INFORMATION PRESSE
Clermont-Ferrand, le 16 février 2016

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN
Information financière au 31 décembre 2015

2015 : Forte génération de Cash flow libre avant acquisition, à 965 millions d’?
Volume en croissance de 3,2 %, supérieure aux marchés,
Résultat opérationnel avant éléments non récurrents à 2 577 millions d’? et 12,2 % des ventes nettes, en augmentation de 407 millions d’?.

2016 : Poursuite de la croissance des volumes
Résultat opérationnel avant éléments non récurrents en hausse, hors effet de change

  • Volume en croissance de 3,2 %, supérieure aux marchés pour toutes les activités, particulièrement en Tourisme camionnette (+6,7%)
    • Progression au 4ème trimestre de 4,2 % pour le Groupe et de 8,7 % en Tourisme camionnette.
  • Forte génération de Cash Flow libre de 965 millions d’?, hors acquisitions (312 millions d’?), compte tenu d’investissements de 1 804 millions d’? en retrait par rapport à ceux de 2014.
  • Marge opérationnelle en progression significative, grâce à un très bon 2nd semestre (12,3 %) en particulier pour :
    • Segment Tourisme camionnette : 12,2%, en hausse de 2,6 points par rapport au 2nd semestre 2014,
    • Segment Poids lourd : 11,1 %, en hausse de 2,6 points par rapport au 2nd semestre 2014,
    • Bonne résistance du segment de Spécialités : 18,6 % sur l’année,
    • Effet Prix-mix/matières premières positif de 105 millions d’? au 2nd semestre, comme attendu.
  • Plan de compétitivité (effet favorable de 261 millions d’?) permettant à nouveau d’absorber l’inflation sur les coûts de production et les frais généraux.
  • Lancement en janvier 2016 d’une nouvelle tranche du programme de rachat d’actions, après le rachat et l’annulation en 2015 d’actions Michelin pour un montant de 451 millions d’?, soit 2,7 % du capital.
  • Proposition d’un dividende de 2,85 ? par action, soit un taux de distribution de 37 %, reflétant la confiance dans l’avenir du Groupe et soumis à l’Assemblée générale des actionnaires du 13 mai 2016.

Jean-Dominique Senard, Président, a déclaré :  »En 2015, nous avons réussi le pari de la croissance profitable, supérieure à celle des marchés, et pris des parts de marché dans toutes nos activités, grâce à la qualité de l’offre du Groupe. Notre croissance et notre rentabilité ont progressé significativement. Pour 2016 et au-delà, il nous faut accélérer nos efforts dans quatre domaines : la qualité du service à nos clients, la simplification de nos modes de fonctionnement, le déploiement de notre offre digitale et la poursuite de la responsabilisation de nos équipes. Ainsi avec des fondamentaux renforcés, le Groupe est en bonne voie. »

  • Perspectives

En 2016, la demande de pneumatiques Tourisme camionnette et Poids lourd devrait rester bien orientée dans les marchés matures et poursuivre les tendances observées en 2015 dans les nouveaux marchés. La demande de pneus de Spécialités devrait encore être influencée par le déstockage des compagnies minières.

Dans cet environnement, Michelin a pour objectifs en 2016 une croissance des volumes au moins en ligne avec l’évolution mondiale des marchés, un résultat opérationnel en croissance avant éléments non récurrents hors effet de change et la génération d’un cash flow libre structurel supérieur à 800 millions d’?.

Sur l’horizon 2016-2020, le Groupe s’est fixé des objectifs ambitieux de marge opérationnelle avant éléments non récurrents, entre 11 % et 15 % pour le segment Tourisme camionnette, entre 9 % et 13 % des ventes nettes pour le segment Poids lourd et entre 17 % et 24 % pour le segment de Spécialités.





(en millions d’?)


2015


2014


Ventes nettes


21 199


19 553


Résultat opérationnel avant éléments non récurrents




2 577




2 170


Marge opérationnelle avant éléments non récurrents




12,2 %




11,1 %


Tourisme camionnette et distribution associée


11,5 %


10,5 %


Poids lourd et
distribution associeé


10,4 %


8,1 %


Activités de spécialités


18,6 %


19,3 %


Elements non recurrents


– 370


– 179


Résultat opérationnel après éléments non récurrents


2 207


1 991


Résultat net


1 163


1 031


EBITDA avant elements non recurrents


3 934


3 286


Investissements


1 804


1 883


Endettement net


1 008


707


Ratio d’endettement net


11 %


7 %


Dette sociale


4 888


4 612


Cash Flow Libre1 hors cessions & acquisitions


965


722


ROCE


12,2 %


11,1 %


Effectif inscrit2


111 700


112 300


Résultat net par action


6,28 ?


