Molson Coors Brewing Company (NYSE : TAP; TSX : TPX) a déclaré
aujourd?hui une hausse de 20,2 pour cent du volume de bière à l?échelle
mondiale et une augmentation de 17,9 pour cent du chiffre d?affaires net
au deuxième trimestre de 2013, résultats qui tiennent à l?acquisition
des activités de la Société en Europe centrale en juin 2012. Le bénéfice
sous-jacent après impôts a augmenté de 11,4 pour cent au deuxième
trimestre de 2013, en raison de la prise en compte, au cours d?un
trimestre complet, des résultats d?exploitation des activités en Europe
centrale cette année, de la réduction du taux d?imposition effectif et
de l?amélioration du rendement financier de nos secteurs Europe et
International cette année. La réduction du taux d?imposition tient
essentiellement aux modifications apportées aux lois fiscales
canadiennes au cours du trimestre. Le bénéfice net lié aux activités
poursuivies attribuable à MCBC (une mesure du bénéfice définie par les
PCGR des États-Unis) a augmenté de 165,3 pour cent, résultat qui
s?explique par les facteurs concernant le bénéfice sous-jacent après
impôts, ainsi que par la diminution de 172 millions de dollars des
charges au titre des éléments inhabituels et autres éléments non liés
aux activités de base, qui ont trait principalement à l?acquisition des
activités en Europe centrale à l?exercice précédent.

M. Peter Swinburn, président et chef de la direction de Molson Coors, a
déclaré : « Nous avons enregistré une croissance à deux chiffres du
bénéfice sous-jacent de Molson Coors au deuxième trimestre – et une
croissance de plus de 165 pour cent selon les PCGR des États-Unis. Cette
croissance du bénéfice sous-jacent est attribuable à l?accroissement du
bénéfice découlant de l?acquisition des activités en Europe centrale
effectuée au mois de juin de l?exercice précédent, ainsi qu?à
l?amélioration du rendement financier de nos secteurs Europe et
International et à la réduction du taux d?imposition trimestriel cette
année. Nous avons également généré de solides flux de trésorerie
disponibles et réduit notre dette nette de 373 millions de dollars ce
trimestre. Nous avons enregistré ces résultats en dépit de la faible
demande des consommateurs et du mauvais temps qui a sévi dans tous nos
marchés. Nous avons accru ou maintenu nos parts de marché liées à la
plupart de nos marques principales dans nos marchés de base par rapport
à l?exercice précédent. Nos résultats ont aussi bénéficié du lancement
de marques et d?emballages innovateurs à l?échelle mondiale, ainsi que
de la vigueur de nos marques de spécialité, pour lesquelles nous avons
enregistré une hausse des parts de marché dans chacun de nos secteurs. »

« Nous nous attendons à ce que la demande des consommateurs demeure
faible durant le reste de l?exercice. Cependant, nous entendons
accroître nos investissements de commercialisation à l?appui de nos
principales marques et des innovations de sorte à stimuler le rendement
total à long terme pour nos actionnaires. »

BAIIA et flux de trésorerie disponibles
sous-jacents

Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) sous-jacent
s?est élevé à 473,2 millions de dollars au deuxième trimestre, en hausse
de 12,5 pour cent par rapport à l?exercice précédent. Pour le cumul
annuel à ce jour, le BAIIA sous-jacent s?est accru de 9,6 pour cent,
pour s?établir à 690,4 millions de dollars cette année, par rapport au
premier semestre de 2012.

Les flux de trésorerie disponibles sous-jacents ont totalisé
365,8 millions de dollars au premier semestre de 2013. Ce résultat
représente une hausse de 29,5 millions de dollars par rapport à
l?exercice précédent, qui tient à l?amélioration du fonds de roulement
et à la prise en compte des flux de trésorerie liés à l?exploitation
tirés de nos activités en Europe centrale, facteurs neutralisés en
partie par la prise en compte des dépenses en immobilisations liées à
ces activités.

