Jean-Eric Petit Directeur Général Europlasma : "Aujourd'hui, je suis beaucoup plus serein que je ne l'étais l'année dernière à la même époque".
Après une année 2014 consacrée à une importante restructuration financière et opérationnelle

30 avril 2015 21 h 54 min
+ de videos
1,169
Views

A l’occasion de la publication de ses résultats annuels 2014, et après une année marquée par une complète restructuration opérationnelle et financière, avec deux augmentations de capital, Jean-Eric Petit, le Directeur Général d’Europlasma a choisi la Web Tv www.labourseetlavie.com pour s’expliquer sur la stratégie de l’entreprise.

© www.labourseetlavie.com Tous droits résérvés 30 avril 2015


Web TV www.labourseetlavie.com : Jean-Eric Petit, bonjour. Vous êtes  le directeur général d’Europlasma. On va parler de votre actualité. Vous venez de publier vos résultats. Alors, avant de parler de ces résultats financiers, parlons de ce que vous avez fait à la tête d’Europlasma parce que cela fait maintenant un peu plus d’un an que vous êtes en charge de cette société, qu’est-ce qui a été le plus important pour vous, vos actions les plus importantes pour redresser la société qui a eu beaucoup de problèmes ?

 

Jean-Eric Petit, Directeur général d’Europlasma : À mon arrivée à Europlasma, début 2014, j’ai fait deux constats. Premier constat, Europlasma propose des solutions innovantes à des problématiques environnementales ou énergétiques et bénéficie, dans ce contexte, d’un intérêt fort, mondial, sur des marchés porteurs. Deuxième constat, malheureusement, les fondations industrielles du groupe Europlasma sont extrêmement fragiles avec des usines qui ne marchent pas ou qui marchent mal, avec une trésorerie exsangue, un groupe sous capitalisé et avec des équipes dans une grande confusion. Donc 2014 a été l’année de la restructuration dans toutes ses dimensions, stratégique, opérationnelle, industrielle, commerciale, humaine et financière. Les progrès réalisés au cours de 2014 et constatés au cours de 2014 me conduisent aujourd’hui à être très rassuré sur la solidité du groupe, le groupe aujourd’hui ne ressemblent plus du tout à ce qu’il était début 2014. On a désormais un plan de marche très clair, des progrès opérationnels qui sont derrière nous, un bilan assaini, désendetté, et de la trésorerie.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : La perte massive de 2014, donc c’est la traduction de ce qui a été nécessaire finalement de faire en interne pour remettre Europlasma sur de bons rails ?

 

Jean-Eric Petit, Directeur général d’Europlasma : En grande partie, même si cette perte est pour moitié à peu près constituée par des éléments non cash, elle est douloureuse. Et alors il faut entrer un petit peu dans le détail pour comprendre la nature de cette perte et pour comprendre sa continuité. Sur les 26 millions de pertes nettes que nous annonçons, il y en a une dizaine à peu près qui sont constituées par des éléments non récurrents, c’est ceux dont vous parlez jusqu’à présent, ce sont des éléments spécifiques à 2014 qui sont derrière nous, mais qui étaient nécessaires pour l’assainissement du bilan. Le reste est constitué de pertes opérationnelles. Alors, ces pertes opérationnelles, on en a dans chacune des branches d’Europlasma, le plus gros des pertes est lié à notre activité Energie renouvelable du fait que, début 2014, on a terminé la construction de l’usine et on l’a exploitée, cette usine, et on l’a améliorée pendant un an à nos frais, entièrement à nos frais. Nous ne serons payés pour l’exploitation de cette usine qu’à sa livraison qui est prévue à l’été 2015. D’autres foyers de pertes sont notre usine de traitement d’amiante, et cela c’est un foyer de pertes récurrent d’Europlasma depuis des années, mais sur lequel nous avons observé d’excellents progrès en 2014, et sur notre activité historique qui est l’ingénierie et les systèmes Torch et là j’en reparlerai plus tard dans les perspectives 2015.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Europlasma a changé, mais concrètement sur le plan opérationnel, quelles ont été les actions qui ont effectivement profondément modifié Europlasma ?

