Jean-Noël Vieille Directeur de la Gestion 360 Hixance AM : "La partie actions a le meilleur couple rendement-risque aujourd'hui".
Stratégie et perspectives de la stratégie d'investissement

20 novembre 2014 22 h 42 min
+ de videos
76
Views
Loading the player...

Actualités économique et financière. Regard sur les marchés financiers, les attentes des investisseurs.

Comment évolue la stratégie d’investissement en Europe et/ou des Etats-Unis.

Mon invité est Jean-Noël Vieille Directeur de la Gestion 360 Hixance AM.

 

Web TV www.labourseetlavie.com : Jean-Noël vieille, bonjour. Vous êtes directeur de la gestion chez 360 Hixance AM. On va parler avec vous de stratégie, de perspectives sur les marchés, peut-être un petit bilan des dernières semaines avec peut-être un peu plus de volatilité sur les marchés, qu’est-ce qui est aujourd’hui un peu plus marquant sur les marchés pour vous ?

Jean-Noël Vieille, Directeur de la gestion chez 360 Hixance AM : Oui, un peu plus de volatilité, mais surtout finalement après cette deuxième secousse après celle de juillet, on a eu celle de mi-octobre qui a été à nouveau très brève et finalement le mois de novembre a redémarré à la hausse puisque l’on n’est pas très, très loin d’avoir quasiment tout regagné. Donc effectivement on a un peu plus de volatilité mais on a, je crois, un peu plus de confiance par rapport à la fin de l’année, et peut-être par rapport à début 2015 ou peut-être que c’était à la baisse précédente qui avait peut-être été, en tout cas c’était notre point de vue, un peu trop exagérée.

Web TV www.labourseetlavie.com : C’est-à-dire que le contexte macro-économique reste quand même, notamment aux États-Unis, intéressant ?

Jean-Noël Vieille, Directeur de la gestion chez 360 Hixance AM : Alors il est intéressant. Si on fait un petit tour extrêmement rapide, je dirais qu’effectivement la bonne nouvelle de 2014 ce sera effectivement la reprise quasiment certaine maintenant, on a vu encore les dernières minutes de la Fed récemment qui montrent que il y a peut-être encore des problématiques sur l’inflation qui reste assez faible, qui est donc un petit problème pour eux, mais sinon on aura quand même… on a un rythme de croissance, les derniers chiffres en glissement annuel, on est plutôt de l’ordre de 4 %, donc c’est quand même pas mal en glissement annuel, cela ne veut pas dire qu’on fera cela sur l’année 2014 évidemment, mais en tout cas les Etats-Unis ont retrouvé un rythme proche de la, on va dire de la normalité avec aussi un taux de chômage extrêmement meilleur puisque il n’est plus qu’à 6 %, qui fait partie des objectifs affichés de la Fed. Donc ça c’est plutôt bien. Cela veut dire aussi que les petits problèmes maintenant, c’est de savoir exactement quel va être le timing de la remontée des taux puisque elle est logique vu l’amélioration, elle va exister. Le consensus est plutôt sur juin 2015. Je pense qu’il y aura un travail de préparation qui fait que normalement cela devrait se passer sans difficulté.

Web TV www.labourseetlavie.com : Oui, il y a eu un peu de décalage, à un moment donné, on s’est dit « finalement elle ne pourra pas le faire aussi vite… »

Jean-Noël Vieille, Directeur de la gestion chez 360 Hixance AM : Voilà, ou même, enfin certains… il y avait les deux options. Souvent on pouvait dire aussi peut-être que si cela va mieux, cela ira plus rapidement. Là je pense qu’il y a un pilotage qui me paraît quand même assez bon et assez correct, qui fera que les marchés vont être accompagnés. Sur l’Europe évidemment, et c’est quand même là où on va retrouver l’explication de la baisse d’octobre, si c’était vraiment doute extrêmement fort sur, ce n’est même pas la pérennité puisque c’est la reprise en Europe, est-ce que l’on va rentrer en récession ou pas, un doute important sur l’Allemagne qui a été un petit peu corrigé d’ailleurs récemment puisque on a des chiffres allemands, si vous prenez les indicateurs de confiance, le Zew, etc. qui ont été quand même un peu meilleurs, donc on a le sentiment que l’Allemagne, sans avoir évidemment des croissances très, très fortes, on est loin de la croissance américaine, si l’Europe… on sort globalement autour des 1 %, on sera satisfait, y compris sur 2015. Mais en tout cas, c’est là où c’est intéressant parce que le marché, quand on fait des -5, -6 au niveau des différents indices, là vous êtes très proche quand même d’intégrer dans le cours la récession. Or, aujourd’hui, même si il y a une espèce de pessimisme ambiant qui est extrêmement fort, moi je ne suis pas quelqu’un d’optimiste par nature, mais à un moment donné il faut quand même regarder les choses en face. Est-ce que l’on est en récession ou pas ? La réponse, elle est non. Par contre on est effectivement en croissance faible, certes, mais ce n’est pas de la récession, donc le marché a tort quand il raisonne comme cela. Après il y a aussi… ce qui explique la volatilité, il y a bien sûr les tensions internationales…