Taux de change

Les résultats du deuxième trimestre de la Société tiennent compte de
l?incidence des fluctuations défavorables des taux de change liés
principalement au dollar canadien et à la livre sterling, lesquelles ont
entraîné une diminution d?environ 2 millions de dollars du bénéfice
sous-jacent avant impôts.

Taux d?imposition effectif

Au deuxième trimestre, le taux d?imposition effectif de la Société a été
de 11 pour cent sur la base du bénéfice déclaré et de 12 pour cent sur
la base du bénéfice sous-jacent, en raison d?économies non récurrentes,
lesquelles tiennent essentiellement aux modifications apportées aux lois
fiscales canadiennes, qui ont donné lieu à une réduction d?environ
5 points de pourcentage de notre taux d?imposition effectif au deuxième
trimestre.

Dette

Le total de la dette à la fin du deuxième trimestre s?élevait à
4,57 milliards de dollars, et la trésorerie et les équivalents de
trésorerie totalisaient 802 millions de dollars, ce qui se traduit par
une dette nette de 3,77 milliards de dollars.

Résultats des secteurs d?exploitation au
deuxième trimestre

Les résultats des secteurs d?exploitation de la Société pour le deuxième
trimestre de 2013 sont présentés ci-après.

Secteur États-Unis (MillerCoors)2

Le bénéfice comptabilisé à la valeur de consolidation du secteur
États-Unis de Molson Coors a diminué de 6,5 pour cent pour s?établir à
172,6 millions de dollars ce trimestre.

Faits saillants financiers et d?exploitation de
MillerCoors

Ce trimestre, le bénéfice net sous-jacent de MillerCoors, excluant les
éléments inhabituels, s?est établi à 412,7 millions de dollars, en
baisse de 5,3 pour cent, résultat qui découle de l?incidence de la
baisse des volumes de bière.

Les ventes nationales au détail de MillerCoors ont subi une baisse de
4,4 pour cent ce trimestre. Les ventes nationales aux grossistes ont
diminué de 5,3 pour cent. Les produits nets nationaux par hectolitre,
qui ne tiennent pas compte des ententes de brassage ni des ventes
effectuées par des distributeurs détenus par l?entreprise, se sont
accrus de 2,6 pour cent, résultat qui tient principalement à
l?établissement de prix nets favorables et à la composition favorable du
chiffre d?affaires. Le total des produits nets par hectolitre, compte
tenu des ententes de brassage et des ventes effectuées par des
distributeurs détenus par l?entreprise, s?est accru de 2,7 pour cent.
Les volumes liés aux ententes de brassage conclues avec des tiers ont
diminué de 6,6 pour cent.

Le coût des produits vendus par hectolitre a augmenté de 2,4 pour cent,
résultat qui tient à l?augmentation des prix des marchandises, aux
innovations liées aux marques, et à l?absorption des coûts fixes moins
importante. Les frais de commercialisation, généraux et d?administration
ont augmenté de 0,2 pour cent, principalement en raison de
l?accroissement des investissements au chapitre de la commercialisation
à l?appui du lancement, à l?échelle nationale, des bières de marques
Redd?s Apple Ale, Third Shift Amber Lager et Leinenkugel?s Summer
Shandy, facteur neutralisé en grande partie par la réduction de la
charge de retraite.

L?amortissement des immobilisations corporelles et des actifs
incorporels de MillerCoors s?est établi à 69,7 millions de dollars au
deuxième trimestre, et les ajouts aux immobilisations corporelles et aux
actifs incorporels ont totalisé 65,9 millions de dollars.

