François Morinière Directeur Général Oeneo : "La tendance est bonne".
Stratégie et perspectives du spécialiste du bouchage et de l'élevage du vin

14 avril 2016 7 h 55 min
+ de videos
176
Views
Loading the player...

Le groupe international Oeneo est un acteur de la filière viticole, présent dans le monde entier sur l’ensemble des étapes d’élaboration des vins et spiritueux : du Vignoble au Bouchage.

Retour sur l’exercice 2015, la stratégie après l’acquisition du groupe portugais Piedade, les perspectives sur les marchés.

Mon invité est François Morinière Directeur Général Oeneo

Web TV www.labourseetlavie.com : François Morinière, bonjour.

François Morinière – Directeur Général OENEO : Bonjour.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous êtes le Directeur Général d’OENEO. On va parler avec vous de votre actualité et puis des perspectives. Vous êtes au Smallcap Events où vous rencontrez donc des investisseurs. Aujourd’hui, il y a une confirmation de la tendance de l’activité de votre exercice 2015 – 2016 ? Pour OENEO, c’est un exercice en croissance ?

François Morinière – Directeur Général OENEO : Alors écoutez, on a publié notre chiffre d’affaires trimestriel T3 au mois de janvier, avec de nouveau, une hausse significative du chiffre d’affaires à périmètre non constant, avec Piedade. Et donc effectivement, on s’inscrit dans une année qui reste bonne.

Web TV www.labourseetlavie.com : On parle avec vous, à la fois de bouchage, mais aussi d’élevage. Quand on regarde les marchés au cours des derniers mois justement, comment ils se sont comportés globalement ?

François Morinière – Directeur Général OENEO : Alors, en fait, il y a une espèce d’ « hedging » naturel entre les marchés. Certains sont à la hausse, d’autres à la baisse, en fonction des vendanges. Donc, ce qu’on peut dire, c’est que l’Europe est plutôt en position favorable, avec une vendange qui était de qualité et de quantité en France. C’est également le cas en Italie qui a retrouvé des volumes importants. Et puis en Espagne, comme l’année dernière. Disons que l’Espagne est moins fluctuante. Donc au global quand même, France et Italie, des marchés en hausse, donc avec des volumes supérieurs qu’ils ont joué dans le bon sens et qui ont joué dans le bon sens déjà dans le chiffre. À l’inverse, une vendange qui a été plus compliquée en Amérique du Nord, avec des volumes qui sont en retrait par rapport à 2014. Donc voilà ce qu’on peut dire de l’hémisphère nord. Et puis après, on est dans la fin de vendange de l’hémisphère sud et là, c’est plutôt pas mal en Australie, même si les volumes sont un peu à la baisse. Volumes aussi un peu à la baisse en Afrique du Sud, à cause des sécheresses. Bonne vendange au Chili et plutôt mauvaise en Argentine, à cause d’El Niño, l’effet Niño du climat.

Web TV www.labourseetlavie.com : Quand vous parlez des États-Unis, c’est lié aussi à un effet climatique ?

François Morinière – Directeur Général OENEO : C’est lié à la sécheresse. Effectivement, les volumes ont été affectés. Alors, moins dans la partie, ce qu’on appelle la central valley, là où sont les très gros volumes de vins, je dirais, moyenne gamme, touchant plus par contre le haut de gamme sur la partie Californie, c’est-à-dire Haut Californie, Napa et Sonoma, où là on a eu des vendanges en retrait.

Web TV www.labourseetlavie.com : Aujourd’hui quelque part, c’est un facteur qui est devenu prégnant, c’est-à-dire sur les différentes zones, on a cet aspect climatique où on voit de la précocité sur les récoltes.

François Morinière – Directeur Général OENEO : Tout à fait, oui.

Web TV www.labourseetlavie.com : Ça se confirme année après année ? On commence à avoir un…

François Morinière – Directeur Général OENEO : En tout cas, 2015 montre sur l’hémisphère nord des vendanges effectivement précoces, précoces aussi également en Afrique du Sud et Australie. Donc, on peut dire que cette année a été marquée par ça, avec encore une fois un effet particulier indépendant de la question du réchauffement qui est Niño, qui a joué cette année.

Web TV www.labourseetlavie.com : Donc, on n’a pas encore assez de recul pour voir si ça va se confirmer les prochaines années, mais quand même on sent bien que…

François Morinière – Directeur Général OENEO : De toute façon, les tendances sont là et elles sont confirmées. Donc de toute façon, le climat réchauffe et donc forcément, ça aura un impact sur les vendanges de plus en plus anticipées.

Web TV www.labourseetlavie.com : Alors, si on parle effectivement de l’activité bouchage avec Piedade, donc la société que vous avez rachetée, comment s’est passée cette intégration et qu’est-ce que ça a donné pour vous jusqu’ici ?