5,52 ?


Dividende par action3


2,85 ?


2,50 ?

1 Cash flow libre :
Flux de trésorerie sur activités opérationnelles – flux de trésorerie d’investissements
2 En fin de période
3 Dividende 2015 soumis à l’approbation de l’Assemblée générale du 13 mai 2016



Evolution des marchés de pneumatiques

  • Tourisme camionnette


2015/2014
(en nombre de pneus)
Europe
y compris Russie & CEI*
Europe
hors Russie & CEI*
Amérique du Nord Asie
(hors Inde)
Amérique du Sud Afrique Inde Moyen-Orient Total


Première monte



Remplacement


+ 4 %



+ 3 %



+ 7 %



+ 6 %


+ 4 %



+ 1 %


+ 1 %



+ 3 %


– 19 %



+ 1 %


+ 8 %



+ 5 %


+ 2 %



+ 3 %


4ème trimestre
2015/2014
(en nombre de pneus)
Europe
y compris Russie & CEI*
Europe
hors Russie & CEI*
Amérique du Nord Asie
(hors Inde)
Amérique du Sud Afrique Inde Moyen-Orient Total


Première monte



Remplacement


+ 6 %



+ 10 %



+ 8 %



+ 14 %



+ 3 %



+ 3 %


+ 9 %



+ 1 %


– 25 %



– 1 %


+ 15 %



+ 5 %


+ 6 %



+ 4 %

* Y compris Turquie

Première monte

  • En Europe, la demande, en augmentation de 4 % globalement, combine une forte croissance de 7 % en Europe de l’Ouest et un recul de 24 % (- 25 % sur le 4ème trimestre) en Europe orientale dans un contexte économique toujours difficile.
  • En Amérique du Nord, le marché, toujours porteur, progresse de 4 % sur l’année, soutenu par la demande de véhicules, le faible prix des carburants et un environnement économique favorable.
  • En Asie (hors Inde), la demande progresse globalement de 1 % à fin décembre. En Chine, le marché reste en croissance (+ 5 %) sur l’année, certes moindre que sa hausse de 9 % en 2014, grâce au rebond des ventes de petits véhicules soutenus par des aides gouvernementales et au succès des modèles SUV. Les autres marchés de la zone, dépendants des exportations mondiales, reculent de 5 %.
  • En Amérique du Sud, la demande recule de 19 %, en ligne avec le retrait des productions automobiles, dans un contexte économique de crise au Brésil et en Argentine.

Remplacement

  • En Europe, le marché s’accroît globalement de 3 % à fin décembre. La demande en Europe de l’Ouest augmente de 6 % et reflète le dynamisme du segment pneus Eté, la demande soutenue de pneus d’entrée de gamme, mais surtout les volumes d’exportations des distributeurs en dehors de la zone Euro. Les ventes sell in en pneus Hiver sont en retrait de 1 %. En Europe orientale, dans un contexte économique toujours difficile, la demande poursuit sa chute (- 7 %).
  • En Amérique du Nord, la demande, en hausse de 1 % sur l’ensemble de la zone, est quasiment stable aux États-Unis et au Canada, tandis que le marché du Mexique progresse fortement. Les ventes de pneus des groupes membres de l’association de manufacturiers progressent de 5 %, dans un contexte favorable de coût de carburants et de distances parcourues, tandis que les pneus d’importation reculent de 14 % avec l’apurement des surplus de stocks que la distribution avait constitués avant l’introduction de droits de douane sur les pneus chinois.
  • En Asie (hors Inde), la demande progresse de 3 %, tirée par un marché chinois toujours dynamique (+ 8 %). L’évolution sur le reste de la zone reste limitée
    (- 1 %), avec un marché japonais en recul de 4 % et des marchés d’Indonésie et de Thaïlande bien orientés.
  • En Amérique du Sud, la demande est en hausse de 1 % dans un environnement économique et politique hétérogène. Le marché brésilien augmente de 3 % avec un recul des importations, les marchés de la côte Pacifique sont bien orientés et la demande recule en Argentine et au Venezuela.
  • Poids lourd (radial & bias)