Web TV www.labourseetlavie.com : Oui, qui sont multipliés…

Jean-Noël Vieille, Directeur de la gestion chez 360 Hixance AM : Le jeu Russe Ukraine, le Moyen-Orient qui est quand même toujours une pétaudière, certains pays d’Afrique aussi… on connaît tout cela. Maintenant il y a… Ce ne sont pas de non plus des choses nouvelles, ce sont des choses qui sont intégrées, qui sont connues, qui ont, oui, quelques impacts, il y a eu Ebola maintenant, on en parle un petit peu moins bien… Bon, j’ai l’impression que, si on revient au marché, on retrouve une certaine sérénité, et ce n’est pas plus mal, et qu’aujourd’hui… alors ce qui explique un petit peu une nouvelle forme de volatilité ces dernières semaines, on va dire, c’est que c’est la micro, donc la vie des entreprises qui reprend un petit peu plus le terrain, et c’est plus intéressant je trouve pour nos gérants sur les fondamentalistes, c’est notre boulot, mais c’est vrai que maintenant on est lié à des, soit des cessions, soit des choses intéressantes, qui vous créent cette volatilité. Vous avez eu sur l’obligataire, mais aussi sur les actions, par exemple la problématique d’Abengoa la semaine dernière, qui… c’est très rare qu’une obligation descende de 30 à 40 %, et puis elle la reprend, je ne sais plus si il y a des problèmes de communication, elle la reprend deux jours après, donc ça c’est quelque chose…

Web TV www.labourseetlavie.com : Oui à gérer la volatilité au quotidien…

Jean-Noël Vieille, Directeur de la gestion chez 360 Hixance AM : C’est très compliqué et je dirais que les clients ne sont peut-être pas très habitués à ce type de volatilité, surtout dans le domaine des obligations. Sur les actions, vous avez eu le cas Geophysique qui sera peut-être le cas de l’année avec une action qui tombe effectivement, qui vient de 20 €, qui tombe à 4 euros, là aussi le prix… Il n’y a plus de notion de prix qui tienne… Et puis on apprend ce matin qu’il y a une possible OPA, enfin pas une possible, il y a eu une tentative, en tout cas de discussion, à un prix qui est quand même deux fois plus élevé quasiment que les plus bas que l’on a connus. Voilà, donc on va vivre, je crois,… et c’est peut-être cela le message de 2015, cela va être une année peut-être plus micro, plus intéressante, mais… et c’est pour cela aussi… je pense que du côté de la micro on a quand même plutôt… on est plutôt serein parce que les entreprises sont quand même globalement dans des situations économiques plutôt bonnes.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc quelque part, voilà, on a un environnement économique qui n’est pas forcément favorable, en tout cas sur toutes les zones, mais on a des entreprises qui, elles, dans certains secteurs, certaines entreprises qui vont maintenir leur croissance…

Jean-Noël Vieille, Directeur de la gestion chez 360 Hixance AM : Absolument. Je regardais d’ailleurs récemment encore puisque c’est vraiment la question clé maintenant, c’est assez intéressant de voir que dans toutes les zones, je regardais, quelles étaient les croissances bénéficiaires des entreprises des principaux indices, que l’on prenne le Nikkei, que l’on prenne le Dow Jones, que l’on prenne le Nasdaq, le CAC, l’Eurostock, et finalement on a une homogénéité, alors, ce qui n’est pas très cohérent avec la réalité macro-économique des différents pays, cela peut s’expliquer parce que ce sont des grandes valeurs qui appartiennent à ces indices et qui sont beaucoup plus internationalisées, donc à la limite elles sont presque sur le même terrain de jeu, ce n’est pas tout à fait exact, mais… Et finalement on avait des croissances attendues sur les trois prochaines années qui sont de l’ordre de 10 à 12 %, ce qui fait que, voilà, on est dans des valorisations qui représentent à peu près cela, donc je dirais qu’il n’y pas de crainte à avoir par rapport aux, je trouve, par rapport aux actions si on est dans un environnement un peu plus stabilisé, on devrait l’être du côté des banques centrales, on en a parlé tout à l’heure… Alors après, il restera toujours les problématiques des tensions internationales, ça on n’y peut malheureusement pas grand-chose, mais je dirais que le fondement, le fondemental pour nous, je trouve, du côté des actions est plutôt pas mal et que finalement, si on réfléchit à nouveau, il y a des flux, il y a de l’argent dans le monde entier, il faudra bien qu’il vienne se réinvestir, et je trouve qu’au final la partie Actions est probablement celle qui a le meilleur couple rendement-risque aujourd’hui puisque avec les taux qui vont quand même rester, qui vont continuer à rester très bas, est-ce que cela vaut le coup d’aller vraiment sur de l’obligataire souverain par exemple qui a bien fonctionné cette année, cela a été la merveilleuse histoire de cette année, que finalement peu ont joué, en tout cas nous on ne l’a pas joué, mais maintenant c’est à peu près terminé. Donc finalement un retour sur les actions n’est pas forcément amer.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci d’avoir fait le point avec nous, Jean-Noël Vieille.

Jean-Noël Vieille, Directeur de la gestion chez 360 Hixance AM : Merci.

 

Print Friendly, PDF & Email