François Morinière – Directeur Général OENEO : Écoutez, elle est toujours en cours puisque nous avons fait l’acquisition de l’entreprise fin septembre 2015, donc on est à six mois de vie commune. Écoutez, ça se passe comme on l’espérait, bien, avec pas mal de nouveaux managers qui nous ont rejoints ou qui sont venus de chez Diam pour aider Piedade. Donc, un nouveau directeur général, un nouveau directeur financier, un nouveau directeur industriel, donc toute une équipe qui se complète. Et des premiers travaux communs qui se mettent en œuvre, donc sur des synergies et sur les achats, sur des thématiques de production industrielle et aussi sur des thématiques client. Donc, je dirais, les choses avancent. Mais on l’a dit, c’est un projet qui se fera dans le temps et c’est une stratégie d’acquisition pour le long terme.

Web TV www.labourseetlavie.com : Vous parlez justement de Diam. Sur cette partie-là justement, comment évoluent les parts de marché ? Comment ça se passe pour vous ?

François Morinière – Directeur Général OENEO : Écoutez, Diam continue à gagner des parts de marché, parce que ce qu’on peut dire en gros, c’est que la production mondiale de vin en volume est stable, légèrement en hausse, mais aux alentours des 1 %. Donc, la production gagne en valeur, parce que des vins montent en prix, mais en volume, elle est stable plus. Et Diam continue de prendre des parts de marché. Et donc effectivement, on a une bonne tendance. On espère un quatrième trimestre, donc qui va se terminer, qui sera de qualité, je pense, et donc porté notamment par des vendanges italiennes qui sont bonnes. Et comme généralement, le temps en Italie de mise en bouteille est assez rapide, ça veut dire qu’on bonifie dès maintenant cette bonne vendange italienne.

Web TV www.labourseetlavie.com : Un mot sur la partie des grands contenants Seguin Moreau. Comment évolue la tendance pour vous ?

François Morinière – Directeur Général OENEO : La tendance, elle est à la hausse. C’est un marché qui continue de progresser. Parce que d’abord, je pense qu’on a des équipes de qualité qui développent nos produits. Et puis il y a un certain nombre de vignerons qui sont revenus parfois sur l’usage de foudres, donc de contenants entre 1 000 litres et 20 000 litres. Et ce sont des produits qui se redéveloppent et on a beaucoup de projets dans ce domaine. Donc effectivement, une bonne tendance sur cette activité qui est aussi porteuse de prestige pour nous. Parce qu’évidemment, quand on refait un chai et qu’on installe les foudres, c’est une formidable vitrine d’image pour la marque Seguin Moreau et donc on y est très attaché.

Web TV www.labourseetlavie.com : Aujourd’hui, les cartes, elles se redistribuent, elles sont en train de se redistribuer. On voit des achats dans le Bordelais, on voit certaines choses. Vous qui êtes confrontés au jour le jour finalement à ce marché du vin, quand on voit le marché français, les cartes sont en train de se redistribuer ? Qu’est-ce qui se passe ?

François Morinière – Directeur Général OENEO : Je pense que c’est un marché qui évolue lentement. Donc, il y a effectivement des changements de possessions sur certains domaines, etc. Je pense qu’il y a une vraie dynamique dans le Languedoc-Roussillon. On voit des domaines qui avancent. Je pense qu’il y a aussi notamment la stratégie InVivo qui souhaite se développer dans le monde du vin et qui investit et qui crée une dynamique autour de lui. Donc, je prends cet exemple-là parce qu’il y a des mouvements effectivement qui sont intéressants. Pour le reste, les grands acteurs restent là et il y a probablement un petit phénomène de consolidation.

Web TV www.labourseetlavie.com : Et sur l’export, on retrouve les mêmes marchés ou avec ce qui s’est passé en Chine, ça a joué un peu défavorablement sur le marché du vin ou pas encore suffisamment ?

François Morinière – Directeur Général OENEO : Ça a joué défavorablement, mais on a maintenant encaissé l’impact des mesures anticorruptions chinoises. Donc, je pense que le marché a plutôt tendance à partir à la hausse. Après, les grands mouvements, c’est la sortie du vin de Diageo qui a vendu à Treasury ses activités. Donc ça effectivement, c’est un grand mouvement conséquent pour le marché du vin. Après, non, les grands domaines effectivement ont plutôt tendance à se renforcer et les grosses entreprises du vin ont plutôt tendance à faire des acquisitions dans leur périmètre.

Web TV www.labourseetlavie.com : Le mot de la fin. L’exercice qui vient donc, comment il se présente pour vous ? La tendance que vous donnez aux investisseurs ?

François Morinière – Directeur Général OENEO : Écoutez, la tendance, elle est bonne. Les investisseurs connaissent les dynamiques de croissance de l’entreprise depuis plusieurs années, donc on va tout faire pour les maintenir dans ce sens-là. On a eu une année élevage qui sera exceptionnelle, même si la fin d’année est plus faible que le début d’année, mais on aura une très bonne année. Je ne pense pas qu’on aura la même tendance l’année prochaine, mais on aura de la croissance. Et je pense que la division bouchon devrait connaître une belle croissance à périmètre constant et aussi avec l’effet Piedade. Donc probablement, peut-être une reprise d’équilibre différente avec un bouchage plus fort et un élevage probablement qui digérera la croissance de 15 – 16.

Web TV www.labourseetlavie.com : Merci François Morinière.

François Morinière – Directeur Général OENEO : Je vous en prie.

Print Friendly, PDF & Email