L'Économie en VO : Bertrand Collomb Président d'honneur de Lafarge : "Il faut garder le cap" (Extraits) .
Débat économique : Impact de la Mondialisation sur les entreprises et les salariés

26 septembre 2011 10 h 00 min
+ de videos
16
Views

Web TV www.labourseetlavie.com : Comment justement on va pouvoir…, on sent bien quand même que l’on a ce contexte, cette pression forte, krach boursier, questions sur les dettes souveraines, on se dit que les entreprises ont retrouvé effectivement une santé, on a parlé de cette crise de 2009-2010 même si il y a une certaine fragilité, comment retrouver de la motivation ? C’est-à-dire on a l’impression que notre environnement tout de même va rester fragile, l’environnement économique, clairement on n’a pas tous les jours des bonnes nouvelles macro-économiques, donc je dirais que chaque salarié qui regarde l’actualité, il a un peu de mal à trouver quelque part une motivation ?

Bertrand Collomb Président d’honneur de Lafarge :

« Le monde de l’entreprise et le monde financier sont deux mondes différents. Et depuis le début de cette crise, la difficulté c’est de savoir quel impact la crise financière aura sur l’économie réelle, l’économie physique, le monde de l’entreprise.

Alors on a eu la première phase avec 2008, il y a eu un impact massif, une récession forte dans les pays industrialisés heureusement avec une poursuite de croissance dans les autres pays qui fait que l’on était en train d’en ressortir, et là maintenant on a une nouvelle crise de folie des marchés financiers. Les marchés financiers mondialisés, ce sont forcément des facteurs d’exagération des évolutions quand il n’y a aucun frein, les grandes vagues et les tempêtes sont plus grandes dans les océans que dans les petits lacs. Donc on a malheureusement une finance mondiale qui a des convulsions trop fortes. Alors il y a toujours des raisons bien entendu ce n’est pas par hasard, si les états sont trop endettés, ce n’est pas à cause des financiers, mais les états sont trop endettés depuis longtemps. La dette américaine c’est un phénomène qui remonte à très loin et elle ne posait aucun problème jusqu’au jour où brusquement elle en pose parce que la dette c’est la confiance.

Alors on assiste à ces choses incroyables, les États-Unis sont dégradés et le lendemain le coût de la dette américaine baisse. Bon, cela les entreprises industrielles face à ce genre de choses ne peuvent rien faire. Alors malheureusement on ne parle que de cela dans les journaux à juste titre parce que c’est l’actualité. Alors, nous, je crois qu’il faut garder le cap.« 

©www.labourseetlavie.com 26/09/2011 Tous droits réservés.

Print Friendly, PDF & Email