

Web TV www.labourseetlavie.com : La situation financière de la société aujourd’hui, vous avez émis un certain nombre d’obligations, il y a un refinancement en cours, qu’est-ce que vous dites aux actionnaires, aux investisseurs qui suivent cela depuis l’introduction en bourse, aujourd’hui vous en êtes où de ce point de vue-là ?

Christian Viguié, Pdg de Delta Drone : Ce que je dis aux actionnaires qui suivent la société depuis le début de la bourse, je leur dis d’une part qu’ils sont les bienvenus, mais pour autant la société s’est introduite par placements privés, ce qui exprime le fait que l’on était encore dans un marché balbutiant et que l’on ne souhaitait pas forcément faire partager des risques initiaux à des actionnaires forcément un petit peu loin de ce monde des affaires, ça c’est une première observation. Pour autant, sur le marché secondaire, ces actionnaires sont là, j’en suis content, et ce que je peux leur dire, c’est qu’une partie de l’année, la période a été effectivement difficile et il a fallu réorganiser en profondeur, il a fallu passer la paille de fer, comme on le disait il y a quelques années. Aujourd’hui, ce qui est certain, c’est que la société est pérenne. À mi-mars, la société dispose de capitaux propres de plus de 8 millions d’euros et ces 8 millions d’euros sont constitués à hauteur de 6 millions de trésorerie dans la caisse. Donc il n’y a plus de question de pérennité et de survie. Aujourd’hui la société est parfaitement retaillée, est parfaitement redimensionnée, parfaitement sur les rails.

Web TV www.labourseetlavie.com : Il pourrait y avoir d’autres levées de fonds pour vos développements dont vous pourriez avoir besoin ?

Christian Viguié, Pdg de Delta Drone : Je n’ose pas dire « On a toujours besoin d’argent », mais d’abord c’est une industrie plus capitalistique qu’il n’y paraît. C’est un secteur mondial et forcément l’expansion mondiale requiert des moyens financiers. Aujourd’hui, donc, nous avons cette situation à 6 millions de cash. Comme vous le savez, nous avons publié un communiqué récemment qui indiquait que l’on avait signé un deuxième contrat d’émission d’OCABSA qui portait sur un complément potentiel de 20 millions, je crois qu’avec une trentaine de millions d’euros, on devrait pouvoir voir venir, on va dire.

Web TV www.labourseetlavie.com : On suivra cela. Merci Christian Viguié d’avoir été avec nous.

Christian Viguié, Pdg de Delta Drone : Je vous remercie.

 

 

Print Friendly, PDF & Email