Secteur Canada

Le bénéfice sous-jacent avant impôts du secteur Canada a diminué de
0,7 pour cent pour s?établir à 138,0 millions de dollars ce trimestre,
et le bénéfice sous-jacent avant impôts en monnaie locale a augmenté de
0,1 pour cent. Ces résultats tiennent à l?incidence favorable de
12 millions de dollars du calendrier variable des frais de
commercialisation et de vente d?un exercice à l?autre, facteur
neutralisé par l?incidence de la baisse des volumes et par la
composition défavorable du chiffre d?affaires pour l?exercice considéré.
La dépréciation de 0,9 pour cent du dollar canadien par rapport au
dollar américain s?est traduite par une incidence défavorable du taux de
change d?environ 1 million de dollars ce trimestre.

Les ventes au détail ont diminué de 4,3 pour cent au deuxième trimestre,
résultat qui tient essentiellement à la faiblesse du marché au Canada,
lequel a subi une baisse d?environ 4 pour cent tenant aux conditions
météorologiques défavorables qui ont sévi dans les régions clés. Les
volumes du secteur Canada ont par ailleurs été touchés par la prise en
compte, à l?exercice précédent, du lancement national de la Coors Light
T Glacé. Les volumes de ventes de Molson Coors au Canada ont subi une
baisse de 2,6 pour cent au deuxième trimestre. Les ventes nettes par
hectolitre ont reculé de 0,5 pour cent en monnaie locale, en raison d?un
changement dans la composition des marques et des emballages en faveur
de ceux ayant un coût moins élevé, facteur en grande partie neutralisé
par l?établissement de prix nets positifs ce trimestre.

Le coût des produits vendus par hectolitre a augmenté de plus de
6 pour cent en monnaie locale, résultat attribuable à la hausse des
coûts des intrants, à l?effet de levier négatif lié aux coûts fixes, à
l?augmentation des radiations d?actifs, au changement dans la
composition des emballages en faveur de ceux ayant un coût plus élevé,
et à l?accroissement des coûts liés aux matériaux d?emballage
promotionnels. Environ le tiers de la hausse du coût des produits vendus
par hectolitre tient à l?augmentation des radiations d?actifs. Ces
facteurs ont été neutralisés en partie par les réductions de coûts ce
trimestre. Les frais de commercialisation, généraux et d?administration
ont diminué de près de 20 pour cent en monnaie locale, en raison du
calendrier variable des frais de commercialisation et de vente d?un
exercice à l?autre, ainsi que de l?importante réduction des frais
généraux et d?administration.

Secteur Europe – résultats pro forma3

Le bénéfice sous-jacent avant impôts du secteur Europe a augmenté de
14,4 pour cent pour s?établir à 82,4 millions de dollars sur une base
pro forma, en raison de l?établissement de prix nets positifs et des
réductions de coûts. La conversion des devises n?a eu aucune incidence
importante sur les résultats pro forma du secteur Europe.

Les volumes de ventes du secteur Europe ont subi une baisse de 2 pour
cent, imputable au mauvais temps qui a sévi dans ce secteur, notamment
les importantes inondations survenues en République tchèque en juin. Les
ventes nettes par hectolitre du secteur Europe ont augmenté de près de
5 pour cent en monnaie locale, grâce à l?établissement de prix positifs
et à la composition du chiffre d?affaires.

Le coût des produits vendus par hectolitre s?est accru d?environ 2 pour
cent en monnaie locale. Ce résultat tient à la composition défavorable
des canaux de distribution ayant fait en sorte qu?une plus importante
proportion du chiffre d?affaires pour l?exercice considéré découle des
ventes liées au marché de la consommation à domicile, ainsi qu?à la
hausse des ventes de produits distribués (non détenus) au Royaume-Uni.

Les frais de commercialisation, généraux et d?administration ont
augmenté d?environ 3 pour cent en monnaie locale, principalement en
raison du calendrier variable des frais de commercialisation et de vente
d?un exercice à l?autre.