 

Jean-Eric Petit, Directeur général d’Europlasma : Alors, ces actions ont été de nombreux types. Sur notre activité Energie renouvelable, début 2014, l’usine n’était pas encore finie de construire, et sur le S1 2014 il ne s’est rien passé, au S2, en juin, on a obtenu la réception préliminaire de l’usine, en juillet on a mis les moteurs en route, ce qui était une première mondiale, en octobre on a atteint le rendement nominal et en décembre on a réalisé avec succès les essais d’endurance. Depuis, on a encore amélioré le procédé, on continue de l’améliorer tous les jours et on a pu… la levée de fonds d’octobre nous a permis en particulier d’acheter des équipements, donc un échangeur et une chaudière de récupération. Le dernier mis en place, c’était cette fameuse chaudière de récupération qui a été testée, qui est tout à fait satisfaisante, et qui nous a permis hier de lancer les essais d’endurance Moteur. Ces essais d’endurance sont la dernière étape nécessaire avant la livraison définitive de l’usine. Sur Inertam, notre activité de traitement de l’amiante, les performances au S1 et au S2 sont extrêmement contrastées puisque au S1 on a traité environ 1500 t, au S2 plus de 2500 t, donc 75 % de plus, un niveau proche du point mort, avec un four qui était en fin de vie et des équipements qui étaient déficients. Depuis, donc début 2015, on a refait intégralement le four, donc là on part sur un four tout neuf et on a commencé à exécuter un plan d’investissement de renouvellement d’équipements, d’un million d’euros en tout, on a fait la première tranche, ce qui nous permet aujourd’hui d’avoir des taux de fiabilité de l’usine encore supérieurs à ce qu’ils étaient au second semestre. Et finalement sur Europlasma Industrie, on a sécurisé pour la première fois des commandes d’études, dont une d’ailleurs au S2 s’est transformée en commande de fournitures pour un client chinois.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Clairement de votre point de vue, il y a aujourd’hui un vrai potentiel, ce que vous avez décelé chez Europlasma après ces actions-là, il y a un vrai potentiel à venir ?

 

Jean-Eric Petit, Directeur général d’Europlasma : Oui, clairement, et dans chacune de nos activités, et on travaille dessus. Pour l’activité Energie renouvelable, donc le déploiement commercial est très largement amorcé, la prochaine usine sera basée à Thouars, c’est le projet CHO Tiper,  un projet pour lequel on a déjà obtenu le permis de construire, le certificat ouvrant droit à obligation d’achat, et l’avis positif des autorités environnementales. Ce projet-là, la construction est prévue pour l’hiver 2015. Le projet suivant sera Locminé dans le Morbihan, on a déposé toutes les demandes de permis, c’est un projet pour 2016. Ce sont les deux projets les plus avancés parmi la dizaine sur laquelle on travaille. Inertam, le potentiel d’amiante est absolument énorme, donc on a la capacité de traiter beaucoup plus d’amiante que ce que l’on fait aujourd’hui, voire de dupliquer d’autres usines en France ou ailleurs. Et enfin, sur notre cœur de métier, Europlasma Industrie, les témoignages les sollicitations du monde entier et d’industriels de secteurs très divers que l’on reçoit tous les jours sont vraiment passionnants et donnent l’espoir. Bien sûr, il y a ce contrat en Chine. Notre centrale sera la première à équiper une usine d’incinération chinoise et d’ailleurs nos équipes seront au Salon de Shanghai dans 10 jours.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous comprenez que les actionnaires qui ont été sollicités en 2014, il y a eu ces augmentations de capital massives que l’on rappelait, à s’interroger aujourd’hui, dire « Est-ce que finalement les perspectives d’Europlasma peuvent être à nouveau plus intéressantes, qu’est-ce que vous leur dites aujourd’hui  ?

 

Jean-Eric Petit, Directeur général d’Europlasma : 2014, d’un point de vue boursier, a été effectivement extrêmement chahuté avec des augmentations de capital massives et très dilutives, avec une suspension de cotation pendant cinq mois, avec de la volatilité, avec beaucoup de volume, donc les actionnaires, ce que je voudrais leur dire en tout premier lieu c’est merci, un grand merci pour leur fidélité et pour leur patience pendant cette année perturbée et perturbante. Ce que je peux leur dire aussi, c’est que, je l’ai évoqué tout à l’heure, tous les progrès opérationnels que l’on a réalisés depuis début 2014 me rendent très confiant dans le travail qui est fait sur l’élimination progressive des foyers de pertes du business existant. Et ce que je peux leur dire enfin, c’est que les perspectives commerciales du groupe qui sont déjà largement amorcées, sont vraiment fabuleuses et vraiment très intéressantes, et aujourd’hui, je suis beaucoup, beaucoup plus serein que je ne l’étais l’année dernière à la même époque.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci d’avoir fait le point avec nous Jean-Eric Petit.

 

Jean-Eric Petit, Directeur général d’Europlasma : Merci.

Print Friendly