2015/2014
(en nombre de pneus)
Europe
y compris Russie & CEI*
Europe
hors Russie & CEI*
Amérique du Nord Asie
(hors Inde)
Amérique du Sud Afrique Inde Moyen-Orient Total


Première monte



Remplacement


+ 7 %



+ 1 %



+ 11 %



+ 7 %


+ 7 %



+ 4 %


– 19 %



– 3 %


– 48 %



– 8 %


+ 16 %



+ 1 %


– 7 %



– 1 %


4ème trimestre
2015/2014
(en nombre de pneus)
Europe
y compris Russie & CEI*
Europe
hors Russie & CEI*
Amérique du Nord Asie
(hors Inde)
Amérique du Sud Afrique Inde Moyen-Orient Total


Première monte



Remplacement


+ 15 %



+ 6 %



+ 17 %



+ 8 %



– 5 %



+ 3 %


– 27 %



– 3 %


– 55 %



– 13 %


+ 12 %



– 1 %


– 12 %



– 1 %

* Y compris Turquie

Première monte

  • En Europe, le marché augmente de 7 %, avec une demande plus dynamique en Europe de l’Ouest (+ 11 %), tandis qu’il reste fortement déprimé en Europe orientale (- 20 %) dans un contexte économique et politique défavorable.
  • En Amérique du Nord, le marché progresse de 7 % sur l’année avec une décélération trimestre après trimestre liée à un effet de base 2014. Cette forte demande bénéficie de la production soutenue de véhicules afin de permettre le renouvellement d’un parc relativement ancien dans un environnement économique toujours favorable.
  • En Asie (hors Inde), la demande radial et bias recule de 19 %. En Chine, le marché est en baisse de 21 %, lié au ralentissement de la production industrielle ainsi qu’à la recherche d’optimisation chez les différents acteurs du transport. Dans les autres pays de la zone, la demande est en retrait de 12 %, avec un recul important en Indonésie et en Corée en partie compensé par une reprise en Thaïlande sur des bases très faibles.
  • En Amérique du Sud, le marché s’inscrit en recul de 48 % dans un contexte économique très difficile. Au Brésil, le marché (- 51 %) subit les arrêts de production de camions et bus. Cette chute fait suite à une moindre demande domestique, ainsi qu’aux difficultés économiques en Argentine et au Venezuela qui pèsent sur les exportations de poids lourds produits au Brésil.

Remplacement

  • En Europe, le marché augmente de 1 % sur l’année avec une moindre baisse du marché Russe au 2ème semestre. En Europe de l’Ouest (+ 7 %), il est porté par l’évolution favorable des tonnes/km, la croissance des pneus à bas coût d’origine asiatique qui concurrencent le segment rechapage, et les exportations des distributeurs en dehors de la zone à la faveur de la baisse de l’euro. En Europe orientale le marché reste en chute sur l’année (- 11 %) en raison des difficultés en Russie.
  • En Amérique du Nord, le marché est toujours bien orienté (+ 4 %) grâce à la demande de transport qui reste forte dans une économie dynamique.
  • Les marchés d’Asie (hors Inde) radial et bias s’établissent en retrait de 3 % sur l’année. En Chine, la demande recule de 3 %, avec une activité de transport pénalisée par le ralentissement du rythme de croissance économique. Dans le reste de la zone, les marchés sont globalement en retrait, avec un recul significatif notamment en Thaïlande et dans une moindre mesure au Japon, où le marché est en baisse accentuée en comparaison du début de 2014 qui avait fortement augmenté avant la hausse de la TVA.
  • En Amérique du Sud, le marché radial et bias recule de 8 %, avec une chute plus accentuée au Brésil, dans un environnement économique difficile.
  • Pneumatiques de spécialités
  • Génie civil : le marché des pneumatiques pour les mines a diminué significativement pour la deuxième année consécutive, pénalisé par la diminution des stocks dans les mines et par la réduction de la consommation de pneumatiques (extraction en retrait et efforts de productivité des mines).

Les marchés du 1er équipement ont reculé dans les zones matures, après un retournement au 4ème trimestre ; ils ont très fortement baissé en Chine.

Les marchés de pneumatiques destinés aux infrastructures et aux carrières sont en croissance dans les pays matures, tirés en particulier par l’Amérique du Nord.