Secteur International4

Le secteur International a affiché une perte sous-jacente avant impôts
de 2,4 millions de dollars au deuxième trimestre, soit une amélioration
de 11,0 millions de dollars, ou 82,1 pour cent, par rapport à l?exercice
précédent. Ce résultat est attribuable à l?élimination des pertes liées
à notre coentreprise en Chine (laquelle a été déconsolidée au troisième
trimestre de 2012), au rendement amélioré au chapitre du bénéfice tiré
de nos activités en Chine autres que celles liées à la coentreprise, à
la baisse des frais indirects et à l?incidence nette favorable du
transfert des activités entre notre secteur Europe et notre secteur
International.

Le total des volumes de ventes du secteur International, compte tenu des
ventes assujetties à des redevances, a augmenté de 51 pour cent par
suite de la prise en compte des activités d?exportation d?Europe
centrale cette année, ainsi que de l?accroissement des volumes au
Mexique. Le chiffre d?affaires net par hectolitre s?est accru d?environ
8 pour cent, en raison d?une composition géographique favorable, facteur
qui a été neutralisé en partie par la prise en compte des activités
d?exportation d?Europe centrale, dont le chiffre d?affaires net par
hectolitre est plus faible.

Le coût des produits vendus par hectolitre a diminué d?environ 3 pour
cent, résultat qui s?explique par la prise en compte des activités
d?exportation d?Europe centrale, qui ont une structure de coûts plus
faibles que nos autres activités, ainsi que par l?incidence favorable
des fluctuations des taux de change. Les frais de commercialisation,
généraux et d?administration du secteur International ont diminué de
39 pour cent, en raison de la diminution des investissements au chapitre
de la commercialisation liés à nos comptes à faible marge en Chine,
ainsi que de l?élimination de notre coentreprise en Chine et de la
réduction des frais indirects dans d?autres marchés.

Secteur corporatif

Les charges sous-jacentes avant impôts du secteur corporatif ont
totalisé 70,9 millions de dollars au deuxième trimestre. Cette
augmentation de 15,7 millions de dollars est imputable aux intérêts
débiteurs de l?exercice considéré liés au financement de notre
acquisition des activités en Europe centrale. Les fluctuations des taux
de change ont eu une incidence défavorable d?environ 1 million de
dollars sur les résultats sous-jacents avant impôts du secteur
corporatif ce trimestre.

Éléments inhabituels et autres éléments non
liés aux activités de base

Les éléments inhabituels et autres éléments non liés aux activités de
base ci-après ont été exclus du bénéfice sous-jacent avant impôts.

Ce trimestre, les éléments inhabituels de Molson Coors ont entraîné une
charge avant impôts de 1,3 million de dollars, laquelle s?explique
principalement par les frais juridiques liés à la liquidation prévue de
notre coentreprise en Chine ainsi que par les indemnités de départ
spéciales inscrites dans le secteur Canada.

Les autres éléments non liés aux activités de base ont donné lieu à une
charge avant impôts de 6,0 millions de dollars, laquelle découle d?une
perte non réalisée de 3,9 millions de dollars qui se rapporte
principalement aux variations de la juste valeur et aux fluctuations des
taux de change liées à notre billet convertible de 500 millions d?euros,
ainsi que des coûts de 2,1 millions de dollars liés aux activités
d?acquisition et d?intégration.

Conférence téléphonique portant sur les
résultats du deuxième trimestre de 2013

Molson Coors Brewing Company tiendra une conférence téléphonique à
l?intention des analystes financiers et des investisseurs aujourd?hui à
11 h, heure de l?Est, afin de discuter de ses résultats du deuxième
trimestre de 2013. Une diffusion Web de la conférence téléphonique sur
les résultats sera également offerte.

La Société tiendra également une diffusion Web en temps réel de la
séance de suivi des analystes financiers et des investisseurs
institutionnels à 14 h, heure de l?Est. Les deux diffusions Web seront
accessibles sur le site Web de la Société, à l?adresse www.molsoncoors.com.
Les rediffusions en ligne seront offertes jusqu?à 23 h 59, heure de
l?Est, le 6 novembre 2013. La Société affichera aujourd?hui le présent
communiqué et les états financiers connexes sur son site Web.

Notes :

1. La Société calcule le bénéfice sous-jacent après impôts, le BAIIA
sous-jacent et les flux de trésorerie disponibles sous-jacents, des
mesures non définies par les PCGR, en excluant les éléments inhabituels
et les autres éléments non liés aux activités de base de la mesure du
rendement la plus pertinente des PCGR des États-Unis, soit le bénéfice
net lié aux activités poursuivies attribuable à MCBC en ce qui a trait
au bénéfice sous-jacent après impôts et au BAIIA sous-jacent, et les
flux de trésorerie nets provenant des activités d?exploitation en ce qui
a trait aux flux de trésorerie disponibles sous-jacents. Pour plus de
renseignements au sujet de ces ajustements, se reporter à la section
« Éléments inhabituels et autres éléments non liés aux activités de
base », ainsi qu?aux tableaux de rapprochement avec les mesures les plus
pertinentes des PCGR des États-Unis figurant dans la version anglaise de
ce communiqué. Sauf indication contraire, tous les montants sont
libellés en dollars américains et tous les résultats trimestriels
comparatifs sont ceux du deuxième trimestre de la Société terminé le
29 juin 2013 par rapport à ceux du deuxième trimestre terminé le 30 juin
2012. De plus, en ce qui concerne tous les calculs de résultats par
hectolitre, le dénominateur exclut les volumes liés aux ententes de
brassage et ceux liés aux marques distribuées non détenues, et le
numérateur tient compte de l?incidence financière de ces ventes, sauf
indication contraire.

2. MillerCoors, une coentreprise américaine de Molson Coors Brewing
Company et de SABMiller plc, a été créée le 1er juillet 2008.
Molson Coors détient une participation économique de 42 pour cent dans
MillerCoors, laquelle est comptabilisée à la valeur de consolidation. La
participation de Molson Coors dans les résultats de MillerCoors ainsi
que certains ajustements aux termes des PCGR des États-Unis sont
présentés au poste « Bénéfice comptabilisé à la valeur de consolidation
dans MillerCoors ». La version anglaise de ce communiqué comprend un
rapprochement du bénéfice net de MillerCoors et du bénéfice comptabilisé
à la valeur de consolidation dans MillerCoors de Molson Coors Brewing
Company, ainsi que du bénéfice sous-jacent avant impôts du secteur
États-Unis, une mesure non définie par les PCGR (se reporter au
tableau 6 figurant dans la version anglaise de ce communiqué).

3. Sauf indication contraire, tous les montants sont libellés en dollars
américains, et les résultats comparatifs trimestriels constituent les
résultats réels du secteur Europe pour le deuxième trimestre terminé le
29 juin 2013, par rapport aux résultats pro forma du deuxième trimestre
terminé le 30 juin 2012. Les montants pro forma tiennent compte des
résultats d?exploitation réels du secteur Royaume-Uni, combinés aux
résultats d?exploitation réels des activités en Europe centrale pour la
période du 15 juin 2012 au 30 juin 2012 et aux résultats d?exploitation
pro forma des activités en Europe centrale, à l?exclusion des activités
d?exportation mondiales et des marques sous licence d?Europe centrale,
pour la période antérieure au 15 juin 2012. Les états des résultats pro
forma tiennent compte des ajustements directement attribuables à
l?acquisition de StarBev.

4. Avec prise d?effet le 1er juillet 2012, les activités
d?exportation et de marques sous licence en Europe centrale (les
« activités d?exportation d?Europe centrale ») sont présentées dans
notre secteur MCI. Pour les périodes antérieures à cette date, ces
activités étaient présentées dans les activités d?Europe centrale, que
nous avons acquises le 15 juin 2012. Avec prise d?effet le 30 décembre
2012 et par suite du regroupement de nos activités au Royaume-Uni et en
Europe centrale, nos activités de transport et d?exportation liées à la
marque Carling sont présentées dans notre secteur Europe. Pour les
périodes antérieures à cette date, ces activités étaient présentées dans
le secteur International.

À propos de Molson Coors

Molson Coors Brewing Company est l?un des plus grands brasseurs du
monde. Les secteurs d?exploitation de la Société sont les suivants :
Canada, États-Unis, Europe et Molson Coors International (MCI). Le
portefeuille diversifié de la Société se compose de marques détenues par
cette dernière et par des partenaires, notamment les marques Coors
Light, Molson Canadian, Staropramen et Carling. Molson Coors est
inscrite comme le chef de file de l?industrie des boissons à l?indice de
développement durable Dow Jones 2012/2013 (W1SGITRD), l?indice en
matière de développement durable le plus reconnu à l?échelle mondiale
pour les multinationales. Pour de plus amples renseignements sur Molson
Coors Brewing Company, visitez le site Web de la Société, à l?adresse www.molsoncoors.com.

Déclarations prospectives

Le présent communiqué de presse contient des estimations ou des
projections qui constituent des « déclarations prospectives » au sens
des lois fédérales sur les valeurs mobilières aux États-Unis. En règle
générale, des termes comme « croire », « prévoir », « avoir l?intention
de », « estimer », « s?attendre à », « projeter » et autres expressions
similaires, ainsi que l?utilisation du futur, désignent des déclarations
prospectives qui n?ont habituellement pas de portée historique. Bien que
la Société soit d?avis que les hypothèses sur lesquelles ces
déclarations prospectives sont fondées sont raisonnables, elle ne peut
garantir d?aucune façon leur exactitude. Certains facteurs importants
qui pourraient faire en sorte que les résultats réels de la Société
diffèrent de façon importante de l?expérience historique et des
prévisions et attentes de la Société sont présentés dans les documents
de la Société déposés auprès de la Securities and Exchange Commission
(la « SEC »). Ces facteurs comprennent notamment notre capacité à
intégrer avec succès nos activités en Europe centrale, à conserver le
personnel clé et à réaliser les synergies de coûts prévues; les coûts
liés aux régimes de retraite; la disponibilité des matériaux d?emballage
ou la hausse du coût de ces matériaux; notre capacité à assurer le
maintien des ententes conclues avec les fabricants et les distributeurs;
l?incidence de la concurrence au chapitre des prix et des pressions sur
les prix; notre capacité à mettre en ?uvre nos initiatives stratégiques,
y compris la mise en ?uvre et la réalisation des réductions de coûts;
les modifications apportées aux exigences prévues par la loi et par les
règlements, y compris la réglementation des systèmes de distribution; la
hausse du coût des marchandises que nous utilisons dans le cadre de nos
activités; notre capacité à maintenir l?image de nos marques, notre
réputation et la qualité de nos produits; notre capacité à maintenir de
bonnes relations de travail; les modifications apportées à notre chaîne
d?approvisionnement; les pertes de valeur additionnelles; l?incidence
des changements climatiques ainsi que la disponibilité et la qualité de
l?eau; la capacité de MillerCoors à intégrer les activités et les
technologies; l?absence d?un contrôle complet sur les activités de
MillerCoors; la capacité de MillerCoors à maintenir de bonnes relations
avec ses distributeurs et les autres risques dont il est fait état dans
nos documents déposés auprès de la SEC, y compris notre rapport annuel
sur formulaire 10-K pour l?exercice terminé le 29 décembre 2012, qui
peuvent être obtenus auprès de la SEC. Toutes les déclarations
prospectives que contient le présent communiqué de presse sont
présentées expressément sous réserve des présentes mises en garde et par
renvoi aux hypothèses sous-jacentes. Le lecteur ne doit pas se fier
indûment aux déclarations prospectives, qui ne valent que pour la date à
laquelle elles sont faites. La Société ne s?engage pas à publier une
mise à jour des déclarations prospectives, que ce soit par suite
d?informations nouvelles, d?événements subséquents ou autrement.

Rapprochement avec les mesures les plus
pertinentes des PCGR des États-Unis

Molson Coors Brewing Company and Subsidiaries
Table 1: 2013 Second Quarter Underlying After-Tax
Income
(After-Tax Income From Continuing Operations, Excluding Special
and Other Non-Core Items)
($ In Millions, Except Per Share Data)
2nd Q
2013 2012

U.S. GAAP: Income from
continuing operations attributable to MCBC, net of tax:

$ 276.7 $ 104.3
Per diluted share: $ 1.50 $ 0.57
Add back/(less):
Pretax special items – net 1.3 21.2
Proportionate share of MillerCoors special items – net(1) (1.0 )
Acquisition, integration and financing related costs(2) 2.1 154.7
Unrealized mark-to-market (gains) and losses(3) 3.9 3.5
Other non-core items(4) 0.5
Noncontrolling interest effect of special items (5.1 )
Tax effects related to special and other non-core items (5.4 ) (28.0 )

Non-GAAP: Underlying
after-tax income:

$ 278.6 $ 250.1
Per diluted share: $ 1.51 $ 1.38

Notes:

(1) Included in Equity Income in MillerCoors, but
excluded from non-GAAP underlying pretax income.
(2) In Q2 2013, $2.1 million loss included in Marketing,
General and Administrative expenses. In Q2 2012, $70.9 million loss
included in Other Income (Expense), net, $8.6 million loss included
in Cost of Goods Sold, $25.3 million loss in Marketing, General and
Administrative expenses, and $49.9 million loss included in Interest
Expense.

(3) In Q2 2013, $0.9 million loss included in Cost of
Goods Sold, ($3.2 million) gain included in Interest Expense, and
$6.2 million loss included in Other Income (Expense), net. In Q2
2012, ($1.5 million) gain included in Cost of Goods Sold, $5.6
million loss included in Interest Expense, and ($0.6 million) gain
included in Other Income (Expense), net.

(4) Included in Marketing, General and Administrative
expenses
Molson Coors Brewing Company and Subsidiaries
Table 2: 2013 Second Quarter Underlying Pretax
Income
(Pretax Income From Continuing Operations, Excluding Special and
Other Non-Core Items)
($ In Millions)
Business Total
Canada U.S. Europe MCI Corporate Consolidated

U.S. GAAP: 2013 2nd Q
Income (loss) from continuing operations before income taxes

$ 137.3 $ 172.6 $ 81.6 $ (3.3 ) $ (75.8 ) $ 312.4
Add back/(less):
Pretax special items – net 0.7 (0.3 ) 0.9 1.3
Acquisition and integration costs(2) 1.1 1.0 2.1
Unrealized mark-to-market (gains) and losses(3) 3.9 3.9

Non-GAAP: 2013 2nd Q
underlying pretax income (loss)

$ 138.0 $ 172.6 $ 82.4 $ (2.4 ) $ (70.9 ) $ 319.7
Percent change 2013 2nd Q vs. 2012 2nd Q underlying pretax income
(loss)
(0.7 %) (6.5 %) 72.7 % 82.1 % (28.4 %) 5.6 %

U.S. GAAP: 2012 2nd Q
Income (loss) from continuing operations before income taxes

$ 139.9 $ 185.6 $ 28.7 $ (24.3 ) $ (206.1 ) $ 123.8
Add back/(less):
Pretax special items – net (0.9 ) 11.7 10.4 21.2
Proportionate share of MillerCoors special items – net(1) (1.0 ) (1.0 )
Acquisition and integration costs(2) 11.1 143.6 154.7
Unrealized mark-to-market (gains) and losses(3) (3.8 ) 7.3 3.5
Other non-core items(4) 0.5 0.5

Non-

Print Friendly, PDF & Email

Molson Coors déclare une hausse du chiffre d’affaires net, du bénéfice sous-jacent après impôts et du BAIIA pour le deuxième trimestre de 2013

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |
a9dbf3815697e694b5b55d488fe11f33^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^