Arnaud de Bresson Délégué Général Paris Europlace : "Le retour des investisseurs internationaux vers l'Europe".
Paris Europlace 2014 : Bilan et perspectives

17 juillet 2014 22 h 12 min
+ de videos
79
Views
Loading the player...

Rencontres 2014 de Paris Europlace.

A cette occasion la Web Tv a interviewé des personnalités qui intervenaient lors de tables-rondes.

Arnaud de Bresson le Délégué Général Paris Europlace est revenu sur ces rencontres 2014.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Arnaud de Bresson, bonjour. Vous êtes délégué général de Paris Europlace. Nous sommes avec vous au pavillon d’Ermenonville que vous organisez chaque année. Comment s’est passée cette année ? Il y a toujours une thématique que vous retenez pour les investisseurs internationaux qui viennent et pour la place financière, comment cela s’est passé cette année ?

Arnaud de Bresson, Délégué général de Paris Europlace : Écoutez, le climat a été plutôt bon, beaucoup d’étrangers, beaucoup de monde puisque on a plus de 1000 participants sur les deux jours. Le thème pour nous le plus concret, c’est naturellement le retour des investisseurs internationaux vers l’Europe, et ma foi ce sujet s’est vérifié. Très concrètement, nous avons des participants de gestion active, des grands investisseurs, qui nous ont d’abord rappelé que la France est, pour les investisseurs japonais par exemple, troisième pays d’investissement au monde aujourd’hui encore, après les États-Unis et devant l’Angleterre et l’Allemagne, donc un très fort attrait de l’euro et de la dette française et des produits de taux français pour les investisseurs internationaux. Également la reconnaissance de la vitalité du marché des actions, y compris d’ailleurs avec la remise en route d’Euronext, plate-forme européenne, une bonne performance des entreprises, une valeur des entreprises qui correspond aux besoins des investisseurs. C’est notamment le représentant de l’Adia à Abou-Dhabi qui nous a confirmé ce sujet, et donc un climat plutôt positif. Alors ce qui pose par contre évidemment encore et toujours problème, c’est la lenteur des réformes structurelles en France, et malgré tout le sujet de la compétitivité et de la place financière, notamment sur le plan fiscal, des coûts fiscaux et les charges sociales, qui nous handicape dans la compétition européenne.

Web TV www.labourseetlavie.com : Comme chaque année, le ministre de l’économie en place vient, et en l’occurrence aujourd’hui c’était Michel Sapin. Il avait évoqué effectivement les sujets notamment de transactions sur les taxes financières en indiquant qu’il ne se ferait pas piéger en défavorisant la place financière de Paris, est-ce que vous avez été rassurés par ses propos ?

Arnaud de Bresson, Délégué général de Paris Europlace : Alors, c’est précisément parce que nous sommes effectivement du sujet de la taxe sur les transactions financières, nous avons expliqué réexpliquer que élargir la taxe actuelle qui existe déjà d’ailleurs en France aux marchés dérivés et notamment aux dérivés actions pour les 11 pays de la coopération signifierait enfin attaquer directement l’activité de la place de Paris sur ce domaine, nous sommes leaders en Europe, et déplacer cette activité à Londres, ce qui reviendrait à des problèmes lourds pour la place de Paris. Donc nous souhaitons que le gouvernement français soit ferme sur cette intention de refuser cette évolution. Le ministre nous l’a redit, nous espérons que tout ceci sera suivi d’effets et nous avons demandé et obtenu, le ministre a accepté, de lancer ce fameux comité Place financière de Paris 2020, qui a pour but justement de mettre à plat les problèmes aujourd’hui de la compétitivité de Paris, y compris en matière réglementaire et fiscale, et de voir comment… à la fois prendre les mesures qui s’imposent rapidement sur l’épargne longue, sur le financement des entreprises, et fixer une stratégie à 2020 pour voir comment consolider une place de Paris dans la compétition mondiale dans 10 ans avec la montée en puissance des grands pays émergents, la Chine, l’Inde, et le développement des nouvelles technologies qui va rebattre totalement les cartes. Donc nous donner une stratégie et une feuille de route pour consolider notre position qui doit s’améliorer entre les places financières mondiales.

Web TV www.labourseetlavie.com : Le risque aujourd’hui c’est de voir, ce qui se passe parfois déjà, des activités qui sont basées en France aller se déplacer à la City à Londres clairement ?

Arnaud de Bresson, Délégué général de Paris Europlace : C’est vrai que nous avons constaté, depuis deux ans des départs d’équipe pour les raisons que j’indique c’est-à-dire ce problème du coût et de la lourdeur de la réglementation sur la main-d’œuvre qualifiée à haute valeur ajoutée. Cela concerne la place financière, mais également les grandes entreprises industrielles, Total, et Gérard Mestrallet le redisait dans les Échos ce matin « nous avons besoin de garder les sièges et les activités à valeur ajoutée en France » il y a là un problème très sérieux à regarder en face, à convaincre l’opinion de l’importance de tout ceci pour l’avenir de notre pays, de même d’ailleurs que la place financière est un élément central du financement des entreprises, la relance de la croissance et du maintien du contrôle de nos centres de décision en France si nous voulons équilibrer la part prise par les investisseurs américains aujourd’hui et chinois demain.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci Arnaud de Bresson d’avoir été avec nous.

Arnaud de Bresson, Délégué général de Paris Europlace : Merci.

 

© www.labourseetlavie.com. Tous droits réservés, le 17 juillet 2014.

 

Print Friendly, PDF & Email