  • Agricole : la demande mondiale sur le marché du 1er équipement a fortement baissé en 2015 dans les pays matures, en raison des cours de matières premières agricoles en recul et d’un parc machine récemment renouvelé ; elle est stable au 4ème trimestre. Dans les pays matures, le marché du remplacement diminue pour les mêmes raisons.
  • Deux-roues : la demande Moto et Scooter est en hausse dans les pays matures, comme dans les nouveaux marchés.
  • Avion : le marché pneumatique pour les avions commerciaux poursuit sa croissance, porté par la hausse du trafic passager.

Activité et résultats 2015

  • Ventes nettes

Les ventes nettes s’établissent à 21 199 millions d’?, en hausse de 8,4 % par rapport à 2014, sous l’effet des facteurs suivants :

  • l’effet favorable (624 millions d’?) de la hausse de 3,2 % des volumes, supérieure à celle des marchés ;
  • l’effet prix-mix négatif de 687 millions d’? (- 3,4 %). Il traduit, à hauteur de – 715 millions d’?, l’évolution des prix dont un tiers correspond aux ajustements liés aux clauses d’indexation sur les coûts de matières premières. L’effet positif du mix s’élève à 28 millions d’? ; le mix produit, toujours fortement positif, est partiellement amputé par le mix géographique et les effets de mix liés à la progression relative des pneus d’entrée de gamme, de la Première monte et au retrait du Génie civil ;
  • l’écart favorable de périmètre (256 millions d’?) lié à l’intégration de Sascar, leader brésilien de la gestion digitale de flottes, du grossiste allemand Ihle et de Blackcircles.com, numéro 1 de la vente de pneumatiques sur Internet au Royaume-Uni ;
  • l’impact positif (1 453 millions d’?) des parités de change.
  • Résultats

Le résultat opérationnel du Groupe avant éléments non récurrents s’établit à 2 577 millions d’?, soit 12,2 % des ventes nettes, contre 2 170 millions d’? et 11,1 % publiés en 2014. Les éléments non récurrents de 370 millions d’? correspondent principalement aux frais de restructuration liés aux projets d’amélioration de la compétitivité du Groupe, en particulier en Europe.

Le résultat opérationnel avant éléments non récurrents enregistre l’effet de la hausse des volumes (+ 231 millions d’?) et celui du pilotage serré du prix-mix (- 687 millions d’?) compte tenu de l’impact favorable des matières premières (+ 594 millions d’?). A relever que le Groupe a su conserver l’effet favorable des variations de change (+ 437 millions d’?), dans un environnement de marchés particulièrement compétitifs en raison des surcapacités de production asiatiques et de la chute des coûts de matières premières. Il reflète également l’effet de la hausse prévue des amortissements
(- 148 millions d’?). Enfin, la poursuite du plan de compétitivité (+ 261 millions d’?) permet, comme anticipé, d’absorber l’inflation sur les coûts de production et les frais généraux (- 271 millions d’?).

Le résultat net s’établit en bénéfice de 1 163 millions d’?.

  • Position financière nette

Sur l’exercice, le Groupe a généré un cash flow libre de 965 millions d’? hors acquisitions, en amélioration de 243 millions d’?. En 2015, le Groupe a réalisé des acquisitions pour un montant total de 312 millions d’? ; il a, notamment, créé une joint-venture avec Barito Pacific Group pour produire du caoutchouc naturel éco-responsable en Indonésie et acquis 100 % de la société Blackcircles.com et 90 % de la société Livebooking Holdings (BookaTable). Hors ces acquisitions, les investissements s’élèvent à 1 804 millions d’?.

Au 31 décembre 2015, prenant en compte le cash flow libre, les acquisitions (312 millions d’?), les rachats d’actions (451 millions d’?) et les émissions obligataires de 802 millions d’? à 7, 12 et 30 ans, le Groupe affiche un ratio d’endettement de 11 %, correspondant à un endettement financier net de 1 008 millions d’?, contre 7 % et 707 millions d’? à fin décembre 2014.

En 2015, le retour sur capitaux investis (ROCE) après impôts, à 12,2 %, assure une création de valeur, par comparaison avec le coût moyen pondéré des capitaux du Groupe. Pour 2016, Michelin vise un ROCE après impôts d’au moins 11%.

Information sectorielle



Millions d’?
Ventes nettes Résultat opérationnel avant non récurrents Marge opérationnelle avant non récurrents
2015 2014 2015 2014 2015 2014
Tourisme camionnette et distribution associée





12 028






10 498






1 384






1 101






11,5 %






10,5 %
Poids lourd et distribution associée



6 229




6 082




645




495




10,4 %




8,1 %
Activités de spécialités

2 942


2 973


548


574


18,6 %


19,3 %


Groupe



21 199


19 553


2 577


2 170


12,2 %


11,1 %

Tourisme camionnette et distribution associée

Les ventes nettes du secteur opérationnel Tourisme camionnette et distribution associée s’élèvent à 12 028 millions d’?, contre 10 498 millions d’? en 2014, soit une hausse de 14,6 %.

Le résultat opérationnel avant éléments non récurrents s’est ainsi établi à 1 384 millions d’? soit 11,5 % des ventes nettes, contre 1 101 millions d’? et 10,5 % publiés en 2014.

Cette hausse de 1 point de la marge opérationnelle avant éléments non récurrents est principalement liée à la croissance de 6,7 %, très supérieure à celle du marché (+ 2 %), constante sur l’année et particulièrement équilibrée entre les marques, les segments de marché comme les zones géographiques. Le succès des nouvelles gammes MICHELIN CrossClimate, MICHELIN Premier LTX, BFGoodrich KO2 et BFGoodrich g-Force Comp 2 A/S a permis des progressions fortes tant à la marque MICHELIN (+ 6 %), en pneumatiques 17 » et plus (+13 %), que pour les autres marques du Groupe (+ 10 %). Les prix, en baisse globalement, reflètent l’application des clauses d’indexation en Première monte, ainsi que l’effet des repositionnements en Remplacement décidés en 2014 et 2015. L’effet mix produit, très favorable, est compensé par le mix marques lié à la forte croissance des ventes dans les segments Tier 2 et Tier 3.

Sur l’horizon 2016-2020, le Groupe s’est fixé pour le secteur opérationnel Tourisme camionnette un objectif de marge opérationnelle avant éléments non récurrents entre 11 % et 15 % des ventes nettes.

Poids lourd et distribution associée

Les ventes nettes du secteur opérationnel Poids lourd et distribution associée s’élèvent à 6 229 millions d’?, contre 6 082 millions d’? publiés en 2014.

Le résultat opérationnel avant éléments non récurrents s’élève à 645 millions d’?, représentant 10,4 % des ventes nettes, à comparer à 495 millions d’? et 8,1 % des ventes nettes publiés à fin 2014.

L’amélioration de 2,3 points de la rentabilité reflète d’abord la résilience des volumes, en progression de 0,3 %, dans des marchés de pneus Poids lourd en baisse de 2 % : la forte croissance en Première monte sur les marchés matures a équilibré les tensions sur le marché du rechapage, tandis que les nouvelles gammes Intermediate lancées en Amérique du Sud, en Afrique Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est rencontrent un accueil favorable. Le bon pilotage de l’activité, s’agissant notamment du positionnement prix, de l’approvisionnement des marchés en croissance et de la maîtrise des frais, a également contribué à la poursuite du redressement de la rentabilité.

Sur l’horizon 2016-2020, le Groupe s’est fixé pour le secteur opérationnel Poids lourd un objectif de marge opérationnelle avant éléments non récurrents entre 9 % et 13 % des ventes nettes.

Activités de spécialités

Les ventes nettes du secteur opérationnel des Activités de spécialités s’élèvent à 2 942 millions d’?, quasi stables par rapport à 2 973 millions d’? en 2014.

Le résultat opérationnel avant éléments non récurrents atteint 548 millions d’? soit 18,6 % des ventes nettes, contre 574 millions d’? et 19,3 % publiés en 2014.

Outre les effets de parités, cette évolution de la marge opérationnelle enregistre l’évolution des volumes vendus (- 4 %), dans un marché en contraction de 6 % en raison du déstockage des compagnies minières, du retrait de leurs extractions et de la baisse mondiale de la demande de pneus agricoles. En parallèle, l’effet retardé des ajustements de prix liés aux clauses d’indexation matières premières pénalise la marge unitaire.

Sur l’horizon 2016-2020, le Groupe s’est fixé pour le secteur opérationnel des Activités de spécialités un objectif de marge opérationnelle avant éléments non récurrents entre 17 % et 24 % des ventes nettes.

Compagnie Générale des Etablissements Michelin

La Compagnie Générale des Etablissements Michelin a réalisé un bénéfice de 590 millions d’? pour l’exercice 2015, après un bénéfice de 555 millions d’? en 2014.

Print Friendly, PDF & Email

Michelin : 2015 : Forte génération de Cash flow libre à 965 millions d’€ – Volume en croissance de 3,2 % supérieure aux marchés

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |